Sermon – Pentecost VI 2019 – By Lynnaia Main

Sixth Sunday after Pentecost

Sunday, July 21st 2019

Amos 8:1-12 Colossians 1:15-28 Luke 10:38-42

Today’s Gospel reading from Luke contains a familiar story about Jesus, Martha and Mary. Jesus and his disciples are on the way to Bethany, and Jesus stops and is welcomed into the home of a woman named Martha. In those early days of Jesus’ teaching, women often hosted the budding communities of Jesus followers in their homes, not so differently to the “house churches” we have today. When Jesus arrives, Martha welcomes him and then resumes her many tasks. She doesn’t – perhaps can’t – focus on Jesus. Her sister, Mary, does the opposite. Mary sits down at Jesus’ feet to listen to what he is saying. Eventually, Martha comes out to Jesus and asks, “Lord, do you not care that my sister has left me to do all the work by myself? Tell her then to help me.” Jesus’ reaction is not to rush to help, or to suggest that maybe Mary first can help Martha and then come back to listen. No, Jesus rebukes Martha: “Martha, Martha, you are worried and distracted by many things; there is need of only one thing. Mary has chosen the better part, which will not be taken away from her.”

Why would Jesus want to give Martha this bad rap? She has just welcomed him into her home. Wouldn’t he realize that the host or hostess is usually busy taking care of the guests? Mary has the luxury of sitting at Jesus’ feet; Martha is doing the heavy lifting.

This is a classic scenario for anyone welcoming guests, as we clearly experienced last week for Bastille Day. Many people worked hard to throw open our doors to welcome and entertain our guests. There is a lot of shopping, cooking, serving and cleaning. Given the choice, many of us taking care of the guests might prefer to sit and listen to Jesus and would be relieved to stop worrying about our welcome tasks. Just think: No need to shop and prepare food the night before. No need to set out tables and chairs. No need to keep watch on the doors and our personal possessions. No need to serve the food or drink to our guests. No need to clean up. No need to do the dishes. No need to wipe the floors. No need to take out the trash. No need to do…any of it! If only we could just sit back on our laurels and hang on every word of Jesus, and not have to take care of ourselves, our families, our homes, our communities.

But the truth is, we need Martha. To run a home, to entertain guests, Martha is our heroine.  She could easily have been the patron saint of parish halls. She would know that to run Saint Esprit, stuff needs to get done. And she would be doing it. Our Rector, Hospitality team and volunteers will be relieved to know that the message today does not suggest that we sit back and relax during our big receptions. On the contrary: the more Martha’s we have, the better. And we also know that Jesus valued acts of service like those Martha might have been performing. He himself worked on the Sabbath and taught us to be servant leaders who wash the feet of the disciples.

How, then, does Jesus expect us to be like Mary? Let’s reflect on her role in this passage. When Jesus arrived, Mary stopped whatever she was doing, sat at the Lord’s feet and listened to what he was saying. In Jesus’ day, Mary’s sitting at his feet would reflect an oral learning tradition. In that moment, she was his student, his disciple. And so, Jesus seems to say, the only thing we really need to do is to sit – to press “pause” on our thoughts and our activity – and take in his message.

So how do we reconcile the roles of these two women, one in the act of service, the other in the act of learning? Is it possible to be disciples who sit at the feet of Jesus amid our work? One way, Jesus suggests, might be to simplify our tasks. In verse 42, he seems to say to Martha that a simple, unfussy meal, only one dish, is sufficient for hospitality.

Another way might be to practice spiritual disciplines as we perform our tasks. One person who modeled such an approach was Brother Lawrence, a layperson who lived in a Carmelite monastery in Paris in the mid-17th century. This poor, uneducated Frenchman was assigned to kitchen work. His tasks would have been the everyday, practical ones of food preparation, washing dishes, sweeping floors and the like. Much like we do at Saint Esprit. Yet despite his lack of formal education, he became renowned for his joyousness and wisdom. He attracted many visitors who came to seek his spiritual counsel.

One such visitor was a notable cleric, the Abbé Joseph de Beaufort, who compiled a book about Brother Lawrence, The Practice of the Presence of God, after his death. Through notes from conversations and letters written by Brother Lawrence, the book revealed his simple but profound practice of finding oneness with God amidst the everyday, Martha-like tasks such as washing the dishes:

Let it be your business to keep your mind in the presence of the Lord… think often on God, by day, by night, in your business, and even in your diversions. He is always near you and with you: leave him not alone. You would think it rude to leave a friend alone who came to visit you: why then must God be neglected? Do not then forget him, but think on him often, adore him continually, live and die with him; this is the glorious employment of a Christian. In a word, this is our profession, if we do not know it, we must learn it.

Being mindful that God is with us every day, every hour, in every activity, is reassuring as we pause, like Mary, in this quiet Sunday sandwiched between two of our biggest welcoming events at Saint Esprit. Brother Lawrence is a model that we can keep in mind next week to energize us for our tasks, as we prepare to be Martha’s again, for the Mary’s who need to come and sit with Jesus, among us. As we go about our jobs, we can infuse our most mundane tasks with new energy if we imagine them as a way of being close to God in that moment. Our tasks become tools to say “I love you” to Jesus.

What is God calling each of us to do today? To get busy like Martha? To stop and learn like Mary? To be more intentional in practicing the presence of God in the midst of it all, like Brother Lawrence? Only Jesus can teach you what he has to tell you. He seems to think it best for you to sit at his feet a while so you can listen to him better and without distraction. One thing is certain: in all the ways Jesus is calling us to practice the presence of God, God is with us always, in all we do. Amen.

LRM

 

Le sixième dimanche après la Pentecôte                                                                  le 21 juillet 2019

La lecture d’aujourd’hui, tirée de l’Évangile de Luc, contient une histoire familière sur Jésus, Marthe et Marie. Jésus et ses disciples sont en route pour Béthanie, et Jésus s’arrête et est accueilli chez une femme nommée Marthe. Dans l’ère primitive de l’enseignement de Jésus, les femmes accueillaient souvent chez elles les communautés bourgeonnantes des fidèles de Jésus, d’une façon assez similaire aux « house churches » (églises de maison) que nous connaissons aujourd’hui. Lorsque Jésus arrive, Marthe l’accueille, puis elle s’en retourne à ses nombreuses tâches. Elle ne se concentre pas – peut-être ne peut-elle pas – sur Jésus. Sa sœur, Marie, fait le contraire. Elle s’assoit aux pieds de Jésus pour écouter ce qu’il dit. Finalement, Marthe revient vers Jésus et demande, « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissée seule à faire le service ? Dis-lui donc de m’aider. » La réaction de Jésus n’est pas de se précipiter pour l’aider, ou de suggérer que peut-être Marie pourrait d’abord aider Marthe puis revenir l’écouter. Non, Jésus réprimande Marthe : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. C’est bien Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. »

Pourquoi est-ce que Jésus voudrait donner cette mauvaise réputation à Marthe ? Elle vient de l’accueillir chez elle. Ne pourrait-il pas réaliser que l’hôte ou l’hôtesse est souvent occupé à prendre soin de ses invités ? Marie a la chance de s’asseoir tranquillement aux pieds de Jésus ; Marthe s’occupe des tâches les plus dures.

C’est un scénario classique pour quiconque reçoit des invités, comme nous en avons fait l’expérience dimanche dernier lors de la commémoration de la prise de la Bastille. Beaucoup de gens ont travaillé très dur pour ouvrir grand nos portes et accueillir ou divertir nos invités. Il y a beaucoup à faire ; des courses, la cuisine, servir et nettoyer. Si nous avions le choix, beaucoup d’entre nous qui s’occupent de nos invités préfèreraient s’asseoir et écouter Jésus et seraient soulagés de ne plus avoir à s’inquiéter de nos tâches d’accueil. Pensez-y : pas besoin de faire les courses ou de préparer les plats la nuit précédente. Pas besoin de mettre en place les tables et les chaises. Pas besoin de surveiller les portes ou de garder un œil sur nos biens personnels. Pas besoin de servir de la nourriture ou des boissons à nos invités. Pas besoin de nettoyer. Pas besoin de faire la vaisselle. Pas besoin de nettoyer le sol. Pas besoin de sortir les poubelles. Pas besoin de faire… quoi que ce soit ! Si seulement nous pouvions juste nous asseoir sur nos lauriers et nous suspendre aux lèvres de Jésus, ne pas avoir à nous occuper de nous-mêmes, de nos familles, de nos maisons, de nos communautés.

Mais en vérité, nous avons besoin de Marthe. Pour tenir une maison, pour divertir les invités, Marthe est notre héroïne. Elle aurait pu facilement être la Sainte Patronne de nos salles paroissiales. Elle saurait que pour faire fonctionner Saint-Esprit, les choses doivent être faites. Et elle les ferait. Notre Recteur, notre équipe d’hospitalité et nos volontaires seront soulagés de savoir que le message d’aujourd’hui ne suggère pas que nous nous asseyions et nous relaxions lors de nos grandes réceptions. Au contraire : plus nous avons de Marthes, mieux c’est. Et nous savons aussi que Jésus attachait de l’importance aux actes de service comme ceux que Marthe devait accomplir. Lui-même travaillait lors du sabbat et nous a appris à être les dirigeants servants qui nettoient les pieds des disciples.

Alors, de quelle façon Jésus veut-il que nous soyons comme Marie ? Réfléchissons sur son rôle dans ce passage. Lorsque Jésus arrive, Marie a interrompu tout ce qu’elle faisait, elle s’est assise aux pieds de Jésus, et elle a écouté ce qu’il disait. À l’époque de Jésus, le fait qu’elle s’asseye à ses pieds reflète la tradition de l’apprentissage oral. À cet instant, elle était son élève, son disciple. Et ainsi, Jésus semble dire, la seule chose que nous devons réellement faire est de nous asseoir – presser un bouton ‘pause’ sur nos pensées et nos activités – et recevoir son message.

Alors, comment réconcilions-nous le rôle de ces deux femmes ? L’une dans un acte de service, l’autre dans celui de l’apprentissage. Est-il possible d’être des disciples qui s’asseyent aux pieds de Jésus en plein milieu de notre travail ? Une façon de le faire, d’après Jésus, serait de simplifier nos tâches. Dans le vers 42, il semble dire à Marthe qu’un repas simple et sans fioriture, un seul plat, est suffisant pour l’hospitalité.

Une autre façon pourrait être de pratiquer la discipline spirituelle en même temps que nous accomplissons nos tâches. Une personne qui a développé ce type d’approche était Frère Laurent de la Résurrection, un laïc qui vivait dans un monastère carmélite à Paris au milieu du 17ème siècle. Ce pauvre français sans instruction avait été désigné aux tâches de cuisine. Ses tâches devaient être celles de tous les jours, la préparation des plats, la vaisselle, le nettoyage des sols etc. tout comme ce que nous faisons à Saint-Esprit. Pourtant, malgré son manque d’instruction formelle, il est devenu célèbre pour sa joie et sa sagesse. Il a attiré bien des visiteurs, venus chercher son conseil spirituel.

L’un de ses visiteurs était un ecclésiastique notable, l’abbé Joseph de Beaufort, qui a compilé un livre sur Frère Laurent de la Résurrection, La pratique de la présence de Dieu, après sa mort. À travers des notes prises durant leurs conversations et des lettres écrites par Frère Laurent, le livre révèle sa pratique simple mais profonde de trouver l’unité avec Dieu parmi les tâches de tous les jours, similaires à celles de Marthe, comme faire la vaisselle :

Que votre seul devoir soit de garder votre esprit dans la présence du Seigneur… pensez souvent à Dieu, de jour, de nuit, dans vos tâches, et même dans vos distractions. Il est toujours près de vous, et avec vous : ne le laissez pas seul. Vous trouveriez cela impoli de laisser seul un ami qui est venu vous rendre visite : alors pourquoi donc Dieu doit-il être négligé ? Ne l’oubliez pas alors, mais pensez à lui souvent, adorez le continuellement, vivez et mourrez avec lui ; c’est l’emploi glorieux d’un Chrétien. En un mot, c’est notre profession, si nous ne la connaissons pas, nous devons l’apprendre.

Etre attentifs au fait que Dieu est avec nous tous les jours, à toute heure, dans toutes les activités, est rassurant alors que nous faisons une pause, comme Marie, durant ce dimanche plus calme, en sandwich entre deux de nos plus grands évènements d’accueil à Saint-Esprit. Frère Laurent est un modèle que nous pouvons garder à l’esprit la semaine prochaine pour nous donner de l’énergie dans nos tâches, alors que nous nous préparons encore à être Marthe, pour les Maries qui ont besoin de venir et de s’asseoir avec Jésus, parmi nous. Alors que nous nous occupons de nos travaux, nous pouvons imprégner nos tâches les plus mondaines d’une nouvelle énergie si nous les imaginons comme une façon d’être près de Dieu à ce moment. Nos tâches deviennent des outils pour dire à Jésus : « je t’aime ».

Qu’est-ce que Dieu nous appelle tous à faire aujourd’hui ? À nous occuper comme Marthe ? À nous arrêter et à apprendre comme Marie ? À avoir plus d’intention dans notre pratique de la présence de Dieu au milieu de tout, comme Frère Laurent ? Seul Jésus peut vous communiquer ce qu’il a à vous dire. Il semble qu’il pense que c’est mieux pour vous de vous asseoir à ses pieds un petit peu pour que vous puissiez l’écouter mieux et sans distraction. Une chose est certaine : dans toutes les façons par lesquelles Jésus nous appelle à pratique la présence de Dieu, Dieu est avec nous pour toujours, dans tout ce que nous faisons. Amen.

LRM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.