Sermon – Pentecôte VI

Pentecost VI
July 17, 2022
Amos 8 :1-12 Colossians 1 :15-28 Luke 10 :38 – 42

In her book The Handmaid’s Tale, Margaret Atwood describes the dystopian Republic of Gilead, set in New England in the near-future. In Gilead, the men possess all the power, and women lose all their agency and their individuality. They are assigned just two roles: the Handmaids are the few remaining fertile women in a world marked by environmental pollution and radiation fallout. The Marthas are infertile or older women who are trained in domestic skills such as cooking and cleaning. Atwood’s inspiration for the name of this second class of women was the Gospel reading that we just heard. She wasn’t the first one to use the name of Martha to refer to someone who adopts or who is assigned this sort of role in life. In fact, this famous – or infamous – story of Martha and Mary in Luke chapter 10 has given rise to all sorts of interpretations. On the face of it, it seems that Jesus is comparing a life of contemplation to a life of action, and denigrating the latter. To make matters worse, historically speaking, many women have had more sympathy with Martha than Mary. Just like her, they have tried to keep on top of the many tasks necessary in running a household, and at the same time worked one or more jobs.

It has to be said that most interpretations of this incident try to rescue the little story from being unfairly critical of hardworking women. Preachers have sometimes claimed that Jesus disapproved of Martha’s feeling anxious and distracted, and not of the fact that she was busy in the kitchen. Others have said that Jesus was angry because Martha was making too much food or too many dishes, whereas Jesus wanted a simple dish, so that Martha could have time to join in the theological discussions. Some preachers have said that Jesus was making a forceful point about theological education for women. After all, he approved of Mary’s abandonment of traditional domestic roles. But why does Jesus have to denigrate Martha’s service in order to underline his point? Surely someone had to make dinner, or they would all have starved?

The more we look at this story, the more its difficulties become apparent. In Luke’s gospel, Jesus is constantly telling people to be doers of the word and not hearers only. Jesus himself says that he has come not to be served, but to serve. So why does Jesus criticize Martha for doing what he taught people to do? And then there is the problem of translation. In verse 40, Martha says: “Lord, is it nothing to you that my sister has left me all alone to serve?” This word ‘serve’ or ‘service’ can mean many things in the New Testament. It can refer to the work of an apostle, it can refer to financial ministry, teaching, or even serving at Holy Communion. The word ‘service’ was not limited to waiting at tables.

Now, contrary to popular opinion after the publication of The Da Vinci Code, the New Testament is full of the names of women who performed all sorts of ministries in the Church. They were apostles, preachers, leaders and deacons. Phoebe was the leader of the church in Cenchreae. Paul greets Junia, whom he calls an apostle. Paul worked with many women, including Mary, Tryphaena, Tryphosa, Persis, Prisca, Euodia and Syntyche. Some of these women preached alongside Paul on his missionary journeys. The fact that we have never even heard of them says a lot more about the later history of the Church than about the nature of the New Testament itself.

It may be that Luke tells this story precisely because the very mixed congregation for whom he wrote his gospel was arguing about what role women should be playing in the church. The same argument resurfaces in Paul’s letters. Editors responsible for compiling these letters into their present form were not happy with the important role that women were given in the early church, and so they added some phrases of their own. It is a sad fact that the Early Church never came to a firm conclusion on this question, and in some denominations the dispute continues down to our own time.

So, how are we to interpret this story of Martha and Mary in our own day? First, we must not be tempted to read our gender politics into it without knowing a whole lot more about the role that women played in the early church. There are two women in this story; it is not a story about the contrast between the role of women and the role of men in relation to Jesus and the gospel that he preached. Second, women and men have many roles in the Church today. Some men are called to lives of contemplation, and some women to lives of active service. Some men are called to lives of active service, and some women are called to lives of contemplation. Christ’s resurrection means that we are all invited to the feast that he himself has prepared. In Jesus, we see the roles of the sisters Mary and Martha combined. He teaches us by nourishing us, as it is expressed in the prayer we say at the end of every communion service; “You have fed us with spiritual food in the Sacrament of his Body and Blood. Send us now into the world in peace, and grant us strength and courage to love and serve you with gladness and singleness of heart.” From this table, where we have all been fed, we are being sent out to feed others through lives of service.

NJM

Le sixième Dimanche après la Pentecôte                                                            le 17 juillet 2022

Dans son livre « La Servante écarlate » (The Handmaid’s Tale), Margaret Atwood décrit la République dystopique de Gilead, située en Nouvelle-Angleterre dans un futur proche. À Gilead, les hommes possèdent tout le pouvoir, et les femmes perdent tout leur capacité d’action et leur individualité. On ne leur assigne que deux rôles : les servantes sont les dernières femmes fertiles dans un monde marqué par la pollution environnementale et les retombées des radiations. Les ‘Marthes’ sont des femmes stériles ou âgées qui sont formées à des tâches domestiques telles que la cuisine et le nettoyage. Atwood s’est inspiré de la lecture de l’Évangile que nous venons d’entendre pour nommer cette deuxième catégorie de femmes. Elle n’était pas la première à utiliser le nom de Marthe pour désigner une personne qui adopte ou se voit attribuer ce genre de rôle dans la vie. En fait, l’histoire célèbre – ou infâme – de Marthe et Marie dans le chapitre 10 de l’évangile de Luc, a donné lieu à toutes sortes d’interprétations. A première vue, il semble que Jésus compare une vie de contemplation à une vie d’action, et dénigre cette dernière. Pour ne rien arranger, historiquement parlant, beaucoup de femmes ont eu plus de sympathie pour Marthe que pour Marie. Tout comme elle, elles ont essayé de s’acquitter des nombreuses tâches nécessaires à la gestion d’un foyer, tout en exerçant un ou plusieurs emplois.

Il faut dire que la plupart des interprétations de cet incident tentent de sauver la petite histoire d’une critique injuste des femmes qui travaillent dur. Des prédicateurs ont parfois affirmé que Jésus désapprouvait le fait que Marthe se sentait anxieuse et distraite, et non le fait qu’elle était occupée à la cuisine. D’autres ont dit que Jésus était en colère parce que Marthe préparait trop de nourriture ou trop de plats, alors que Jésus voulait un plat simple, afin que Marthe puisse avoir le temps de participer aux discussions théologiques. Certains prédicateurs ont dit que Jésus insistait sur l’éducation théologique des femmes. Après tout, il a approuvé l’abandon par Marie des rôles domestiques traditionnels. Mais pourquoi Jésus doit-il dénigrer le service de Marthe pour souligner son propos ? Il fallait bien que quelqu’un prépare le dîner, sinon ils seraient tous morts de faim ?

Plus nous examinons cette histoire, plus ses difficultés deviennent évidentes. Dans l’évangile de Luc, Jésus ne cesse de dire aux gens de mettre la parole en pratique et de ne pas se contenter de l’écouter. Jésus lui-même dit qu’il n’est pas venu pour être servi, mais pour servir. Alors pourquoi Jésus reproche-t-il à Marthe de faire ce qu’il a enseigné aux gens à faire ? Et puis il y a le problème de la traduction. Au verset 40, Marthe dit : « Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour faire le service ? » Ce mot « servir » ou « service » peut signifier beaucoup de choses dans le Nouveau Testament. Il peut faire référence au travail d’un apôtre, il peut faire référence au ministère financier, à l’enseignement, ou même au service de la Sainte Communion. Le mot « service » ne se limite pas à servir les tables.

Or, contrairement à l’opinion populaire qu’a influencé la publication du Da Vinci Code, le Nouveau Testament est rempli de noms de femmes qui ont exercé toutes sortes de ministères dans l’Église. Elles étaient apôtres, prédicatrices, dirigeantes et diaconesses. Phœbé était la diaconesse de l’église de Cenchrées. Paul salue Junie, qu’il appelle apôtre. Paul a travaillé avec de nombreuses femmes, dont Marie, Cléopâtre Tryphaena, Tryphosa, Persis, Priscille, Évodie et Syntyché. Certaines de ces femmes ont prêché aux côtés de Paul lors de ses voyages missionnaires. Le fait que nous n’ayons jamais entendu parler d’elles en dit beaucoup plus sur l’histoire de l’Église après ces faits que sur la nature du Nouveau Testament lui-même.

Il se peut que Luc raconte cette histoire précisément parce que la congrégation très hétérogène pour laquelle il a écrit son évangile était en désaccord sur le rôle que les femmes devaient jouer dans l’église. Le même argument refait surface dans les lettres de Paul. Les rédacteurs chargés de compiler ces lettres dans leur forme actuelle n’étaient pas satisfaits du rôle important accordé aux femmes dans l’église primitive, et ils ont donc ajouté quelques phrases de leur cru. Il est triste de constater que l’Église primitive n’est jamais parvenue à une conclusion ferme sur cette question, et dans certaines dénominations, le différend se poursuit jusqu’à nos jours.

Alors, comment devons-nous interpréter cette histoire de Marthe et Marie à notre époque ? Tout d’abord, nous ne devons pas être tentés d’y lire nos politiques de genre sans en savoir beaucoup plus sur le rôle joué par les femmes dans l’Église primitive. Il y a deux femmes dans cette histoire ; il ne s’agit pas d’une histoire sur le contraste entre le rôle des femmes et le rôle des hommes par rapport à Jésus et à l’Évangile qu’il prêche. Deuxièmement, les femmes et les hommes ont de nombreux rôles dans l’Église d’aujourd’hui. Certains hommes sont appelés à une vie de contemplation, et certaines femmes à une vie de service actif. Certains hommes sont appelés à une vie de service actif, et certaines femmes sont appelées à une vie de contemplation. La résurrection du Christ signifie que nous sommes tous invités au banquet qu’il a lui-même préparé. En Jésus, nous voyons réunis les rôles des sœurs Marie et Marthe. Il nous enseigne en nous nourrissant, comme l’exprime la prière que nous disons à la fin de chaque service de communion : « tu nous as nourris de ton aliment spirituel dans le Sacrement de son corps et de son sang. Envoie-nous maintenant en paix dans le monde, et donne-nous la force et le courage pour t’aimer et te servir dans la joie et la simplicité du cœur. » De cette table, où nous avons tous été nourris, nous sommes envoyés pour nourrir les autres par une vie de service.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.