Pentecost +17 – Oktoberfest

Oktoberfest 2019
October 6, 2019
Lamentations1:1-6  II Timothy 1:1-14  Luke 17:5-10

There’s something oddly appropriate about a mustard seed appearing in the Gospel on the day when we celebrate Oktoberfest. What would German cuisine be without its Senf? The mustard plant belongs to the same family of everyday vegetables as cabbage, broccoli and swede. In years gone by, it was thought that mustard possessed extraordinary medical properties. It was used to treat chest congestion, arthritis and digestive problems. A grain of mustard contains a high amount of protein, vitamins A and C, and traces of sulphur.  In India and the Middle East, it was used to as a culinary spice. The Romans spread the use of mustard throughout all the lands they conquered. They sowed seeds of the ordinary brown mustard plant in the fields around Dijon in France. The foundation of the Dijonaise mustard industry in the eighteenth century owed much to the pioneering efforts that the Romans had made in that area almost two thousand years before.

But Jesus didn’t evoke a mustard seed in his response to the disciples’ request to increase their faith in order to extol the culinary virtues or the medical benefits of the plant. Jesus – here in Luke as elsewhere in Mark and Matthew – spoke of the smallness of the seed compared with the rampant plant that germinates from it. Now that we know a bit more about the mustard plant, we are better able to explain why Jesus compares our little faith to a mustard seed as opposed to the cone of a cedar tree or a grape-pip from which much more seemingly useful or impressive plants can grow. It is true that the mustard plant grows into quite a large vegetable from a very small seed. The faith of the children of the Kingdom of God is of a similar nature.  We may feel that our faith is tiny, that we are always struggling, that our faith has little chance of succeeding; let alone bringing forth any fruit or being capable of uprooting a mulberry tree. Jesus’ words call us to take heart; big things can grow from small beginnings. If someone told me twenty-five years ago that the church would increase in numbers, I don’t think I would have believed them. Much as I loved the people who were members of St. Esprit at that time, the smallness of my own faith and my anxiety about my own abilities filled me more with dread than hope!

But there is more to Jesus’ example of the mustard seed than this. Just like the mustard plant, the Kingdom of God erupts everywhere. It is both humble and ubiquitous. It is just as likely to take root in the humble kitchen gardens of the poor as it is in the vast wheat fields of the wealthy landowners. If the plant is left to run to seed, it becomes ineradicable. It will spring up every single year in places where you probably don’t want it. A cedar tree is dependent on rarefied mountain air and deep underground water sources. Vines have to be carefully and skillfully tended in order to produce grapes. But the mustard plant flourishes in any old bit of soil. You will sometimes hear people say that faith is such a frail thing; that it has to have exactly the right conditions to germinate and grow. Jesus flatly contradicts that view. The mustard plant was considered almost as a nuisance (a sort of glorified weed) precisely because it was capable of growing anywhere. Our faith and our calling have the same characteristics. Our vocation as priests, deacons or lay people is stronger than we think. If you feel that your faith is weak or fragile, take heart from Jesus’ words! Our faith isn’t so easily discouraged as that. The seed is ineradicable once sown. It will not be stamped out; however small or unlikely it may appear to be. Thanks be to God; you are stronger and more resilient than you think.

Big things often start from the smallest of origins. Here are a few examples. Unfortunately, the little lies we tell about unimportant things often pave the way for bigger lies that we tell about much more important things. Nobody sets out to create the most corrupt government a country has ever experienced – that transformation takes time.  It starts with the slow infiltration of half-truths, until the day dawns when we are part of a culture where corruption is the norm. It can be very hard for us to forgive others and forget the harm they have done to us. We tend to ruminate over the harsh comment that someone made, or the wrong they did to us. But all it takes is a tiny little step in the direction of the person who has hurt us, and suddenly, without our realizing exactly how, we have planted a seed of faith which will eventually be able to uproot the deepest of our resentments. Sometimes it is difficult to hold on to hope; and yet a short prayer or the earnest desire to cultivate the seed of hope might well lead to our being able to uproot our despair and cast it into the sea. If it is true that the slightest little thing can germinate corruption or a depressive mood, why shouldn’t the opposite be true too? Why can’t the slightest little thing eventually bring about a huge sense of hope or of joy? When it comes to us human beings, both good and evil germinate from the smallest of seeds.

Looking back over twenty-five years of ministry at St. Esprit I’m deeply grateful that God planted me in this unlikely field. I hope you don’t consider me a nuisance or a weed. I have a long way to go before my faith can be compared to the grain of mustard of which Jesus spoke. But this beloved community is a place where I have grown in ways I could never have hoped or anticipated, and where – just like you – I hope to continue to grow even more. Thank you!

NJM

Oktoberfest 2019

C’est vraiment approprié de voir apparaître une graine de moutarde dans notre lecture de l’Évangile alors que nous nous apprêtons à célébrer Oktoberfest. Que serait la cuisine allemande sans sa Senf ? La plante de moutarde appartient à la même famille que des plantes communes comme le chou, le brocoli et le rutabaga. Il y a longtemps, on pensait que la graine de moutarde possédait des vertus médicinales extraordinaires. On s’en servait pour traiter des congestions, l’arthrite et les problèmes digestifs. Une graine de moutarde contient beaucoup de protéines, de vitamines A et C, et des traces de sulfure. En Inde et au Moyen-Orient, on s’en servait comme un ingrédient culinaire. Les romains ont propagé son utilisation à travers toutes les terres qu’ils ont conquises. Ils ont planté des graines de moutarde dans des champs près de Dijon. La création de l’industrie de la moutarde de Dijon au 18ème siècle doit beaucoup à l’effort innovant entrepris par les romains dans cette région presque 2000 ans auparavant.

Mais Jésus n’a pas évoqué la graine de moutarde dans sa réponse aux disciples quant à leur requête d’augmenter leur foi afin de louer les vertus culinaires ou les vertus médicinales de la plante. Jésus – ici selon Luc et ailleurs selon Marc et Matthieu – parlait de la petitesse de la graine en rapport à la plante effrénée qui en jaillit. Maintenant que nous en savons plus sur la plante de la moutarde, nous pouvons expliquer plus facilement pourquoi Jésus compare notre petite foi à une graine de moutarde en opposition avec le cône d’un cèdre ou un pépin de raisin dont ce qui en germe est bien plus impressionnant ou utile. Il est vrai que la plante de moutarde est un légume qui pousse très vite et devient très grand en comparaison avec sa graine. La foi des enfants du Royaume de Dieu est d’une nature similaire. Nous pouvons ressentir que notre foi est très petite, que nous luttons sans cesse, que notre foi a peu de chance de réussir ; encore moins de porter des fruits ou d’être capable de déraciner un mûrier. Les mots de Jésus nous appellent à puiser son courage ; de grandes choses peuvent jaillir de petits départs. Si quelqu’un m’avait dit il y a 25 ans que le nombre des membres de l’église augmenterait, je ne crois pas que je l’aurais cru. Tout autant que j’aimais les membres de Saint-Esprit de cette époque, la petitesse de ma foi et mon anxiété sur mes propres capacités me remplissaient plus que l’espérance !

Mais il y a plus dans l’exemple de la graine de moutarde que cela. Tout comme celle-ci, le Royaume de Dieu entre en éruption partout. Il est autant humble qu’omniprésent. Il peut tout autant prendre racine dans un pot sans prétention sur la fenêtre de la cuisine des pauvres que dans les vastes champs de blé des riches propriétaires. Si on laisse la plante créer ses graines, elle devient indéracinable. Elle repoussera tous les ans à des endroits où vous n’en voulez peut-être pas vraiment. Un cèdre dépend de l’air raréfié des montagnes et de vastes ressources souterraines d’eau. La vigne doit être soignée avec habileté et précautions pour produire du raisin. Mais la plante de moutarde prospère dans n’importe quel vieux bout de terre. Vos entendrez parfois les gens dire que la foi est une chose tellement fragile ; qu’elle doit être maintenue exactement dans les bonnes conditions pour pouvoir germer et grandir. Jésus contredit cela catégoriquement. La plante de moutarde était presque considérée comme nuisible (une sorte de mauvaise herbe glorifiée) précisément parce qu’elle était capable de pousser partout. Notre foi et notre vocation ont les mêmes caractéristiques. Notre vocation de prêtre, diacre ou chrétien est plus forte que nous le pensons. Si vous pensez que votre foi est faible ou fragile, prenez réconfort dans les mots de Jésus ! Notre foi ne se décourage pas aussi facilement. La graine est indéracinable une fois plantée. Elle ne sera pas écrasée ; aussi petite ou invraisemblable qu’elle soit. Dieu soit loué ; vous êtes plus forts et plus résistants que vous ne le pensez.

De grandes choses tirent souvent leurs origines des plus petites. Voici quelques exemples : Malheureusement, les petits mensonges que nous disons à propos de choses sans importance donnent souvent lieu à de plus grands mensonges que nous disons à propos de choses bien plus importantes. Personne n’entreprend de créer le gouvernement le plus corrompu qu’un pays n’ai jamais connu – cette transformation prend du temps. Elle commence avec l’infiltration lente de demi-vérités, jusqu’à ce que le jour arrive où nous faisons partie d’une culture ou la corruption est la norme. Il peut être très dur pour nous de pardonner aux autres et d’oublier le mal qu’ils nous ont fait. Nous avons tendance à ruminer les commentaires déplaisants que quelqu’un nous a faits, ou le mal qu’on nous a causé. Mais tout ce que cela nécessite est de faire un tout petit pas vers la personne qui nous a fait du mal, et tout à coup, sans même réaliser comment, nous avons planté la graine de la foi qui sera un jour capable de déraciner le plus profond de nos ressentiments. Parfois il est difficile de s’accrocher à l’espérance ; et pourtant une petite prière ou le plus honnête désir de cultiver la graine de celle-ci pourra bien nous mener à être capables de déraciner notre désespérance et de la jeter à la mer. S’il est vrai que de la plus petite des choses peut germer la corruption ou des sentiments dépressifs, pourquoi ne pourrait-il pas en être de même de l’opposé ? Pourquoi est-ce que la plus petite des choses de pourrait-elle pas apporter un jour un énorme sentiment d’espérance ou de joie ? En ce qui concerne les êtres humains, le bien tout autant que le mal germe de la plus petite des graines.

Quand je repense à mes 25 ans de ministère à Saint-Esprit, je suis profondément reconnaissant envers Dieu de m’avoir planté dans ce champ improbable. J’espère que vous ne me considérez pas comme une nuisance ou une mauvaise herbe. J’ai beaucoup de chemin à faire avant que ma foi ne puisse être comparée à la graine de moutarde dont Jésus parlait. Mais cette communauté chérie est un endroit où j’ai poussé de façons que je n’aurais jamais espérée ou anticipées, et où – tout comme vous – j’espère continuer de pousser encore plus. Merci !

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.