Sermon – Pentecost

Pentecost
June 5, 2022
Genesis 11:1-9 Acts 2: 1-21 John 14:8-17, (25-27)

My mother was the head-teacher of a school and sometimes used to tell funny stories about parents who were convinced that their children were highly gifted. I suppose every parent believes that their child is special, but however specially gifted they might be, it is impossible for any of us to excel at everything. Think for a moment of the following celebrities, all of whom were (or are) talented in one particular sphere: Pablo Picasso, Whoopie Goldberg, Mireille Mathieu, Albert Einstein, Muhammad Ali and George Washington. I could add many more to the list. Every one of them had difficulty reading and writing; so much so that they failed exams at school and were sometimes paralyzed by their disability when having to deal with the public. A talent in one particular sphere doesn’t mean that you can do everything relating to that expertise. Beethoven wanted to be a conductor, but members of his orchestra were obliged to pay him a visit to ask him not to attempt to conduct any more. He regularly knocked candles over when waving his arms about. He once knocked down and injured a choirboy. He would crouch so low in quiet passages that the members of the orchestra couldn’t see him.

No one can be a genius at everything. While it is true that not a single one of us is gifted in every area of our lives, it is equally true that every one of us has something that we are good at. That is the reason why we need each other in order to be complete. St. Esprit would be a sad place to be if each of us convinced ourselves that we had nothing to offer that was worth sharing. Sometimes the exercise of the gift that God has given to us comes so naturally to us that we don’t even know we are sharing it, and we end up thinking that ‘it’s nothing’. Today is a perfect day to reflect on the special gifts that God has given to you to share with others, and to give thanks to God for them. There is no shortage of gifts to go around! The New Testament mentions twenty-one gifts that the Spirit gives to the Church; everything from prophecy and teaching to encouragement and administration.

The Bible also shows us that we shouldn’t confuse the spiritual gifts that God has given to us with our own personal achievements. We are used to saying that someone is a gifted speaker, teacher or writer. We describe athletes, musicians and craftsmen as gifted. Spiritual gifts are akin to these talents, but they are not in-born or acquired aptitudes for doing something. We should see them instead as unearned gifts from God, given to us not to horde for ourselves, but to share generously with others. In 386, Cyril, the Bishop of Jerusalem preached a sermon in which he explained that the symbols of water and fire represent the Holy Spirit for very good reasons. “Water comes down from heaven as rain, and although it is the same water that covers all things, it produces many different effects; one in the palm tree and another in the vine, and so on through all creation. Water adapts itself to the needs of every creature that receives it. Although the Spirit never changes, the effects of the Spirit’s action are both many and marvelous. The Spirit strengthens one person’s self-control, it shows another person how to help the poor, it teaches another to fast, and trains another for martyrdom.” Cyril tells us that our gifts come with the responsibility to use them for the good of all, and to offer those gifts back to God in thanksgiving.

Every church – St. Esprit included – is enriched by every one of its members, because we all have something unique to offer. The pandemic certainly showed me how much those gifts are missed when we can’t be physically present in the Church! We have many gifts represented here today – those with gifts for music, languages, flowers, reading, finances and organization. It’s our honor and privilege to be able to foster vocations to the diaconate and the priesthood in our church. Sometimes the gifts of the Spirit manifest themselves in a much quieter way: there are those among you who know how to encourage others and support them, or how to discern between the good and the bad. There are many here that know how to teach by patient example and how to inspire others by the courage by which they live their lives. Each one of these examples – and there are many more – demonstrate to us the truth claimed by Paul that there are varieties of gifts but the same Spirit at work in all of us.

Human beings have a sad tendency to consider their own gifts to be superior to others’ gifts. It is a sad mistake to confuse diversity with hierarchy. God has made us diverse so that we need each other to understand the beauty of the complex world he has brought into being. Pentecost celebrates that diversity and recognizes that it comes from God himself. Our diversity is not a human construct; it is a glorious part of the divine nature that we all share. Our divided world sees the diversity of races, nationalities and religions as a problem to be solved. The Spirit of God teaches us that it is a part of God’s glory. Cyril himself puts it well when he tells us: “The Spirit comes with the tenderness of a true friend and a protector, to save, to heal, to teach, to counsel, to strengthen and console. Light floods the souls of those counted worthy of receiving the Holy Spirit and enables them to see things beyond the range of human vision, things hitherto undreamed of.” What was true in Jerusalem all those centuries ago is true for us today. We have only begun to glimpse where the Spirit will lead the little French church of St. Esprit in the years to come.

NJM

 

Le dimanche de la Pentecôte                                                                               le 5 juin 2022

Ma mère était directrice d’une école et elle racontait parfois des histoires amusantes à propos de parents qui étaient convaincus que leurs enfants étaient très doués. Je suppose que tous les parents sont convaincus que leur enfant est spécial, mais aussi doué soit-il, il est impossible pour chacun d’entre nous d’exceller dans tous les domaines. Pensez un instant aux célébrités suivantes, qui étaient (ou sont) toutes talentueuses dans un domaine particulier : Pablo Picasso, Whoopie Goldberg, Mireille Mathieu, Albert Einstein, Muhammad Ali et George Washington. Je pourrais ajouter beaucoup de noms à cette liste. Chacun d’entre eux avait des difficultés à lire et à écrire, à tel point qu’ils échouaient aux examens scolaires et étaient parfois paralysés par leur handicap lorsqu’ils devaient faire face au public. Un talent dans un domaine particulier ne signifie pas que vous puissiez faire tout ce qui se rapporte à cette expertise. Beethoven voulait être chef d’orchestre, mais les membres de son orchestre ont dû se réunir avec lui pour lui demander de ne plus tenter de diriger. Il renversait régulièrement des bougies en agitant ses bras. Une fois, il a renversé et blessé un enfant de chœur. Il s’accroupissait si bas dans les passages calmes que les membres de l’orchestre ne pouvaient plus le voir.

Personne ne peut être un génie en tout. S’il est vrai qu’aucun d’entre nous n’est doué dans tous les domaines de sa vie, il est tout aussi vrai qu’il y a des domaines où chacun d’entre nous sommes doués. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin les uns des autres afin d’être complets. Saint-Esprit serait un endroit bien triste si chacun d’entre nous se convainquait qu’il n’avait rien à offrir qui vaille la peine d’être partagé. Parfois, l’exercice du don que Dieu nous a fait vient si naturellement à nous que nous ne savons même pas que nous le partageons, et nous finissons par penser que « ce n’est rien ». Aujourd’hui est un jour idéal pour réfléchir aux dons spéciaux que Dieu vous a offerts pour les partager avec les autres, et pour en rendre grâce à Dieu. Ce ne sont pas les dons qui manquent ! Le Nouveau Testament mentionne vingt-et-un dons que l’Esprit donne à l’Église, de la prophétie à l’enseignement en passant par l’encouragement et l’administration.

La Bible nous montre également que nous ne devons pas confondre les dons spirituels que Dieu nous a accordés avec nos réalisations personnelles. Nous avons l’habitude de dire que quelqu’un est un orateur, un enseignant ou un écrivain doué. Nous décrivons les athlètes, les musiciens et les artisans comme étant doués. Les dons spirituels s’apparentent à ces talents, mais ils ne sont pas des aptitudes innées ou acquises pour faire quelque chose. Nous devrions plutôt les considérer comme des dons immérités de Dieu, qui nous sont donnés non pas pour les accaparer pour nous-mêmes, mais pour les partager généreusement avec les autres. En 386, Cyrille, l’évêque de Jérusalem, a fait un sermon dans lequel il expliquait que les symboles de l’eau et du feu représentent le Saint-Esprit pour de très bonnes raisons. « L’eau descend du ciel sous forme de pluie, et bien que ce soit la même eau qui recouvre toutes choses, elle produit de nombreux effets différents ; l’un dans le palmier, l’autre dans la vigne, et ainsi de suite à travers toute la création. L’eau s’adapte aux besoins de chaque créature qui la reçoit. Bien que l’Esprit ne change jamais, les effets de l’action de l’Esprit sont à la fois nombreux et merveilleux. L’Esprit renforce la maîtrise de soi d’une personne, il montre à une autre personne comment aider les pauvres, il apprend à une autre à jeûner, et il forme une autre personne au martyre. » Cyrille nous dit que nos dons sont accompagnés de la responsabilité de les utiliser pour le bien de tous, et d’offrir ces dons à Dieu en remerciement.

Chaque église – y compris Saint-Esprit – est enrichie par chacun de ses membres, car nous avons tous quelque chose d’unique à offrir. La pandémie m’a montré à quel point ces dons nous manquent lorsque nous ne pouvons pas être physiquement présents dans l’église ! Nous avons de nombreux dons représentés ici aujourd’hui – ceux qui ont des dons pour la musique, les langues, les fleurs, la lecture, les finances et l’organisation. C’est un honneur et un privilège pour nous de pouvoir encourager les vocations au diaconat et à la prêtrise dans notre église. Parfois, les dons de l’Esprit se manifestent d’une manière beaucoup plus discrète : il y a ceux parmi vous qui savent comment encourager les autres et les soutenir, ou comment discerner entre le bon et le mauvais. Il y en a beaucoup ici qui savent enseigner par un exemple patient et inspirer les autres par le courage avec lequel ils vivent leur vie. Chacun de ces exemples – et il y en a beaucoup d’autres – nous démontre la vérité revendiquée par Paul, à savoir qu’il y a des variétés de dons mais que le même Esprit est à l’œuvre en chacun de nous.

Les êtres humains ont une triste tendance à considérer que leurs propres dons sont supérieurs à ceux des autres. C’est une triste erreur de confondre diversité et hiérarchie. Dieu nous a rendus différents afin que nous ayons besoin les uns des autres pour comprendre la beauté du monde complexe qu’il a créé. La Pentecôte célèbre cette diversité et reconnaît qu’elle vient de Dieu lui-même. Notre diversité n’est pas une construction humaine ; elle est une partie glorieuse de la nature divine que nous partageons tous. Notre monde divisé voit la diversité des races, des nationalités et des religions comme un problème à résoudre. L’Esprit de Dieu nous enseigne qu’elle fait partie de la gloire de Dieu. Cyrille lui-même le dit bien quand il nous dit : « L’Esprit vient avec la tendresse d’un véritable ami et d’un protecteur, pour sauver, pour guérir, pour enseigner, pour conseiller, pour fortifier et consoler. La lumière inonde les âmes de ceux qui sont jugés dignes de recevoir l’Esprit Saint et leur permet de voir des choses qui dépassent la portée de la vision humaine, des choses jusqu’alors insoupçonnées. » Ce qui était vrai à Jérusalem il y a des siècles est vrai pour nous aujourd’hui. Nous ne faisons que commencer à entrevoir où l’Esprit conduira la petite église française de Saint-Esprit dans les années à venir.

NJM Ver Fr. FS

Posted in sermons.