Sermon – Pentecost XXV

Pentecost XXV
November 14, 2021
Daniel 12:1-3
Hebrews 10:11-25
Mark 13:1-8

I have to admit to being a little hesitant about the ‘end times’ passages in the Bible. Because of the way in which they have been used by certain preachers, they are more likely to frighten people than they are to encourage them. They are also by far the favorite passages of the Christian lunatic fringe, at the expense of passages in the Bible that encourage us to love each other or to take up our cross. We had an example of one of these ‘end time’ passages in today’s reading from Mark’s gospel. This chapter of Mark is sometimes known as “The Little Apocalypse”, though how an Apocalypse can be ‘little’ I’m not sure – apocalypses seem to be an all or nothing event to me.

The context of Jesus’ discourse is interesting. This is not Jesus’ first visit to Jerusalem. He had been there before. We are told in Luke’s gospel that he visited the temple with his parents when he was about eleven years old. It is, however, the first time that the disciples have visited Jerusalem, and they are suitably impressed by its urban magnificence. We can imagine them gazing up at the fifteen story walls of Herod’s temple foundations with the same sort of wonder that we observe in the tourists who are slowly returning to New York City after the pandemic as they gaze up at our skyscrapers. They even say the same sort of thing: “What large stones and what large buildings!” Jesus is not so impressed. He tells them that the whole edifice will be destroyed. It is worth taking a moment to ask why Jesus is so unimpressed with the temple: it was after all one of the wonders of the ancient world and one of the world’s most sacred sites – the place where Abraham had bound Isaac for sacrifice and the place where the history of the Hebrew scriptures had unfolded.

Perhaps Jesus wasn’t fond of the temple because he knew who had commissioned it and financed it. King Herod was not a fan of Jesus, and Jesus seems to be returning the favor. A temple constructed on the blood and tears of a corrupt tyrant’s subjects was hardly likely to elicit his admiration. Perhaps Jesus was unimpressed by the people who staffed the temple? He had plenty to say about the corruption and venery of the priests and the religious leaders. They were the very people who at that moment were laying plans to arrest him. An impressive building that is simply a backdrop for exploitation and hypocrisy very rapidly loses its luster. Jesus is addressing something that we all too easily forget. Impressive as earthly pride and glory can be – even in the service of religion – it will not last forever. American hegemony will go the same way as the Roman hegemony did. In the Louvre, a painting by Mantegna shows St. Sebastian tied to an elaborate ruined Roman column, pierced by arrows. At his feet is a candle on which is written “Nothing is permanent unless divine. The rest is smoke.”

Jesus reminds us that his message is not based on or defined by a building. As our course in the spirituality of Christian architecture taught us over seven years ago, the needs of God’s people change with the times; and the buildings change with them. Saint-Esprit owns buildings too. We own three of them, right here in Manhattan. Our church building is sandwiched by our two buildings either side of me. We also own a cemetery in Queens which we hope to visit soon in order to lay flowers and say prayers. Over the course of our history, we have owned ten church buildings. You’ll look for nine of those buildings in vain today. Not one stone remains on another; they have all been demolished and new buildings put up in their place. This little passage in Mark’s gospel is a forceful reminder that WE are the church’s most important asset – not our buildings, grand as they may have been in the past. During the pandemic, our church was shaped by the architecture of the internet; a situation unthinkable a bare two years ago.

I think the main point of the message of this “Little Apocalypse” is that we need to keep things in perspective. Many terrible things can happen in life, and this makes us afraid. But instead of being afraid, why can’t we see these things as an opportunity to serve other people? We should not let ourselves be led astray by specious leaders who are always blaming other people and offering simplistic answers to our problems. The way we get through hard times is to work together; to share a common vision and a clear hope. In this passage, Jesus promises to be with us and to show us the way. Things will undoubtedly get difficult, but never forget why we are here: to love and to serve God and each other. He tells us not to be led astray or to lose heart, however terrible the times might become, because he himself will lead us through.

We, like him, should not be overly impressed by grandeur or wealth because neither of them last. Neither should be overwhelmed by tragedy and sorrow, because that will not last either. That message came home to us forcibly during the pandemic. Our physical church was almost empty of people, but the church never closed. You were – and are – the church; God’s children joining us now in person, or still on-line. Our church grew in unexpected and exciting ways, and not all of them physically visible.

Perhaps the problems that we are facing today may be an opportunity for us to focus on a way of life that is less materialistic and more about community. The UN conference on the future of our climate has just finished. That, coupled with the effects of the pandemic challenge us to find a way of life that is more sustainable and less destructive of the planet on which God has placed us. The world needs this deeply Christian message. We shouldn’t cringe in fear. Rather we should remember that Jesus was more impressed by the widow’s two little coins than he was by the massive stones of the temple. What we can offer – small as it may seem – may be the means that God uses to begin to re-fashion not just our church, but also our world.

NJM

 

Le 25e Dimanche après la Pentecôte                                                               le 14 novembre 2021

Je dois admettre que je suis un peu hésitant lorsque l’on lit les passages de la Bible sur « la fin des temps », et cela en raison de la manière dont ils ont été utilisés par certains prédicateurs. Dans ce contexte, ils sont plus susceptibles d’effrayer les gens que de les encourager. Ce sont aussi de loin les passages préférés des groupuscules extrêmes chrétiens, au détriment des passages de la Bible qui nous incitent à nous aimer ou à porter notre croix. Nous avons entendu un exemple de l’un de ces passages sur « la fin des temps » dans la lecture d’aujourd’hui de l’évangile de Marc. Ce chapitre de Marc est parfois connu sous le nom de « La petite apocalypse », bien que je ne sois pas sûr de la façon dont une apocalypse peut être « petite » – les apocalypses semblent être un événement du tout ou rien pour moi.

Le contexte du discours de Jésus est intéressant. Ce n’est pas sa première visite à Jérusalem. Il y était déjà allé. L’évangile de Luc nous dit qu’il a visité le temple avec ses parents quand il avait environ onze ans. C’est cependant la première fois que les disciples visitent Jérusalem, et ils sont naturellement impressionnés par sa magnificence urbaine. Nous pouvons les imaginer en train de regarder les murs des fondations du temple d’Hérode hauts de quinze étages avec le même genre d’émerveillement que nous observons chez les touristes qui reviennent lentement à New York après la pandémie lorsqu’ils regardent nos gratte-ciels. Ils disent même la même chose que les disciples : « Quelles belles pierres, quelles grandes constructions ! » Jésus n’est pas si impressionné. Il leur dit que tout l’édifice sera détruit. Cela vaut la peine de prendre un moment pour se demander pourquoi Jésus est si peu impressionné par le temple : c’était après tout l’une des merveilles du monde antique et l’un des sites les plus sacrés du monde – le lieu où Abraham avait attaché Isaac pour son sacrifice et le lieu où l’histoire des écritures hébraïques s’était déroulée.

Peut-être que Jésus n’aimait pas le temple parce qu’il savait qui l’avait commandé et financé. Le roi Hérode, qui n’était pas fan de Jésus ; et Jésus semble lui rendre la pareille. Un temple construit sur le sang et les larmes des sujets d’un tyran corrompu n’était guère susceptible de susciter son admiration. Peut-être que Jésus n’était pas impressionné par les personnes qui travaillaient dans le temple ? Il avait beaucoup à dire sur la corruption et la vénerie des prêtres et des chefs religieux. Ce sont ces mêmes personnes qui, à ce moment-là, préparaient des plans pour l’arrêter. Un bâtiment impressionnant qui n’est qu’un décor d’exploitation et d’hypocrisie perd très vite de son lustre. Jésus aborde un point que nous oublions trop facilement. Aussi impressionnant que puissent être l’orgueil et la gloire terrestres – même au service de la religion – cela ne durera pas éternellement. L’hégémonie américaine finira de la même manière que l’hégémonie romaine. Au Louvre, un tableau de Mantegna montre Saint-Sébastien attaché à une colonne romaine en ruine élaborée, le corps percé de flèches. A ses pieds se trouve une bougie sur laquelle est écrit « Rien n’est permanent si ce n’est divin. Le reste n’est que fumée. »

Jésus nous rappelle que son message n’est pas basé sur, ou défini par, un bâtiment. Comme nous l’avons appris lors de notre cours de spiritualité sur l’architecture chrétienne il y a plus de sept ans, les besoins du peuple de Dieu changent avec le temps ; et les bâtiments changent avec eux. Saint-Esprit possède également des immeubles. Nous en possédons trois, ici même à Manhattan. Notre église est en sandwich entre deux de nos bâtiments, un à ma gauche, et un à ma droite. Nous possédons également un cimetière dans le Queens que nous espérons visiter bientôt pour y déposer des fleurs et y prier. Au cours de notre histoire, nous avons possédé dix églises. Vous chercherez en vain neuf de ces bâtiments aujourd’hui. Pas une de leurs pierres ne se tient sur une autre ; ils ont tous été démolis et de nouveaux bâtiments ont été érigés à leur place. Ce petit passage de l’évangile de Marc est un rappel puissant que NOUS sommes l’atout le plus important de l’église – pas nos bâtiments ; aussi grandioses qu’ils aient pu être dans le passé. Pendant la pandémie, notre église a été façonnée par l’architecture d’Internet ; une situation impensable il y a à peine deux ans.

Je pense que le point principal du message de cette « Petite Apocalypse » est qu’il faut continuer de voir les choses avec du recul. Beaucoup de choses terribles peuvent arriver dans la vie, et cela nous fait peur. Mais au lieu d’avoir peur, pourquoi ne pouvons-nous pas voir ces choses comme une opportunité de servir les autres ? Nous ne devons pas nous laisser égarer par des dirigeants spécieux qui blâment toujours les autres et proposent des réponses simplistes à nos problèmes. La façon dont nous traversons les moments difficiles est de travailler ensemble ; de partager une vision commune et une espérance claire. Dans ce passage, Jésus promet d’être avec nous et de nous montrer le chemin. Les choses vont sans aucun doute devenir difficiles, mais n’oubliez jamais pourquoi nous sommes ici : pour aimer et servir Dieu et en faire de même les uns pour les autres. Jésus nous dit de ne pas nous égarer ou de perdre courage, aussi terribles que soient les temps, car ce sera qui nous guidera à travers ceux-ci.

Nous, comme lui, ne devrions pas être trop impressionnés par la grandeur ou la richesse car aucune des deux ne dure. Aucun de nous ne devrait se laisser submerger par la tragédie et le chagrin, car cela ne durera pas non plus. Ce message nous est parvenu avec force pendant la pandémie. Notre église physique, ce bâtiment, était presque vide, il n’y avait presque personne, mais l’église n’a jamais fermé. Vous étiez – et vous êtes – l’église ; les enfants de Dieu nous rejoignent maintenant en personne, ou toujours en ligne. Notre église a grandi de manière inattendue et passionnante, et tous ne sont pas physiquement visibles.

Peut-être que les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui peuvent être l’occasion pour nous de nous concentrer sur un mode de vie moins matérialiste et davantage axé sur la communauté. La conférence de l’ONU sur l’avenir de notre climat vient de s’achever. Cela, associé aux effets de la pandémie, nous met au défi de trouver un mode de vie plus durable et moins destructeur de la planète sur laquelle Dieu nous a placés. Le monde a besoin de ce message profondément chrétien. Nous ne devrions pas trembler de peur. Nous devrions plutôt nous rappeler que Jésus était plus impressionné par les deux petites pièces de monnaie de la veuve que par les pierres massives du temple. Ce que nous pouvons offrir – aussi petit que cela puisse paraître – peut être le moyen que Dieu utilise pour commencer à remodeler non seulement notre église, mais aussi notre monde.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.