Sermon – Pentecost XXIV

Pentecost XXIV
November 15th, 2020
Judges 4:1-7  1 Thessalonians 5:1:11 Matthew 22:14-30

In last week’s reading from Matthew’s Gospel, Jesus compared Christians to a group of teenage girls who had been asked to be bridesmaids, and then compared God to a groom who couldn’t even turn up on time to his own wedding. This week, Jesus compares God to an absentee landlord who extorts money out of his employees, and then compares Christians to the extortionist’s henchmen. It is no wonder that we find these parables difficult; and a quick look through sermons on them throughout the ages reassures us that we are not alone in our difficulties. Some preachers have claimed that Jesus is telling these parables to illustrate that the current world order is unsustainable. The people entrusted with the master’s money couldn’t win – they were either told to participate in the corrupt system of money-making at the time, or be cursed as do-nothing losers. Other preachers have claimed that this parable is a perfect illustration of the Protestant work ethic; work hard with what God has given you, or else….. Still others say that Jesus is telling us that we possess nothing good of our own – we are miserable sinners. Such riches as we have, we have received from God alone, and it is up to us to make the most of those riches in the time we have left to us. Some Christians have suggested that Jesus is condemning the religious leaders of his day, the Scribes and Pharisees who, like the third man in the story, simply hoard the Word of God for themselves instead of sharing its riches with others.

I’m not sure I find any of these interpretations very helpful. Every time I read the parable, I can’t help but compare myself to the man who buried his treasure, and I feel sorry for him. I even sense his humiliation as his little sum of money was given to the richest of the three men. If this parable is really about the rich getting richer and the poor getting poorer, I don’t need it. I only need to turn on my radio or log onto the internet to find much better examples of that phenomenon than the one we are offered in Matthew chapter 25. So how can we salvage this parable, and draw some sort of constructive lesson from it? Is it only about the last judgment and the impending apocalypse, or is there something else in it that will help me to live a better, more fulfilled and Christ-like life now?

One talent was worth about $1,200,000; an unimaginable sum to the people who were listening to this parable. Jesus is speaking in hyperbole, he is deliberately exaggerating to make a point. He is not talking about actual amounts conceivable to his hearers; nor is he telling them to imitate the most successful of the three men involved. The money is a symbol of something else. I believe that the ‘something else’ is the amount of trust that God has placed in us. God risks everything he is, and everything he has by coming to live amongst us as a human being. He doesn’t bury himself away in the courts of heaven. Because of the love he bears for us, and because of the risks which that love necessarily entails, he is born as one of us and dies an all too human death on the cross.

Jesus is urging us to risk everything on love. If we live as if our time, our kindness, our patience, our desire for relationship and friendship; even love itself are all in short supply, we will guard all those things jealously. There will be no return on what God has so generously given us. It is not difficult to find people in our world who think that it is too dangerous to be open with others. People who think that it is too dangerous to forgive. People who think that it is too dangerous to love or to be loved in return. We have an in-born tendency to fear disappointment. We are too afraid to take risks. We would rather be safe and stagnant than run the risk of exposing ourselves to failure. Perhaps this is one of the reasons I can sympathize with the third man in this parable. I think that Jesus is urging us to look at our lives and realize that they are filled with the abundance of God’s love, rather than crippled by fear of scarcity. It is often true that the people with the smallest financial resources in the world are the most keenly aware of God’s generosity, and are therefore more apt to share what little they have. Jesus draws attention to the woman who gave her one little penny to the temple, and tells his disciples that she is more generous than those who give grudgingly from their abundance.

Finally, what about St. Esprit? We have just put together a budget for next year, 2021. It is going to be financially difficult. We are very lucky because previous generations who were in charge of looking after the church used their resources wisely. Generous members gave or bequeathed their income to a mission in which they believed. Your participation and support will be central to what we are able to do in the financial year to come. But beyond our pledge campaigns, our properties and our investments, we are a community of talents. We take risks. We receive and we give freely in the name of the one who gave everything to us. St. Esprit is not a place of stagnation where our resources are buried or where we can hide away and comfort each other in our fears, even during a pandemic. We are here to remind each other that even if we have buried our talents, we are loved by someone who risked everything for us, who knew the darkness of failure and yet overcame death itself. It’s never too late to risk ourselves in return.

NJM

 

Le vingt-quatrième dimanche de la Pentecôte                                                 Le 15 novembre 2020

Dans la lecture de l’Évangile de Matthieu de la semaine dernière, Jésus comparait les Chrétiens à un groupe de jeunes filles à qui il avait été demandé d’être demoiselles d’honneur. Il comparait ensuite Dieu à un marié qui n’était même pas capable d’être à l’heure à son propre mariage. Cette semaine, Jésus compare Dieu à un propriétaire absent qui extorque de l’argent à ses employés. Il compare ensuite les Chrétiens aux hommes de main de cet extorqueur. Ce n’est pas surprenant que nous trouvions ces paraboles difficiles ; et une recherche rapide parmi les sermons sur celles-ci à travers les âges nous réconforte dans le fait que nous ne sommes pas les seuls à avoir ce problème. Certains prêcheurs ont déclaré que Jésus utilisait ces paraboles afin d’illustrer l’aspect non viable de l’ordre mondial d’aujourd’hui. Ceux à qui le maître a confié son argent ne pouvaient pas gagner – il leur avait été donné le choix entre participer au système lucratif corrompu de l’époque, ou être maudits en tant que ratés qui ne font rien. D’autres prêcheurs ont déclaré que cette parabole est une illustration parfaite du dévouement au travail des Protestants ; travaillez durement avec ce que Dieu vous a donné ou gare à vous… Pourtant, d’autres disent que Jésus nous dit que nous ne possédons rien de bon intrinsèquement – nous sommes de misérables pécheurs. Quelles que soient les richesses que nous possédons, nous les avons reçues de Dieu seulement, et c’est notre devoir de faire fructifier ces richesses autant que nous le pouvons durant le temps qu’il nous reste. Certains Chrétiens ont suggéré que Jésus condamne les dirigeants religieux de son temps, les scribes et les pharisiens qui, tout comme le troisième homme de l’histoire, amassent personnellement la Parole de Dieu au lieu d’en partager ses richesses avec les autres.

Je ne suis pas sûr que, de ces interprétations, je puisse en trouver une qui soit utile. Chaque fois que je lis cette parabole, je ne peux pas m’empêcher de me comparer à l’homme qui a enterré son trésor, et j’éprouve de la compassion pour lui. Je peux même ressentir son humiliation alors que sa petite somme d’argent est remise au plus riche des trois. Si cette parabole traite réellement des riches devenant plus riches, et des pauvres devenant plus pauvres, je n’en ai pas besoin. J’ai seulement besoin d’allumer la radio ou de me connecter à internet pour trouver de bien meilleurs exemples de ce phénomène que celui que Matthieu 25 nous offre. Alors, comment peut-on récupérer cette parabole et en tirer une sorte de leçon constructive ? Est-ce seulement à propos du jugement dernier et de l’apocalypse imminente, ou y-a-t-il quelque chose d’autre qui m’aidera à vivre une vie meilleure maintenant, plus remplie, et qui ressemble plus à celle du Christ ?

Un talent équivalait à un million deux-cent-mille dollars à peu de choses près ; une somme incommensurable pour les gens qui entendaient cette parabole. Jésus parle en hyperbole, il exagère délibérément afin de rendre sa parabole plus pertinente. Il ne parle pas de sommes réellement concevables pour ses auditeurs ; il ne leur dit pas non plus d’imiter celui qui des trois hommes en question a eu le plus de succès. L’argent symbolise quelque chose d’autre. Je pense que ce ‘quelque chose’ est la somme de la confiance que Dieu a placé en nous. Dieu risque tout ce qu’il est, et tout ce qu’il a en venant vivre parmi nous en tant qu’être humain. Il ne s’immerge pas au loin dans les parvis du paradis. À cause de l’amour qu’il nous porte, et à cause des risques que cet amour entraîne nécessairement, il est né parmi nous et meurt d’une mort que trop humaine sur la croix.

Jésus nous incite à prendre le risque de tout miser sur l’amour. Notre temps, notre compassion, notre patience, nos désirs de relations et d’amitiés ; et même l’amour en soit ; quand nous vivons comme si ces choses n’existent qu’en quantités limitées, nous protégeons ces choses avec jalousie. Il n’y aura pas de retour sur ce que Dieu a investi en nous. Ce n’est pas difficile de trouver des gens dans le monde qui pensent qu’il est trop dangereux d’être ouverts aux autres. Des gens qui pensent qu’il est trop dangereux de pardonner. Des gens qui pensent qu’il est trop dangereux d’aimer ou en échange d’être aimé. Nous avons une tendance innée à avoir peur d’être déçus. Nous avons peur de prendre des risques. Nous préférons être prudents et stagner, plutôt que de courir le risque de nous exposer à l’échec. Peut-être est-ce la raison pour laquelle je peux sympathiser avec le troisième homme de cette parabole. Je pense que Jésus nous incite à contempler nos vies et à réaliser qu’elles sont remplies de l’abondance de l’amour de Dieu, plutôt qu’estropiées par la peur de la pénurie. Il est souvent vrai que les gens ayant les plus faibles ressources dans le monde sont ceux qui sont profondément les plus attentifs à la générosité de Dieu, et de ce fait sont ceux qui sont les plus enclins à partager le peu qu’ils possèdent. Jésus attire l’attention vers la femme qui lui a donné un quart de sou au temple, et dit à ses disciples qu’elle est plus généreuse que ceux qui donnent à contrecœur une partie de leur abondance.

Enfin, quel est le rapport avec Saint-Esprit ? Nous venons tout juste de préparer un budget pour l’année 2021. Cette année va être financièrement difficile. Nous avons beaucoup de chance parce que les générations qui étaient en charge de s’occuper de l’Église avant nous ont utilisé leurs ressources avec parcimonie. Des membres généreux ont donné ou légué leurs biens à une mission en laquelle ils croyaient. Votre participation et votre support sera central dans ce que nous serons capables d’accomplir dans l’année fiscale à venir. Mais au-delà des campagnes de dons, nos propriétés et nos investissements, nous sommes une communauté de talents. Nous prenons des risques. Nous recevons et nous donnons librement au nom de celui qui nous a tout donné. Saint-Esprit n’est pas un endroit stagnant où les ressources sont enterrées et où nous pouvons nous tapir et nous réconforter dans nos propres peurs, même pendant une pandémie. Nous sommes ici pour nous rappeler les uns les autres que même si nous avons enterré nos talents, nous sommes aimés par quelqu’un qui a tout risqué pour nous, celui qui connaissait l’obscurité de l’échec et pourtant a vaincu la mort. Il n’est jamais trop tard pour risquer de nous-mêmes en échange.

NJM Ver. FR : FS

Posted in sermons.