Sermon – Pentecost XXII

Pentecost XXII
October 24, 2021
Job 38:1-7 Hebrews 5:1-10 Mark 10:35-45

Have you ever read a book or seen a film that has disappointed you with an unsatisfactory ending? I hate the feeling of being left in the lurch by an author or a screenwriter. You have stuck with the book or the film through thick and thin. You’ve perhaps been touched by certain scenes; you are invested in the characters. You long for a good resolution to the story. And then you turn the last page, and your heart sinks. You begin to wonder: Is it the author’s fault that the ending is bad? Or is there something about the story that I haven’t understood? It feels as if you are left to do the work that you wish that the author or the screenwriter had done for you. You wanted resolution and all you are left with is more questions.

I think that the book of Job is a book with an unsatisfactory ending. The story begins with a shady deal between God and someone that the Bible calls “The Accuser”. The Accuser challenges God by maintaining that Job’s faithfulness and goodness are contingent on his good health and material prosperity. He insists that if he were allowed to take them away, Job would curse God and die. God thinks otherwise. As a result of this tête-à-tête between God and the accuser, God bargains away Job’s security and health in order to prove the Devil wrong. It is really an excellent opening to the book. As the devil hurtles to earth to inflict Job with horrible illnesses, you wonder how this bargain is going to turn out.

Job knows nothing of this shady deal between God and the Accuser. His horrible sufferings begin. He loses everything he has: not just his good health and his material prosperity, but his family too. Three of Job’s friends then appear to offer him advice. The advice they offer is typical of the observations which the comfortable often make at the bedside or in the ear of those who are passing through hard times. You must have done something bad: your suffering is a form of punishment. You will come through this as a better person: your suffering is teaching you a lesson. Your ancestors must have done something bad: your suffering is repaying the moral debt that they owe. Your suffering is pointless. Curse God and die.

Job despairs, but he doesn’t lose faith in God. It looks as if God has won his bet with the Accuser. But at what price! God doesn’t even appear to Job to comfort him. Job fails to find God anywhere. He longs for God to appear so that he can ask him some questions. He wants to put God on trial and challenge God to explain why suffering and evil exist in the universe. He is convinced that there must be a rational and ethical explanation for his suffering; an answer that God would provide if only God would appear to him.

God does eventually put in an appearance. But there is nothing rational about the scene that ensues. God appears in a whirlwind, and it is God that asks the questions; not Job. Despite the overwhelming beauty and poetry of this part of the book, the gist of God’s argument is briefly stated: “If you are so clever, why don’t you create and sustain the universe instead of me?” And here comes the unsatisfactory ending of the book. We are waiting for God to tell Job about his bargain with the Accuser. We are waiting for God to say; “I’m sorry I made you suffer so much. But well done! We won!” But instead, it is Job who says he is sorry. God gives Job back double what he lost, and they all lived happily ever after. Sometimes those happy endings are the most unsatisfactory endings of all.

We’ve all been going through a difficult time together during the pandemic: by no means as dire as the story of Job, but we have suffered nonetheless. What would we like to read as the end of the story of the pandemic? What sort of questions would we like to ask God about it, and what has God to say in the midst of suffering? Can we learn any lessons from the strange story of Job? Here are a few to start.

– Job, despite his questioning, never completely abandoned his belief in the existence of God. He longed for a dialogue with a God whom he did not yet understand, and whom he couldn’t see.

– Job followed his suffering to the end. He refused to protect God from exposure to his suffering. Many people believe that their prayers should be “hygienic”; that God listens only to neat and tidy prayers. Job was under no such illusion, and knew that he could say anything to God as he passed through his pain. During the pandemic, we have prayed in church and at home in all honesty. We haven’t sugar-coated what we have been through. If we are angry with God, Job teaches us to express that anger, and not hide it.

– At God’s request, Job prayed for his three friends. God hears the prayers of those who are passing through hard times. When we are suffering, praying for others may give us some perspective on our own pain, and keep that pain from isolating us.

Perhaps the most encouraging and comforting theme to emerge from the Book of Job is the fact that the God who created the heavens and the earth is willing to enter into a dialogue with us. Jesus showed us that God’s engagement with his own creation is an act of self-giving love. Our suffering is his suffering; and his triumph becomes our own.

NJM

 

Le 20e dimanche après la Pentecôte                                                              le 24 octobre 2021

Avez-vous déjà lu un livre ou vu un film dont la fin était insatisfaisante et vous avez été déçu ? Je déteste ce sentiment d’être laissé pour compte par un auteur ou un scénariste. Vous êtes resté fidèle au livre ou au film à travers vents et marées. Vous avez peut-être été touché par certaines scènes ; vous vous êtes investi dans les personnages. Vous vous attendiez à une bonne résolution de l’histoire. Et puis vous tournez la dernière page, et votre cœur se serre. Vous commencez à vous demander : est-ce la faute de l’auteur si la fin est mauvaise ? Ou y a-t-il quelque chose dans l’histoire que je n’ai pas compris ? C’est comme s’il vous restait à faire le travail que vous souhaitiez que l’auteur ou le scénariste ait fait pour vous. Vous vouliez une résolution et il ne vous reste plus que des questions.

Je pense que le livre de Job est un livre avec une fin insatisfaisante. L’histoire commence par un accord louche entre Dieu et quelqu’un que la Bible appelle « l’accusateur ». L’accusateur défie Dieu en soutenant que la fidélité et la bonté de Job dépendent de sa bonne santé et de sa prospérité matérielle. Il insiste sur le fait que s’il était autorisé à les prendre, Job maudirait Dieu et mourrait. Dieu pense autrement. À la suite de ce tête-à-tête entre Dieu et l’accusateur, Dieu marchande la sécurité et la santé de Job afin de prouver que le diable a tort. C’est vraiment une excellente ouverture de livre. Alors que le diable se précipite sur terre pour infliger à Job d’horribles maladies, vous vous demandez comment cet accord va se terminer.

Job ne sait rien de cette affaire louche entre Dieu et l’accusateur. Ses horribles souffrances commencent. Il perd tout ce qu’il possède : non seulement sa bonne santé et sa prospérité matérielle, mais aussi sa famille. Trois amis de Job apparaissent alors pour lui donner des conseils. Les conseils qu’ils prodiguent sont typiques des observations que font souvent les gens dans des situations confortables au chevet ou à l’oreille de ceux qui traversent des moments difficiles. Vous devez avoir fait quelque chose de mal : votre souffrance est une forme de punition. Vous serez au bout du compte une meilleure personne : votre souffrance vous donne une leçon. Vos ancêtres ont dû faire quelque chose de mal : votre souffrance rembourse la dette morale qu’ils doivent. Votre souffrance est inutile. Maudissez Dieu et mourrez.

Job désespère, mais il ne perd pas la foi en Dieu. Il semble que Dieu a gagné son pari avec l’accusateur. Mais à quel prix ! Dieu n’apparaît même pas à Job pour le consoler. Job ne trouve Dieu nulle part. Il aspire à ce que Dieu apparaisse afin qu’il puisse lui poser quelques questions. Il veut mettre Dieu à l’épreuve et défier Dieu en lui demandant d’expliquer pourquoi la souffrance et le mal existent dans l’univers. Il est convaincu qu’il doit y avoir une explication rationnelle et éthique à sa souffrance ; une réponse que Dieu fournirait si seulement Dieu lui apparaissait.

Dieu finit par faire son apparition. Mais il n’y a rien de rationnel dans la scène qui s’ensuit. Dieu apparaît dans un tourbillon, et c’est Dieu qui pose les questions ; pas Job. Malgré la beauté et la poésie irrésistibles de cette partie du livre, l’essentiel de l’argument de Dieu est brièvement exposé : « Si tu es si intelligent, pourquoi ne crées-tu pas et ne soutiens-tu pas l’univers à ma place ? » Et voici la fin insatisfaisante du livre. Nous espérions que Dieu parle à Job de son marché avec l’accusateur. Nous espérions que Dieu dise ; « Je suis désolé de t’avoir fait tant souffrir. Mais bien joué ! Nous avons gagné ! » Au lieu de cela, c’est Job qui dit qu’il est désolé. Dieu rend à Job le double de ce qu’il a perdu, et ils vécurent heureux et pour toujours. Parfois, ces fins heureuses sont les fins les plus insatisfaisantes de toutes.

Nous avons tous traversé une période difficile ensemble pendant la pandémie : d’aucune façon aussi grave que l’histoire de Job, mais nous avons néanmoins souffert. Qu’aimerions-nous lire comme fin de l’histoire de la pandémie ? Quel genre de questions aimerions-nous poser à Dieu à ce sujet, et qu’est-ce que Dieu a à dire au milieu de la souffrance ? Pouvons-nous tirer des leçons de l’étrange histoire de Job ? En voici quelques-unes pour commencer.

– Job, malgré ses interrogations, n’a jamais complètement abandonné sa croyance en l’existence de Dieu. Il aspirait à dialoguer avec un Dieu qu’il ne comprenait pas encore et qu’il ne pouvait voir.

– Job a été fidèle à sa souffrance jusqu’au bout. Il a refusé d’empêcher Dieu d’être exposé à celle-ci. Beaucoup de gens croient que leurs prières devraient être « hygiéniques » ; que Dieu n’écoute que des prières propres et ordonnées. Job ne se faisait pas une telle illusion et savait qu’il pouvait tout dire à Dieu alors qu’il traversait sa douleur. Pendant la pandémie, nous avons prié à l’église et chez nous en toute honnêteté. Nous n’avons pas embelli ce que nous avons vécu. Si nous sommes en colère contre Dieu, Job nous apprend à exprimer cette colère et à ne pas la cacher.

– À la demande de Dieu, Job a prié pour ses trois amis. Dieu entend les prières de ceux qui traversent des moments difficiles. Lorsque nous souffrons, prier pour les autres peut nous donner une certaine perspective sur notre propre douleur et empêcher cette douleur de nous isoler.

Le thème peut-être le plus encourageant et le plus réconfortant qui émerge du Livre de Job est le fait que le Dieu qui a créé les cieux et la terre est prêt à entrer en dialogue avec nous. Jésus nous a montré que l’engagement de Dieu avec sa propre création est un acte d’amour dans le don de soi. Notre souffrance est sa souffrance ; et son triomphe devient le nôtre.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.