Sermon – Pentecost XXI

Pentecost XXI
October 17, 2021
Job 38:1-7, 34 – 41 Hebrews 5:1-10 Mark 10:35 – 45

“God has three sorts of servants in the world: some are slaves, and serve Him from fear; others are hirelings and serve for wages; and the last are sons and daughters, who serve because they love.” Thomas Secker Archbishop of Canterbury in the eighteenth century

The story about James and John which we heard in our Gospel reading gives us a rare insight into the relationship that Jesus’ disciples had with each other. It has to be said that if this is an insight into the true character of James and John, they don’t come out of it very well. They are brothers, and they use their close relationship with Jesus to ask him for a special favor. They don’t begin with a polite ‘please’, they try to get Jesus to promise to do something for them before letting him know what that something is. What’s more, James and John heard what Jesus said to the rich young ruler. Jesus told him to sell everything he owned in order to follow him. They heard Jesus tell his followers that it is necessary to become like little children in order to enter the Kingdom of God. They watched Jesus reach out to the suffering and the poor, and preach a gospel of humility and self-offering to everyone with whom he came into contact. They heard Jesus tell of his impending suffering and death in Jerusalem. And now these two disciples are arguing about who is going to be greatest in the Kingdom of God. They want to secure a place at Jesus’ right hand – to be given a guarantee that they will be the most important disciples of all. In the face of everything that Jesus had said about humility and self-offering, James and John are arguing about who will be the greatest.

We’re no strangers to these desires: we sometimes see them in ourselves or in others. Many people strive for power and money. They long for the celebrity which accompanies these things. Some people dream that power and celebrity are only one lottery ticket win away. Those dreams come easily to us. But how many of us are able to live our lives according to the way in which Jesus defines greatness? Jesus says that in the Kingdom of God, greatness is not to be defined by celebrity or how much power we exercise over others. Greatness is defined by how good we are at serving others.

Our two New Testament readings today speak movingly of Jesus’ humanity. Very often, the Church has portrayed Jesus as a supernatural figure. We have sung songs to him and painted pictures of him as if he were some sort of being who is not really like us at all. But the author of the Book of Hebrews tells us that Jesus himself was tempted, just like we are. Mark tells us that Jesus was determined to drink the cup of human suffering, in order that he could become the servant of everyone. Jesus resists the devil when the devil tempts him to choose popularity rather than the cross. Jesus rebukes Peter when Peter implores him not to go to Jerusalem and face the wrath of the High Priest and the crowds. Jesus is not in search of power or popularity. He does what he does out of faithfulness and obedience to his heavenly father, not to satisfy his own ego.

It seems that James and John have no idea of the sort of tasks they will have to perform, or of the suffering they will have to endure in order to belong completely to Jesus. In their vanity, they see all the glamour of high position without taking on its responsibilities or its burdens. Their desire for power is rather infantile. Like many people – some of our own leaders included – they confuse power with popularity. Jesus had no such illusions. He knows that it is impossible to be a true redeemer without sharing in the suffering that lies at the heart of our human condition. A leader with no experience of the tragedy of the human condition is no leader at all.

An ounce of humble obedience is worth a ton of good deeds when those good deeds are performed out of vanity. If we want to be like Jesus, we will often have to swallow our pride to accomplish a task which is so much bigger than ourselves. Jesus tried to teach his disciples that there is no such thing as a small task in the Kingdom of God. Pride has no place here. He teaches us to face up to our sense of failure, our frustrations and the frailty of our mortal nature. He teaches us that we can emerge from such an encounter as better leaders and better disciples. Perhaps that is something the pandemic has taught us over the past eighteen months. What people are calling the ‘new normal’ is bound to be rather like the ‘old normal’ if our intention is to become more like Jesus. Simple tasks, done through love or obedience are going to be far more important than grand schemes designed to impress or to win an easy victory.

We should never be ashamed of our weaknesses or our faults. We’ve probably been forced to face up to them in new ways in the past frustrating year and a half! Those very weaknesses are able to give us a profound insight into the human predicament. Jesus shows us that even the worst tragedies that we can possibly endure do not possess the power to crush our spirit. Christ has passed through such trials, and proved himself to be a leader who is able to show us the way to life in all its fullness. In Paul’s words, “His strength is made perfect in weakness.”

NJM

 

Le 21e dimanche après la Pentecôte                                                                 le 17 octobre 2021

 

« Dieu a trois sortes de serviteurs dans le monde : certains sont des esclaves et le servent par crainte ; d’autres sont des mercenaires et servent contre un salaire ; et les derniers sont des fils et des filles, qui servent parce qu’ils aiment. Thomas Secker, Archevêque de Cantorbéry au XVIIIe siècle.

L’histoire de Jacques et Jean que nous avons entendue dans notre lecture de l’Évangile nous donne un aperçu rare de la relation que les disciples de Jésus avaient les uns avec les autres. Il faut dire que s’il s’agit d’un aperçu du réel caractère de Jacques et Jean, ils ne s’en sortent pas très bien. Ce sont des frères et ils utilisent leur relation étroite avec Jésus pour lui demander une faveur particulière. Ils ne commencent pas par un « s’il-te-plaît », ils essaient de faire promettre à Jésus de faire quelque chose pour eux avant de lui dire ce qu’est cette chose. De plus, Jacques et Jean ont entendu ce que Jésus a dit au jeune chef riche. Jésus lui a dit de vendre tout ce qu’il possédait pour le suivre. Ils ont entendu Jésus dire à ses disciples qu’il est nécessaire de devenir comme des petits enfants pour entrer dans le Royaume de Dieu. Ils ont vu Jésus tendre la main à ceux qui souffrent et aux pauvres, et prêcher un Évangile d’humilité et d’offrande de soi à tous ceux avec qui il est entré en contact. Ils ont entendu Jésus parler de ses souffrances et de sa mort imminentes à Jérusalem. Et maintenant, ces deux disciples se disputent pour savoir qui sera le plus grand dans le Royaume de Dieu. Ils veulent s’assurer une place à la droite de Jésus – avoir la garantie qu’ils seront les disciples les plus importants de tous. Face à tout ce que Jésus a dit sur l’humilité et l’offrande de soi, Jacques et Jean se disputent pour savoir qui sera le plus grand.

Nous ne sommes pas étrangers à ces désirs : nous les voyons parfois en nous-mêmes ou chez les autres. Beaucoup de gens luttent pour le pouvoir et l’argent. Ils aspirent à la célébrité qui accompagne ces choses. Certaines personnes rêvent de pouvoir obtenir le pouvoir et la célébrité grâce à un simple billet de loterie. Ces rêves nous prennent facilement. Mais combien d’entre nous sont capables de vivre leur vie selon la définition de la grandeur de Jésus ? Jésus dit que dans le Royaume de Dieu, la grandeur ne doit pas être définie par la célébrité ou le pouvoir que nous exerçons sur les autres. La grandeur est définie par notre capacité à servir les autres.

Nos deux lectures du Nouveau Testament d’aujourd’hui parlent avec émotion de l’humanité de Jésus. Très souvent, l’Église a dépeint Jésus comme un personnage surnaturelle. Nous lui avons chanté des cantiques et nous avons peint des images de lui comme s’il était une sorte d’être qui ne nous ressemble pas du tout. Mais l’auteur de l’Épître aux Hébreux nous dit que Jésus lui-même a été tenté, tout comme nous. Marc nous dit que Jésus était déterminé à boire la coupe de la souffrance humaine, afin qu’il puisse devenir le serviteur de tous. Jésus résiste au diable quand il le tente en lui disant de choisir la popularité plutôt que la croix. Jésus réprimande Pierre quand Pierre l’implore de ne pas aller à Jérusalem pour faire face à la colère du Grand Prêtre et des foules. Jésus n’est pas à la recherche de pouvoir ou de popularité. Il fait ce qu’il fait par fidélité et obéissance à son père céleste, et non pour satisfaire son propre ego.

Il semble que Jacques et Jean n’aient aucune idée du genre de tâches qu’ils auront à accomplir, ni des souffrances qu’ils auront à endurer pour appartenir complètement à Jésus. Dans leur vanité, ils voient tout le glamour des postes de haut niveau sans en assumer les responsabilités ou les fardeaux. Leur désir de pouvoir est plutôt infantile. Comme beaucoup de gens, y compris certains de nos propres dirigeants, ils confondent le pouvoir avec la popularité. Jésus n’avait pas de telles illusions. Il sait qu’il est impossible d’être un vrai rédempteur sans partager la souffrance qui est au cœur de notre condition humaine. Un dirigeant sans expérience de la tragédie de la condition humaine ne dirige rien du tout.

Une once d’humble obéissance vaut une tonne de bonnes actions lorsque ces bonnes actions sont accomplies par vanité. Si nous voulons être comme Jésus, nous devrons souvent ravaler notre fierté pour accomplir une tâche qui est tellement plus grande que nous-mêmes. Jésus a essayé d’enseigner à ses disciples qu’il n’y a pas de petite tâche dans le Royaume de Dieu. La fierté n’a pas sa place ici. Il nous apprend à affronter notre sentiment d’échec, nos frustrations et la fragilité de notre nature mortelle. Il nous enseigne que nous pouvons sortir d’une telle rencontre comme de meilleurs dirigeants et de meilleurs disciples. C’est peut-être quelque chose que la pandémie nous a appris au cours des dix-huit derniers mois. Ce que les gens appellent le « nouveau normal » ressemblera forcément au « normal d’avant » si notre intention est de ressembler davantage à Jésus. Des tâches simples, accomplies par amour ou par obéissance, seront bien plus importantes que de grands projets conçus pour impressionner ou remporter une victoire facile.

Nous ne devrions jamais avoir honte de nos faiblesses ou de nos défauts. Nous avons probablement été obligés de les affronter de nouvelles manières au cours de cette dernière année et demie frustrante ! Ces mêmes faiblesses sont capables de nous donner un aperçu profond de la situation humaine. Jésus nous montre que même les pires tragédies que nous pouvons endurer n’ont pas le pouvoir d’écraser notre esprit. Christ a traversé de telles épreuves et s’est avéré être un dirigeant capable de nous montrer le chemin de la vie dans toute sa plénitude. Selon les mots de Paul : « Sa puissance s’accomplit au sein de la faiblesse. »

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.