Sermon – Pentecost XX

Pentecost XX October 10, 2021
Job 23:1-9, 16-17
Hebrews 4:12-16
Mark 10:17-31

I know that it’s only a small start, but I have to say that it is a truly wonderful feeling to be able to begin in-person worship on Sundays. I’ll try to describe just why that is in a moment, but for now, I want you to cast your mind back to the last time we were together in church before the pandemic. It was a memorable Sunday; we weren’t sure how long our online only services would last, but we were hopeful that we could be together again by the end of May last year. We couldn’t imagine being physically apart from each other for such a prolonged period, without our normal worship and our unique parish receptions. And here we are, our first Sunday with in-person worship for seventeen months. In that time, we have had to un-learn some things that were taking for granted, like the centrality of our parish festivals. We have had to learn about some things that we didn’t even know existed, like YouTube analytics… We have expanded the reach of our church to include new members from our City and from around the world, and our services increased from three per week to twelve per week. Our Wednesday evening study group was regularly attended by over twenty people: indeed one of those studies has had over five thousand views on YouTube. Some of our special Sunday services have had hundreds of views – far more than we could possibly fit into the church physically. Given all these new opportunities and this unexpected growth, why do we want to return to in-person worship? Not only that; for an online service you don’t have to travel to church and expose yourself to risk on public transport. You can wear whatever you like, and listen to the service in the background while you get on with other things. We have heard plenty of advice about how we should re-open: hand sanitizer, masks, vaccinations, physical distancing and ventilation. But the more important question in my mind is why does church worship have to be in-person?

There are all the obvious answers to this question. The Eucharist is at the heart of our community. It is something that Jesus himself asked us to do together. Sharing bread and wine around a common table is impossible through the lens of a camera. Communal singing heals us individually and draws us into Christ’s body and into the presence of God. Speaking as a priest, preaching to empty pews is a challenge. I can’t see people’s faces or ‘take the temperature’ of our life together. In-person worship not only allows us to see each other, it allows us to serve each other, helping with the many tasks that come together to make our service beautiful: the welcome, the flowers, the silver, the bulletins, the music, and now the live stream and live chat organized from our “Rush’s Corner”. Our wonderful receptions are a part of this question of why. They bring us together; they help us to know each other and to belong. It is impossible to be ourselves without relating to others, as Jesus and Paul have taught us. Most importantly, our faith is founded Christ, who was born as one of us. When all is said and done, we have an in-person savior.

There is another reason why in-person worship is so important to us. The most difficult thing we have faced during this pandemic is the loss of so many beloved members of our community: Marjorie, Rush, Betty, Ann, Herndon and Hugo among them. They will never return to us for ‘in person’ worship this side of glory. This is the time of year when we think of those whom we have loved and lost, and the services in which they will be commemorated will be particularly poignant this year. They may not be with us ‘in person’, but their influence on our community will live on.

We will miss them. They were all cherished members of our community – just as we all are. We may not know the impact that our presence here has on others. But there is one thing that we can be sure of; our absence impoverishes the community of which we are an integral part. Were you to leave us, you too would be missed – perhaps more than you might think. While we are here, let us take the time to appreciate each other, and take nothing for granted.

Secondly, every one of us has a story to tell. Our experience at church is part of that story; sometimes a very important part of that story. Maybe we can only tell a part of that story in this life, because in the end we are a mystery even to ourselves. Only God knows the full story of our lives; including the way in which they will end. We can draw comfort from this fact. God alone knows the secrets of our hearts, and our God is full of forgiveness, mercy and compassion. As we commend our sisters and brothers to God’s care, we know that they are now in God’s hands. In the words of the book of Hebrews, they can approach God’s throne with boldness. Their lives have shown us how we can all be the recipients of God’s mercy, and to find the grace we need to help us when we too pass through times of great need. Our memories of them, and the stories we will continue to share about them in our future parish receptions will both inspire us and bring us comfort as we meet again in person in this little sanctuary. Thank you for being here, and thank you too for your faithful presence on line. Our common prayer is that our little church will continue to be a place of discovery, joy and peace.

NJM

 

Le 20e Dimanche après la Pentecôte                                                                le 10 octobre 2021

Je sais que ce n’est qu’un petit début, mais je dois dire que c’est un sentiment vraiment merveilleux de pouvoir recommencer à accueillir des personnes en présentiels pendant les offices du dimanche. Je vais essayer de décrire pourquoi dans un moment, mais pour l’instant, je veux que vous vous rappeliez la dernière fois que nous étions ensemble à l’église avant la pandémie. C’était un dimanche mémorable. Nous ne savions pas pendant combien de temps nos services seraient uniquement en ligne, mais nous espérions pouvoir être à nouveau ensemble d’ici la fin mai de l’année dernière. Nous ne pouvions pas imaginer être physiquement séparés les uns des autres pendant une période aussi prolongée, sans nos offices habituels et nos réceptions paroissiales uniques. Mais voilà où nous en sommes, notre premier office du dimanche avec des paroissiens présents physiquement depuis dix-sept mois. Pendant ces mois, nous avons dû désapprendre certaines choses qui allaient de soi, comme la centralité de nos fêtes paroissiales. Nous avons dû apprendre des choses dont nous ignorions même l’existence, comme les analyses de données de notre chaîne YouTube… Nous avons élargi la portée de notre église pour inclure de nouveaux membres de notre ville mais aussi du monde entier, et nos offices sont passés de trois par semaine à douze par semaine. Notre groupe d’étude de la Bible du mercredi soir rassemblait régulièrement plus de vingt personnes : eh bien, l’une de ces études a eu plus de cinq mille vues sur YouTube. Certaines de nos célébrations spéciales le dimanche ont eu des centaines de vues – bien plus que le nombre de personnes que nous pourrions probablement faire rentrer physiquement à l’intérieur du bâtiment l’église. Compte tenu de toutes ces nouvelles opportunités et de cette croissance inattendue, pourquoi voulons-nous retourner à une présence physique lors des offices ? Sans oublier que pour un office en ligne, vous n’avez pas à vous rendre à l’église et à vous exposer à des risques dans les transports en commun. Vous pouvez porter ce que vous voulez et écouter l’office en arrière-plan pendant que vous vous occupez d’autre chose. Nous avons reçu de nombreux conseils sur comment nous devrions rouvrir : avoir du désinfectant pour les mains, porter masques, être vaccinés, respecter la distanciation physique et avoir une bonne ventilation. Mais la question la plus importante dans mon esprit est pourquoi l’office à l’église doit être en personne ?

Il y a toutes les réponses évidentes à cette question. L’Eucharistie est au cœur de notre communauté. C’est quelque chose que Jésus lui-même nous a demandé de faire ensemble. Partager du pain et du vin autour d’une table commune est impossible à travers l’objectif d’une caméra. Le chant en commun nous guérit individuellement et nous entraîne dans le corps du Christ et dans la présence de Dieu. En tant que prêtre, je peux dire que prêcher devant des bancs vides est un défi. Je ne peux pas voir les visages des gens ou « prendre la température » de notre vie ensemble. L’office en présentiel nous permet non seulement de nous voir, mais aussi de nous servir les uns les autres, en nous aidant lors des nombreuses tâches qui sont nécessairement entremêlées pour que notre office soit beau : l’accueil, les fleurs, l’argenterie, les bulletins, la musique, et maintenant la diffusion ainsi que le chat en direct coordonnés depuis notre « Rush’s Corner ». Nos merveilleuses réceptions font partie du pourquoi l’office à l’église doit être en personne. Elles nous rassemblent. Elles nous aident à nous connaître et à ressentir ce sentiment d’appartenance. Il est impossible d’être nous-mêmes sans être en relation avec les autres, comme Jésus et Paul nous l’ont enseigné. Plus important encore, notre foi est fondée sur le Christ, qui est né comme l’un de nous. Au final, notre sauveur est un sauveur en présentiel.

Il y a une autre raison pour laquelle l’office en personne est si important pour nous. La chose la plus difficile à laquelle nous avons été confrontée pendant cette pandémie est la perte de tant de membres bien-aimés de notre communauté : Marjorie, Rush, Betty, Ann, Herndon et Hugo parmi ceux-ci. Ils ne nous reviendront jamais pour prier « en présentiel » de ce côté de la gloire. C’est le moment de l’année où nous pensons à ceux que nous avons aimés et perdus, et les offices au cours desquels ils seront commémorés seront particulièrement poignants cette année. Ils ne seront peut-être pas avec nous « en présentiel », mais leur influence sur notre communauté perdurera.

Ils vont nous manquer. Ils étaient tous des membres chéris de notre communauté – tout comme nous le sommes, nous tous. Nous ne connaissons peut-être pas l’impact que notre présence ici a sur les autres. Mais il y a une chose dont nous pouvons être sûrs ; notre absence appauvrit la communauté dont nous faisons partie intégrante. Si vous nous quittiez, vous nous manqueriez aussi, peut-être plus que vous ne le pensez. Pendant que nous sommes ici, prenons le temps de nous apprécier les uns les autres et ne considérons rien comme acquis.

Deuxièmement, chacun de nous a une histoire à raconter. Notre expérience à l’église fait partie de cette histoire ; et même parfois une partie très importante de cette histoire. Peut-être que nous ne pouvons raconter qu’une partie de cette histoire dans cette vie, car à la fin nous restons un mystère même pour nous-mêmes. Seul Dieu connaît l’histoire complète de nos vies ; y compris la manière dont elles se termineront. Nous pouvons tirer du réconfort de cela. Dieu seul connaît les secrets de nos cœurs, et notre Dieu est plein de pardon, de miséricorde et de compassion. Alors que nous recommandons nos sœurs et nos frères à l’attention de Dieu, nous savons qu’ils sont maintenant entre les mains de Dieu. Selon l’Épître aux Hébreux, ils peuvent s’approcher du trône de Dieu avec confiance. Leurs vies nous ont montré comment nous pouvons tous être les bénéficiaires de la miséricorde de Dieu et trouver la grâce dont nous avons besoin pour nous aider lorsque nous traversons nous aussi des moments de grand besoin. Les souvenirs de ceux qui nous ont quitté et les histoires que nous continuerons à partager à leur sujet lors de nos futures réceptions paroissiales nous inspireront et nous apporteront du réconfort alors que nous nous reverrons en personne dans ce petit sanctuaire. Merci d’être là, et merci aussi pour votre fidèle présence en ligne. Notre prière commune est que notre petite église continue d’être un lieu de découverte, de joie et de paix.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.