Sermon Pentecost XVII

Pentecost XVII / AGM

September 27, 2020

Exodus 17:1-7 Philippians 2:1-13 Matthew 21:23-32

 

Today, we are marking an extraordinary time with an extraordinary General Meeting of the church, postponed from our normal date on the first Sunday in May. Extraordinary times call for extraordinary leadership, and it’s with sorrow that one of the reasons we’re holding this annual general meeting now is to elect a warden to fill the vacancy left by the death of our beloved Marjorie in June. One of the things that has been a source of comfort to us during this pandemic is the fact that the Bible is no stranger to extraordinary times. It owes its very existence to seeming tragedy and defeat – from the Babylonian invasion of Judah to Jesus’ death on the cross. In our morning and evening prayers, in our Sunday services, Taizé services and mid-day services we have recited psalms that were written and sung in situations very like our own.

 

In our reading from the Book of Exodus we hear about an extraordinary leader for an extraordinary time. When we think of the book of Exodus, we probably call to mind the extraordinary scenes of the burning bush, the ten plagues, the dramatic crossing of the Red Sea and the giving of the ten commandments on Mount Sinai. The number ten appears yet again in the book: the Ten Trials (or temptations) that the Hebrew people went through in the wilderness. These stories are not half so vivid as the plagues or the flashing fires of Mount Sinai. They involve a lot of moaning and complaining. There is no food to eat. There is no water to drink. The land is dangerous. The Promised Land is nothing like we imagined it. Moses’ wife is a black woman and not a proper Hebrew.

 

Perhaps people are not so interested in these stories because nobody likes to hear people complain: even if their complaints are justified. The Hebrews seem to be ungrateful and whiny; incapable of trusting God, even though God has miraculously delivered them from slavery. Surely it should be obvious that he won’t let them perish in the wilderness after going to so much trouble with the plagues and the parting of the Red Sea? But perhaps we shouldn’t judge them too harshly. After all, there was no food to eat or water to drink. You can understand why they would bring these facts to the attention of their leader. Throughout most of history, commentators on these passages have criticized the Hebrews for their disrespect. It was simply not done to undermine your elders and betters. Those in authority knew best. They were placed there by God; and if you criticized them, you were criticizing God himself. The same dynamic prevailed in churches. The Pope, the Priest or the Minister was placed on a pedestal. His voice (and it was always a he) was the voice of authority, and woe betide anyone who questioned it. Fortunately, times have changed. Our leaders are frequently criticized; whether they like it or not!

 

St. Esprit used to be like every other church in the past. The Rector was accountable to the Bishop, and the Vestry was accountable to the Rector. People might complain, but power was not theirs to share. Transition to a new way of doing things is never easy. The story of the Hebrew’s wilderness wanderings shows us how difficult it can be. The passage of a people from oppressive and degrading slavery to full dignity as autonomous and empowered children of God will take far more than forty years in the wilderness. Freedom comes at a price. The problem with the Hebrew’s complaints was not the fact that they stated they were hungry and thirsty. It was the fact that they told God and Moses that they would rather be fat slaves than thin and thirsty free people. They want to go back to Egypt. Their moaning is childish. They prefer to give responsibility to someone else so that they can moan if things go wrong.

 

Today is our Annual General Meeting, one of the Sundays in the church’s year when we review our work together and recommit ourselves to participate in the church’s activities in the year ahead; whatever that year may bring. Over the past few years, St. Esprit has grown enormously. At a time when we can’t meet together physically in person, that might not be so obvious. But God has not been idle in this trying time. We might be in a sort of wilderness, but this wilderness is precisely the place where the Hebrews learned about belonging and dignity. The same can be true for us. Our Annual General Meeting is about belonging and dignity. Our church is full of talented and enthusiastic people who are ready to assume responsibility and by so doing help both the church and themselves to grow.

 

The growth might occasionally be painful. It will involve letting go of our selfish dependence. It will involve forgiveness. It will involve transparency and accountability. It will involve the kindness and mutual love of which Paul speaks when he tells the Philippians to behave like Christ, who emptied himself of his divine glory and took the form of a servant. Most of all, let’s not forget where we came from. We were all purchased at a price: freedom does not come cheaply. In an abbey near Charlotte NC, a large piece of granite has been converted into a baptismal font. In the past, it served as an auction block for slaves. The inscription at its base reads: “Upon this rock, men once were sold into slavery. Now upon this rock, through the waters of Baptism, men become free children of God.” We are all slowly learning how to be free. In the midst of the challenges we face, let us not lose sight of what this freedom is for: God calls us to share his joy, and participate in the extraordinary transformation of this world through his sacrificial love.

NJM

 

Le dix-septième dimanche après la Pentecôte – Réunion annuelle            le 27 septembre 2020

 

Aujourd’hui, nous marquons un moment extraordinaire ; cette Assemblée générale extraordinaire de l’église reportée de notre date normale qui est le premier dimanche de mai. Les périodes extraordinaires exigent des dirigeants extraordinaires, et c’est avec tristesse que l’une des raisons pour lesquelles nous tenons cette assemblée générale annuelle est afin d’élire un gardien pour occuper le poste resté vacant depuis le décès de notre bien-aimée Marjorie en juin. L’une des choses qui nous ont réconfortés pendant cette pandémie est le fait que la Bible n’est pas étrangère aux périodes extraordinaires. Elle doit son existence même à une série d’apparentes tragédies et défaites – de l’invasion babylonienne de la Judée à la mort de Jésus sur la croix. Dans nos prières du matin et du soir, dans nos offices du dimanche, prières de Taizé et office du milieu du jour midi, nous avons récité des psaumes qui ont été écrits et chantés dans des situations très semblables à la nôtre.

 

Dans notre lecture du livre de l’Exode nous entendons parler d’un dirigeant extraordinaire dans une période extraordinaire. Lorsque l’on pense au livre de l’Exode, on se souvient probablement des scènes extraordinaires du buisson ardent, des dix plaies, la traversée dramatique de la mer Rouge et le don des dix commandements sur le mont Sinaï. Le nombre dix apparaît encore dans le livre : les dix épreuves (ou tentations) que le peuple hébreu a dû surmonter dans le désert. Ces histoires ne sont pas aussi frappantes que les plaies ou les feux vifs du mont Sinaï. Il s’agit surtout de plaintes et de pleurnicheries. Il n’y a pas à manger. Il n’y a pas à boire. La terre est dangereuse. La Terre Promise n’est pas du coup comme on l’imaginait. La femme de Moise est noire et elle n’est pas de la bonne tribu.

 

Peut-être que le gens ne sont pas tellement intéressés par ces histoires parce que personne n’aime entendre les gens se plaindre : et ce même si leurs plaintes sont justifiées. Les hébreux semblent ingrats et pleurnichards ; incapables de faire confiance à Dieu, bien que Dieu les ait miraculeusement délivrés de l’esclavage. Surement, cela devait être évident qu’Il ne les laisserait pas périr dans le désert après avoir pris la peine de jeter les plaies et séparer la mer Rouge ? Mais peut-être que nous ne devrions pas les juger si hâtivement. Après tout, il n’y avait ni à manger ni à boire. Vous pouvez comprendre pourquoi ils ont fait remarquer ces faits à leur dirigeant. À travers la plupart de l’histoire, les commentateurs sur ces passages ont critiqué les hébreux pour leur manque de respect. Cela ne se faisait pas de saper l’autorité de ceux qui étaient plus âgés et au-dessus de vous. Ceux qui sont au pouvoir sont les plus avisés. Dieu les y avait placé ; et si vous les critiquiez, vous critiquiez directement Dieu. Cette même dynamique prévalait dans les églises. Le Pape, le prêtre ou le Ministre était placé sur un piédestal. Sa voix (et c’était toujours celle d’un homme) était la voix de l’autorité, et malheur à celui qui la remettait en cause. Heureusement, les temps ont changé. Nos dirigeants sont souvent critiqués ; qu’ils aiment cela ou non !

 

Saint-Esprit était comme toutes les autres églises dans le passé. Le Recteur rendait des comptes à l’Évêque, et le Consistoire rendait des comptes au Recteur. Les gens pouvaient se plaindre, mais le pouvoir n’était pas partagé avec eux. La transition vers une nouvelle façon de faire les choses n’est jamais chose facile. L’histoire des hébreux errants dans le désert nous montre à quel point cela peut être difficile. Le passage pour un peuple d’un esclavage oppressant et dégradant à une dignité pleine en tant qu’enfants de Dieu autonomes et indépendants prendra bien plus que quarante ans dans le désert. La liberté à un prix. Le problème avec les plaintes des hébreux n’était pas le fait qu’ils faisaient remarquer qu’ils avaient faim et soif. C’était le fait qu’ils disaient à Dieu et Moise qu’ils préféraient être des gros esclaves plutôt que des êtres libres maigres qui avaient faim et soif. Ils veulent retourner en Égypte. Leurs pleurnicheries sont enfantines. Ils préfèrent reléguer la responsabilité à quelqu’un d’autre afin de pouvoir pleurnicher si les choses tournent mal.

 

Aujourd’hui est notre réunion annuelle, l’un des dimanches dans le calendrier de l’église ou nous revoyons ensemble notre travail et nous réengageons à participer aux activités de l’église dans l’année à venir ; quoi que cette année apporte. Durant les dernières années, Saint-Esprit a connu une énorme expansion. En ce moment, où nous ne pouvons pas nous rencontrer face à face cela peut paraître moins évident. Mais Dieu n’a pas été fainéant durant cette période éprouvante. Il se peut que nous soyons dans une sorte de désert figuré, mais ce désert est précisément l’endroit où les hébreux ont appris ce qu’est l’appartenance et la dignité. Il peut en être de même pour nous. L’appartenance et la dignité définissent notre réunion annuelle. Notre église est pleine de gens talentueux et enthousiastes qui sont prêts à assumer la responsabilité, et en le faisant ils aident l’église ainsi qu’eux-mêmes à croître.

 

La croissance peut parfois être douloureuse. Elle impliquera que l’on laisse derrière nous nos dépendances égoïstes. Elle impliquera le pardon. Elle impliquera la transparence et la responsabilité. Elle impliquera la bonté et l’amour réciproque dont Paul parle quand il dit aux Philippiens de se conduire comme le Christ, qui s’est dépouillé de sa gloire divine et a pris la forme d’un servant. Plus que tout, n’oublions pas d’où nous venons. Nous avons tous été achetés à un prix : la liberté n’est pas bon marché. Dans une abbaye près de Charlotte en Caroline du Nord, une pierre en granit a été convertie en un font baptismal. Dans le passé, cette pierre servait aux enchères sur le marché aux esclaves. L’inscription sur la base est la suivante : « Sur ce rocher, les hommes étaient autrefois vendus en esclavage. Or, sur ce rocher, à travers les eaux du baptême, les hommes deviennent des enfants libres de Dieu. » Tous, nous apprenons doucement à être libres. Au milieu des défis auxquels nous faisons face, ne perdons pas de vue le but de cette liberté : Dieu nous appelle à partager sa joie, et à participer à la transformation extraordinaire de ce monde à travers l’amour sacrificiel.

NJM Ver. FS

Posted in sermons.