Sermon – Pentecost XVII

Pentecost XVII / Rentrée Sunday
September 19, 2021
Proverbs 31:10-31 James 3:13 – 4:3,7-8a Mark 9:30-37

Well, on our annual parish calendar, which we put together last November, today is supposed to be Rentrée Sunday, so welcome back to Saint Esprit! It’s obviously not the sort of Sunday we were imagining, but nevertheless there is cause for some celebration. There is one very special way in which we can welcome you today: if you’re joining us on YouTube, you are hearing and seeing the fruits of an enhanced audio-visual installation at St. Esprit. Twelve years ago on this Sunday, we returned to a a new organ, a new floor, freshly painted walls, a splendid eighteenth-century French armoire and a new electrical system. I was foolish enough to think on that occasion that our renovations and updating of the church was all complete – at least for the time I’d be your rector! But if this wretched pandemic has done anything, it’s pushed us into some new ways of being together that are going to continue alongside the ways in which we have enjoyed being together in the past. I want to thank everyone who has contributed so much to enable all of this to happen. To Rita for the generous gift in memory of Rush that began this transformation eighteen months ago, to St. Thomas for their substantial grant, to Fred for his expertise, careful choice of equipment and hard work of installation. Our little church has proved itself once again to be resilient, adaptable and a perfect venue for our worship and fellowship in the French language. The new installation will make sure that those who continue to attend online (not just here in New York City but all over the world) will feel as welcome and as included as those who will eventually return to the building in person.

I’d also like to thank the wardens and vestry and the staff of the church who have given advice and support and exercised endless patience as we learn to adapt. And last, but most certainly not least, I would like to thank all of you; for your continuing presence during the weeks that we have met together online. For your patience with my slow internet learning curve, for your faithfulness to St. Esprit in hard times. Wherever God takes us next, we are more than prepared!

Today’s gospel reading is perhaps appropriate for the occasion of Rentrée Sunday. We heard an argument between the disciples, who were discussing who should have the place of honor at the right hand of Jesus in the Kingdom to come. The disciples were thinking in terms of earthly prestige and wielding human authority. Who would have the most power? Who amongst the disciples would be the most favored and therefore exercise the most influence? Jesus tells his disciples that they are looking in the wrong place for such reassurance. Unless we become as little children, we will never really understand the nature of the Kingdom of God. Rentrée Sunday is traditionally about taking up the business of life after a relaxing summer. We are sometimes tempted to confuse mere activity with accomplishment of goals. Jesus tells us that our priorities are wrong. We will accomplish nothing unless we trust ourselves to God’s love. The disciples were arguing about who was to be Jesus’ Right-Hand Man: the disciple whom Jesus would turn to in order to “get things done”, the one who would understand Jesus best and be his trusted confidant. But Jesus tells us that we can stand at his right hand only after we have learned to trust ourselves into his arms just as the children did.

The pandemic that we’ve all been living through has given us very little choice about how we can meet together. We have had to give up so much control over the last eighteen months or so, and the analogy of welcoming Jesus like children seems to be a very appropriate image at the moment. We have had to trust like children that we will come through this together, that God will make sure that our beloved community at St. Esprit will thrive in person just as it has thriven online, despite the losses we have endured.

I opened this sermon by welcoming you all back to Saint Esprit in a new way. But in the most important sense, none of us ever left it. Once Jesus has held you in his arms, he will never let you go. As is the case every year, Rentrée Sunday reminds us that WE are the church. Even if we had the most elaborate AV system in the world; even if we had the most beautiful church building in New York City, they would mean precisely nothing if YOU were not here; digitally or in person. The most confident and happiest children are not those who possess the most expensive toys. The happiest children are those who know for sure that they can trust themselves to the unconditional love of their parents and those who look after them. Our time away from this physical building is teaching us that we are in fact such children. God’s love never fails us, and all that we share is a gift from his hands. As the autumn progresses and winter approaches, let us take time to appreciate the wonderful gift that God has given to us in this physical and digital sanctuary and in the nature that surrounds us – and most of all in each other. When the time comes for us to clean and decorate our church for future festivals, I hope that we will remember how well we took care of each other when our choices were limited as those of children, and how well Jesus welcomed us wherever we were to be found.

NJM

 

Le XVIIe Dimanche après la Pentecôte (Dimanche de la rentrée)          le 19 septembre 2021

Eh bien, sur notre calendrier paroissial annuel que nous avons mis en place en novembre dernier, aujourd’hui est censé être le dimanche de la Rentrée, alors bon retour à Saint Esprit ! Ce n’est évidemment pas le genre de dimanche que nous imaginions, mais néanmoins il y a lieu de se réjouir. Il y a une manière très spéciale dont nous pouvons vous accueillir aujourd’hui : si vous nous rejoignez sur YouTube, vous pouvez entendre et voir les fruits du travail d’amélioration de l’installation audiovisuelle de St. Esprit. Lors de ce dimanche il y a douze ans, nous retrouvions un nouvel orgue, un nouveau sol, des murs fraîchement repeints, une splendide armoire française du XVIIIe siècle et un nouveau système électrique. J’ai pensé à cette occasion, d’une façon un peu idiote, que nos rénovations et la mise à jour de l’église étaient toutes terminées – du moins pendant la période durant laquelle je serais votre recteur ! Mais si cette misérable pandémie a bien accompli quelque chose, c’est de nous pousser vers de nouvelles façons d’être ensemble qui vont continuer parallèlement à la façon dont nous avons apprécié nos rassemblements dans le passé. Je tiens à remercier tous ceux qui ont tant contribué pour que tout cela se produise. Rita, pour le don généreux en souvenir de Rush qui a commencé cette transformation il y a dix-huit mois, mais aussi à l’église St. Thomas pour sa contribution considérable. Fred aussi pour son expertise, son choix judicieux d’équipement et son travail acharné d’installation. Notre petite église s’est une fois de plus avérée résiliente, adaptable, et un lieu parfait pour nos offices et nos communions en français. La nouvelle installation garantie que ceux qui continueront à participer en ligne (pas seulement ici à New York mais partout dans le monde) se sentiront aussi bienvenus et inclus que ceux qui finiront par enfin revenir en personne.

Je tiens également à remercier les gardiens, le consistoire et le personnel de l’église, qui ont offert des conseils et du soutien et qui ont fait preuve d’une patience sans fin alors que nous apprenons à nous adapter. Et enfin, mais ce n’est certainement pas le moindre des remerciements, je tiens à vous remercier, vous tous ; pour votre présence continue pendant les semaines où nous nous sommes réunis en ligne. Pour votre patience quant à la lenteur de mon apprentissage sur Internet, pour votre fidélité à Saint-Esprit lors des moments difficiles. Où que Dieu nous mène ensuite, nous sommes plus que préparés !

La lecture de l’évangile d’aujourd’hui est peut-être des plus appropriées pour l’occasion du dimanche de la rentrée. Nous avons entendu parler d’une dispute entres les disciples, lors de laquelle ils discutaient entre eux de qui devraient obtenir la place d’honneur à la droite de Jésus dans la Royaume à venir. Les disciples pensaient en termes de prestige terrestre et d’exercice de l’autorité humaine. Qui aura le plus de pouvoir ? Qui parmi les disciples sera le favori et ainsi exercera le plus d’influence ? Jésus dit à ses disciples qu’ils cherchent du réconfort au mauvais endroit. À moins de ne devenir semblable à des petits enfants, nous ne comprendrons jamais vraiment la nature du Royaume de Dieu. Le dimanche de la rentrée consiste généralement à se remettre aux routines de la vie après un été relaxant. Nous sommes parfois tentés de confondre de simples activités avec l’accomplissement de buts. Jésus nous dit que nous nous concentrons sur les mauvaises priorités. Nous n’accomplirons rien à moins que nous ne nous abandonnions dans la confiance en l’Amour de Dieu. Les disciples se disputaient pour savoir qui serait le bras droit de Jésus : le disciple vers lequel Jésus se tournerait pour ‘s’occuper des choses’, celui qui comprendrait Jésus le mieux et qui aurait sa confiance et qui serait son confident. Mais Jésus nous dit que nous ne pourrons nous tenir à sa droite qu’après avoir appris à nous abandonner dans la confiance en lui, dans ses bras, tout comme les enfants l’ont fait.

La pandémie que nous avons tous traversé ne nous a pas offert beaucoup de choix quant à la façon de se retrouver ensemble. Nous avons dû abandonner tellement de contrôle lors des dix-huit derniers mois, et l’analogie d’accueillir Jésus comme des enfants semble être une image très appropriée en ce moment. Dans la confiance, nous avons dû croire comme des enfants que nous allions traverser cette situation ensemble, que Dieu allait s’assurer que notre communauté à Saint-Esprit prospérerait en personne tout autant qu’elle a prospéré en ligne, malgré les pertes que nous avons subies.

J’ai commencé ce sermon en vous accueillant tous à Saint-Esprit d’une nouvelle manière. Mais dans le sens le plus important, aucun de nous n’a jamais quitté l’église. Une fois que Jésus vous aura tenu dans ses bras, il ne vous laissera plus jamais partir. Comme chaque année, le dimanche de la rentrée nous rappelle que NOUS sommes l’église. Même si nous avions le système de diffusion en ligne le plus élaboré au monde ; même si nous avions la plus belle église de New-York, cela ne signifierait précisément rien si VOUS n’étiez pas ici ; virtuellement ou en personne. Les enfants les plus confiants et les plus heureux ne sont pas ceux qui possèdent les jouets les plus chers. Les enfants les plus heureux sont ceux qui savent avec certitude qu’ils peuvent se fier à l’amour inconditionnel de leurs parents et de ceux qui s’occupent d’eux. Notre temps loin de ce bâtiment physique nous apprend que nous sommes en réalité ces enfants. L’amour de Dieu ne nous fait jamais défaut, et tout ce que nous partageons est un don de ses mains. Alors que l’automne avance et que l’hiver approche, prenons le temps d’apprécier le merveilleux cadeau que Dieu nous a fait dans ce sanctuaire physique et numérique et dans la nature qui nous entoure – et surtout chez les uns et les autres. Lorsqu’il sera temps pour nous de nettoyer et de décorer notre église pour les futures célébrations, j’espère que nous nous souviendrons à quel point nous avons pris soin les uns des autres lorsque nos choix étaient limités comme ceux des enfants, et à quel point Jésus nous a bien accueillis où que nous puissions être trouvés.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.