Sermon – Pentecost XVI

Pentecost XVI – Rentrée Sunday
September 20, 2020
Exodus 16:2-15
Philippians 1:21-30
Matthew 20:1-16

I suppose of all of Jesus’ parables, the parable of the laborers in the vineyard is one of the most appropriate for today: Rentrée Sunday of our French classes, and the Sunday before our Annual General Meeting. It is also an appropriate reading for late September, the traditional height of the vendange season in France. The vendange season in the Levant is usually somewhat earlier, so those who heard Jesus’ story probably imagined it taking place in the heat of the months of July and early August. In this parable, a farmer notices that his grapes are ready for picking, and he goes to the marketplace of the village to hire day laborers for the task. As the day goes on, he realizes (not just once but twice) that he doesn’t have enough workers to finish the task. At the end of the day he pays everyone the same amount, whether they’ve worked ten hours or two. He doesn’t cheat anyone. The wage he pays to those who have worked the longest is the wage those workers thought fair at the start of the day. It’s just that those who have worked longer feel cheated when they compare themselves to others.

The parable is disturbing at a number of levels. We are so used to associating hard work with reward that we are scandalized by the behavior of the landowner who pays his workers seemingly without reference to the hours they have put in. We are so used to comparing ourselves to others that we feel indignant on behalf of the people who worked a longer time for exactly the same pay – especially since they worked through the heat of the day. The concluding statement, “The last will be first and the first will be last” is the final barb in this little story. And what of the landowner himself? Not only is his pay-scale eccentric, he appears to be a rather incompetent farmer. Surely, he knew how many grapes there were to harvest? Why did he twice miscalculate the number of workers he needed to do the job? Were the first people he hired simply lazy and didn’t work fast enough? Were there more grapes to be harvested than he first believed? The parable does exactly what Jesus intended it to do; it confounds our expectations. It makes us think.

People have interpreted the parable in a number of ways through the ages. It is possible that the congregations for which Matthew’s Gospel was written were composed of both Jews and converted Gentiles. The laborers who worked the longest were perhaps interpreted as the Jewish converts who believed that their ancestors had labored in the vineyard for longer than the recently converted Gentiles. They had also suffered longer ‘in the heat of the day’ through persecution or exile. The parable was supposed to lay this sort of envious comparison to rest. Jew or Gentile, we are all working in the same vineyard, and God’s love is not measured in terms of ‘more’ or ‘less’. Others see the parable as referring to God’s grace, shown to us in the love of Christ. God does not reward us according to the amount of time we have put in. Someone who has followed Jesus all their lives is loved just as much as someone who made that decision only a few moments ago. God has no favorites; and neither should we. The economy of God’s love does not operate in the same way as the world’s economy. God’s love is absolute – it gives all and forever – it is not measured in hours or by merit.

So what does the parable have to say about our Rentrée Sunday? Our vineyard is certainly very full, perhaps even more full than we realize; especially at the moment when the physical church looks empty, but our attendance online is even larger. I’m not just talking about our French classes and the laborers who have so generously agreed to work with our students. I’m talking about our worship and the many activities of the church. Remember the pre-Covid days when I opened the church for cleaning and decorating at Christmas and Eastertide, or when I arranged the back garden for our summer receptions? I’ve cheered the first arrivals with the enthusiasm of a fresh day. At the end of those occasions when the decorations have to come down and the bottles are empty, the helpers who came later are appreciated and loved just as much as those who were here from the start. Early or late, your contribution brings in the harvest, and you make this community what it is. Secondly, it is never a good idea to compare ourselves to others. There are no ‘more’ or ‘less’ valuable people in the church, and if we start to compare ourselves with others, we will only be disappointed. The ‘visible’ staff in the church during our services are no more loved or more valuable than those of you who are joining us electronically. The building is closed, but the grapes still need harvesting! I’ve now been ordained for thirty years, and I’m sometimes tempted to cast a jealous eye on the enthusiasm and seemingly boundless energy of those who are just starting out on this road. Why can’t God give me a bit of their stamina? Comparisons are invidious, and lead to resentment and bad feelings. Finally, what is our salary? The salary received is being in God’s presence, with all the peace, the hope and the love that this entails. There are no second prizes when it comes to God’s love. There is no silver or bronze medal awarded. When that final harvest is gathered in, we will understand the boundless and inexhaustible generosity of God’s love. There is no room for resentment when our satisfaction and fulfilment is complete, when our fears are no more and our desire to love and to be loved is reciprocated by the one who gave all for us; our savior Jesus Christ.

NJM

 

Le seizième dimanche de la Pentecôte – Le dimanche de la rentrée
Le 20 septembre 2020 – Exode 16:2-15 Philippiens 1:21-30 Matthieu 20:1-16

J’imagine que, de toutes les paraboles de Jésus, celle des ouvriers de la vigne est l’une des plus appropriée pour ce jour : le dimanche de la rentrée des classes de français, et le dimanche qui précède notre assemblée générale. C’est aussi une lecture appropriée pour la fin septembre, l’apogée de la saison des vendanges en France. Les vendanges dans le Levant (Proche-Orient) se déroulent d’habitude un peu plus tôt, donc ceux qui ont entendu l’histoire de Jésus l’ont probablement imaginée se déroulant dans la chaleur des mois de juillet et d’août. Dans cette parabole, un maître de maison se rend compte que son raisin est prêt à être cueilli, et il se rend à la place du marché du village afin de louer des ouvriers pour accomplir cette tâche. Au fur et à mesure du jour, il se rend compte (non seulement une fois, mais deux fois) qu’il n’a pas assez d’ouvriers pour finir le travail. À la fin de la journée, il paie tout le monde la même somme, qu’ils aient travaillé dix heures, ou deux heures. Il ne trompe personne. Ce qu’il a payé aux ouvriers qui ont travaillé le plus longtemps est le salaire qu’ils avaient considéré juste au début du jour. Il se trouve seulement que ceux qui ont travaillé le plus longtemps se sentent lésés lorsqu’ils se comparent aux autres ouvriers.

Cette parabole est troublante à plusieurs niveaux. Nous sommes tellement habitués à associer le travail acharné avec la récompense, que nous sommes scandalisés par le comportement du maître de maison qui paie de toute évidence ses ouvriers sans prêter attention au nombre d’heures qu’ils ont passé à travailler. Nous sommes tellement habitués à nous comparer aux autres que nous sommes indignés pour ceux qui ont travaillé plus longtemps et reçu le même salaire – en particulier lorsqu’ils ont enduré la fatigue et la chaleur du jour. La phrase de conclusion, “les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers” est la dernière pique de cette petite histoire. Et qu’en est-il du maître de maison ? Non seulement son échelle de paiement est excentrique, mais il semble aussi qu’il ne soit pas très compétent à sa tâche. Il devait certainement connaître la quantité de raisin à récolter ? Pourquoi s’est-il trompé deux fois quant au nombre d’ouvriers dont il aurait besoin pour ce travail ? Est-ce que les premiers ouvriers qu’il avait employés étaient fainéants et ne travaillaient simplement pas assez vite ? Y avait-il plus de raisin à récolter qu’il ne l’avait imaginé au départ ? La parabole accomplit exactement ce que Jésus voulait qu’elle accomplisse ; elle contrecarre nos prévisions. Elle nous fait penser.

Cette parabole a été interprétée de différentes façons à travers les âges. Il est possible que la congrégation pour laquelle l’Évangile de Matthieu a été écrit ait été composée de Juifs et de Gentils. Les ouvriers qui ont travaillé le plus longtemps étaient peut-être compris comme les Juifs convertis qui croyaient que leurs ancêtres avaient travaillé à la vigne plus longtemps que les Gentils récemment convertis. Ils avaient aussi souffert plus longtemps ‘la fatigue du jour et la chaleur’ à travers la persécution ou l’exile. La parabole était supposée enterrer ces comparaisons jalouses. Juifs ou Gentils, nous travaillons tous à la même vigne, et l’amour de Dieu ne se mesure pas en termes de ‘plus’ ou ‘moins’. D’autres voient la parabole comme une référence à la grâce de Dieu, qui nous est montrée dans l’amour du Christ. Dieu ne nous récompense pas sur une échelle de temps. Quelqu’un qui a suivi Jésus toute sa vie est aimé autant que quelqu’un qui a pris cette décision il y a seulement quelques instants. Dieu n’a pas de favori ; et de la même façon, nous ne devrions pas en avoir. L’économie de l’amour de Dieu n’opère pas de la même façon que l’économie du monde. L’amour de Dieu est absolu – il donne tout et pour toujours – il n’est pas mesuré en heures ou au mérite.

Alors, quel est le rapport entre la parabole et le dimanche de la rentrée ? Notre vigne est certainement très abondante, peut-être même plus abondante que l’on ne peut s’en rendre compte ; surtout en ce moment, alors que le bâtiment de l’église semble vide mais votre présence en ligne est encore plus grande. Je ne parle pas seulement des classes de Français et des volontaires qui ont si généreusement accepté de travailler avec nos étudiants. Je parle de notre pratique religieuse et des nombreuses activités au sein de l’église. Souvenez-vous lorsque j’ouvrais l’église pour son nettoyage et sa décoration à la période de noël ou de Pâques, ou lorsque j’arrangeais l’arrière-cour pour nos réceptions estivales, j’y accueillais les premiers arrivants avec l’enthousiasme d’un jour nouveau. À la fin de ces occasions, lorsque les décorations devaient être retirées, et les bouteilles étaient vides, ceux qui étaient arrivés plus tard et nous aidaient étaient appréciés et aimés tout autant que ceux qui étaient là dès le début. Tôt ou tard, votre contribution amène la vendange, et vous faites de cette communauté ce qu’elle est. Ensuite, ce n’est jamais une bonne idée de se comparer aux autres. Il n’y a pas de gens ‘plus’ ou ‘moins’ importants dans l’église, et si nous commençons à nous comparer les uns les autres, nous serons déçus. Ceux que vous ‘voyez’ dans l’église durant nos offices ne sont pas plus aimés ou plus indispensables que ceux d’entre vous qui nous rejoignent virtuellement. Le bâtiment est fermé, mais le raisin devra être récolté ! Cela fait maintenant trente ans que je suis prêtre, et je suis tenté de temps en temps de regarder avec jalousie l’enthousiasme et l’énergie apparemment sans limite de ceux qui viennent de se lancer sur ce chemin. Pourquoi est-ce que Dieu ne peut pas me donner un peu de leur endurance ? Les comparaisons sont injustes, et elles mènent au ressentiment et mettent mal à l’aise. Enfin, quel est votre salaire ? Le salaire reçu est la présence de Dieu, accompagnée de toute la paix, l’espoir et l’amour que celle-ci entraîne. Il n’y a pas de deuxième prix dans l’amour de Dieu. Il n’y a ni médaille d’argent, ni médaille de bronze. Quand cette dernière récolte se déroulera, nous comprendrons la générosité sans limite et inépuisable de l’amour de Dieu. Il n’y a aucune place pour le ressentiment quand notre satisfaction et notre épanouissement sont complets, quand nos peurs n’existent plus et notre désir d’aimer et d’être aimés sont donnés en retour par celui qui a tout donné pour nous ; notre sauveur Jésus Christ.

NJM Ver. FR : FS

Posted in sermons.