Sermon – Pentecost XIX

Pentecost XIX
October 11th, 2020
Exodus 32:1-14 Philippians 4:1-9 Matthew 22:1-14

What a confusing parable we heard from Matthew’s Gospel! Here are the two things that bother me the most. Firstly, the king sends his slaves to issue the invitation to the high-born citizens of the realm. When they turn him down – sometimes violently – the king sends soldiers to kill them. I’m glad that my RSVP regrets haven’t been treated with the same severity in the past. Secondly, at first sight, the conclusion of the story doesn’t fit well with the rest of it. The parable claims that many people were invited, and in fact, many people came – the marriage hall was full. Only one person was turned away, because he wasn’t wearing the right clothes. We are expecting Jesus to finish with the statement, “Many are called, and only one is turned away; most will have the pleasure of enjoying the wedding feast.” But instead, Jesus says “Many are called, but few are chosen.”

How can we make sense of these two curious and troubling elements in the parable? The context of the parable in Matthew’s Gospel gives us a clue. The closer Jesus gets to Jerusalem, his comments about the Jewish religious authorities of his day become more and more harsh. Here is an example: “Woe to you scribes and Pharisees, hypocrites! You traverse sea and land to make a single convert, and when he becomes a convert, you make him twice as much of a child of hell as yourselves! (Mat. 23) When we read the parable in this context, Jesus seems to be saying that the initial invitees to God’s banquet (the chosen people of God) have been passed over because of their stubbornness and their mistreatment of His messengers. Their rejected invitations have been passed on to the riff-raff, who are invited when the chosen people fail to show up. While this explanation gives us some historical context, it doesn’t lessen the harshness of judgment that we find in the parable. We are the riff-raff. We are the ones who have been invited to the wedding feast when all the other invitees have told the host that they have better plans on that day. Jesus has invited us to be his guests. The invitation is not based on any inherent merit that we have. We’ve not been invited because we are respectable, because we are a good ethnic mix, because we have good qualifications, a noble ancestry, or even because we have suffered more than other people. We are invited because God has chosen to invite us – that is all we know.

But we are still left with the strange case of the inappropriately dressed invitee who is thrown out of the banqueting hall. How many of us watching on Youtube are still in pajamas? Would we all dress differently if we were on Zoom? Many people who preach on the themes of inclusivity in the church will tell you that when you’ve been invited to God’s feast, it really doesn’t matter what you think or how you behave. Your unworthiness is irrelevant: the invitation is enough. That is only partly true. Once we receive our invitation, Jesus tells us that we are to clean up and make ourselves ready for a wonderful party. He does not want us to stay as we were when he found us on the highways and byways. When he found us, we were troubled, confused, sinful, sick or in deep distress. Perhaps we still are. But God loves us so much that he will not leave us unchanged. He wants none of us to remain in the gutter: just as the host of the party wanted his invitees to put off their old clothes and put on their wedding robes. Unless we are willing to take off the ragged clothes of despair, anger, arrogance, resentment, self-righteous pride or false modesty and to replace them with the wedding garments of faith, hope and love, we are not treating God’s invitation with the honor or respect that it deserves.

Two other brief points. From The Urban Dictionary:

“Rando def. a random person or thing. ex. Jane: How was the party last night? John: Ah, pretty good, but there were a bunch of randos there.”

Sometimes I find it helpful to remember that I am one of the rando riff-raff who is on the second tier of the invite list. I’m not here for my skill, my intelligence, my connections or my good looks. I’m a guest of a generous host – just as we all are. The ‘B’ list has become the ‘A’ list only because we have chosen to show up. And I’m comforted knowing that I should expect to hang out with all sorts of riff-raff at this same party, since I myself am one of the riff-raff invited at the last minute. I don’t expect my fellow invitees to behave impeccably. The Church is a profound disappointment to people who are expecting to find a group of perfect people gathered in it. We are all a bunch of randos – but a bunch of randos that God loves.

From an Internet etiquette site:

  1. Dear Maralee, People not responding to my invitations frustrate me. What is the etiquette of RSVP? Should I write on the invitation “Regrets only,” or should people call to let me know either way?
  2. I’m with you! People’s insensitivity and rudeness to the efforts of someone extending hospitality to them is a top etiquette irk of mine.
  3. How quickly should we respond?
  4. Within 24 hours.
  5. Wow that’s fast, Maralee! What’s the hurry?
  6. Well, a prompt response signals that you’re excited to be included in the event. Think of it this way. If I held up a $100 bill and asked if you wanted it or not, I doubt if you would wait two weeks (or forget completely!) to let me know if you would like to accept. Instead, you would very quickly probably say, “Thank you, Maralee! I’d love to accept!” That’s the same enthusiasm and quickness that is nice of us to show when responding to invitations. Our timely response is our outward expression of our inward consideration! Let’s just keep repeating, “Within 24 hours! Within 24 hours!”

The invitation to the party went out to everyone. God would love for you to be there. Get back to him as soon as you can. And don’t worry about the new clothes. The very fact that you are worried about what you might wear is a sign that you are already properly dressed. Welcome to the party, and when we’re back together again in person, remember to leave the pajamas at home!

NJM



Le dix-neuvième dimanche de la Pentecôte                                                                     Le 11 octobre 2020

Quelle parabole déroutante nous venons d’entendre dans l’Évangile de Matthieu ! Il y a deux choses qui m’y importunent en particulier. Premièrement, le roi charge ses esclaves d’inviter les gens de haute-naissance du royaume. Lorsque ceux-ci refusent l’invitation – parfois violemment – le roi envoie ses soldats afin de les tuer. Je suis heureux que les invitations que j’ai dû refuser dans le passé n’aient pas engendré ce genre de réactions sévères ! Deuxièmement, à première vue, la conclusion de l’histoire ne semble pas bien aller avec le reste. La parabole nous dit que beaucoup de gens ont été invités, et de ce fait, beaucoup de gens sont venus – la grande salle de mariage était pleine. Seulement une personne a été renvoyée parce qu’elle ne portait pas les bons vêtements. Nous attendons que Jésus finisse cette déclaration, “beaucoup sont invités, et seulement un est renvoyé ; la plupart profitera du festin de mariage.” Mais au lieu de ça, Jésus dit “beaucoup sont invités, mais peu sont choisis.”

Comment donner un sens à ces deux éléments curieux et troublants dans la parabole ? Le contexte de la parabole dans l’Évangile de Matthieu nous donne un indice. Plus Jésus se rapproche de Jérusalem, plus ses commentaires sur les autorités religieuses juives sont durs. En voici un exemple: “Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un converti et, quand il l’est devenu, vous en faites un fils de l’enfer deux fois pire que vous.” (Matthieu 23:15) Lorsque nous lisons la parabole dans ce contexte, Jésus semble dire que les gens initialement invités au banquet de Dieu (le peuple choisi) ont été ignorés à cause de leur obstination et de leur maltraitance de Ses messagers. Les invitations qu’ils ont rejetées ont été transférées aux canailles, qui ont été invitées lorsque le peuple choisi ne s’est pas présenté. Alors que cette explication nous donne un contexte historique, elle ne réduit pas la dureté du jugement que nous trouvons dans la parabole. Nous sommes les canailles. Nous sommes ceux qui ont été invités au festin de mariage lorsque tous les autres invités ont dit à l’hôte qu’ils avaient mieux à faire ce jour-là. Jésus nous a invités à être ses convives. L’invitation n’est pas basée sur notre mérite intrinsèque. Nous n’avons pas été invités parce que nous sommes respectables, parce que nous possédons le bon mélange ethnique, parce que nous avons de bonnes qualifications, de nobles ancêtres, ou même parce que nous avons souffert plus que d’autres. Nous sommes invités parce que Dieu a choisi de nous inviter – c’est tout ce que nous savons.

Mais il nous reste toujours à expliquer cet étrange cas de l’invité qui ne portait pas les bons vêtements et s’est retrouvé jeté hors de la grande salle du banquet. Combien d’entre nous sont en train de regarder l’office sur YouTube en pyjama ? Est-ce qu’on s’habillerait différemment si nous étions sur Zoom ? Beaucoup de gens qui prêchent sur le thème de l’inclusion dans l’église vous diront que lorsque vous avez été invité au festin de Dieu, ce que vous pensez ou la façon dont vous vous comportez n’a pas d’importance. Votre indignité est hors de propos : l’invitation suffit. Ce n’est vrai qu’en partie. Une fois que nous avons reçu l’invitation, Jésus nous dit qu’il faut que nous nous nettoyions et que nous nous préparions pour une fête fabuleuse. Il ne veut pas que nous restions comme nous étions lorsqu’il nous a trouvé ici ou là-bas. Quand il nous a trouvé, nous étions troublés, perdus, pécheurs, malades ou en grande détresse. Peut-être le sommes-nous encore. Mais Dieu nous aime tellement qu’il ne nous laissera pas inchangés. Il ne veut qu’aucun de nous ne reste dans le caniveau : de la même façon que l’hôte de la fête voulait que ses convives enlèvent leurs anciens vêtements et portent leurs habits de mariage. Si nous ne sommes pas prêts à retirer les guenilles du désespoir, de la colère, de l’arrogance, du ressentiment, de l’hypocrisie moralisatrice ou de la fausse modestie, pour les remplacer avec les habits de mariage de la Foi, de l’espérance et de l’amour, nous ne traitons pas l’invitation de Dieu avec l’honneur ou le respect qui lui est dû.

Deux autres points, brièvement. On peut trouver dans un dictionnaire urbain l’utilisation du terme marseillais “payot”, défini comme quelqu’un qui n’a pas une personnalité très marquée, qui n’a pas un look particulier et se contente de s’habiller avec ce qu’il trouve dans sa penderie. En contexte : Jean – “Comment était la soirée hier ?” Jeanne – “Plutôt pas mal, mais il y avait un tas de payots là-bas” Parfois, je trouve qu’il est utile de me souvenir que je suis l’un de ces payots, l’une de ces canailles sur la deuxième partie de la liste des invités. Je ne suis pas ici grâce à mes compétences, mon intelligence, mes connections ou mon apparence. Je suis l’invité d’un hôte généreux – comme nous le sommes tous. La liste secondaire est devenue la liste principale seulement parce que nous avons décidé de venir. Et je suis réconforté de savoir que je peux espérer passer cette fête avec toutes sortes de canailles, puisque je suis moi-même une canaille invitée à la dernière minute. Je n’attends pas des autres invités qu’ils se comportent impeccablement. L’Église est une profonde déconvenue pour ceux qui s’attendent à y trouver rassemblé un groupe de gens parfaits. Tous, nous sommes un tas de payots – mais un tas de payots que Dieu aime.

Tiré d’un site sur la bienséance:

Q – Chère Maralee, les gens qui ne répondent pas aux invitations me frustrent. Quelle est la bienséance pour répondre à celles-ci ? Devrais-je écrire sur les invitations “merci de ne répondre que si vous voulez envoyer vos regrets”, ou les gens devraient-ils m’appeler quelle que soit leur réponse ?

R – Je vous comprends ! L’insensibilité et l’impolitesse des gens envers les efforts que quelqu’un met en oeuvre quand il offre son hospitalité est l’une des fautes de savoir-vivre qui m’agacent le plus.

Q – Quel est le délai de réponse approprié ?

R – Sous vingt-quatre heures.

Q – Cela semble très rapide Maralee ! Quelle est l’urgence ?

R – Et bien, une réponse rapide montre que vous êtes impatient de participer à l’évènement. Voyez la chose de cette façon. Si je mettais un billet de cent dollars sous votre nez et que je vous demandais si vous le vouliez, je doute que vous attendiez deux semaines (ou bien même que vous oubliiez) avant de me faire savoir si vous désirez l’accepter. Au lieu de ça, vous diriez, probablement très rapidement, “merci Maralee ! Je l’accepte avec joie !” C’est le même enthousiasme et la même rapidité qu’il est bienveillant de montrer lorsque nous répondons à des invitations. Notre réponse opportune est l’expression externe de notre estime interne ! Répétons ensemble, “Sous vingt-quatre heures ! Sous vingt-quatre heures !”

Les invitations à la fête ont été envoyées à tout le monde. Dieu serait ravi de votre présence. Répondez-lui aussi vite que vous le pouvez. Et ne vous inquiétez pas pour les nouveaux vêtements. Le simple fait que vous vous souciez de ce que vous allez porter est un signe que vous êtes déjà habillés correctement. Bienvenus à la fête, et lorsque nous nous retrouverons en personne, souvenez-vous de laisser les pyjamas à la maison !

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.