Sermon Pentecost XIV

Fourteenth Sunday after Pentecost
September 6, 2020
Exodus 12:1-14
Romans 13:8-14
Matthew 18:15-20

When people who are unfamiliar with Christian communities hear the word “Church”, they respond in many different ways. I’ve heard some people saying “The church – they may start out nicely, but don’t worry, they’ll get to you in the end – all they really want is money.” Others think of churches as completely dull – always the same thing, always the same old platitudes. “Its people are sort of boring – not just the services, but the people as well.” Others say that the Church is a crutch for weak people. Still others accuse church people of hypocrisy. “They go to church on Sunday, and then you should see what they get up to in the week!” And then there are those who think that you can be a perfectly good Christian without being associated with a church at all. Still others say, “The church and its teachings are absurd. Twenty first century people can’t believe that stuff anymore.” And finally, there is the saddest response of all: “I have been hurt by the church. When I needed them, they weren’t there to help me. Priests are just pompous prigs who always think they are right.”

Our reading contains one of only two references to the church in the gospel of Matthew. The idea is simple; if you are having a problem with someone in the church, go and talk to them face to face. If the problem persists, talk to three or four wise people in the congregation. Only if that doesn’t work, talk to the whole congregation. Keep praying, and rely on Christ to teach you the love and forgiveness that Jesus himself exercised, even towards his own enemies.

The church should always be focused on Christ and not on itself. Unfortunately, that is very seldom the case. Churches are often more sold on the notion of ‘success’ than they are on the teachings of Christ. People are always on the lookout for a “successful” church. Successful churches are always growing bigger and better, with lots of programs, interesting people, talented leadership and excellent music. Christ’s invitation to us to love people and to suffer with them throughout the world is forgotten in a welter of programs and activities. People all too often are looking for a church that “meets their needs.”

Unfortunately, if you idealize the leader of a church you will always be disappointed. They will never be able to love you and care for you in the way that you want. And if you’re mesmerized by a particular church ‘program’, I can guarantee that, over time, you will lose interest in it. That is the way it is with all congregations. The purpose of the church is not to provide a stage for a leader, or to administer successful programs. The purpose of the church is to introduce people to the love of God. Of course, ministers and programs can play a crucial part in this introduction – but they are not an end in themselves. I have to say that in an American context, programs, surveys, strategies, mission statements and planning documents can finish up by being an end in themselves. We run the risk of leaving the Holy Spirit with nothing to do apart from to flow through the carefully constructed channels we’ve laid down in advance. We’d all love to control the Covid virus and its impact on our community life. More surveys! More policy statements! More technologies and strategies! These things are crucial, but they are not replacements for listening carefully and prayerfully to where the Spirit may be leading us.

As we read the Gospel story today, we will see that the second most important thing that churches can do is to help each other in the midst of our imperfections and difficulties. At their best, churches – just like families – can help us to grow up and become more mature people. There is almost nothing worse in the world than religious people who think they are holier or better or less sinful than other people. The church is supposed to be a clinic that helps to treat and heal our imperfect souls. It is supposed to be a community of loving people who are concerned about each other; not a forum in which we can boast about our own goodness or piety.

We all want to be wanted, especially at a time when many of us feel marginalized or put to one side until ‘the epidemic is over’. We want to be loved. We want people to treat us as friends. The church is a fellowship in which those sorts of relationships should be possible. A researcher into parish life once found out that if a new person who comes to a church learns the names of seven people in the congregation and becomes friendly with them, it is 99% certain that they will stay. If no one greets them or knows their name, there is almost a 100% certainty that they will leave. Curiously enough, as a church grows larger, it must grow smaller. I know this is hard at the moment, but there are signs of hope in the community that has been so faithfully participating in our daily prayers and weekly Eucharists.

As we approach another Rentrée, we need to remind ourselves of these things. The purpose of a church is to welcome strangers who come through its doors. We have a busy season approaching; but if we keep our eyes on the love that Christ had for those he met, we will remain true to the task that God has given to us all at St. Esprit. Get to know some new people. Leave a message on our Youtube channel. Jesus said, “Where ever two or three are gathered in my name, there am I in the midst of them.” As our new season begins, let us commit ourselves anew to that vision, and love as Christ loved us.

NJM

 

Le quatorzième dimanche après la pentecôte                                               le 6 septembre 2020

Lorsque des personnes qui ne sont pas familières avec des communautés chrétiennes entendent le mot « Église », elles répondent de différentes manières. J’ai entendu des gens dire : « à l’’église – ils peuvent avoir l’air gentils au début, mais ne vous inquiétez pas, ils finiront par vous avoir – tout ce qu’ils veulent vraiment, c’est de l’argent. » D’autres pensent que les églises sont complètement ennuyeuses – c’est toujours la même chose, toujours les mêmes vieilles platitudes. « Les gens y sont plutôt ennuyeux – les offices oui, d’un côté, mais aussi les gens. » D’autres disent que l’Église est une béquille pour les faibles. D’autres encore accusent ses membres d’hypocrisie. « Ils vont à l’église le dimanche, et ensuite, si vous voyiez ce qu’ils faisaient pendant la semaine ! » Et puis il y a ceux qui pensent que vous pouvez être un parfait chrétien sans être associé du tout à une église. D’autres encore disent : « L’Église et ses enseignements sont absurdes. Les gens du XXIe siècle ne peuvent plus croire à ce genre de choses. » Et finalement, il y a la réponse la plus triste de toutes : « J’ai été blessé par l’église. Quand j’avais besoin d’elle, elle n’était pas là pour m’aider. Les prêtres ne sont que des moralistes pompeux qui pensent toujours avoir raison. »

Notre lecture contient l’une des deux seules références à l’église dans l’évangile de Matthieu. L’idée est simple ; si vous avez un problème avec quelqu’un à l’église, allez lui parler face à face. Si le problème persiste, parlez avec trois ou quatre sages de la congrégation. Seulement si cela ne fonctionne pas, parlez à toute la congrégation. Continuez à prier et comptez sur le Christ pour vous enseigner l’amour et le pardon que Jésus lui-même a exercés, même envers ses propres ennemis.

L’église devrait toujours se concentrer sur le Christ et non sur elle-même. Malheureusement, c’est très rarement le cas. Les églises se vendent plus souvent sur la notion de « succès » que sur les enseignements du Christ. Les gens sont toujours à la recherche d’une église qui a du « succès ». Les églises qui réussissent continuent de grandir et de s’améliorer, avec beaucoup de programmes, des gens intéressants, des dirigeants talentueux et une excellente musique. L’invitation que le Christ nous fait d’aimer les gens et de souffrir avec eux à travers le monde est oubliée dans une foule de programmes et d’activités. Les gens recherchent trop souvent une église qui « répond à leurs besoins ».

Malheureusement, si vous idéalisez le dirigeant d’une église, vous serez toujours déçu. Ils ne pourront jamais vous aimer et prendre soin de vous comme vous le souhaitez. Et si vous êtes fasciné par un « programme » d’église en particulier, je peux vous garantir qu’avec le temps, vous perdrez tout intérêt pour celui-ci. C’est comme ça pour toutes les congrégations. Le but de l’église n’est pas de fournir une scène pour un dirigeant, ou d’offrir des programmes réussis. Le but de l’église est d’introduire les gens à l’amour de Dieu. Bien entendu, les ministres et les programmes peuvent jouer un rôle crucial dans cette introduction – mais ils ne sont pas une fin en soi. Je dois dire que dans un contexte américain, les programmes, les enquêtes, les stratégies, les énoncés de mission et les documents de planification peuvent finir par être une fin en soi. Nous courons le risque de ne laisser au Saint-Esprit rien d’autre à faire que de circuler à travers les voies soigneusement construites que nous avons établies à l’avance. Nous aimerions tous contrôler le Covid et son impact sur notre vie communautaire. Plus de sondages ! Plus de déclarations politiques ! Plus de technologies et de stratégies ! Ces choses sont cruciales, mais elles ne remplacent pas une attention dans l’écoute et la prière de l’endroit où l’Esprit pourrait nous conduire.

En lisant l’histoire de l’Évangile d’aujourd’hui, nous entendons que la deuxième chose la plus importante que les Églises peuvent faire est de s’entraider au milieu de nos imperfections et de nos difficultés. Au mieux, les églises – tout comme les familles – peuvent nous aider à grandir et à devenir des personnes plus mûres. Il n’y a presque rien de pire dans le monde que les religieux qui pensent être plus saints ou meilleurs ou pécher moins que les autres. L’église est censée être une clinique qui aide à traiter et à guérir nos âmes imparfaites. Elle est censé être une communauté de personnes aimantes qui se soucient les unes des autres ; pas un forum dans lequel nous pouvons nous vanter de notre propre bonté ou piété.

Nous voulons tous être désirés, en particulier à un moment où beaucoup d’entre nous se sentent marginalisés ou mis de côté jusqu’à ce que « l’épidémie soit terminée ». Nous voulons être aimés. Nous voulons que les gens nous traitent comme des amis. L’Église est une communauté dans laquelle ce genre de relations devrait être possible. Un chercheur sur la vie paroissiale a découvert un jour que si une nouvelle personne qui vient dans une église apprend le nom de sept personnes dans la congrégation et se lie d’amitié avec elles, il est certain à 99% qu’elle restera. Si personne ne les accueille ou ne connaît leur nom, il y a presque 100% de chances qu’ils partiront. Curieusement, à mesure qu’une église grandit, elle doit devenir plus petite. Je sais que c’est difficile en ce moment, mais il y a des signes d’espérance dans la communauté qui a participée si fidèlement à nos prières quotidiennes et à nos eucharisties hebdomadaires.

À l’approche d’une autre Rentrée, nous devons nous souvenir de ces choses. Le but d’une église est d’accueillir les étrangers qui franchissent ses portes. Nous avons une saison chargée qui approche ; mais si nous gardons les yeux sur l’amour que le Christ avait pour ceux qu’il a rencontrés, nous resterons fidèles à la tâche que Dieu nous a confiée à Saint-Esprit. Apprenez à connaître de nouvelles personnes. Laissez un message sur notre chaîne YouTube. Jésus a dit : « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux. » Alors que notre nouvelle saison commence, engageons-nous à nouveau dans cette vision et aimons comme le Christ nous a aimés.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.