Sermon – Pentecost XIII

Thirteenth Sunday after Pentecost
August 30, 2020

Exodus 3:1-15
Romans 12:9-21
Matthew 16:21-28

Many botanists have identified the burning bush through which God spoke to Moses as a plant called Rubus sanctus, a small thorny bush that grows near desert wadis and survives on very little water. It grows to about sixty centimeters (two feet). Its flower resembles a small red rose. Its fruit resembles a raspberry, and ripens to black in the fall. Its chief curiosity is the fact that you can thrust your hand into the middle of the thorny bush without harm, but once you try to remove your hand, it will be pierced with a thousand little curved needles. The burning bush in Exodus has inspired botanists, writers, theologians and artists through the centuries. Many gardeners use a plant named after the Burning Bush, a Euonymus, to make hedges in their gardens. It is prized for its brilliant red leaves which last all through the winter.

Why does God appear to Moses in a bush that burns without being consumed? There are several traditional answers to this question. It perhaps refers to the fact that God is everlasting, self-sustaining energy. Like the fire in the bush, God relies on nothing for his existence or his perpetuation. Perhaps the fire in the bush is a metaphor for the Children of Israel. God manifests himself in a way that evokes their persecution in Egypt. They are severely tried, but they are not destroyed. Perhaps the burning bush refers to the Church: from the outside it looks like the most insignificant of bushes – a cramped little weed that grows in the desert. Yet within, it burns with the glorious fire of God’s love.

These mediations on the nature of the Burning Bush, however interesting and instructive, do not lead us to the heart of what Moses sees and hears in the desert. God is calling Moses for the first time, and telling him what he has to do. The call has a pattern to it: a pattern that is repeated time and time again in the Hebrew Scriptures. I believe this pattern tells us a great deal about how God works in and through us, and how he is trying to make his voice heard in today’s world. As we look at the pattern, let us try to apply it to our own circumstances.

  • God calls Moses in the midst of his daily activities. He is looking after a flock of animals that does not even belong to him. There is an irony here: God will soon call Moses to look after another Flock – his chosen people – that also does not belong to him. It may come as a surprise to know that Moses is a man on the run. He killed an Egyptian and fled the country to escape the wrath of the Pharaoh. God issues his call to a murderer – not a desert mystic lost in contemplation of the divine.
  • God begins the conversation. He commands Moses to remove his sandals. Most people believe this to refer to the fact that Moses is in the presence of God, and humility is required. But there is a hidden meaning here. Before entering a house or a tent in the Middle East, it was required of the visitor to remove their sandals. God is inviting Moses closer. The removal of his sandals is an invitation to intimacy as much as a requirement to show respect.
  • God commissions Moses. The form of this call is so familiar to us that it has lost some of its potency. God effectively says: “I have heard my people’s cry. Now you go and do something about it.” God does not go on about vocational development or the psychological profile of a good minister. The story tells us that there is work to be done, and that God asks Moses to do it. God focuses on the what of the call, rather than the why.
  • Moses objects. He tells God that he is not up to the task – a very natural reaction given the gravity of the charge and the force and power of the personalities involved. It is important to note that God’s call always involves a dialogue. That is why God chastises Jonah. Instead of talking to God about his reservations, Jonah took the next boat out of Israel. He simply ran away when God invited him to a conversation.
  • God reassures Moses. Moses certainly needed God’s reassurance. After all, God is asking him to return to the very country where he is wanted for murder. God tells Moses that he will not be alone. God will accompany him when he throws down his challenge to the new Pharaoh.

Finally, Moses asks the question that is hardest to answer. “Who are you?” Perhaps he needed reassurance – or further proof for the skeptic Israelites in Egypt. You will notice that God does and does not answer Moses’ question. He refers to what he has done in the past, through Abraham, Isaac, Jacob and Joseph, but He does not give himself a name. He merely says ’ehyeh ’asher ’ehyeh I am who I am. In the ancient world, the knowledge of what something or someone was called gave you power over the object or person. God is not to be tamed. He is who he is. No definition can tie him down, you must find out who he is by entering into dialogue with him.

I hope this account of Moses’ call will inspire you to try that dialogue for yourselves. It is not an activity that is reserved for the especially “spiritual”. God speaks to us all – even a wanted felon. There are jobs to be done: in our church, our city and our world. It is up to us to respond to that need in whatever way we can. God has promised to do the rest.

NJM

 

Le treizième dimanche après la Pentecôte                                                             le 30 août 2020

De nombreux botanistes ont identifié le buisson ardent que Dieu a utilisé pour parler à Moïse comme une plante appelée Rubus sanctus, un petit buisson épineux qui pousse près des oueds du désert et survit sur très peu d’eau. Il atteint environ soixante centimètres (deux pieds). Sa fleur ressemble à une petite rose rouge. Son fruit ressemble à une framboise et devient noir lorsqu’il mûrit en l’automne. Sa principale curiosité est le fait que vous pouvez insérer votre main dans le buisson épineux sans vous faire aucun mal, mais si vous essayez d’en retirer votre main, elle sera percée par des milliers de petites aiguilles courbées. Le buisson ardent du livre de l’Exode a inspiré les botanistes, les écrivains, les théologiens et les artistes à travers les siècles. De nombreux jardiniers utilisent l’Euonymus, un arbuste qui tire son nom du buisson ardent, pour faire des haies dans leurs jardins. Il est prisé pour ses feuilles rouges et brillantes qui durent tout l’hiver.

Pourquoi Dieu apparaît-il à Moïse dans un buisson qui brûle sans se consumer ? Il existe plusieurs réponses traditionnelles à cette question. Cela fait peut-être référence au fait que Dieu est une énergie éternelle et autosuffisante. Comme le feu dans la brousse, Dieu n’a besoin de rien pour son existence ou sa perpétuation. Peut-être que le feu dans la brousse est une métaphore pour les enfants d’Israël. Dieu se manifeste d’une manière qui évoque leur persécution en Egypte. Ils sont sévèrement mis à l’épreuve, mais ils ne sont pas détruits. Peut-être que le buisson ardent fait référence à l’Église : de l’extérieur, il ressemble au plus insignifiant des buissons – un petit arbute à l’étroit qui pousse dans le désert. Pourtant, à l’intérieur, il brûle du feu glorieux de l’amour de Dieu.

Ces médiations sur la nature du buisson ardent, aussi intéressantes et instructives soient-elles, ne nous mènent pas au cœur de ce que Moïse voit et entend dans le désert. Dieu appelle Moïse pour la première fois et lui dit ce qu’il doit faire. L’appel suit un modèle : un modèle qui est répété maintes et maintes fois dans les Écritures hébraïques. Je crois que ce modèle nous en dit long sur la manière dont Dieu agit en nous et à travers nous, et comment il essaie de faire entendre sa voix dans le monde d’aujourd’hui. En observant ce modèle, essayons de l’appliquer à nos propres circonstances.

  • Dieu appelle Moïse au milieu de ses activités quotidiennes. Il s’occupe d’un troupeau d’animaux qui ne lui appartient même pas. Il y a une ironie ici : Dieu appellera bientôt Moïse à s’occuper d’un autre troupeau – son peuple élu – qui ne lui appartient pas non plus. Cela peut être surprenant de savoir que Moïse est un homme en fuite. Il a tué un égyptien et a fui le pays pour échapper à la colère du pharaon. Dieu lance son appel à un meurtrier – pas à un mystique du désert perdu dans la contemplation du divin.
  • Dieu entame le dialogue. Il ordonne à Moïse d’enlever ses sandales. La plupart des gens croient que cela fait référence au fait que Moïse est en présence de Dieu et que l’humilité est requise. Mais il y a ici une signification cachée. Avant d’entrer dans une maison ou une tente au Moyen-Orient, il était demandé au visiteur d’enlever leurs sandales. Dieu invite Moïse à se rapprocher. Le retrait de ses sandales est une invitation à l’intimité autant qu’une exigence de respect.
  • Dieu engage Moïse. La forme de cet appel nous est si familière qu’il a perdu une partie de sa puissance. Dieu dit effectivement : « J’ai entendu le cri de mon peuple. Maintenant, c’est toi qui vas aller t’en occuper ». Dieu ne s’étend pas sur le développement vocationnel ou le profil psychologique d’un bon ministre. L’histoire nous dit qu’il y a quelque chose à faire et que Dieu demande à Moïse qu’il le fasse. Dieu se concentre sur le quoi de l’appel, plutôt que sur le pourquoi.
  • Moïse s’y oppose. Il dit à Dieu qu’il n’est pas à la hauteur de la tâche – une réaction très naturelle étant donné la gravité de la charge et la force et la puissance des personnalités impliquées. Il est important de noter que l’appel de Dieu implique toujours un dialogue. C’est pour cette raison que Dieu a puni Jonas. Au lieu de parler à Dieu de ses réserves, il a pris le premier bateau hors d’Israël. Il s’est simplement enfui lorsque Dieu l’a invité à une conversation.
  • Dieu rassure Moïse. Moïse avait certainement besoin du réconfort de Dieu. Après tout, Dieu lui demande de retourner dans le pays même où il est recherché pour meurtre. Dieu dit à Moïse qu’il ne sera pas seul. Dieu l’accompagnera lorsqu’il lancera son défi au nouveau Pharaon.

Enfin, Moïse pose la question à laquelle il est le plus difficile de répondre. « Qui es-tu ? » Peut-être avait-il besoin d’être rassuré – ou d’une preuve supplémentaire pour les Israélites sceptiques en Egypte. Vous remarquerez que Dieu répond et ne répond pas à la question de Moïse. Il se réfère à ce qu’il a fait dans le passé, à travers Abraham, Isaac, Jacob et Joseph, mais il ne se donne pas de nom. Il dit simplement ‘ehyeh ‘asher ‘ehyeh, je suis qui je suis. Dans le monde antique, la connaissance du nom de que quelque chose ou de quelqu’un vous donnait un pouvoir sur l’objet ou la personne. Dieu ne peut pas être apprivoisé. Il est qui Il est. Aucune définition ne peut le restreindre, vous devez apprendre qui Il est en dialoguant avec lui.

J’espère que ce récit de l’appel de Moïse vous inspirera à tenter ce dialogue par vous-mêmes. Ce n’est pas une activité réservée aux plus « spirituels ». Dieu nous parle à tous – même à un criminel recherché. Il y a du travail à faire : dans notre église, notre ville et notre monde. Il nous appartient de répondre à ce besoin de toutes les manières possibles. Dieu a promis de faire le reste.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.