Sermon – Pentecost XI

Eleventh Sunday after Pentecost
August 8, 2021
II Samuel 18:5-9, 15, 31-33
Ephesians 4:25-5:2
John 6:35, 41-51

When I was a child, my grandmother had a pressure cooker and I hated it. I wasn’t alone: her dog hated it too. It is a sort of saucepan with a very tight-fitting lid. It is so tight, that no steam can escape from it. There is, however, a tiny hole in the lid – no bigger than a pin-prick. A loose-fitting weight is placed over the hole, and the pressure cooker is placed over a flame. When sufficient pressure has built up inside the pan, the weight lifts slightly, letting out a tremendous rush of steam. This is the phenomenon that the dog and I dreaded so much. It sounds as if the pan is about to blow up with a locomotive-like rush of steam and scalding vegetables. It is quite an invention. The pressure cooker carefully controls the explosive power of steam to cook things quickly and effectively. The pan has also given rise to a common expression describing a person who suddenly becomes angry: “He went off like a pressure cooker!”

Anger is a very complicated emotion, and Paul approaches it in a subtle way in his letter to the Ephesians. At first, he tells us that anger is permissible, so long as we are careful not to sin. But a mere two sentences later, he tells us that we should “put away all bitterness, wrath and anger.” He uses the same Greek word for both: orge. So which is it? Is anger permissible or not? Paul seems to be telling us (like Schweitzer) that anger must sometimes be expressed. Jesus himself was angry on several occasions. Anger is an unavoidable and important emotion, and Paul gives us some important warnings about it.

  • We must be careful that it does not lead to the sins of physical or verbal aggression or to our judging others. Anger can lead to cynicism and despair. Paul communicates this warning by telling us that uncontrolled anger is a means that the devil uses to enter our hearts.
  • We must be careful that anger does not become a way of life. We must not become angry people. Paul communicates this warning by telling us that we must never let the sun go down on our anger.

The Bible recognizes that anger is not always an entirely negative emotion. It is the flipside of living a responsible life. It flows from a sense of justice. An ability to express our anger appropriately shows that we have the right moral concerns. When the weak are bullied and exploited by the strong, we should be angry. When others fail to treat us with the honor due to a fellow child of God, our anger can often be justified. But it is nevertheless a dangerous emotion. It has a cycle of its own. We blame the person we are angry with. The blame sometimes leads to our wishing to hurt them in some way. We see the person with whom we are angry as an ugly and offensive person. We judge them with all the righteous rage of a hypocrite. We no longer see them as fellow human beings. Perhaps we have all experienced some of these emotions while living through the limitations that the pandemic has placed on us, and it’s better to be realistic about how these changes have affected us.

If we can learn to recognize this cycle, we will be able to use our angry responses as tools to deepen our knowledge of ourselves and of God. What does our anger signify? Is it a sign of disappointment, bitterness or lack of love? Is it a sign of emotional or physical exhaustion? Does it lead us to judge others? Are we letting our anger fester so that we are becoming frustrated and cynical people? The American Psychological Association has some useful advice on dealing with anger.

  • Psychologists believe that we can learn to express our anger assertively, but not aggressively. We can let others know why we are angry in a respectful way. When doing so we should avoid using words like “Never!” and “Always!” as in, “There you go again! You never / always do this to me!”
  • We can suppress our anger by thinking positive thoughts, but this often leads us to turn inward. We become cynical and hostile, often critical of others. We can search for an interior calm by taking steps to lower our heart rate by breathing deeply and altering our posture. As Christians, we can say a simple prayer to still our minds until the anger passes; after all, Paul told us to “Pray without ceasing – especially if you are angry! You might use the shortened form of what is sometimes called the ‘Jesus prayer’ – ‘Lord Jesus Christ have mercy on me’, or ‘Lord, make haste to help me’. If a certain Taizé chant appeals to you, try remembering and repeating its short phrase.

It is impossible to do away with anger altogether. We live in a city which is more like a pressure cooker than a melting pot, especially as we live through the pandemic. People seem to be on a very short fuse interacting with others after the lockdown. Paul reminds us that it would not be a good idea if we could eliminate anger altogether. In spite of everything we do, things will happen to us that will make us angry, and sometimes our anger will be justified. Life is inevitably filled with moments of frustration, pain and loss. We can’t predict the actions of others, and we can’t predict the sort of challenges that we will be called to live through.  But Paul gives us hope that we can change the way in which we let such events affect us. Let us ask God to help us when it is necessary to be angry and to be kind at the same time, and to forgive us if we get the balance wrong.

NJM

ONZIÈME DIMANCHE APRÈS LA PENTECÔTE                                                        le 8 août 2021

Quand j’étais enfant, nous étions deux à détester la cocotte-minute de ma grand-mère : le chien et moi. Une cocotte-minute est une haute casserole dont le couvercle est scellé – si bien scellé qu’aucune vapeur ne peut s’en échapper. Il y a un tout petit trou au milieu tout en haut du couvercle, pas plus grand que la pointe d’une très fine aiguille. Un poids de petite taille couvre ce trou. Une fois placée sur la flamme, quand l’intérieur de la cocotte-minute atteint une certaine pression, le poids s’élève légèrement. Immédiatement, un énorme jet de vapeur s’en échappe. C’est le moment que le chien et moi redoutions le plus. On dirait que la cocotte-minute va exploser en mille morceaux en laissant échapper une vapeur de locomotive et un torrent de légumes brûlants. C’est vraiment une découverte extraordinaire cette cocotte-minute. Elle contrôle précisément le pouvoir explosif de la vapeur pour cuire la nourriture correctement et rapidement. Cette cocotte a donné naissance à une expression anglaise qu’on emploie pour décrire une personne qui est toujours prête à se fâcher : “He went off like a pressure cooker!”

La colère est une émotion très compliquée, et Paul aborde le sujet de la colère avec beaucoup de subtilité dans son épitre aux Éphésiens. Tout d’abord il nous dit que la colère est admissible, pourvu qu’elle ne mène pas au péché. Mais deux phrases plus loin il nous demande de mettre de côté toute amertume, tout courroux, et toute colère. Dans les deux phrases il est question du même mot grec pour décrire la colère : orge. Alors de quoi s’agit-il ? La colère est-elle permise ou non ? Paul semble nous dire (comme Schweitzer) qu’il faut de temps en temps faire éclater sa colère. Jésus lui-même s’est mis en colère à plusieurs occasions. La colère est une émotion tout aussi inévitable qu’importante. Néanmoins, Paul nous offre quelques avertissements.

  • Il faut faire attention à ce que la colère ne mène pas à des actes de violence physique ou verbale, et il ne faut surtout pas qu’elle nous mène à proférer des jugements rapides sur autrui. La colère peut mener au cynisme et au désespoir. Selon Paul, une colère incontrôlable équivaut à inviter le diable dans notre cœur.
  • Il ne faut pas que la colère devienne une façon d’être permanente. Il n’y a rien de pire que les gens qui sont constamment en colère. Selon Paul, il ne faut jamais laisser le soleil se coucher avant d’apaiser celle-ci.

La Bible reconnaît que la colère n’est pas toujours nécessairement une émotion négative. C’est l’une des facettes d’une vie à responsabilités multiples et elle découle d’un sentiment de justice. La possibilité d’exprimer notre colère de façon appropriée démontre nos considérations morales. Quand les faibles sont exploités par les plus forts, nous avons le droit d’être en colère. Quand quelqu’un ne nous traite pas avec la déférence due à tout enfant de Dieu, notre colère peut avoir quelque justification. Cependant c’est une émotion dangereuse qui suit son propre cycle. Nous avons tendance à blâmer la personne qui nous a mis en colère. Cela peut nous conduire à lui vouloir du mal d’une façon ou d’une autre. Nous la voyons sous un angle déplaisant et repoussant. Nous portons un jugement sur elle avec toute la rage moralisatrice d’un hypocrite. Nous ne la considérons plus comme un être humain semblable à nous. Peut-être avons-nous tous fait l’expérience de ceci en vivant confinés au sein des limites que la pandémie nous a imposes, et il est mieux d’être réalistes quant à la façon dont ces changements nous ont affectés.

Si nous pouvons apprendre à reconnaître ce cycle, nous pourrons utiliser nos réactions de colère comme des instruments de plus grande compréhension de qui nous sommes et de Dieu. Que signifie donc notre colère ? Est-ce un signe de déconvenue, d’amertume, de manque d’amour ? Est-ce un signe d’épuisement physique ou moral ? La colère nous conduit-elle à juger les autres ? La laissons-nous tellement mijoter que nous devenons frustrés et cyniques ? L’Association américaine de Psychologie nous donne les conseils suivants :

  • Les psychologues estiment que nous devons exprimer notre colère avec assurance mais sans agressivité. Nous pouvons informer autrui des raisons pour lesquelles nous sommes en colère, mais de façon respectueuse. Ainsi, nous ne devrions pas utiliser les mots « Jamais » et « Toujours » comme par exemple : « C’est toujours pareil ! Tu fais toujours ceci ! » ou « Tu ne fais jamais cela ! ».
  • Nous pouvons supprimer notre colère en pensant positivement, mais cela peut nous conduire à l’étouffer à l’intérieur de nous-mêmes. Nous devenons cyniques et hostiles, et critiquons souvent les autres. Nous pouvons essayer de nous calmer en réduisant nos battements de cœur en contrôlant notre respiration et en changeant de position. En tant que chrétiens, nous pouvons réciter une simple prière pour apaiser notre esprit jusqu’à ce que la colère se dissipe ; après tout, Paul nous a dit : « Priez sans cesse » – surtout si vous êtes en colère ! Vous pouvez aussi utiliser la forme raccourcie de ce qu’on appelle parfois ‘la prière du cœur’ – « Seigneur Jésus, aie pitié », ou bien : « Seigneur, fais-nous miséricorde. » Si un chant de Taizé ou un autre vous tente, essayez de l’apprendre et d’en répéter le court verset.

Il est impossible d’éliminer totalement la colère. Nous vivons dans une ville qui ressemble plus à une cocotte-minute sous pression qu’à un creuset qui mijote, surtout en ce moment de pandémie. Les gens semblent s’emporter facilement dans leurs interactions post-confinement. Paul nous rappelle que ce ne serait pas bon de se défaire complètement de notre colère. Malgré tous nos efforts, il arrivera que nous ressentions de la colère, et ce parfois, avec justification. La vie est inévitablement remplie de moments de frustration, douleur et perte. Nous ne pouvons pas prédire les actions des autres, et nous ne pouvons pas prédire le type de défis auxquels nous serons appelés à faire face. Mais Paul nous offre l’espoir de pouvoir changer la façon par laquelle nous laissons de tels événements nous affecter. Demandons à Dieu de nous aider lorsqu’il est nécessaire d’être en colère mais doux en même temps, et de nous pardonner si nous n’arrivons pas à maintenir un bon équilibre entre les deux.

NJM Ver. FR : FS

Posted in sermons.