Sermon – Pentecost X

Pentecost X
August 9, 2020
Genesis 37:1-28 Romans 10:5-15  Matthew 14:22-33

Before the tunnel from England to France was built, the quickest route by car or train was to take the boat or the hovercraft from Dover to Calais. This gave rise to many jokes in England, such as “Fog in Channel. Continent cut off.” According to this very nationalist way of thinking, England could never be cut off from anything important. They thought they had everything they needed on their own island. I remember making many journeys on that boat. You never knew what the weather was going to be like, and the crossings could be very rough indeed. It is only about twenty-two miles across, and Jesus could have walked the distance in a comfortable five or six hours or so – even (according to our Gospel reading), in stormy weather.

Unlike the Channel, the sea of Galilee is shallow, but it is set in the midst of hills. Mountain lakes are subject to sudden squalls and storms, and that seems to be what has happened in our Gospel story. Matthew tells us that the situation is made worse for the disciples by the fact that it is three o’clock in the morning. Jesus appears like a phantom across the waters, and tries to reassure the disciples that it is really him in flesh and blood. The only disciple to doubt Jesus is Peter, who asks Jesus to prove his identity by allowing him to walk towards Jesus over the waves. Peter was a fisherman, and we know from other passages in the bible that he was a fairly good swimmer (in John 21 he jumps into the water to swim towards the resurrected Jesus who was standing on the shore of lake Tiberias),  but walking on the water is quite a different matter. He tries, but begins to sink, and Jesus has to rescue him.

Was it a good or a bad thing that Peter attempted this feat? Conventional wisdom applauds Peter’s attempt and takes the following lessons from the story: If you go out in the storm, Jesus will give you strength. Faced with difficulties, cry out to Jesus and he will give you a helping hand. Better to try, and then to sink than to remain cowering in the boat! But a closer look at the story shows us that Peter’s motives for stepping out of the boat and into the water were rather suspect. The other disciples took Jesus at his word when he said, “It is I. Do not be afraid!” Only Peter asks Jesus to prove his identity by letting him perform a similar miracle of walking on the water. Before praising Peter’s courage, we should look a bit closer at his motives.

If you are going to place yourself in a difficult position in order to prove yourself or to put God to the test, you must keep your eyes on what is important. Jesus is the only person who counts here; not Peter. Over the past few months, we have been trying our best to make sense of what Jesus might be saying to us in the midst of the storm of the Covid crisis. We’ve tried to respond with the best of ourselves – to offer what strengths or talents that we have to alleviate our own suffering or the suffering of others. In itself, this is a great thing. We’ve discovered talents and a resilience that we didn’t think we had. But as the months have gone on, I’ve felt increasingly that the best thing that we can do – the best prayer we can make – is to say with Peter, “Lord, save me!” Our talents can take us only so far. The summer months are the time when those preparing for ordination like Joris are placed in parishes, hospitals or social programs to obtain experience. These assignments are difficult, and occasionally they can be traumatic. I remember my own experience in an eye-hospital, trying to speak to people of all ages who had recently lost their sight. I made no progress at all until I realized that the point of my being there was not to put me or God to the test. I still have to remind myself that I can do nothing in my own strength. Like Peter, I have to cry out, “Lord, save me!” As his ‘supervisor’, I have to thank Joris for his example and his reminder to me of this fact!

As soon as Jesus’ grace begins to work in our lives, our human talents and skills become less reliable tools for success. As soon as we say, “Yes, I’m good at that. I can rely on it” God puts us into situations where we are forced to admit that the skills we thought were ours are not as fabulous or useful as we hoped. Peter was afraid, even though he was used to the sea and a good swimmer. It’s as if his confidence, courage and strength left him, so that grace could take their place. Grace doesn’t operate best in situations that are entirely flooded by our ego. Grace floods our lives when we learn to say with Peter, “Lord! Save me!” Outward and inward calm come from Jesus, and not from ourselves. Jesus tells the disciples not to be afraid – to assure themselves of his calming presence. When he gets into the boat, the wind dies down.  Peter didn’t really fail. His prayer and cry for help lead to his worshiping Jesus as the Son of God when he climbed back to safety in the boat – the first time this happens in the Gospel of Matthew. Had he never left the boat, this prayer would have remained unsaid, and he never would have learned to turn to Christ in his desperation.  The same goes for us. In risking success, we risk failure, when we seek wisdom, we shouldn’t be afraid to expose our ignorance.  In risking love, we risk heartbreak.  Like Peter, we should never be afraid to say “Lord, save me!”, because it is through that cry that we will discover the grace that will carry us through every storm that life might bring.

NJM

 

Le dixième dimanche après la Pentecôte                                                                  le 9 août 2020

Avant que l’Eurotunnel ne soit construit (le tunnel qui relie l’Angleterre à la France), la route la plus rapide en train ou en voiture était de prendre le ferry ou l’hovercraft de Dover à Calais. Cette situation a créé de nombreuses blagues comme « Fog in channel. Continent cut off. » Selon cette façon très nationaliste de penser, l’Angleterre ne pourrait jamais être coupée de quoi que ce soit de bien important. Ces personnes pensaient qu’elles avaient tout ce dont elles avaient besoin sur leur île. Je me souviens avoir souvent pris ce ferry. Vous ne saviez jamais quel serait le temps, et la traversé pouvait être bien rude. Celle-ci n’est que de 35 kilomètres, et Jésus aurait pu faire cette distance à pieds en à peu près cinq ou six heures – et ce même (selon notre lecture de l’Évangile) si le temps était houleux.

Contrairement à la Manche, la mer de Galilée est peu profonde, mais elle se trouve au milieu de collines. Les lacs de montagne sont sujets à des bourrasques et orages soudains, et il semble que c’est ce qu’il s’est passé dans notre histoire de l’Évangile. Matthieu nous dit que la situation des disciples est empirée par le fait qu’il est 3 heures du matin. Jésus apparaît comme un fantôme au-dessus de l’eau et tente de les rassurer en leur disant qu’il s’agit bien de lui, en chair et en sang. Le seul disciple qui doute de Jésus est Pierre, qui lui demande de prouver son identité en le faisant marcher vers lui au-dessus des vagues. Pierre était pêcheur, et nous savons d’autres passages de la Bible que c’était plutôt un bon nageur (dans le 21ème chapitre de l’Évangile de Jean il se jette à l’eau pour nager vers Jésus ressuscité qui se tenait sur les bords du lac Tibériade), mais marcher sur l’eau est une toute autre affaire. Il essaie, mais il commence à couler, et Jésus doit lui venir à la rescousse.

Est-ce que cette tentative d’exploit par Pierre était une bonne ou une mauvaise chose ? Les croyances conventionnelles applaudissent cette tentative et en tire la leçon suivante : si vous sortez dans la tempête, Jésus vous donnera de la force. Lorsque vous faites face à des difficultés, écriez-vous vers Jésus et il vous tendra la main en aide. Il vaut mieux essayer et couler plutôt que de rester recroquevillé dans la barque ! Mais en lisant cette histoire de plus près on peut apercevoir que les motivations qui ont poussé Pierre à sortir de la barque sont plutôt suspectes. Les autres disciples ont cru Jésus sur parole quand il a dit « C’est moi. N’ayez pas peur ! » Seulement Pierre demande à Jésus de prouver son identité en le laissant accomplir ce même miracle et de faire qu’il puisse marcher sur l’eau. Avant d’encenser le courage de Pierre, on devrait se pencher un peu plus sur ses motivations.

Si vous allez vous mettre dans une position délicate afin de vous prouver quelque chose ou de tester Dieu, vous devriez garder les yeux sur ce qui est important. Jésus est la seule personne qui compte ici ; ce n’est pas Pierre. Durant les derniers mois, nous avons fait de notre mieux pour comprendre ce que Jésus peut nous dire au milieu de cette tempête qu’est la crise du Covid. Nous avons tenté de répondre en donnant de notre meilleur – en offrant les forces ou les talents que nous possédons afin de soulager notre souffrance ainsi que celle des autres. En soi, c’est une très grande chose. Nous avons découvert des talents et des ressorts que nous ne pensions pas posséder. Mais au fur et à mesure des mois, j’ai de plus en plus ressenti que la meilleure chose que nous puissions faire – la meilleure prière que nous puissions adresser – est de dire avec Pierre, « Seigneur, sauve-moi ! » La distance que nos talents nous permettent de parcourir est limitée. Les mois d’été sont le moment où ceux qui se préparent pour l’ordination comme Joris sont placés dans des paroisses, des hôpitaux ou des programmes sociaux afin d’obtenir de l’expérience. Ces missions sont difficiles, et dans certaines occasions traumatisantes. Je me souviens de ma propre expérience dans un hôpital ophtalmique, où j’essayais de parler à des personnes, jeunes comme âgées, qui avaient récemment perdu la vue. Je ne faisais aucun progrès jusqu’à ce que je réalise que la raison de ma présence là-bas n’était pas de tester mes limites ou de tester Dieu. Aujourd’hui encore je dois me rappeler que je ne peux rien faire de ma seule force. Comme Pierre, je dois m’écrier « Seigneur, sauve-moi ! » En tant que ‘superviseur’ de Joris, je dois le remercier de me rappeler cela et de s’en faire l’exemple.

Dès que la grâce de Jésus commence à œuvrer dans nos vies, nos compétences et talents humains deviennent des outils sur lesquels nous pouvons moins compter pour réussir. Dès que nous disons, « Oui, je suis doué pour ça. Je peux en dépendre », Dieu nous met face à des situations où nous devons admettre que les capacités que nous pensions êtres les nôtres ne sont pas aussi fabuleuses ou utiles que nous l’espérions. Pierre a eu peur, bien qu’il fût habitué à la mer et savait bien nager. C’est comme si son assurance, son courage et sa force l’avait quitté pour que la grâce les remplace. La grâce n’opère pas au mieux dans des situations qui sont entièrement inondées par notre égo. La grâce inonde nos vies lorsque nous apprenons à dire avec Pierre, « Seigneur, sauve-moi ! » Le calme externe et interne vient de Jésus, et non de nous-mêmes. Jésus dit aux disciples de ne pas avoir peur – pour les assurer de sa présence calmante. Lorsqu’il monte sur la barque, le vent cesse. Pierre n’a pas vraiment échoué. Sa prière et son cri à l’aide l’ont mené à adorer Jésus comme le Fils de Dieu lorsqu’il s’est retrouvé en sureté sur la barque – la première fois que cela se produit dans l’Évangile de Matthieu. S’il n’avait jamais quitté la barque, cette prière serait restée inexprimée, et il n’aurait jamais appris à se tourner vers le Christ dans sa désespérance. Il en est de même pour nous. En prenant le risque du succès, nous risquons l’échec, lorsque nous cherchons la sagesse, nous ne devrions pas avoir peur d’exposer notre ignorance. En prenant le risque de l’amour, nous nous exposons au risque d’avoir le cœur brisé. Comme Pierre, nous ne devrions jamais avoir peur de dire « Seigneur, sauve-moi ! », parce que c’est à travers ce cri à l’aide que nous découvrirons la grâce qui nous portera à travers toutes les tempêtes que la vie pourra mettre face à nous.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.