Sermon – Pentecost VIII – Afrique Fête

Pentecost VIII Afrique fête
July 26, 2020
Genesis 29:15-28 Romans 8:26-39 Matthew 13:31-52

Afrique Fête is one of my favorite Sundays of the year. It feels to me like a festival that is unique to the family of St. Esprit, and it always comes as a surprise to me to hear how many of our beloved members were either born in Africa, have lived in Africa, or who have travelled to various countries in Africa in connection with their work or their friendships: to say nothing of those who have vacationed there. Though our Afrique Fete can never do justice to the sheer size and complexity of the continent of Africa, we can at least celebrate the diversity and complexity of our beloved brothers and sisters of St. Esprit.

According to the Gospel of Matthew, Jesus himself spent time in Africa as a refugee from the persecutions of Herod. And here we are this year, with an Afrique Fete unlike any other! Most of us are participating in this service as refugees from the Covid virus, safe in our own apartments. Though I can’t currently see your faces, wherever and however you are participating in today’s service, I hope we are not forgetting that we belong together. Special days like this underline the feeling of our longing to be together in our house of worship and our garden, and that day will surely return; just as Jesus and the Holy Family returned from Egypt to their home in Nazareth.

Just like the parable of the Mustard Seed or the Yeast, our Afrique Fête started from small beginnings over ten years ago. It was Guillaume’s idea, and over the years it has grown. It’s grown not just in numbers, but also in the ways in which we live our shared stories. Over those years we have expanded our visiting program to Francophone detainees in Elizabeth New Jersey, we have formed a partnership with the Diocese of Goma in Eastern Congo and welcomed new Francophone African members to our church. Without our African members, this church would never be the same – it would simply shrivel up. Just like the mustard seed, what began as the smallest of seeds is growing into the greatest of shrubs, so that the birds of the air can come and make nests in its branches!

Jesus often uses deceptively simple analogies like the parable of the Mustard Seed to teach us about the Kingdom of Heaven. Today we have several examples of this. He compares the Kingdom of Heaven to a common household seed, the yeast a woman is using to make bread, treasure buried in a field, a pearl and a catch of fish. At the end of this string of short and pithy parables, he asks his disciples “Have you understood all of this?” It always comes as a shock to me that those disciples reply with one word: “Yes”. Most of the time, the disciples need explanations of the parables before they understand them. The parable of the Sower that we heard two weeks ago was one of those occasions. Every time I read it, I’m surprised that Jesus didn’t respond to their “Yes” with the question, “Are you sure?”, because there is a lot more to these little parables than meets the eye.

The parables fall into three categories. The first two tell us that something tiny has the potential to turn into something enormous. The tiny “Yes” of the mustard seed that someone sowed in his field grows unexpectedly into a huge shrub. The tiny amount of yeast that the woman added to three measures of flour would produce enough bread to feed about a hundred people (it’s how much flour Sarah used when she and Abraham were visited by the Angels; a wonderful evocation of the descendants of Abraham being as numerous as the stars in the sky). The second pair tell us that there can be no half measures to this “Yes”. You can’t say “Yes, sort of. It depends.” The “Yes” of the treasure hunter and the merchant implies complete and total commitment. There can be no half-measures; you have to sell everything to be able to call the treasure or the pearl your own.  The last parable of the fisherman tells us when we throw the “Yes” of our net into the sea, we may well catch some good fish and some inedible ones. We don’t hesitate to cast our “Yes” into the water because we’re frightened of catching what we can’t use.

We see ourselves in all of these “Yeses”. We plant the seed of a “Yes” in all sorts of places: our relationships, our vocations, our family lives. Little do we know what those little moments of “Yes” can lead to! Love doesn’t say “Yes, sort of. It depends.” A “Yes” to love requires all we have. When Guillaume suggested the idea of an Afrique Fete to me all of those years ago, I said ‘Yes!’, little realizing what it would lead to today. I understood what he was asking, but the “Yes” of my understanding has become the “Yes” of experience as we bring out of our treasure what is new and what is old. Today, we recommit ourselves to the vision of those who founded St. Esprit four hundred years ago, and to how that vision is being lived out even through these difficult times. Our “Yes” is answered by a resounding “Yes from God.  I’ll leave the last words to St. Paul. “In all these things we are more than conquerors through him who loved us. For I am convinced that neither death, nor life, nor angels, nor rulers, nor things present, nor things to come, nor powers, nor height, nor depth, nor anything else in all creation, will be able to separate us from the love of God in Christ Jesus our Lord.”

NJM

 

Huitième dimanche après la Pentecôte – Afrique Fête                                                       le 26 juillet 2020

Afrique Fête est l’un de mes dimanches préférés de l’année. Je le ressens comme un festival unique à la famille de Saint-Esprit, et cela reste toujours une surprise pour moi d’entendre combien de nos chers membres sont soit nés en Afrique, y ont vécu, ou ont voyagé dans divers de ses pays en connexion avec leurs relations ou leurs travails : sans parler de ceux qui y sont allés en vacances. Bien que notre célébration d’Afrique Fête ne puisse jamais rendre justice à la vaste étendue et à la complexité du continent africain, nous pouvons au moins célébrer la diversité et la complexité de nos chers frères et sœurs de Saint-Esprit.

Selon l’Évangile de Matthieu, Jésus lui-même a passé du temps en Afrique en tant que réfugié durant les persécutions du Roi Hérode. Et nous voici ici aujourd’hui, face à une célébration d’Afrique Fête sans pareille ! La plupart d’entre-nous participant à cet office en tant que réfugiés du virus Covid-19, en sécurité dans nos appartements. Bien que je ne puisse pas voir vos visages à l’instant, où que vous soyez et quelle que soit la façon dont vous participez à ce service, j’espère que nous n’oublions pas que notre place est ensemble. Les jours spéciaux comme celui-ci mettent au jour notre sentiment d’espérance d’être ensembles dans notre lieu de culte et notre jardin, et que ce jour reviendra forcément ; tout comme Jésus et la Sainte Famille sont retournés en Égypte chez eux à Nazareth.

D’une façon similaire à la parabole de la graine de moutarde ou à celle du levain, notre célébration d’Afrique Fête tire sa source d’une petite chose qui est arrivée il y a plus de dix ans. Il s’agit d’une idée de guillaume, qui au fur et à mesure des années a grandi, non seulement en nombre, mais aussi dans les façons par lesquelles nous vivons nos histoires partagées. Au cours des années nous avons étendu notre programme de visites aux détenus francophones d’Élizabeth au New Jersey, nous avons formé un partenariat avec le Diocèse de Goma dans la République démocratique du Congo et accueilli de nouveaux membres francophones d’Afrique dans notre église. Sans nos membres africains, cette église ne serait jamais la même – elle se dessécherait, tout simplement. Tout comme la graine de moutarde, une toute petite graine au départ s’est transformée en l’un des plus grands arbres, afin que les oiseaux du ciel puissent venir faire leurs nids dans ses branches !

Jésus utilise souvent des analogies étonnamment simples comme la parabole de la graine de moutarde pour nous apprendre quelque chose sur la Royaume de Dieu. Aujourd’hui nous avons plusieurs exemples de ceci. Il compare le Royaume de Dieu à une graine commune, au levain qu’une femme utilise pour faire du pain, à un trésor enterré dans un champs, une perle, et une prise de poisson. À la fin de cette série de petites paraboles incisives, il demande à ses disciples : « Avez-vous compris toutes ces choses ? » Cela m’a toujours surpris que les disciples répondent simplement un mot : « Oui. » La plupart du temps, les disciples ont besoin d’explications avant de comprendre les paraboles. La parabole du semeur que nous avons entendue il y a deux semaines en étant un exemple. À chaque fois que je lis ce passage, je suis surpris que Jésus n’ait pas réagi à ce « oui » en demandant : « Vous êtes sûrs ? », parce qu’il y a bien plus dans ces paraboles que ce que l’on peut y voir à l’œil nu.

Ces paraboles font partie de trois catégories. Les deux premières nous disent que quelque chose de tout petit a le potentiel de devenir quelque chose d’énorme. Le petit « oui » de la graine de moutarde que quelqu’un a semé dans son champ devient un très grand arbre, et ce contre toute attente. La petite quantité de levain que la femme ajoute aux trois mesures de farine produirait assez de pain pour nourrir une centaine de personne (c’est autant de farine que Sarah avait utilisée quand avec Abraham ils avaient reçu la visite des anges ; une magnifique évocation des descendants d’Abraham étant aussi nombreux que les étoiles dans le ciel.) La deuxième paire nous dit qu’il ne peut pas y avoir de demi-mesure dans ce « oui ». Vous ne pouvez pas dire « Oui, en quelque sorte. Ça dépend. » Le « oui » de l’homme qui cherche un trésor et du marchand sous-entend un engagement complet et total. Il ne peut pas y avoir de demi-mesure ; vous devez tout vendre afin de pouvoir considérer le trésor ou la perle vôtre. La dernière parabole du pécheur nous dit que quand nous jetons notre filet sous forme d’un « oui » dans la mer, nous pourrions tout autant attraper de bons poissons que d’autres immangeables. Nous n’hésitons pas à jeter notre « oui » dans l’eau parce que la possibilité que nous attrapions ce que nous ne pouvons pas utiliser nous effraie.

Nous nous voyons dans tous ces « oui ». Nous plantons la graine du « oui » dans toutes sortes d’endroits : nos relations, nos vocations, nos vies de familles. Nous n’avons pas idée d’où ces petits moments de « oui » peuvent nous mener. L’amour ne dit pas « Oui, en quelque sorte. Ça dépend. » Un « oui » à l’amour nécessite tout ce que nous avons. Quand Guillaume m’a suggéré l’idée de faire une fête pour célébrer l’Afrique il y a tant d’année, j’ai dit « oui ! », sans aucune idée de ce à quoi cela ressemblerait aujourd’hui. J’ai compris ce qu’il demandait, mais le « oui » de ma compréhension est devenu le « oui » de l’expérience au fur et à mesure que nous sortons ce qui est nouveau et ancien de nos trésors. Aujourd’hui, nous nous réengageons dans la vision de ceux qui ont fondé Saint-Esprit il y a 400 ans, et à la façon dont cette vision est vécue et ce, même durant cette période difficile. Notre « oui » resonne dans le « oui » que Dieu offre en réponse. Je laisserai les derniers mots à Saint Paul : « Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur. »

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.