Sermon – Pentecost VII

Pentecost 7
July 24, 2022
Hosea 1:2-10 Colossians 2:6-19 Luke 11:1-13

Can you remember the first time you prayed? I’m not talking about the first time you learned the Lord’s prayer, or opened a prayer book to read something. I’m not even talking about the first time you faced a crisis and said a brief prayer in the hopes of being rescued. I’m talking about the first time you felt a spiritual presence or force outside yourself with which – or whom – it was possible to relate. I’m not sure I can remember that moment myself, and I’m pretty sure that I’m not alone in my experience. I think that this is because prayer can be understood primarily as a human instinct rather than a learned technique. It’s a bit like our first urges to smile, talk, or sing. Prayer is a way of being both in this world and in the world for which we long at the same time. Even the seemingly childish question “Is there anyone out there?” is a form of prayer.

This unnamed disciple in Luke’s gospel makes a very interesting request to Jesus. He doesn’t ask, “What is prayer?” Just like many of us, he already knows what prayer is, and that is why he asks to be taught how to do it. Jesus responds in the most practical way possible. He doesn’t give his disciples a discourse on the nature of prayer. He teaches them a short prayer that is perhaps the most frequently prayed prayer in the history of the world’s religions, and perhaps the first one we learned by heart too. The prayer begins with the word “Abba” – the childhood word for father. Jesus tells us that God is a wise and caring parent and not a distant or alien force that has to be conjured up using special formulas. After teaching them the words of the Lord’s Prayer, Jesus gives three illustrations of prayer, drawn from the daily life of Palestine. We’ll come back to those in a moment.

Spiritual directors are often trained in helping people to find the sort of prayer that will most suit them, and here is one example of this. If you are the sort of person who likes the comfort and structures of a secure institution, you might be more comfortable using the authoritative forms of written prayers that have been passed down through generations. Your model would be St. Peter. If you approach life more through your mind, you might find a meditative approach more useful: you imagine yourself in the role of one of the characters in the bible, you use reason to formulate your prayers, even when using prayers that others have written down. Your model would be St. Paul. If you are of a more mystical bent, you might want to begin by observing your experiences or your feelings. Words might not be important at times, though you may use written prayers as the jumping-off point for more internal reflection. Your model would be St. John. This rather schematic way of looking at prayer is useful, but only up to a point. Every one of us is stronger in one of these areas than another, and most of us are happy using all three, as the Spirit moves us. Order that is outside ourselves, our thinking minds, our senses and feelings and our attitudes of mind and emotions all find expression in prayer. That’s why prayer is more of an inborn instinct than a learned technique.

Let’s return to the illustrations about prayer that Jesus gives us. He tells the disciples that God is like a house owner who has gone to bed when someone comes knocking at the door asking for bread. The people hearing this comparison would know the scenario well. Traveling was hard, often done late in the day to avoid the heat. Bread was baked at home, and only enough for a single day was baked. Three loaves per person was the normal serving, and there would often be a little left over. Jesus is telling us to pray confidently, even shamelessly. But certain boundaries are implied. Requests should be made in keeping with the necessities of life. Had the neighbor come knocking on the door asking for a plate of caviar and a glass of champagne, the house owner’s response would probably have been very different. Those who suggest that this text encourages praying for huge wealth do violence to the scriptures. Ask God to provide for your needs – not just concrete things like food, clothes and shelter, but spiritual needs like comfort, peace, or the assurance of forgiveness. Jesus tells us that God will surely provide. In the Greek of Luke’s Gospel, Jesus effectively says, “Keep on asking. Keep on searching. Keep on knocking, and your prayers will be answered.” There are those who pray only when they are in serious trouble; often making extravagant promises to God to amend their lives if God gets them out of the mess they find themselves in. But the analogy that Jesus uses teaches us to keep praying, even if it doesn’t seem at first that our prayer is being answered. Prayer becomes a habit, not an exception saved for emergencies only.

Why does God not answer our prayers immediately, even those that spring from our love for others? Why does Jesus urge us to behave like persistent neighbors? It’s a hard question to answer. But perhaps in order to receive the greatest gift of all – the gift of the Holy Spirit – we are encouraged by him to trust in God’s love, even, or especially, when things are hard. Jesus himself prayed that the cup of suffering would pass him by. But at the same time, he prayed the words of the Our Father, “Thy will be done.” And by praying that prayer, he not only showed us the depth of God’s love for us, he made possible the outpouring of the Holy Spirit on us all; that same Spirit that moves through our instinct to pray and turns it into a movement of love for God and for our neighbor.

NJM

 

Le 7e dimanche après la pentecôte                                                                 le 24 juillet 2022

Pouvez-vous vous rappeler la première fois que vous avez prié ? Je ne parle pas de la première fois que vous avez appris le Notre Père ou que vous avez ouvert un livre de prières pour y lire quelque chose. Je ne parle même pas de la première fois que vous avez fait face à une crise et que vous avez prononcé une brève prière dans l’espoir d’être secouru. Je parle de la première fois que vous avez ressenti une présence ou une force spirituelle extérieure à vous-même avec laquelle il était possible d’établir un lien. Je ne suis pas sûr de pouvoir me souvenir de ce moment moi-même, et je suis à peu près sûr que je ne suis pas le seul à avoir vécu cette expérience. Je pense que c’est parce que la prière peut être comprise avant tout comme un instinct humain plutôt que comme une technique apprise. C’est un peu comme nos premières envies de sourire, de parler ou de chanter. La prière est une façon d’être à la fois dans ce monde et dans le monde auquel nous aspirons. Même la question apparemment enfantine “Y a-t-il quelqu’un là-haut ?” est une forme de prière.

Dans l’évangile de Luc, ce disciple anonyme fait une demande très intéressante à Jésus. Il ne demande pas “Qu’est-ce que la prière ?”. Comme beaucoup d’entre nous, il sait déjà ce qu’est la prière, et c’est pourquoi il demande qu’on lui enseigne comment la faire. Jésus répond de la manière la plus pratique qui soit. Il ne donne pas à ses disciples un discours sur la nature de la prière. Il leur enseigne une courte prière qui est peut-être la plus fréquemment pratiquée dans l’histoire des religions du monde, et peut-être aussi la première que nous avons apprise par cœur. La prière commence par le mot “Abba” – le mot de l’enfance qui signifie père. Jésus nous dit que Dieu est un parent sage et attentionné et non une force lointaine ou étrangère qu’il faut faire apparaître à l’aide de formules spéciales. Après leur avoir enseigné les paroles du Notre Père, Jésus offre trois illustrations de la prière tirées de la vie quotidienne en Palestine. Nous y reviendrons dans un instant.

Les directeurs spirituels sont souvent formés à aider les gens à trouver le type de prière qui leur convient le mieux, et en voici un exemple. Si vous êtes le genre de personne qui aime le confort et les structures d’une institution sûre, vous serez peut-être plus à l’aise si vous utilisez les formes de prières écrites qui font autorité et qui ont été transmises de génération en génération. Votre modèle serait saint Pierre. Si vous abordez la vie plutôt par l’esprit, une approche méditative vous sera peut-être plus utile : vous vous imaginez dans le rôle de l’un des personnages de la Bible, vous utilisez la raison pour formuler vos prières, même lorsque vous utilisez des prières que d’autres ont écrites. Votre modèle serait saint Paul. Si vous êtes d’un tempérament plus mystique, vous pouvez commencer par observer vos expériences ou vos sentiments. Les mots peuvent parfois ne pas être importants, bien que vous puissiez utiliser des prières écrites comme point de départ d’une réflexion plus interne. Votre modèle serait saint Jean. Cette façon plutôt schématique d’envisager la prière est utile, mais seulement jusqu’à un certain point. Chacun d’entre nous est plus fort dans l’un de ces domaines que dans un autre, et la plupart d’entre nous sont heureux d’utiliser les trois, selon l’impulsion de l’Esprit. L’ordre qui se trouve en dehors de nous, nos esprits pensants, nos sens et nos sentiments, nos attitudes d’esprit et nos émotions, tout cela trouve son expression dans la prière. C’est pourquoi la prière est davantage un instinct inné qu’une technique apprise.

Revenons aux illustrations de la prière que Jésus nous donne. Il dit aux disciples que Dieu est comme un propriétaire de maison qui s’est couché quand quelqu’un vient frapper à la porte pour demander du pain. Les personnes qui entendent cette comparaison connaissent bien le scénario. Le voyage était difficile, souvent effectué en fin de journée pour éviter la chaleur. Le pain était cuit à la maison, et on n’en cuisait que la quantité nécessaire pour une seule journée. La portion normale était de trois pains par personne, et il en restait souvent un peu. Jésus nous dit de prier avec confiance, et même sans honte. Mais certaines limites sont implicites. Les demandes doivent être formulées en fonction des nécessités de la vie. Si le voisin était venu frapper à la porte pour demander une assiette de caviar et une coupe de champagne, la réponse du propriétaire de la maison aurait probablement été très différente. Ceux qui suggèrent que ce texte encourage à prier pour obtenir d’énormes richesses font violence aux Écritures. Demandez à Dieu de pourvoir à vos besoins – pas seulement des choses concrètes comme la nourriture, les vêtements et le logement, mais aussi des besoins spirituels comme le confort, la paix ou l’assurance du pardon. Jésus nous dit que Dieu y pourvoira sûrement. Dans le grec de l’Évangile de Luc, Jésus dit effectivement : “Continuez à demander. Continuez à chercher. Continuez à frapper, et vos prières seront exaucées”. Il y a ceux qui ne prient que lorsqu’ils sont en grande difficulté ; ils font souvent des promesses extravagantes à Dieu comme quoi ils changeront la direction de leur vie si Dieu les sort du pétrin dans lequel ils se trouvent. Mais l’analogie utilisée par Jésus nous apprend à continuer de prier, même s’il ne semble pas, au départ, que notre prière soit exaucée. La prière devient une habitude, et non une exception réservée aux cas d’urgence.

Pourquoi Dieu ne répond-il pas immédiatement à nos prières, même à celles qui découlent de notre amour pour les autres ? Pourquoi Jésus nous exhorte-t-il à nous comporter comme des voisins obstinés ? C’est une question à laquelle il est difficile de répondre. Mais peut-être que pour recevoir le plus grand des cadeaux – le don de l’Esprit saint – il nous encourage à faire confiance à l’amour de Dieu, même, ou surtout, lorsque les choses sont difficiles. Jésus lui-même a prié pour que la coupe de la souffrance lui soit retirée. Mais en même temps, il a prié les mots du Notre Père : “Que ta volonté soit faite”. Et en priant cette prière, non seulement il nous a montré la profondeur de l’amour de Dieu pour nous, mais il a rendu possible l’effusion de l’Esprit saint sur nous tous ; ce même Esprit qui traverse notre instinct de prière et le transforme en un mouvement d’amour pour Dieu et pour notre prochain.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.