Sermon – Pentecost III

Pentecost III
June 21, 2020
Genesis 21:8-21   Romans 6:1-11    Matthew 10:24-39

The story of Sarah and Abraham’s banishment of Hagar and Ishmael is one of the most troubling and enigmatic texts in the book of Genesis – a book well known for its difficult texts! It is difficult because it shows us that the Hebrews, just like every other culture and race on earth, despised, hated or excluded a group that they felt was not like them. And it is not just races and cultures that behave this way; nations, religions and families are no exception to this instinct to despise and exclude those that they consider to be ‘not like us’.

The Bible contains several lists of people whom the Hebrews regarded as outsiders or enemies: Edom, Moab, the Hagrites (descendants of Hagar, the story we heard earlier), Gebal, and Aman and Amalek, the Philistines and the Assyrians. Some of this dislike is perfectly understandable. After all, the Hebrew people had been exploited, oppressed or invaded and plundered by some of the people I just mentioned. The story of Hagar and Ishmael is an attempt to explain where one of their greatest enemies came from. Hagar and Ishmael gave their names to the Hagrites and the Ishmaelites. The Ishmaelites were a tribe of marauders that roamed the desert to the south of Israel. They spoke almost the same language as the Hebrews; they ate the same food, they dressed the same way, they had the same traditions. But the citizens of Israel regarded them as lazy, dirty, dangerous and violent outlaws.

Abraham and Sarah were rich and powerful people. But they had no son. So, according to custom, Sarah suggested that her favorite slave, Hagar the Egyptian, should become the mother of a son to Abraham. They name the child Ishmael. Soon afterwards, Sarah gave birth to a son of her own, whom Abraham and Sarah name Isaac. Isaac became the hero of the story, and the heir to the promises made to Abraham. But what were they to do with poor old Ishmael – Abraham’s first-born? Sarah knew exactly how to deal with the situation. She banished both Hagar and Ishmael to the arid southern desert, with nothing but a drink of water and a morsel of bread.

Not surprisingly, their bread and water soon ran out. Ishmael began to die of dehydration. Hagar placed him under the shade of a little bush. She couldn’t bear to see him die, and so walked away and began to weep. But God heard the cries of the infant. An angel appeared and told Hagar not to be afraid. The angel told her that her child would be the ancestor of a group of people. A well miraculously appeared, and the child was saved.

We are not told what Sarah made of this turn of events. Ishmael doesn’t disappear from the Bible completely. He was present at Abraham’s funeral (but not Sarah’s, unsurprisingly). But as this story unfolds, we see that God cares deeply about the outsider that the mainstream tradition finds embarrassing or even dispensable. “Can a woman forget her child? Even these may forget, yet I will not forget you,” (Is 49:15) God doesn’t forget about those who get pushed to the margins. Two thousand years later, Jesus acts in the same way. He has compassion for the very people who were being pushed aside by the traditions and laws of the Chosen People. He touches a leper, sits at a table with tax collectors, talks to a Samaritan woman by the well, heals on the sabbath and welcomes children into his arms.

The story of Hagar and Ishmael shows us that when those whom God has chosen act from cruelty or hatred, God will act. God’s love cannot be bounded by the systems of exploitation and hatred that we have created. And we created those systems at the very same time as we were claiming to be God’s favored ones. We have seen the most tragic fruits for our mania for exclusion being played out on our streets in the last few weeks. Through history we human beings have tried to exclude people on the basis of their race, their language, their culture, their marital status or their political opinion. In all of these instances, proponents of exclusion have quoted the Bible in support of their positions. But the stories of the Bible make such claims impossible.

God’s power lies not in the exercise of brute force. God surprises us by subverting and transcending the traditions, the customs, mores and laws that we make for ourselves. God will always reach out to include the outsider. After all, this God heard the cries of the abandoned child in the brutal desert. In the end, the story has something to tell each one of us. God hears the cries of those who are abandoned for whatever reason: your cries and mine when nothing seems to be working; when life loses meaning, when we feel oppressed by our jobs or our lack of a job; when we are overwhelmed by responsibilities or by the feeling that we are useless, when we feel we are irrelevant and have no responsibilities at all, when our friends, our spouses or companions disappoint us. But God doesn’t forget. God hears. God appears in whatever wilderness we find ourselves. There is no desert that God doesn’t know. He brings water for our thirst, through a deep well of unexpected love that we never even knew was there. Jesus reminds us of this in our gospel. “Are not two sparrows sold for a penny? Yet not one of them falls to the ground without your father knowing it. Even the hairs of your head are counted. So do not be afraid. You are of more value than many sparrows.”

NJM

 

Le troisième dimanche après la Pentecôte                                                              le 21 juin 2020

L’histoire du bannissement d’Agar et Ismaël par Sarah et Abraham est l’un des textes les plus troublants et énigmatiques du livre de la Genèse – un livre bien connu pour ses textes difficiles ! C’est difficile car cela nous montre que les Hébreux, comme toutes les autres cultures et races de la terre, méprisaient, détestaient ou excluaient un groupe qui, selon eux, ne leur ressemblait pas. Et ce ne sont pas seulement les races et les cultures qui se comportent de cette façon ; les nations, les religions et les familles ne font pas exception à cet instinct de mépriser et d’exclure ceux qu’ils considèrent comme « différents de nous ».

La Bible contient plusieurs listes de peuples que les Hébreux considéraient comme des étrangers ou des ennemis : Edom, Moab, les Hagaréniens (descendants d’Agar, l’histoire que nous avons entendue plus tôt), Guebal, Aman et Amalek, les Philistins et les Assyriens. Une partie de cette aversion est parfaitement compréhensible. Après tout, le peuple hébreu avait été exploité, opprimé ou envahi et pillé par certains des peuples que je viens de mentionner. L’histoire d’Agar et d’Ismaël est une tentative d’expliquer d’où vient l’un de leurs plus grands ennemis. Agar et Ismaël ont donné leurs noms aux Hagaréniens et aux Ismaélites. Les Ismaélites étaient une tribu de maraudeurs qui parcouraient le désert au sud d’Israël. Ils parlaient presque la même langue que les Hébreux ; ils mangeaient la même nourriture, ils s’habillaient de la même façon, ils avaient les mêmes traditions. Mais les citoyens d’Israël les considéraient comme des hors-la-loi paresseux, sales, dangereux et violents.

Abraham et Sarah étaient des gens riches et puissants. Mais ils n’avaient pas de fils. Ainsi, selon la coutume, Sarah a suggéré que son esclave préférée, Agar l’Égyptienne, devienne la mère d’un fils pour Abraham. Ils nomment l’enfant Ismaël. Peu de temps après, Sarah a donné naissance à son propre fils, qu’Abraham et Sarah nomment Isaac. Isaac est devenu le héros de l’histoire et l’héritier des promesses faites à Abraham. Mais que devaient-ils faire avec le pauvre vieil Ismaël – le premier-né d’Abraham ? Sarah savait exactement comment gérer la situation. Elle a banni Agar et Ismaël dans le désert aride du sud, avec rien d’autre qu’un verre d’eau et un morceau de pain.

Sans surprise, ils n’ont vite plus eu de pain et d’eau. Ismaël a commencé à mourir de déshydratation. Agar l’a placé à l’ombre d’un petit buisson. Elle ne pouvait pas supporter de le voir mourir, elle s’est donc éloignée et a commencé à pleurer. Mais Dieu a entendu les cris de l’enfant. Un ange est apparu et a dit à Agar de ne pas avoir peur. L’ange lui a dit que son enfant serait l’ancêtre d’un groupe de personnes. Un puits est miraculeusement apparu, et l’enfant a été sauvé.

On ne nous dit pas comment Sarah a réagi à cette tournure d’événements. Ismaël ne disparaît pas complètement de la Bible. Il était présent aux funérailles d’Abraham (et sans surprise, pas à celles de Sarah). Mais au fur et à mesure que cette histoire se déroule, nous voyons que Dieu se soucie profondément de l’étranger. Cet étranger que la tradition populaire trouve embarrassant, ou dont l’on peut se passer. « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas compassion du fils qui est sorti de son ventre ? Même si elle l’oubliait, moi je ne t’oublierai jamais » (Is 49, 15). Dieu n’oublie pas ceux qui sont exclus. Deux mille ans plus tard, Jésus agit de la même manière. Il a de la compassion pour ses personnes mêmes qui étaient mises à l’écart par les traditions et les lois du peuple élu. Il touche un lépreux, s’assoit à une table avec des collecteurs d’impôts, parle à une Samaritaine près du puits, guérit durant le sabbat et accueille des enfants dans ses bras.

L’histoire d’Agar et d’Ismaël nous montre que lorsque ceux que Dieu a choisis agissent avec cruauté ou haine, Dieu agira. L’amour de Dieu ne peut pas être limité par les systèmes d’exploitation et de haine que nous avons créés. Et nous avons créé ces systèmes alors que nous prétendions être les favoris de Dieu. Nous avons vu les fruits les plus tragiques de nos habitudes d’exclusion apparaître dans nos rues ces dernières semaines. À travers l’histoire, nous, les êtres humains, avons essayé d’exclure les gens sur la base de leur race, de leur langue, de leur culture, de leur statut matrimonial ou de leur opinion politique. À chaque fois, les partisans de l’exclusion ont cité la Bible pour supporter leur point de vue. Mais les histoires de la Bible rendent de telles affirmations impossibles.

La puissance de Dieu ne réside pas dans l’exercice de la force brutale. Dieu nous surprend en renversant et en transcendant les traditions, les coutumes, les mœurs et les lois que nous nous faisons. Dieu cherchera toujours à inclure l’étranger. Après tout, ce Dieu a entendu les cris de l’enfant abandonné dans le désert brutal. Au final, l’histoire a quelque chose à dire sur chacun de nous. Dieu entend les cris de ceux qui sont abandonnés pour une raison ou une autre : vos cris et les miens quand rien ne semble fonctionner ; lorsque la vie perd son sens, lorsque nous nous sentons opprimés par notre travail ou notre manque d’emploi ; pendant que nous sommes accablés par des responsabilités ou par le sentiment que nous sommes inutiles, quand nous pensons que nous n’avons aucun but et aucune responsabilité, quand nos nos amis, nos conjoints ou compagnons nous déçoivent. Mais Dieu n’oublie pas. Dieu entend. Dieu apparaît dans n’importe quel désert où nous nous trouvons. Il n’y a pas de désert que Dieu ne connaisse pas. Il apporte de l’eau pour étancher notre soif, tirée d’un puits profond d’amour inattendu dont nous ignorions la proximité. Jésus nous le rappelle dans notre évangile. « Ne vend-on pas deux moineaux pour une petite pièce ? Cependant, pas un ne tombe par terre sans l’accord de votre Père. Même vos cheveux sont tous comptés. N’ayez donc pas peur : vous valez plus que beaucoup de moineaux. »

NJM Ver Fr. FS

Posted in sermons.