Sermon – Pentecost II

Pentecost II
June 6, 2021
I Samuel 8 :4-15, II Corinthians 4:13-5:1, Mark 3:20-35

If I asked you to recall stories of Jesus’ family in the Gospels, I imagine that your minds would first conjure up the nativity stories in Matthew and Luke. You might then remember the incident when Mary and Joseph realized that they had left Jesus behind in the temple when they were returning from their visit to Jerusalem. Perhaps you’d then think of the moments when Jesus’ mother was present at Jesus’ crucifixion and entombment towards the end of the Gospel stories. I think that we’re all less likely to remember the story that we heard in today’s Gospel reading from Mark; an altogether stranger and more ambiguous story than the ones I’ve just mentioned.

Our Gospel begins with Jesus entering a house. It’s perhaps the house of Simon Peter in Capernaum. Mark doesn’t tell us why Jesus has gone into this house; or why such a huge crowd of people had gathered. Whatever the circumstances were, they must have been quite serious, because Mark tells us that nobody has had time to eat, and that Jesus’ family have arrived to stage some sort of intervention. His mother and brothers believe him to be out of his mind, and they step in to the situation to stop him from doing whatever it is that he’s doing in there.

It must be said that almost nobody has the power to embarrass us more thoroughly and effectively than the members of our own family when they turn up unexpectedly to a public event. Of course, we love them; often very dearly. They have seen us at our very best and at our very worst. They know our weaknesses all too well, and their teasing en famille, for example, can be one way that they show us how much they love us. But it is one thing to live a family life behind closed doors, and quite another thing if the intimacies and complexities of those family relationships are acted out in public. Our Gospel is reassuring, in that it shows us that Jesus’ family life was no exception to this dynamic.

During our course on Christian liturgy, we examined liturgies of exorcism and healing (the video of the discussion is on our YouTube channel if you’d like to see it). We discovered that the procedures and prayers around those liturgies have their roots in the stories of Jesus’ miracles of exorcism and healing contained in the Gospel stories. It seems clear from the context in Mark’s Gospel that his family turns up on the scene when Jesus is engaged in an exorcism. That’s why his family seems to be questioning his sanity, and why the teachers of the Law are speculating about the source of Jesus’ power. Mark tells us that his family believe him to have “gone out of his mind”. But the teachers of the Law go even further. They claim that Jesus himself is possessed, and that he is using his demonic powers to cast out the demons. His family questions his sanity, but the teachers of the Law gravely mistake the source of his power.

How does Jesus respond to this double accusation? Firstly, he forgives his family. He says that human sin and blasphemy are forgivable. Secondly, he rebukes the teachers of the Law by telling them that blasphemy against the Spirit of God is unforgivable. By claiming that Jesus’ ministry was demonic, they placed themselves outside the realm where forgiveness is possible. They claimed that evil was good, and that good was evil. Some people are worried that they may have committed this ‘unforgivable sin’. But if you’re concerned about it, you most certainly haven’t committed it. Your conscience is still alive to the goodness of God. The world is filled with examples of those who are utterly and completely convinced that they are right. They enrich themselves at the expense of the poor and dispossessed without so much as a qualm. They bomb villages and slaughter people in cold blood without a second thought. They are blind to the truth. They want glory without having merited it, they want forgiveness without repentance, and they are full of envy for those who have been set free by the power of Jesus’ love. Perhaps only and exorcism can deliver them.

Jesus the Exorcist, however, still makes us feel a little embarrassed. We like our Jesus to be a teacher and a preacher; if necessary, we can even imagine him as a sort of faith-healer. But exorcism makes us feel uncomfortable. Had we been in Capernaum on that day, we would probably be outside with Jesus’ family. We would rather have Jesus safely ensconced   between the covers of the New Testament than roaming around presiding over exorcisms. The problem is this. Even if we managed to suppress the idea of Jesus as an exorcist engaged in direct combat with evil forces, we would still be left with a world that is full of evil. So how do we understand Jesus as an exorcist today? How do we look beyond our embarrassment and listen to what he is teaching us? I believe that Jesus is telling us that the world contains hidden dangers. He wants us to live life with our eyes open to those dangers. Evil is never idle, and we need to be on the lookout for its activity; sometimes in unexpected places.

It may be true that evil is never idle. But goodness is never idle either. Strangely enough, in this passage, Jesus compares himself to a robber. He came into this world to ransack the devil’s house. Before he robs the house, he ties up the house owner (the devil himself) so that he can take away the treasures (us) and bring them home to his Father.

Allowing Jesus to be the exorcist helps us to put the state of the world in perspective. Unfortunately, there are many people in the world who mistake evil for goodness, and many people who mistake goodness for evil. Left to our own devices the distinction between the two is sometimes difficult. Jesus asks us to call on his help in making that distinction in a world of ambiguity. He looked over the crowd gathered outside Simon Peter’s house, and called them his brothers and sisters. He tells us that we are free from bondage to the devil, and that we can walk through the evils of this world doing the will of our heavenly father. He calls us all his own family, and welcomes us back home.

NJM

Deuxième dimanche après la pentecôte                                                                           le 6 juin 2021

Si je vous demandais de vous souvenir des histoires sur la famille de Jésus dans les évangiles, j’imagine que vous penseriez d’abord aux histoires de la nativité chez Matthieu et Luc. Vous vous souviendrez peut-être de l’incident où Marie et Joseph se sont rendu compte qu’ils avaient laissé Jésus dans le Temple alors qu’ils revenaient de leur visite à Jérusalem. Peut-être penseriez-vous alors à la présence de la mère de Jésus lors de sa crucifixion et de sa mise au tombeau vers la fin des récits des évangiles. Je pense que nous sommes tous moins susceptibles de nous souvenir de l’histoire que nous avons entendue dans la lecture de l’Évangile de Marc aujourd’hui ; une histoire tout à fait étrange et plus ambiguë que celles que je viens de mentionner.

Notre Évangile commence avec Jésus qui entre dans une maison. C’est peut-être la maison de Simon Pierre à Capharnaüm. Marc ne nous dit pas pourquoi Jésus est entré dans cette maison ; ou pourquoi une si grande foule de gens s’était rassemblée. Quelles que soient les circonstances, elles devaient être assez sérieuses, car Marc nous dit que personne n’a eu le temps de manger et que la famille de Jésus est arrivée pour organiser une sorte d’intervention. Sa mère et ses frères croient qu’il est fou et ils interviennent pour l’empêcher de faire ce qu’il fait l’intérieur.

Il faut dire que presque personne n’a le pouvoir de nous embarrasser de façon plus complète et efficace que les membres de notre propre famille lorsqu’ils se présentent à l’improviste lors d’un événement public. Bien sûr, nous les aimons ; souvent très chèrement. Ils nous ont vus lors de notre meilleur et de notre pire. Ils ne connaissent que trop bien nos faiblesses, et leurs taquineries en famille, par exemple, peuvent être un moyen de nous montrer à quel point ils nous aiment. Mais c’est une chose de vivre une vie de famille à huis clos, et une autre si les intimités et les complexités de ces relations familiales se déroulent en public. Notre Évangile est rassurant, en ce qu’il nous montre que la vie de famille de Jésus n’a pas échappé à cette dynamique.

Lors de notre cours sur la liturgie chrétienne, nous avons examiné les liturgies d’exorcisme et de guérison (la vidéo de la discussion est sur notre chaîne YouTube si vous voulez la voir). Nous avons découvert que les procédures et les prières autour de ces liturgies tirent leurs racines dans les récits des miracles d’exorcisme et de guérison de Jésus contenus dans les récits des évangiles. Il semble clair, d’après le contexte de l’Évangile de Marc, que sa famille se présente lorsque Jésus est en train de procéder à un exorcisme. C’est pourquoi sa famille semble remettre en question sa santé mentale, et pourquoi les enseignants de la Loi spéculent sur la source de la puissance de Jésus. Marc nous dit que sa famille pense qu’il est « devenu fou ». Mais les enseignants de la Loi vont encore plus loin. Ils prétendent que Jésus lui-même est possédé et qu’il utilise ses pouvoirs démoniaques pour chasser les démons. Sa famille remet en question sa santé mentale, mais les enseignants de la Loi se trompent gravement sur la source de son pouvoir.

Comment Jésus répond-il à cette double accusation ? Premièrement, il pardonne à sa famille. Il dit que le péché humain et le blasphème sont pardonnables. Deuxièmement, il réprimande les enseignants de la Loi en leur disant que le blasphème contre l’Esprit de Dieu est impardonnable. En prétendant que le ministère de Jésus était démoniaque, ils se sont placés en dehors du domaine où le pardon est possible. Ils prétendaient que le mal était le bien et que le bien était le mal. Certaines personnes craignent d’avoir commis ce « péché impardonnable ». Mais si cela vous préoccupe, vous ne l’avez certainement pas commis. Votre conscience est toujours vivante à la bonté de Dieu. Le monde est rempli d’exemples de ceux qui sont totalement et complètement convaincus qu’ils ont raison. Ils s’enrichissent aux dépens des pauvres et des dépossédés sans le moindre scrupule. Ils bombardent les villages et massacrent les gens de sang-froid sans hésiter. Ils sont aveugles à la vérité. Ils veulent la gloire sans l’avoir méritée, ils veulent le pardon sans repentir, et ils sont pleins d’envie pour ceux qui ont été libérés par la puissance de l’amour de Jésus. Peut-être que seul l’exorcisme peut les délivrer.

Jésus l’exorciste, cependant, nous fait toujours nous sentir un peu embarrassé. Nous aimons que notre Jésus soit un maître et un prédicateur ; si nécessaire, on pourrait l’imaginer comme une sorte de guérisseur par la foi. Mais l’exorcisme nous met mal à l’aise. Si nous avions été à Capharnaüm ce jour-là, nous serions probablement dehors avec la famille de Jésus. Nous préférerions que Jésus soit en sécurité entre les couvertures du Nouveau Testament plutôt que d’errer en procédant à des exorcismes. Le problème est le suivant. Même si nous parvenions à supprimer l’idée de Jésus comme un exorciste engagé dans un combat direct avec les forces du mal, ce monde plein de mal existerait toujours. Alors, comment comprenons-nous Jésus en tant qu’exorciste aujourd’hui ? Comment regarder au-delà de notre embarras et écouter ce qu’il nous enseigne ? Je crois que Jésus nous dit que le monde contient des dangers cachés. Il veut que nous vivions la vie en gardant nos yeux ouverts face à ces dangers. Le mal n’est jamais inactif, et nous devons être à l’affût de son activité ; parfois dans des endroits inattendus.

Il est peut-être vrai que le mal n’est jamais inactif. Mais la bonté n’est jamais inactive non plus. Curieusement, dans ce passage, Jésus se compare à un voleur. Il est venu dans ce monde pour saccager la maison du diable. Avant de cambrioler la maison, il attache le propriétaire de la maison (le diable lui-même) afin qu’il puisse emporter les trésors (nous) et les rapporter à son Père.

Permettre à Jésus d’être l’exorciste nous aide à mettre l’état du monde en perspective. Malheureusement, il y a beaucoup de gens dans le monde qui confondent le mal avec le bien, et beaucoup de gens qui confondent le bien avec le mal. Laissés à nous-mêmes, la distinction entre les deux est parfois difficile. Jésus nous demande de faire appel à son aide pour faire cette distinction dans un monde d’ambiguïté. Il regarda la foule rassemblée devant la maison de Simon Pierre et les appela ses frères et sœurs. Il nous dit que nous sommes libérés de la servitude du diable et que nous pouvons traverser les maux de ce monde en faisant la volonté de notre Père céleste. Il nous appelle tous sa propre famille et nous accueille chez nous.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.