Sermon – Pentecost +7 – Afrique Fête

Afrique fête

July 28, 2019

Hosea 1 :2-10    Colossians 2 :6-19     Luke 11 :1-13

 

When I studied the history and language of ancient Egypt I spent three months in the guest house of Anglican cathedral of All Saints on the island of Zamalek in Cairo.  There was a beautiful little garden attached to the guest house, at the center of which was a stone slab engraved with a verse from Hosea, today’s prophet from the Hebrew scriptures:  “Out of Egypt I called my Son.”  Hosea was referring to the time the Israelites spent in Egypt before their journey to the promised land, but Christians have often understood this verse as a prophetic foretelling of the flight of the Holy Family into Egypt to escape the wrath of King Herod, as told in Matthew’s Gospel. When I read that inscription in Cairo, I remember thinking that according to the Bible (and as far as we know) during Jesus’ lifetime he visited only two continents: Asia and Africa. He once thought of Africa as home.

Hosea is a strange and rather complicated prophet. Generally speaking, God gave the prophets a message to deliver in prose or in poetry. Sometimes (as was particularly the case for Ezekiel), they were to deliver that message using gestures or visual-aids. But in this story, God goes one step further. God asks Hosea to live out what God is feeling and how God experiences us in relationship by asking Hosea to marry an unfaithful prostitute and have three children with her. Hosea was to become a living story. His life from that point was an incarnation of God’s relationship with the people of Israel. Hosea was to live out God’s story in the conditions of his own life.  The story isn’t a happy one. They have three children with dismal names, reflecting the impending end of the northern kingdom of Israel. And yet (just like God’s faithfulness to the people), Hosea was to remain faithful to his wife, even if she wasn’t faithful to him.

There is another interesting aspect to this story. Hosea’s marriage difficulties are not told entirely in his own words. He lived at a time when there were two nations of Hebrew peoples – the nation of Israel to the north (powerful and successful) and the nation of Judah to the south (weak and poor, centered on Jerusalem its capital). Hosea was a prophet in the northern Kingdom of Israel, and after the destruction of that kingdom by the Assyrians, his story was taken over and by their rivals: the southern kingdom of Judah. The poor south got to tell the story of the rich north, and in retelling the story they often exaggerated their northern neighbors’  iniquities to make themselves look better; just like the rich north tells the story of the poor south.

So Hosea is a mixture: of the prophet incarnating God’s experience with Israel, and of Judah retelling that story for their own purposes. Every day we are surrounded by people telling different stories, but we don’t often reflect on the motives of those who tell them, and why they tell those stories in the way they do. We read and hear them when people advertise products to us. We hear them when our politicians or newscasters present what is happening in our national life and in the world. We hear the stories of our families, our friends, our neighbors and our co-workers. We know each other through the stories we tell. So we must listen carefully.

The wealthy north often tells stories about Africa. Those stories are shaped by a colonial past. They often have war, refugees, hunger, disease, natural disaster or political oppression as their themes. So much of our knowledge of Africa comes to us from the skewed and biased mouths of those who have never even set foot on the continent. This is only a tiny part of the picture, and it certainly doesn’t tell us of the Africa that so many of us know and love. Do we ever really listen to how the peoples of Africa are telling the story of the wealthy north? Our Afrique Fête calls us to listen closely to the stories that our brothers and sisters are telling us, to rejoice with them when we can, and to cry with them when we must. We know each other through the stories we tell. So we must listen carefully.

I suppose that most of us believe that Jesus came to ‘tell us about God’; to introduce another story of death and resurrection into our understanding of who we are and where we are going. But God does not work in such a one-sided way. Jesus came to hear our story too. And he was no passive listener. He came not just to hear our story, like a diagnostician figuring out our illness. Jesus came to live our story too, just like Hosea lived God’s story in Israel. Jesus was born among us, he ate, dreamed, slept, laughed, suffered and died with us. Take our Gospel reading for example. Is Jesus teaching us the best way to pray? Is it the advice of an expert? It is far more than that. When Jesus tells us to persist; when he tells us that God wants the best for us, he is speaking as someone who was often hungry, homeless, thirsty and tired. He suffered in the garden and on the cross. What he is giving us here isn’t a fail-safe prayer technique. He is telling us the story of how he learned to pray as one of us, as our brother and our fellow-pilgrim. We know God and we know Jesus through the stories we tell. So we must listen carefully.

Today is Joris’ last Sunday with us for now. We have been privileged to hear the stories that he has told, as he’s shared, laughed, eaten and sometimes cried with us too. And I know he also counts it a privilege to have heard some of our stories too. His presence with us these last two months has reminded us of some important questions. How far are we will to go in order to understand the story that others are telling us? Will we walk in their shoes? Are we willing to share their pain? Will we rejoice with them if things are going well? In the end there is only one Great Story in which every one of us features. It is the story of God’s faithful love, lived in all its fullness, and lived in flesh and blood by you and me and all of us. We are custodians of each other’s stories. So we must listen carefully. Cherish those stories and tell them to others with the same love.

NJM

 

Le septième dimanche après la Pentecote – Afrique fête                        Dimanche 28 juillet 2019

Quand j’étudiais l’histoire et les langues de l’Égypte Antique, j’ai passé 3 mois dans la maison d’hôte de la cathédrale anglicane All Saints sur l’ile de Zamālek au Caire. Il y avait un joli petit jardin rattaché à la maison d’hôte, et au centre s’y trouvait un bloc de pierre sur lequel était gravé un verset d’Osée, le prophète des écritures hébraïques d’aujourd’hui : « J’ai appelé mon fils à sortir d’Égypte. » Osée faisait référence au temps que les israélites ont passé en dehors de l’Égypte avant leur voyage vers la Terre Promise, mais les Chrétiens ont souvent compris ce verset comme une prophétie de la fuite de la Famille Sainte vers l’Égypte afin d’échapper au courroux du Roi Hérode, comme décrit dans l’Évangile de Matthieu. Quand j’ai lu cette inscription au Caire, je me souviens avoir pensé que selon la Bible (et pour autant que nous le sachions) Jésus durant sa vie n’a visité que deux continents. : L’Asie et l’Afrique. Il a considéré à une époque l’Afrique comme chez lui.

Osée est un prophète plutôt étrange et compliqué. De manière Générale, Dieu offrait à ses prophètes un message à délivrer sous forme de prose ou de poésie. Parfois (spécifiquement dans le cas d’Ézéchiel), ils devaient délivrer ce message en utilisant des gestes ou des supports visuels. Mais dans cette histoire, Dieu va encore plus loin. Dieu demande à Osée de vivre ce que Dieu ressent et comment Dieu ressent sa relation avec nous en demandant à Osée de se marier avec une prostituée infidèle et d’avoir trois enfants avec elle. Osée devait devenir une histoire vivante. Sa vie à partir de ce point était une incarnation de la relation que Dieu avait avec le peuple d’Israël. Osée devait vivre l’histoire de Dieu dans les conditions de sa propre vie. Cette histoire n’est pas joyeuse. Ils ont trois enfants aux noms lugubres, reflétant la fin imminente du royaume du nord d’Israël. Et pourtant (comme la loyauté de Dieu envers le peuple), Osée devait rester fidèle à sa femme, même si elle lui était infidèle.

Il y a un autre aspect intéressant dans cette histoire. Les difficultés maritales d’Osée ne sont pas racontées dans leur intégralité et de ses propres mots. Il vivait à une époque où il y avait deux nations de peuples hébreux – la nation d’Israël au nord (puissante et accomplie), et la nation de Judée au sud (faible et pauvre, centrée sur Jérusalem, sa capitale). Osée était un prophète du royaume du nord d’Israël, et après la destruction de ce royaume par les assyriens, son histoire a été récupérée par leurs rivaux : le royaume du sud de la Judée. Le sud pauvre a pu raconter l’histoire du nord riche, et parfois ils exagéraient les iniquités de leurs voisins au nord pour se montrer sous un meilleur jour ; tout comme le nord riche raconte l’histoire du sud pauvre.

Ainsi, Osée est un mélange: du prophète incarnant l’expérience de Dieu avec Israël et de la Judée racontant cette histoire à leurs propres fins. Nous sommes entourés tous les jours par des gens qui racontent différentes histoires, mais nous ne réfléchissons pas souvent aux motivations de ceux qui les racontent, ou pourquoi ils racontent ces histoires de la façon dont ils les racontent. Nous les lisons et les entendons quand les gens nous font la promotion d’un produit. Nous les entendons quand nos politiciens ou journalistes présentent ce qu’il se passe dans notre vie nationale ou dans le monde. Nous entendons les histoires de nos familles, de nos amis, de nos voisins et de nos collègues. Nous nous connaissons à travers les histoires que nous racontons. Nous devons donc écouter attentivement.

Le nord riche raconte souvent des histoires de l’Afrique. Ces histoires sont mises en forme par un passé colonialiste. Leur thème tourne souvent autour de la guerre, les réfugiés, la famine, les maladies, les désastres naturels ou l’oppression politique. Tellement de notre connaissance de l’Afrique nous vient des bouches subjectives et biaisées de ceux qui n’y ont jamais même mis un pied. Ce n’est qu’un détail dans le tableau, et cela ne raconte surement pas l’histoire de l’Afrique que beaucoup d’entre nous connaissons et aimons. Écoutons-nous réellement comment les peuples d’Afrique racontent l’histoire du nord riche ? Notre célébration d’Afrique Fête nous appelle à écouter avec attention les histoires que nous racontent nos frères et sœurs, à nous réjouir avec eux quand nous le pouvons, et à pleurer avec eux quand nous le devons. Nous nous connaissons à travers les histoires que nous nous racontons. Alors nous devons nous écouter avec attention.

Je suppose que la plupart d’entre nous croient que Jésus est venu pour « nous parler de Dieu » ; pour introduire une autre histoire de mort et de résurrection dans notre compréhension de qui nous sommes et où nous allons. Mais Dieu n’œuvre pas de manière aussi unilatérale. Jésus est venu pour entendre notre histoire aussi. Et Jésus n’était pas un auditeur passif. Il n’est pas venu simplement pour entendre notre histoire, comme un médecin qui fait le diagnostic de notre maladie. Jésus est venu vivre notre histoire aussi, tout comme Osée a vécu l’histoire de Dieu en Israël. Jésus est né parmi nous, il a mangé, rêvé, dormi, ri, a souffert et est mort avec nous. Prenez notre lecture de l’Évangile par exemple. Jésus nous enseigne-t-il le meilleur moyen de prier ? Est-ce l’avis d’un expert ? C’est beaucoup plus que ça. Quand Jésus nous dit de persister ; quand il nous dit que Dieu veut le meilleur pour nous, il parle comme quelqu’un qui avait souvent faim, sans abri, assoiffé et fatigué. Il a souffert dans le jardin et sur la croix. Ce qu’il nous donne ici n’est pas une technique de prière sans faille. Il nous raconte comment il a appris à prier comme l’un de nous, comme notre frère et notre compagnon dans le pèlerinage. Nous connaissons Dieu et nous connaissons Jésus à travers les histoires que nous racontons. Nous devons donc écouter attentivement.

C’est aujourd’hui notre dernier dimanche avec Joris. Nous avons eu le privilège d’entendre les histoires qu’il a racontées. Il a partagé, ri, mangé et parfois même pleuré avec nous. Et je sais qu’il considère également comme un privilège d’avoir entendu certaines de nos histoires. Sa présence parmi nous ces deux derniers mois nous a rappelé certaines questions importantes. Jusqu’où allons-nous aller pour comprendre l’histoire que d’autres nous racontent ? Allons-nous nous mettre à leur place ? Sommes-nous disposés à partager leur douleur ? Allons-nous nous réjouir avec eux si tout va bien ? À la fin, il n’y a qu’une seule grande histoire dans laquelle chacun de nous figure. C’est l’histoire de l’amour fidèle de Dieu, vécue dans toute sa plénitude et vécue en chair et en os par vous et moi, et par nous tous. Nous sommes les gardiens de l’histoire de chacun. Nous devons donc écouter attentivement. Aimez ces histoires et racontez-les aux autres avec le même amour.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.