Sermon – Pentecost +23

Pentecost XXIII
November 17th, 2019
Isaiah 65:17-25 II Thessalonians 3:6-13 Luke 21:5-19

When I encountered the breadth of Christian spirituality in the United States first-hand, I was astonished at the importance that many Christians gave to thinking about the end of the world. Televangelists, book sales, entire denominations were dedicated to interpreting the book of Revelation. People were (and still are) encouraged to spend their money on apocalypse merchandise and prepare themselves for the rapture. All that energy devoted to a time or a day that Jesus told us that only God knows! Think what could be done with all the time, paper and resources wasted on fantasies about the book of Revelation! How many hungry people could be fed, how many children educated, how many medical clinics be built and doctors and nurses paid! It seems to be a particularly American malady, and it is hard not to be sucked in to the debate. People fear and long for the apocalypse at the same time. We dream that it will solve our problems, put an end to our uncertainties and wreak revenge on those whom we consider to be our personal or political enemies. In the end, what we have made of this part of the bible looks more like a theology of hate and fear than a theology of love and hope.

Given the current state of the world and the uncertainty in our nation, it is hardly surprising that we are anxious about the country’s future and our ability to work together for the common good. Dread of impending disaster or political, economic or climate collapse – is always in the back of our minds. It is also true that the church’s calendar between All Saints Day and the First Sunday of Advent concentrates on the passages in the Bible that speak about the end of the world and the final judgment. Traditionally speaking, those readings are not inclined to give us a sense of comfort in the midst of anxious times. If anything, they have been used to increase people’s anxieties in every period of the church’s history. For Christians, there is nothing new about those anxieties in whatever period in which we have lived. Isaiah was writing following the end of Israel and Judah’s hopes. Jesus was speaking from the heart of a small occupied country terrorized by the Roman Empire. Paul was writing to a group of Christians who were convinced that the world was about to come to an end.

The church in Thessalonica in northern Greece is a particularly interesting community from this point of view. When Paul visited the church on one of his missionary journeys, he spoke about the impending second coming of Christ. Jesus had been raised from the dead; a sure sign that the end of times had come. Mankind’s last enemy had been destroyed, death was no more, and our future lay not in this world, but in the world to come. Some of the Christians in the Thessalonian church reacted to the news in a very unhelpful way. They gave up their jobs. They stopped sowing seeds and raising animals. They accused their fellow Christians of a lack of belief in Jesus’ imminent second coming if they didn’t do as they did; giving up everything in confidence that Jesus was about to reappear riding on the clouds. Paul reacts with dismay to this news. He is so angry with the Christians who have given up on their civic duties that he writes to the church saying: “If someone does not work, then let him not eat!” Instead, Paul tells them to learn to persevere. Stick to your jobs. Be found at your post, performing your duty when the last trumpet sounds.

None of us knows when Jesus will return. If we become obsessed with the dates or the so-called ‘signs’ of the last days we will simply become more fearful, less trusting of the world and each other, and less inclined to treasure what we have; our families, our friends and our beautiful world. We will end up thinking like the world thinks, not like Jesus thinks.

There is no denying the climate of fear in the world. The apocalyptic passages in the Bible that speak about the end of the world acknowledge how frightening our human condition can be. Our political climate has heightened our fears to fever-pitch. We have been told to fear the Muslims, the Latinos, the immigrants, LGBT people, left-wing people, right-wing people, democrats or conservatives. We long for a way out of this climate of fear, because fear inevitably leads to oppression and violence. But we want the way out to be easy. We want to win, and when we lose, we are tempted also to lose hope. In the 1950’s Adlai Stevenson lost a presidential election twice, to General Eisenhower. In the face of his defeat, he famously said: “What counts now is not just what we are against, but what we are for. Who leads us is less important that what leads us – what convictions, what courage, what faith – win or lose.”

Even while acknowledging our fears or anxieties, we should comfort ourselves with the knowledge that we face a challenge today that people of faith have had to face in every age. We have to hold on to our hope, our joy and our love even in the middle of a climate of fear. And as we are reminded every time we lay one of our brothers or sisters to rest, we must learn to sing Alleluia even at the grave-side. In two weeks’ time it will be Advent; the season of hope. The nights seem to be getting longer, but the darker it gets, the more we persevere, and the more joy and love and hope can flow from us. Jesus says the same to us today as he did last Sunday. Stay at your post. Courage. And may God give you the strength and love that you need to accomplish the tasks that are set before you.

NJM

 

23ême dimanche de la pentecôte                                                                              17 novembre 2019
Lorsque j’ai vu par moi-même l’étendue de la spiritualité chrétienne aux États-Unis, j’ai été étonné de l’importance que de nombreux chrétiens accordaient à la fin du monde. Les télévangélistes, les livres en vente, des confessions entières étaient dédiées à l’interprétation du livre de l’Apocalypse. Les gens étaient (et sont toujours) encouragés à acheter des produits pour l’apocalypse et à se préparer pour l’enlèvement de l’Église. Toute cette énergie consacrée à un moment ou à un jour qui, comme Jésus nous l’a dit, seul Dieu connaît ! Pensez à ce qui pourrait être fait de tout ce temps, ce papier et ces ressources gaspillés en fantasmes sur le livre de l’Apocalypse ! Combien de personnes affamées pourraient être nourries, combien d’enfants éduqués, combien de cliniques médicales construites et de médecins et d’infirmières payés ! Cela semble être une maladie particulièrement américaine et il est difficile de ne pas se faire prendre dans le débat. Les gens ont peur et aspirent à l’apocalypse en même temps. Nous rêvons que cela résoudra nos problèmes, mettra fin à nos incertitudes et nous vengera de ceux que nous considérons comme nos ennemis personnels ou politiques. Au final, ce que nous avons fait de cette partie de la Bible ressemble plus à une théologie de la haine et de la peur qu’à une théologie de l’amour et de l’espérance.

En voyant l’état actuel du monde et l’incertitude dans notre nation, il n’est que peu surprenant que nous soyons anxieux quant au futur de notre pays et notre capacité à œuvrer ensemble vers un bien commun. La crainte d’un effondrement politique, économique ou climatique imminent est toujours dans un coin de notre tête. Il se trouve aussi que le calendrier de l’Église entre la Toussaint et le premier dimanche de l’Avent se concentre sur des passages de la Bible qui parlent de la fin du monde et du jugement final. Traditionnellement parlant, ces lectures ne sont pas susceptibles de nous offrir du réconfort à travers des temps de tensions. Elles auraient même plutôt été utilisées afin d’augmenter la nervosité des gens dans toutes les périodes de l’histoire de l’Église. Pour les Chrétiens, ces angoisses n’ont jamais été nouvelles quelle que soit la période dans laquelle nous nous trouvions. Ésaïe a écrit après la fin des espoirs d’Israël et du Royaume de Judée. Jésus s’exprimait du cœur d’un petit pays occupé et terrorisé par l’Empire Romain. Paul écrivait pour un groupe de Chrétiens qui étaient convaincus que le monde touchait à sa fin.

L’Église de Thessalonique est une communauté particulièrement intéressante de ce point de vue.  Alors que Paul y était en visite lors d’un de ses voyages missionnaires, il y parla de la deuxième venue imminente du Christ. Jésus avait été ressuscité ; un signe évident de la fin du monde. Le dernier ennemi de l’humanité avait été détruit, la mort n’était plus, et notre futur n’était pas de ce monde, mais de celui à venir. Certains des Chrétiens de l’Église de Thessalonique ont réagi à cette nouvelle d’une façon plutôt inutile. Ils ont abandonné leur travail. Ils ont arrêté de semer des graines et d’élever des bêtes. Ils ont accusé leurs confrères Chrétiens de manquer de Foi en la seconde venue imminente du Christ s’ils ne faisaient pas comme eux ; abandonner tout dans la certitude que Jésus allait réapparaître chevauchant les nuages. Paul est consterné par cette nouvelle. Il est tellement énervé contre les Chrétiens qui ont abandonné leurs responsabilités civiques qu’il écrit à l’Église : “si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.” Au contraire, Paul leur dit d’apprendre à persévérer. Gardez vos emplois ! Soyez à votre poste en train de faire votre travail lorsque retentira la dernière trompette.

Aucun de nous ne sait quand Jésus reviendra. Si nous devenons obsédés par la date et les soi-disant ‘signes’ des derniers jours nous n’en deviendrons que plus craintifs, avec moins de confiance en le monde et les autres, et moins disposés à chérir ce que nous avons ; nos familles, nos amis et notre monde merveilleux. Nous penserons comme le monde pense, et non comme Jésus pense.

On ne peut pas nier le climat de peur dans le monde. Les passages apocalyptiques de la Bible qui parlent de la fin du monde reconnaissent à quel point notre condition humaine peut être effrayante. Notre climat politique a porté nos peurs à leur paroxysme. On nous a dit de craindre les musulmans, les latinos, les immigrants, les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, les gens de gauche, les gens de droite, les démocrates, les conservateurs. Nous avons hâte de nous sortir de ce climat de peur, parce que la peur mène inévitablement vers l’oppression et la violence. Mais nous voulons nous en sortir facilement. Nous voulons gagner, et quand nous perdons, nous sommes tentés de perdre espérance. Adlai Stevenson a perdu les élections présidentielles deux fois contre le Général Eisenhower dans les années 50. Face à sa défaite, il a prononcé ces mots célèbres : “ce qui compte maintenant n’est pas seulement ce contre quoi nous sommes, mais ce pour quoi nous sommes. Celui qui nous dirige est moins important que ce qui nous dirige – quelles convictions, quel courage, quelle Foi – que l’on gagne ou que l’on perde.”

Même en reconnaissant nos peurs et nos angoisses, nous devrions nous réconforter de savoir que nous faisons face aujourd’hui à un défi auquel les gens de Foi ont fait face durant tous les âges. Nous devons nous accrocher à nos espoirs, notre joie et notre amour et ce même à travers un climat de peur. Comme nous en sommes rappelés chaque fois que nous enterrons un ou une de nos frères et sœurs, nous devons apprendre à chanter Alléluia, même auprès des tombes. Dans deux semaines ce sera l’Avent ; la saison de l’espoir. Les nuits semblent devenir plus longues, mais plus elles deviennent sombres, plus nous persévérons, et plus nous pouvons répandre la joie, l’amour et l’espoir. Jésus nous dit aujourd’hui la même chose qu’il nous a dit dimanche dernier. Restez à votre poste. Courage. Et que Dieu vous donne la force et l’amour dont vous avez besoin pour accomplir les tâches qui se présentent devant vous.

NJM Ver. FR : FS

Posted in sermons.