Sermon – Oktoberfest

Pentecost XIX  /  Oktoberfest
October 3, 2021

Job 1:1; 2:1-10
Hebrews 1:1-4, 2:5-12
Mark 10:2-16

Since we began celebrating an Oktoberfest in 2000, I’ve always looked forward to the occasion. This isn’t just because it’s an excuse for a party in the garden. It’s because it coincides with the beginning of a season of giving thanks to God for the world in which we live, and the bounty of nature. I’m particularly sad that we can’t be together in person again this year to celebrate this day as we normally do; though we have set out some plans to gradually re-open the church on Sundays for those who would like to attend.

The first Oktoberfest was held in Bavaria over two hundred years ago. It has its origin in the royal wedding of Prince Louis of Bavaria and the Princess Theresa Saxe-Hildburghausen. The arrangements for this celebration were so successful with the local people that they became a yearly event. Just like our celebration, the Bavarian celebrations this year have been curtailed by the pandemic. Because the Oktoberfest coincides with the harvest, its connection with a thanksgiving for a bountiful harvest is very strong. It also links the ideas of a harvest festival with the celebration of a marriage. It’s helpful to think for a moment about how this connection relates to the ways in which Christians currently think about our relationship with creation. The Bible tells us that we are supposed to live in a symbiotic relationship with nature – a relationship which is akin to a marriage. At the beginning of the book of Genesis, God acts almost like the person who gives away the bride at a wedding ceremony. He confides nature to humanity as a sacred trust: not as an object to be exploited or sold.

Every meaningful relationship begins with a couple making promises to each other; promises which often express the two parties’ desire to be faithful to each other and to help each other, whatever life may have in store. A perfect relationship between human beings and nature would work in the same way. If we break our promises, there are grave consequences. The prophets of the Hebrew scriptures often seem to be saying that if the people of Israel fail to obey God’s commandments, he will send natural disasters on them such as drought, earthquake or pestilence. Nowadays, we find the theology that flows from such a stark idea quite repellent: was New York City singled out for special punishment when the twin towers fell? Had the residents of Haiti been so particularly wicked that God provoked the earthquakes in that country? Is this pandemic the result of our sin? In my opinion, any claim that natural disasters are sent by God to target a particular group is not just bad theology; it is both misleading and cruel. Our reading from the Book of Job reminded us that the relationship of God to human suffering and pain is hard to understand. It is far more subtle than a simplistic belief that “God sends suffering to punish the wicked.” And yet it must be said that our sinful and arrogant abuse of nature is bringing disaster in its wake. We are starting to realize that when the marriage between humanity and nature breaks down, we can expect serious trouble. Many people believe that this is already happening. Our human impact on the world’s climate is causing the extermination of species and the irreversible ruination of our environment through our selfishness and greed. The leaders of the world are slowly waking up to the fact that their policies must change. We have effectively become the abusive spouse in our marriage relationship with the creation that God declared ‘good’ in the opening chapter of the book of Genesis.

So how should we be celebrating a harvest festival given these facts? Most of the hymns intended to be sung at harvest festival services are full of praise for the beauty of the world in all its diversity. They give thanks to God for abundant crops and ample food. They may mention ‘the hungry’ in passing, and our responsibility to share that abundance equitably, but it is difficult to find even one harvest festival hymn that includes repentance for the damage we do to the world. Perhaps it is time to change the tenor of our harvest festival celebrations to include some new elements: repentance for our failure, grief for the losses we have caused and prayers both to ask God for help in amending our lives, and to soften the hearts of those who simply see the world as a resource for personal gain.

I think there are two final notes to include. The book of Job concludes with a sort of mystical hymn in which God reminds Job that there are parts of the creation that God created for his own delight; parts that are not for humanity to exploit or control. Nature is not a product at our disposal. It is an expression of the love and the beauty of God. It is right to give humble thanks for being a part of that mystery and beauty. Finally, we should remember that God loved the world so much that he himself became a part of his own creation: born in history in first century Palestine. Jesus filled his ministry with stories from nature, even to the extent of turning the physical elements of bread and wine into our spiritual food and the vehicles of our redemption. When we abuse the world in which we live, we are abusing the means through which God has promised to give us new and everlasting life. Our harvest celebrations are not just about ‘saving’ our planet. They are about saving ourselves.

NJM

 

Le XIXe Dimanche après la Pentecôte | Oktoberfest                                           le 3 octobre 2021

 

Depuis que nous avons commencé à célébrer Oktoberfest en 2000, j’ai toujours attendu cette occasion avec impatience. Ce n’est pas seulement parce que c’est une excuse pour faire une fête dans le jardin. C’est parce que cela coïncide avec le début d’une saison où l’on rend grâce à Dieu pour le monde dans lequel nous vivons et la générosité de la nature. Je suis particulièrement triste que nous ne puissions pas être ensemble en personne cette année pour célébrer ce jour comme nous le faisons normalement ; bien que nous ayons établi des plans pour réouvrir progressivement l’église le dimanche pour ceux qui souhaitent y assister.

Le premier Oktoberfest s’est déroulé en Bavière il y a plus de deux cents ans. Ce festival tire son origine du mariage royal du prince Louis de Bavière et de la princesse Thérèse de Saxe-Hildburghausen. Les arrangements pour cette célébration ont eu un tel succès auprès de la population locale que c’est devenu un événement célébré tous les ans. Tout comme notre célébration, les célébrations bavaroises de cette année ont été écourtées par la pandémie. Parce que Oktoberfest coïncide avec la moisson, son lien avec les louanges de grâce en remerciement d’une moisson abondante est très fort. Il relie également l’image d’une fête de la moisson avec celle de la célébration d’un mariage. Il est utile de réfléchir un instant à la manière dont cette connexion est liée à la manière dont les chrétiens envisagent réellement notre relation avec la création. La Bible nous dit que nous sommes censés vivre dans une relation symbiotique avec la nature – une relation qui s’apparente à un mariage. Au début du livre de la Genèse, Dieu agit presque comme la personne qui présente la mariée lors d’une cérémonie de mariage. Il confie la nature à l’humanité comme un dépôt sacré : non comme un objet à exploiter ou à vendre.

Toute relation significative commence par un couple qui se fait des promesses ; des promesses qui expriment souvent le désir des deux parties d’être fidèles l’une à l’autre et de s’entraider, quelle que soit la vie que leur réserve l’avenir. Une relation parfaite entre les êtres humains et la nature fonctionnerait de la même manière. Si nous rompons nos promesses, il y a de graves conséquences. Les prophètes des écritures hébraïques semblent souvent dire que si le peuple d’Israël n’obéit pas aux commandements de Dieu, Dieu enverra sur eux des catastrophes naturelles telles que la sécheresse, des tremblements de terre ou une épidémie. De nos jours, nous trouvons la théologie qui découle d’une idée aussi brutale assez répugnante : la ville de New York a-t-elle été désignée spécialement pour être punie lorsque les tours jumelles sont tombées ? Les habitants d’Haïti avaient-ils été si particulièrement méchants que Dieu a provoqué les tremblements de terre chez eux ? Cette pandémie est-elle le résultat de notre péché ? À mon avis, toute affirmation selon laquelle les catastrophes naturelles sont envoyées par Dieu pour cibler un groupe particulier n’est pas seulement une mauvaise théologie ; c’est à la fois trompeur et cruel. Notre lecture du Livre de Job nous a rappelé que la relation de Dieu avec la souffrance et la douleur humaines est difficile à comprendre. C’est bien plus subtil qu’une croyance simpliste selon laquelle « Dieu envoie la souffrance pour punir les méchants ». Et pourtant, il faut dire que notre abus de la nature dans le péché et l’arrogance entraîne directement des désastres. Nous commençons à réaliser que lorsque le mariage entre l’humanité et la nature s’effondre, nous pouvons nous attendre à de sérieux problèmes. Beaucoup de gens croient que cela se produit déjà. Notre impact humain sur le climat mondial provoque l’extermination d’espèces et la ruine irréversible de notre environnement par notre égoïsme et notre cupidité. Les dirigeants du monde prennent lentement conscience du fait que leurs politiques doivent changer. Nous sommes vraiment devenus le conjoint violent dans notre relation de mariage avec la création que Dieu, celle qu’Il a déclarée « bonne » dans le chapitre d’ouverture du livre de la Genèse.

Alors, comment devrions-nous célébrer une fête de la moisson compte tenu de ces faits ? La plupart des cantiques destinés à être chantés lors des offices de la fête de la moisson font l’éloge de la beauté du monde dans toute sa diversité. Ils rendent grâce à Dieu pour les récoltes abondantes et la nourriture abondante. Ils peuvent mentionner « les affamés » en passant, et notre responsabilité de partager cette abondance équitablement, mais il est difficile de trouver ne serait-ce qu’un seul cantique de la fête de la moisson qui inclut la repentance pour les dommages que nous causons au monde. Il est peut-être temps de changer la teneur de nos célébrations de cette fête pour y inclure de nouveaux éléments : la repentance pour notre échec, le chagrin pour les pertes que nous avons causées et des prières à la fois pour demander à Dieu de l’aide pour amender nos vies et pour adoucir le cœur de ceux qui voient simplement le monde comme une ressource qui leur offre un gain personnel.

Je pense qu’il faut conclure par deux notes finales. Le livre de Job se termine par une sorte de chant mystique dans lequel Dieu rappelle à Job qu’il y a des parties de la création que Dieu a créées pour son propre plaisir ; des parties qui ne sont pas à exploiter ou à contrôler par l’humanité. La nature n’est pas un produit à notre disposition. C’est une expression de l’amour et de la beauté de Dieu. Il est juste de rendre grâces humblement car nous faisons partie de ce mystère et de cette beauté. Enfin, nous devons nous rappeler que Dieu a tellement aimé le monde qu’il est lui-même devenu une partie de sa propre création : né dans l’histoire en Palestine du premier siècle. Jésus a rempli son ministère d’histoires de la nature, jusqu’à transformer les éléments physiques du pain et du vin en notre nourriture spirituelle et les véhicules de notre rédemption. Lorsque nous abusons du monde dans lequel nous vivons, nous abusons des moyens par lesquels Dieu a promis de nous offrir une vie nouvelle et éternelle. Nos célébrations de la moisson ne visent pas seulement à « sauver » notre planète. Il s’agit de nous sauver nous-mêmes.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.