Sermon – Lent III

THIRD SUNDAY OF LENT
March 7 , 2021
Exodus 20:1-17 I Corinthians 1:18-25 John 2:13-22

I want to begin by asking a very ‘modern’ question. How clearly is the personality of Jesus portrayed in the Gospels? Are the Gospels biographies of Jesus, like the biographies of other famous people we can read from the ancient or the contemporary world? While it’s true that we don’t get much character development of the personality of Jesus – the sort of thing that we might expect from a modern biography – we do get glimpses into his emotional life. He cries at the death of his friend Lazarus. He’s moved with compassion at the plight of the sick. Many people think that the story of his cleansing the temple is the only time in the gospels that he displays anger. I don’t think this is entirely true. Perhaps this is the most dramatic of those occasions; Jesus used a whip and strong language to condemn those who were using religion to make an easy profit. But there are other occasions on which he loses his temper. Last week we heard Jesus rebuking Simon Peter; even to the extent of calling him ‘Satan’. He was angry with the Pharisees and called them whitewashed tombs; all clean on the outside and all corruption within. He was angry with those who excluded the poor and the disadvantaged from society. The thing that is different about this incident is that he uses physical violence. He tips over the tables of the money changers and chases the traders out of the temple precincts with a whip. Why is this incident particularly dramatic?

The context of the story is quite easy to understand. It takes place during the Jewish Passover. Many people came to Jerusalem from distant towns and villages to make an offering in the temple. There were three obstacles that made these offerings difficult for them. Firstly, they couldn’t bring their own produce or animals to sacrifice. The logistics of transporting livestock or heavy produce over many miles to Jerusalem was too much. Secondly, even if they bought what they needed in the markets outside the temple, the priests would probably rule it out as impure. The dove would be the wrong color, or the fruit would be blemished. The priests insisted that only produce bought in the temple precincts could be considered ritually pure and suitable for sacrifice. And (of course) they charged a premium for this produce. Thirdly, buying things to sacrifice cost money. The temple didn’t use Roman currency, because it bore the stamp of the head of the emperor; an image specifically forbidden in the Ten Commandments. There were therefore money changers in the temple who exchanged this ‘unclean’ money for the ‘clean’ money needed to do commerce in the temple precincts. And, just as we find in the world’s major airports, the exchange rate that they offered to their captive clientele was exorbitant. Jesus’ anger springs from the fact that religion had become a money-making enterprise. The people who came with the purest of intentions to offer the sacrifices required by the law were regarded as a source of easy money that the religious authorities could exploit for their own ends.

When we talk about Jesus ‘cleansing’ the temple, this is what they are referring to. He is cleansing it not just of traders and money changers. He is making a direct attack on the system itself, which has become corrupt and self-serving. It took time to get this bad. It didn’t happen overnight. The money changers and sellers probably didn’t think that they were doing anything particularly bad. More likely, they thought that they were offering practical help to those who wished to sacrifice in the temple.

Jesus believed that the whole system had become a mess; it prioritized the religious authorities over the ordinary people that they were supposed to be serving. Messes rarely happen overnight. They happen so slowly that we barely notice that we are in the middle of them. The same goes for physical messes, emotional messes or spiritual messes. But all these messes have three things in common. Firstly, they build up slowly over time. We begin not to notice that pile of papers that we used to vaguely feel that we should sort out. The dirty windows become invisible to us unless we make an effort to notice them. We gradually become oblivious to a mess that other people would see immediately. Secondly, the longer we live with a mess, the harder it becomes to clean it. And finally, if we don’t keep up with the necessary physical, emotional or spiritual cleaning, it will catch up with us – just as the corrupt temple worship overwhelmed the proper worship and reverence for God that it was supposed to be facilitating.

Lent is a good time to notice some of the messes that we’ve learned to live with. What are the tools that we can use to do a little emotional, physical or spiritual sorting-out? The Ten Commandments can be a useful survey. Jesus summed them up in an easy way: “You shall love the Lord your God with all your heart, with all your soul, and your neighbor as yourself.” Most of our messes start from a disinclination to see something, rather than from the deliberate embrace of cruelty or negligence. The other great tool is, of course, the cross. In hymns we often evoke the ‘cleansing’ power of the cross – a curious image when we think of how messy and bloody crucifixion actually was. But here is the comforting thing: Jesus understands how we get into our messes. Jesus voluntarily stepped into our messes to be with us where those messes hurt. And he won’t abandon us to clean up those messes by ourselves. Jesus’ forgiveness is a cleansing forgiveness. The cross – messy as it is – helps us to see the beauty within us that our little messes have been hiding. The way through to the beauty of Easter morning passes through that cross. And when we let the cross shine on our inner selves, we will discover those places that are already being made beautifully afresh through the washing that Christ alone offers us.

NJM

TROISIÈME DIMANCHE DU CARÊME
Le 7 mars 2021 – Exode 20:1-17 I Corinthiens 1:18-25 Jean 2:13-22

Je voudrais commencer par poser une question très ‘moderne’. Quel est le degré de clarté de la représentation de la personnalité de Jésus dans les Évangiles ? Est-ce que ceux-ci sont des biographies de Jésus ? Un peu comme les biographies des personnes célèbres du monde ancien ou contemporain ? Bien qu’il soit vrai qu’il n’y a pas énormément de développement dans la personnalité de Jésus – le type de chose que l’on attend d’une biographie moderne – il y a des aperçus de sa vie émotionnelle. Il pleure à la mort de Lazare. Il est ému et compatissant face à la situation désespérée des malades. Beaucoup de gens pensent que la seule fois où Jésus a perdu son sang froid est quand il a nettoyé le temple des marchands et des changeurs d’argent. Je ne suis pas sûr que cela soit vraiment le cas. C’est peut-être le plus dramatique de ces incidents ; Jésus a utilisé un fouet et des mots forts afin de condamner ceux qui utilisaient la religion pour en tirer un profit facile et rapide. Mais il y a d’autres occasions où Jésus semble perdre son calme. Il était énervé contre Simon Pierre après la Transfiguration au sommet de la montagne – il l’appelle même Satan. Il était énervé contre les Pharisiens et les a appelés des sépulcres blanchis – propres à l’extérieur, mais emplis de corruption. Il était énervé contre ceux qui excluaient de la société les pauvres et les désavantagés. Ce qui est différent à propos de cet incident est qu’il en recourt à la violence physique afin d’illustrer son opinion. Il retourne les tables des changeurs d’argent et chasse les marchands hors de la zone du temple avec un fouet. Pourquoi est-ce que cet incident est particulièrement dramatique ?

Le contexte de l’histoire est plutôt facile à comprendre. Elle se déroule durant la pâque juive. Beaucoup de gens sont venus à Jérusalem de villes et villages distants afin d’y faire une offrande au temple. Il y avait trois obstacles qui rendaient cette offrande difficile à faire. Premièrement, ils ne pouvaient pas apporter leurs propres produits ou animaux pour les sacrifier. La logistique du transport de bétail ou de produits lourds sur la longue distance qui devait être traversée pour atteindre Jérusalem était trop compliquée. Deuxièmement, même s’ils achetaient leurs offrandes aux marchés qui se trouvaient hors du temple, les prêtres allaient probablement décider que celles-ci seraient impure – la colombe serait de la mauvaise couleur, ou le fruit serait abîmé. Les prêtres insistaient sur le fait que seules les offrandes achetées dans la zone du temple pouvaient être considérées rituellement pures et acceptées en sacrifice. Et (bien sûr) le prix de ces produits était plus élevé. Troisièmement, acheter des choses à sacrifier coûte de l’argent. Le temple n’utilisait pas la monnaie romaine, car elle portait l’effigie de l’empereur ; une image spécifiquement interdite dans les Dix Commandements. De ce fait, il y avait des changeurs d’argent qui changeaient cet argent « sale » contre de l’argent « propre » requis pour faire des achats dans la zone du temple. Et (tout comme dans les aéroports), le taux de change qu’ils offraient à leur clientèle prisonnière était exorbitant. La colère de Jésus jaillit du fait que la religion est devenue une entreprise lucrative. Les gens qui venaient avec la plus pure des intentions pour offrir un sacrifice requis par la loi étaient vus comme une source d’argent facile que les autorités religieuses pouvaient exploiter pour leurs propres fins.

Lorsque nous parlons de Jésus qui « nettoie » le temple, c’est à cela que nous faisons référence. Non seulement il le nettoie des marchands et des changeurs d’argent, mais il attaque directement en son cœur le système, qui est devenu vénal et intéressé. La sévérité de cette situation a pris du temps. Cela ne s’est pas déroulé en une nuit. Les changeurs d’argent et les marchands ne pensaient probablement pas qu’ils faisaient particulièrement quelque chose de mal. Il est plus probable qu’ils pensaient qu’ils offraient une aide pratique à ceux qui désiraient faire un sacrifice au temple.

Jésus croyait que le système entier était en désordre ; celui-ci donnait priorité aux autorités religieuses plutôt qu’aux gens ordinaires qu’il était censé servir. Il est rare que le désordre s’installe au cours de la nuit. Cela se produit si lentement qu’il est dur de réaliser que nous en faisons parti. Il en va de même pour le désordre physique, le désordre émotionnel, ou spirituel. Mais ils ont tous quelques éléments en commun. Premièrement, ils s’installent à long terme. Nous commençons à ne plus faire attention à cette pile de papier que nous pensions vaguement devoir organiser. Le désordre derrière le robinet de la cuisine devient invisible à moins que nous ne fassions un effort pour le remarquer. Graduellement, nous devenons insouciants d’un désordre que d’autres remarqueraient immédiatement. Deuxièmement, plus nous vivons dans le désordre, plus il est difficile d’y mettre de l’ordre. Et finalement, si nous ne prenons pas l’habitude de faire les rangements nécessaires, cela nous détruira, de la même façon que l’adoration du temple finit par détruire l’adoration correcte et la vénération de Dieu que celui-ci était censé faciliter.

Le Carême est un bon moment pour remarquer certains des désordres avec lesquels nous avons appris à vivre. Quels sont les outils que nous pouvons utiliser pour faire un peu de rangement émotionnel, physique ou spirituel ? Vous pouvez suivre la trame des Dix Commandements. Jésus les a résumés d’une façon assez simple : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être, et ton prochain comme toi-même. » La plupart de nos désordres commencent par le manque d’envie de voir quelque chose et non par une vraie négligence ou une cruauté délibérée. L’autre outil important est bien sûr la croix. Dans les cantiques nous évoquons souvent le pouvoir ‘nettoyant’ de la croix – une image curieuse quand l’on pense à quel point la crucifixion a vraiment été difficile et sanglante. Mais voici quelque chose de réconfortant : Jésus comprend comment on se retrouve dans nos désordres. Jésus est venu délibérément dans nos désordres pour être avec nous, là où ils font mal. Et il ne nous abandonnera pas pour que nous les nettoyions seuls. Le pardon de Jésus est un pardon nettoyant. La croix – aussi difficile qu’elle soit – nous aide à voir la beauté en notre sein, cette beauté que nos petits désordres cachaient. Le chemin vers la beauté du matin de Pâques passe à travers cette croix. Et si nous laissons la croix briller en nous, nous pourrons découvrir ces endroits qui sont déjà rendus beaux à nouveau à travers le nettoyage que Jésus seul nous offre.

NJM Ver. FR : FS

Posted in sermons.