Sermon – Lent II

Lent II
March 13, 2022
Genesis 15:1-18 Philippians 3:17 – 4:1 Luke 13:31-35

Whenever we come across the Pharisees in a reading from the Bible, we tend to think that they are all antagonistic to Jesus’ mission. They ask him difficult questions that are framed as a trap. They collude with people who conspire against him. They criticize him for failing to adhere to the strict purity codes of the Jewish Law. It has to be said that Jesus himself doesn’t help us to think of the Pharisees in a good light. In the reading set for Ash Wednesday he says that they are show-offs who think that they are better than other observers of the Jewish Law. In a passage at the end of Matthew’s gospel he compares them to whitewashed tombs: clean on the outside, but rotten and filled with dry bones within. But today, we have a different picture of the Pharisees. They come to give him an insider’s tip-off. They want to save him from the wrath of the despotic King Herod. By so doing, they even risk their own safety, telling him, “Get away from here, for Herod wants to kill you!” Even though we might cynically interpret the Pharisees’ warning as a convenient method to get Jesus out of the way, this warning can also be interpreted as Jesus and the Pharisees finding something in common. Both of them making are finding common cause in their hatred of Herod. However much the Pharisees disagree with Jesus, they would rather side with him than with the representative of corrupt earthly power. In his response to the Pharisees’ warning, Jesus doesn’t mince his words. In fact, he goes much further than the Pharisees would dare to do when criticizing the powerful local ruler. We are not used to Jesus being so blunt about the sin of an individual. His language is not really that of the gentle and compassionate friend of sinners that we have come to expect. Jesus calls Herod an “old fox” – a ravenous, carrion-eating desert jackal: an unclean animal according to Jewish law. His insult could not be more direct or more calculated to hit home. Jesus cares neither about the warning of the Pharisees, nor the threat of Herod’s personal hatred. His response to the Pharisees seems almost off-hand and oblivious of consequences.

We hear a lot today about what is acceptable language in civil discourse, especially when it comes to what can be shared through social media. People are banned for intemperate language. We just heard that one of the major companies controlling social media has permitted death threats against a certain individual in Russia. Hearing Jesus refer to his opponent as an unclean animal is hardly an example of a civil and reasonable way to refer to someone with whom you disagree. In order to understand why Jesus uses this language, we need to ask ourselves why we often find it so hard to be polite to those who disagree with us. Firstly, our tendency to denigrate and demonize our opponents comes from fear. We are afraid of those who want to change the world according to their own political or religious views – and often our fear is well-founded. We will resort to anything to stop them from controlling our lives. Secondly, we look for a scapegoat on whom we can blame the state of the world. “Look what it has come to! It is all those people’s fault!” Condemning our enemies puts as at a distance from colluding with evil in the world. Thirdly, our pride and arrogance make us assume that we are always right and the people who disagree with us are always wrong. We tell ourselves: “If only they were as well informed, as free of prejudice as I am, or suffered as I have, they would see the world in the same way as I see it.” Finally, human beings are tribal. We are torn between our desire to live in community with other people and our desire to promote our own identity over everyone else’s. A tribal identity will always need an enemy to define itself against. Unless we examine these four aspects of ourselves (our fear, our desire to identify scapegoats, our pride and our tribal mentality) we will never be able to learn to love others as Christ loves them (even if he has called Herod a jackal!)

When Jesus calls Herod an old jackal, we can see that his remark does not spring from any of those four motives. He has no fear about his coming death – he even tells his disciples that he will die in Jerusalem. He does not act out of pride: he speaks of his calling to serve others and do God’s will while he is still on earth. He is not looking for a scapegoat to blame for his perilous condition. He doesn’t blame the Pharisees for attracting Herod’s attention on him or for stirring up opposition to his teaching. His view of his fellow human beings is far from tribal: he sees everyone around him as children of God: even the citizens of the city where he would be put to death. He wishes that he could gather them under his wings, just like a mother hen looks after her chicks.

How does Jesus preserve his compassion in the face of his impending death? How would we react in the face of similar fears or opposition? Is it ever right to call your enemy names, to hate them or to wish them dead? Jesus doesn’t act out of fear for the future because he is living in the day that God has given to him. “I am casting out demons and performing cures today and tomorrow, and tomorrow and the next day, I must be on my way.” Elsewhere he tells us, “Do not be anxious about tomorrow, for tomorrow will be anxious for itself.” Jesus knows that God’s grace is sufficient for the moment, and that to worry about tomorrow is to rob the present of its beauty. So much of our fear and our anxiety proves to be ill-founded. An obsession with what tomorrow might bring has two effects on our spiritual lives: either we become desperate consumers of the world’s goods in order to distract ourselves from the world’s pain, or we become so paralyzed with fear that we are incapable of opening our hearts in love to those who need us the most. Jesus is grateful for what the day brings: he is even grateful for the lost and frightened citizens of the city where he would meet his death. He tells us to let the future look after itself. It is in the hands of a God of love, who knows how to make all things – including death itself – transform themselves into vehicles of his grace.

NJM

 

Le deuxième Dimanche du Carême                                                                           le 13 mars 2022

Chaque fois que nous rencontrons des Pharisiens dans une lecture de la Bible, nous avons tendance à penser que ce sont toujours des adversaires de la mission de Jésus. Ils lui posent des questions difficiles qui lui sont tendues comme un piège. Ils sont de connivence avec des gens qui conspirent contre lui. Ils lui reprochent de ne pas adhérer aux codes de pureté stricts de la loi juive. Il faut dire que Jésus lui-même ne nous aide pas à considérer les Pharisiens sous un jour favorable. Dans la lecture proposée pour le mercredi des Cendres, il dit que ce sont des m’as-tu-vu qui se croient meilleurs que les autres observateurs de la loi juive. Dans un passage à la fin de l’évangile de Matthieu, il les compare à des tombes blanchies à la chaux : propres à l’extérieur, mais pourries et remplies d’ossements secs à l’intérieur. Mais aujourd’hui, nous avons une image différente des Pharisiens. Ils viennent lui donner un conseil en connaissance de cause. Ils veulent le sauver de la colère du roi Hérode, un despote. En faisant cela, ils risquent même leur propre sécurité et lui disent : « va-t’en ailleurs, car Hérode veut te faire mourir ! » Même si nous pouvons interpréter cyniquement l’avertissement des Pharisiens comme une méthode commode pour écarter Jésus de leur chemin, cet avertissement peut aussi être interprété comme le fait que Jésus et les Pharisiens ont quelque chose en commun. Ils font cause commune dans leur haine d’Hérode. Même si les Pharisiens ne sont pas d’accord avec Jésus, ils préfèrent se ranger de son côté plutôt que de celui du représentant du pouvoir terrestre corrompu. Dans sa réponse à l’avertissement des Pharisiens, Jésus ne mâche pas ses mots. En fait, il va beaucoup plus loin que ce que les Pharisiens auraient osé faire en critiquant le puissant dirigeant local. Nous n’avons pas l’habitude que Jésus soit aussi direct au sujet du péché d’un individu. Son langage n’est pas vraiment celui de l’ami des pécheurs, doux et compatissant, auquel nous sommes habitués. Jésus traite Hérode de « chacal », un animal du désert vorace et charognard, un animal impur selon la loi juive. Son insulte ne pouvait pas être plus directe ni plus calculée pour faire mouche. Jésus ne se soucie ni de l’avertissement des Pharisiens, ni de la menace de la haine personnelle d’Hérode. Sa réponse aux Pharisiens semble presque désinvolte, sans tenir compte des conséquences.

Nous entendons beaucoup parler aujourd’hui de ce qui constitue un langage acceptable dans un discours civil, en particulier lorsqu’il s’agit de ce qui peut être partagé sur les médias sociaux. Des personnes sont bannies pour avoir tenu des propos intempestifs. Nous venons d’apprendre que l’une des principales entreprises contrôlant les médias sociaux a autorisé les menaces de mort à l’encontre d’une certaine personne en Russie. Entendre Jésus qualifier son adversaire d’animal impur n’est guère un exemple de manière civilisée et raisonnable de se référer à une personne avec laquelle on n’est pas d’accord. Pour comprendre pourquoi Jésus utilise ce langage, nous devons nous demander pourquoi nous avons souvent tant de mal à être polis avec ceux qui ne sont pas d’accord avec nous. Tout d’abord, notre tendance à dénigrer et à diaboliser nos adversaires vient de la peur. Nous avons peur de ceux qui veulent changer le monde en fonction de leurs propres opinions politiques ou religieuses – et notre peur est souvent fondée. Nous sommes prêts à tout pour les empêcher de contrôler nos vies. Deuxièmement, nous cherchons un bouc émissaire sur qui rejeter la faute de l’état du monde. « Regardez où nous en sommes arrivés ! C’est la faute de tous ces gens ! » Condamner nos ennemis nous met à distance de la collusion avec le mal dans le monde. Troisièmement, notre orgueil et notre arrogance nous font supposer que nous avons toujours raison et que les personnes qui ne sont pas d’accord avec nous ont toujours tort. Nous nous disons : « Si seulement ils étaient aussi bien informés, aussi exempts de préjugés que moi, ou s’ils avaient souffert comme moi, ils verraient le monde de mon point de vue. » Enfin, l’être humain est tribal. Nous sommes déchirés entre notre désir de vivre en communauté avec d’autres personnes et notre désir de promouvoir notre propre identité au détriment de celle de tous les autres. Une identité tribale aura toujours besoin d’un ennemi contre lequel se définir. Si nous n’examinons pas ces quatre aspects de nous-mêmes (notre peur, notre désir d’identifier des boucs émissaires, notre orgueil et notre mentalité tribale), nous ne pourrons jamais apprendre à aimer les autres comme le Christ les aime (même s’il a traité Hérode de
chacal !).

Lorsque Jésus traite Hérode de chacal, nous voyons que sa remarque ne découle d’aucun de ces quatre motifs. Il n’a aucune crainte quant à sa mort prochaine – il dit même à ses disciples qu’il mourra à Jérusalem. Il n’agit pas par orgueil : il parle de sa vocation à servir les autres et à faire la volonté de Dieu pendant qu’il est encore sur terre. Il ne cherche pas un bouc émissaire à blâmer pour sa condition périlleuse. Il ne reproche pas aux Pharisiens d’avoir attiré l’attention d’Hérode sur lui ou d’avoir suscité l’opposition à son enseignement. Son regard sur ses semblables est loin d’être tribal : il considère tous ceux qui l’entourent comme des enfants de Dieu, même les citoyens de la ville où il sera mis à mort. Il aimerait pouvoir les rassembler sous ses ailes, comme une mère poule s’occupe de ses poussins.

Comment Jésus préserve-t-il sa compassion face à sa mort imminente ? Comment réagirions-nous face à des craintes ou des oppositions similaires ? N’est-il jamais juste d’insulter son ennemi, de le haïr ou de souhaiter sa mort ? Jésus n’agit pas par crainte de l’avenir, car il vit le jour que Dieu lui a donné. « Je chasse des démons et j’accomplis des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour j’achève mon œuvre. » Ailleurs, il nous dit : « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain s’inquiètera de lui-même. » Jésus sait que la grâce de Dieu suffit pour le moment, et que s’inquiéter du lendemain, c’est priver le présent de sa beauté. Tant de nos peurs et de nos angoisses s’avèrent infondées. L’obsession de ce que demain pourrait apporter a deux effets sur notre vie spirituelle : soit nous devenons des consommateurs désespérés des biens du monde afin de nous distraire de la douleur du monde, soit nous sommes tellement paralysés par la peur que nous sommes incapables d’ouvrir nos cœurs par amour à ceux qui ont le plus besoin de nous. Jésus est reconnaissant pour ce que le jour lui apporte : il est même reconnaissant pour les citoyens perdus et effrayés de la ville où il allait trouver la mort. Il nous dit de laisser l’avenir s’occuper de lui-même. Il est entre les mains d’un Dieu d’amour, qui sait faire en sorte que toutes choses – même la mort – se transforment en véhicules de sa grâce.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.