Sermon – La Trinité

Trinity Sunday
June 12, 2022
Proverbs 8:1-31 Romans 5:1-5 John 16:12-15

Before I came to St. Esprit, I worked in Paris and in London as a priest and as a researcher into Christian-Muslim relations. For several years I served as the advisor to the Bishop of London on inter-faith dialogue. They were interesting and challenging jobs! When people of other faiths asked me questions about Christianity, one of the most frequent topics of interest was the idea of God as a Trinity of persons. Many Muslims with whom I spoke were convinced that Christians didn’t worship one God, but three. Islam’s puts great emphasis on the pure unity of the Godhead. Any attempt to divide God up or to worship and to follow anything or anyone other than the divine unity is considered to be the origin of all serious sin. It’s hardly surprising however that many Muslims think that Christians worship three gods. Many attempts to explain the Trinity by well-meaning Christians end up creating far more confusion than clarification. We often resort to little visual aids to explain it. A popular story about St. Patrick relates that he used a shamrock with its three leaves and one stem to teach the Irish about the trinity. Others have compared the Trinity to an apple; outer peel, inner flesh and core. Or even an egg; shell, white and yolk. A more modern ‘scientific’ approach has been to explain the Trinity in terms of the sun. It gives off three different sorts of rays: light, heat and radiation. Or water. When it’s solid, it’s ice. When it’s liquid, it’s water. When it’s gas, it’s steam. I bet someone has tried to explain the Trinity using the Internet as an example, but I didn’t have the courage to look this up. The examples go on and on, and none of them do justice to what the Trinity is. They all cut it up into pieces, none of which is whole in itself. Or in the case of the water illustration, one thing becomes another. But all three ways of being water can’t exist in the same place at the same time. Psychological explanations of the Trinity tend to be so recherché that those listening to us rapidly lose interest even before we’ve had a chance to get to the main point.

I suppose that many Christians have given up trying to explain the Trinity at all. It seems to have lost its relevance as an idea that helps us to understand our faith or to cope with the stresses and challenges of our daily lives. But it is still at the heart of our worship, as you can see today in our service. We are blessed in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit. We say that we believe in the Trinity every time we recite the Nicene Creed. To sum up, we think that it’s important to know about the doctrine of the Trinity, but we’re at a loss to know how to explain it, or to give a good reason to others why we think it’s important.

Perhaps what is confusing to us isn’t the doctrine in itself: it’s our desire to understand it, to analyze it and to reduce it to a convenient formula. The secular society that we live in needs a thorough explanation for everything. Anything that can’t be proven by the scientific method is regarded as a matter of personal opinion. Of course, it’s impossible to ‘prove’ the doctrine of the Trinity by this method. The Trinity isn’t an idea. It is the way in which we experience the work of God in us and with us. Just as in our relationships with each other; our families, our spouses, our dear friends or our colleagues, the way we relate to each other can’t be dissected and reduced to an abstract formula in the mind.

Over recent years, Christians have taken a new look at the doctrine of the Trinity. Many of us, regardless of the Christian denomination to which we belong, believe that this new look is necessary because our culture has changed. All of those explanations of the doctrine of the Trinity based on very static concepts like hierarchy, authority, power and the rigid classification of ideas have lost their appeal. The climate crisis has opened our eyes to how closely we are related not just to each other, but to the created world, animate and inanimate. The appeal of words like interrelationships, cooperation, love, mystery and respect is far more compelling than concepts of power, authority and hierarchy. The unity of one God in three persons is difficult for us to explain precisely because it isn’t a scientific unity capable of being analyzed.

When it comes to forming human relationships with others, we operate from the perspective of our own personality. When it comes to relating to God as Father Son and Holy Spirit, we can do the same. No relationship with another person will succeed if we deprive that other person of their mystery. It won’t survive if we are constantly trying to analyze their motives so that we can predict their behavior with accuracy. Perhaps the best questions we can ask are these: “How can the Trinity deepen my sense of the mystery at the heart of God?” That sort of question will deepen our respect, reverence and love of God and of others too. Or: “What practical use does the Trinity have for me?” That sort of question may well lead to our deeper engagement with communities or families who relate together in love. These questions show us that there are as many ways to understand the Trinity as there are different kinds of people. Not one of them is complete in itself. In the end, we will never understand this mystery without first participating in it through prayer and worship, and by finding the same mystery deep in ourselves and in the lives of those whom we love.

NJM

 

Le Dimanche de la Trinité                                                                                 le 12 juin 2022

Avant de venir à St. Esprit, j’ai travaillé à Paris et à Londres comme prêtre et comme chercheur dans les relations entre chrétiens et musulmans. Pendant plusieurs années, j’ai été le conseiller de l’évêque de Londres pour le dialogue interconfessionnel. C’étaient des emplois intéressants et stimulants ! Lorsque des personnes d’autres confessions me posaient des questions sur le christianisme, l’un des sujets d’intérêt les plus fréquents était l’idée que Dieu est une trinité de personnes. De nombreux musulmans avec lesquels j’ai parlé étaient convaincus que les chrétiens n’adoraient pas un seul Dieu, mais trois. L’Islam met l’accent sur l’unité pure de la divinité. Toute tentative de diviser Dieu ou d’adorer et de suivre quelque chose ou quelqu’un d’autre que l’unité divine est considérée comme l’origine de tout péché grave. Il n’est donc guère surprenant que de nombreux musulmans pensent que les chrétiens adorent trois dieux. De nombreuses tentatives d’explication de la Trinité par des chrétiens bien intentionnés finissent par créer beaucoup plus de confusion que de clarification. Nous avons souvent recours à de petits supports visuels pour l’expliquer. Une histoire populaire sur Saint Patrice raconte qu’il a utilisé un trèfle avec ses trois feuilles et une tige pour enseigner la trinité aux Irlandais. D’autres ont comparé la Trinité à une pomme : la peau extérieure, la chair intérieure et le cœur ; ou même à un œuf : la coquille, le blanc et le jaune. Une approche « scientifique » plus moderne a consisté à expliquer la Trinité en relations avec le soleil. Il émet trois sortes de rayons différents : la lumière, la chaleur et le rayonnement ; ou bien de la comparer à de l’eau : quand elle est solide, c’est de la glace. Quand elle est liquide, c’est de l’eau. Quand c’est un gaz, c’est de la vapeur. Je serais prêt à parier que quelqu’un a essayé d’expliquer la Trinité en utilisant Internet comme exemple, mais je n’ai pas eu le courage de chercher ça. Les exemples sont nombreux et aucun d’entre eux ne rend justice à ce qu’est la Trinité. Ils la découpent tous en morceaux et aucun d’eux n’est entier en soi. Ou, dans le cas de l’illustration de l’eau, une chose devient une autre. Mais les trois façons d’être de l’eau ne peuvent pas exister au même endroit et au même moment. Les explications psychologiques de la Trinité ont tendance à être si recherchées que ceux qui nous écoutent tournent rapidement de l’œil avant même que nous n’ayons eu la chance d’arriver au point principal.

Je suppose que de nombreux chrétiens ont renoncé à tenter d’expliquer la Trinité. Elle semble avoir perdu de sa pertinence en tant qu’idée qui nous aide à comprendre notre foi ou à faire face au stress et aux défis de notre vie quotidienne. Mais elle est toujours au cœur de notre culte, comme vous pouvez le constater aujourd’hui dans notre office. Nous sommes bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Nous disons que nous croyons en la Trinité à chaque fois que nous récitons le Symbole de Nicée. Pour résumer, nous pensons qu’il est important de connaître la doctrine de la Trinité, mais nous ne savons pas comment l’expliquer, ou comment donner une bonne raison aux autres de penser que c’est important.

Peut-être que ce qui nous déroute n’est pas la doctrine en elle-même : c’est notre désir de la comprendre, de l’analyser et de la réduire à une formule commode. La société laïque dans laquelle nous vivons nécessite une explication approfondie pour tout. Tout ce qui ne peut pas être prouvé par la méthode scientifique est considéré comme une question d’opinion personnelle. Bien sûr, il est impossible de « prouver » la doctrine de la Trinité par cette méthode. La Trinité n’est pas une idée. C’est la manière dont nous faisons l’expérience de l’œuvre de Dieu en nous et avec nous. Tout comme dans nos relations les uns avec les autres ; nos familles, nos conjoints, nos amis chers ou nos collègues, la manière dont nous nous lions les uns aux autres ne peut pas être disséquée et réduite à une formule abstraite dans l’esprit.

Ces dernières années, les chrétiens ont porté un nouveau regard sur la doctrine de la Trinité. Beaucoup d’entre nous, quelle que soit la dénomination chrétienne à laquelle nous appartenons, pensent que ce nouveau regard est nécessaire parce que notre culture a changé. Toutes les explications de la doctrine de la Trinité basées sur des concepts très statiques comme la hiérarchie, l’autorité, le pouvoir et la classification rigide des idées ont perdu leur attrait. La crise climatique a ouvert nos yeux sur l’étroite relation qui existe entre nous, et non seulement entre nous, mais aussi avec le monde créé, animé et inanimé. L’attrait de mots comme interrelations, coopération, amour, mystère et respect est bien plus convaincant que les concepts de pouvoir, d’autorité et de hiérarchie. L’unité d’un seul Dieu en trois personnes est difficile à expliquer, précisément parce qu’il ne s’agit pas d’une unité scientifique susceptible d’être analysée.

Lorsqu’il s’agit de créer des liens humains avec d’autres personnes, nous nous dirigeons du point de vue de notre propre personnalité. Lorsqu’il s’agit d’entrer en relation avec Dieu en tant que Père, Fils et Saint-Esprit, nous pouvons en faire de même. Aucune relation avec une autre personne ne réussira si nous privons cette autre personne de son mystère. Elle ne survivra pas si nous essayons constamment d’analyser ses motivations afin de pouvoir prédire son comportement avec précision. Les meilleures questions que nous pouvons poser sont peut-être celles-ci : « Comment la Trinité peut-elle approfondir mon sens du mystère au cœur de Dieu ? » Ce genre de question approfondira notre respect, notre révérence et notre amour pour Dieu et aussi pour les autres. Ou encore : « Quelle est l’utilité pratique de la Trinité pour moi ? » Ce genre de question pourrait bien nous amener à nous engager plus profondément dans des communautés ou des familles qui entretiennent des relations d’amour. Ces questions nous montrent qu’il y a autant de façons de comprendre la Trinité qu’il y a de différents types de personnes. Aucune d’entre elles n’est complète en soi. En fin de compte, nous ne comprendrons jamais ce mystère sans y participer d’abord par la prière et le culte, et en trouvant ce même mystère au plus profond de nous-mêmes et dans la vie de ceux que nous aimons.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.