Sermon – La Pentecote

The Day of Pentecost
May 31, 2020
Acts 2: 1-21 I Corinthians 12: 3b-13 John 7: 37-39

I love to visit botanical gardens. I am not particularly drawn to the flowers and the trees, so much as the glass houses constructed to recreate the diverse ecosystems of our world. At Kew Gardens in London, or here in New York in Brooklyn or the Bronx, you can pass from desert to tropical rain forest to arctic tundra all in the space of a brief hour. I am constantly surprised at how complicated and diverse our world is. It seems that when the world was made, God must have been intoxicated with diversity. There is no reduplication of bland sameness; each snowflake, seashell or fingerprint is unique. And the diversity of our own world did not exhaust God’s creativity. There is a whole universe of complexity out there which we have only just begun to glimpse.

It is strange that many of our ideas of God do not start from this abundance and diversity. We tend to focus on God’s uniqueness and oneness, and assume that this is the ideal state to which we should all strive. The bible focuses on this one-ness by first of all claiming that we are all descendants of Adam. One of the most serious consequences of the fall, according to Genesis, was that human beings began to fight against each other and were unable to work for the common good. The story of Babel is only the first in a long line of stories telling of the attempt by humanity to work together, and their constant failure to do so, due to sin and division. We have had a painful reminder of the truth of those stories these last few weeks; reading accounts of the horrible legacy of slavery and the racism that has followed it in the culture of the United States.

The New Testament tells of the reversal of the process of human disintegration: it tells us of God incarnate in Christ, dying once for all upon the cross, praying in his last hours on earth “that they may all be one; even as you, Father are in me, and I in you, that they may be in us, so that the world may believe that you have sent me.” (John 17:21-22) In the story of our redemption through Christ, the day of Pentecost is the reversal of the story of Babel. Instead of Babel, this story is set in Jerusalem. People of all different languages and countries are gathered in the city, and yet they all hear the disciples telling the story of the redemption of humanity in words which they can understand. Those whom Christ redeemed are not building a tower in a vain attempt to reach heaven. Instead, God had come down to them. Through the power of the Spirit, the chaos and confusion of the story of Babel is reversed.

The fascinating aspect of the story of the descent of the Holy Spirit at the first Pentecost is that it does not result in the disappearance of our diversity. At Babel, mankind’s languages were confused. Difference became synonymous with disunity and chaos. When the Holy Spirit came to the disciples, they spoke in many languages, and difference became the occasion for humanity to reflect the wonderful complexities and endless possibilities which exist in the Godhead itself. Our unity one with another is not a bland sameness. It is a unity based on the coming of God’s Spirit to inspire our hearts. It is a unity which is based on the richness of our individual contributions, shared in the Spirit of love. The gospel does not enjoin us to abandon our differences, but to share them, and by so doing reveal to the world the power of the Spirit of God which unites us. We might be finding that harder to see just at the moment, because of physical distancing. But just take a moment to think of each other. Think of the many places in which this service is being heard. Think of the many beloved faces that we are missing while we have to celebrate our feast of title in this way.

The reading from Paul’s first letter to the Corinthians shows us how important the idea of unity was to the first Christians. The Church at Corinth was divided and argumentative. To counteract this quarreling, Paul appeals not to the distant unity of the Father, undivided in majesty and worship, but to the unity of the body of Christ inspired by the Spirit “Now there are varieties of gifts, but the same Spirit, and there are varieties of service, but the same lord, and there are varieties of working, but it is the same God who inspires them all in everyone.” (I Cor. 12:4-6) We need our different gifts now more than ever. The Spirit is speaking to you now; perhaps revealing to you some of the new and exciting possibilities we can explore during our exile from our buildings. Paul exhorts the Corinthians to rejoice in their differences, and to unite themselves with each other in inspiration and purpose. Paul believes that the Church should look more like the diverse and interdependent ecological systems of the earth than a homogenous and self-contained ghetto. I, like Paul, am convinced that there are no ghettos in heaven.

The Église française du St. Esprit is appropriately named. We come from different backgrounds and we may have many different mother-tongues, and yet we hold together as one. Pentecost reminds us that diversity is the hardest thing for a society to live with, but it is also the most dangerous thing for a society to live without. The only way we can rejoice in our differences instead of turning them into an occasion for prejudice and hatred is to let the Spirit work in our hearts through its gifts of bravery, honesty and unselfishness. The Spirit’s work is never finished, not here on earth, and not in the new world to come either. God’s diversity is infinite. The Spirit will continue to lead us into new territories. There will never come a time when we say to God (as you probably sometimes say to me) “You are repeating yourself!” Happy Pentecost!

NJM

 

Le jour de la Pentecôte                                                                                             le 31 mai 2020

J’adore visiter les jardins botaniques. Je ne suis pas particulièrement attiré par les fleurs et les arbres, plutôt par les maisons en verre construites pour recréer les divers écosystèmes de notre monde. À Kew Gardens à Londres, ou ici à New York, à Brooklyn, ou dans le Bronx, vous pouvez passer du désert à la forêt tropicale humide en passant par la toundra arctique, le tout en l’espace d’une petite heure. Je suis constamment surpris par la complexité et de la variété de notre monde. Il semble que lorsque le monde a été créé, Dieu devait être enivré par la diversité. Il n’y a pas de copier-coller ou de fade similitude ; chaque flocon de neige, coquillage ou empreinte digitale est unique. Et la diversité de notre propre monde n’a pas épuisé la créativité de Dieu. Il y a tout un univers de complexité que nous commençons à peine à entrevoir.

Il est étrange que beaucoup de nos idées sur Dieu ne dérivent pas de cette abondance et de cette diversité. Nous avons tendance à nous concentrer sur l’unicité et l’unité de Dieu, et nous supposons que c’est l’état idéal vers lequel nous devrions tous nous diriger. La Bible se concentre sur cette unicité en affirmant tout d’abord que nous sommes tous des descendants d’Adam. Selon la Genèse, l’une des conséquences les plus graves de la chute a été que les êtres humains ont commencé à se battre les uns contre les autres et n’ont pas pu œuvrer ensemble vers un bien commun. L’histoire de la tour de Babel n’est que la première d’une longue lignée d’histoires racontant la tentative de l’humanité de travailler ensemble, et leur échec constant dans cette entreprise à cause du péché et de la division. Nous avons fait face à un douloureux rappel de la véracité de ces histoires ces dernières semaines ; lire des récits sur l’horrible héritage de l’esclavage et du racisme qui en a suivi dans la culture américaine.

Le Nouveau Testament raconte le renversement du processus de désintégration humaine : il nous parle de Dieu incarné en Christ, mourant une fois pour toutes sur la croix, priant dans ses dernières heures sur terre « afin que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient [un] en nous pour que le monde croie que tu m’as envoyé. » (Jean 17:21-22) Dans l’histoire de notre rédemption par le Christ, le jour de la Pentecôte est le renversement de l’histoire de Babel. Au lieu de Babel, cette histoire se déroule à Jérusalem. Des gens de toutes les langues et de tous les pays sont rassemblés dans la ville, et pourtant ils entendent tous les disciples raconter l’histoire de la rédemption de l’humanité avec des mots qu’ils peuvent comprendre. Ceux que le Christ a rachetés ne construisent pas une tour dans une vaine tentative d’atteindre le ciel. Au lieu de cela, Dieu est descendu vers eux. Grâce à la puissance de l’Esprit, le chaos et la confusion de l’histoire de Babel sont inversés.

L’aspect fascinant de l’histoire de la descente du Saint-Esprit à la première Pentecôte est qu’elle n’entraîne pas la disparition de notre diversité. À Babel, les langues des hommes étaient embrouillées. La différence est devenue synonyme de désunion et de chaos. Lorsque les disciples ont reçu le Saint-Esprit, ils ont parlé dans de nombreuses langues et la différence est devenue l’occasion pour l’humanité de refléter les merveilleuses complexités et les possibilités infinies qui existent dans la Divinité elle-même. Notre unité les uns avec les autres n’est pas une similitude fade. C’est une unité basée sur la venue de l’Esprit de Dieu pour inspirer nos cœurs. C’est une unité qui se fonde sur la richesse de nos contributions individuelles, partagées dans l’Esprit d’amour. L’Évangile ne nous invite pas à abandonner nos différences, mais à les partager, et ainsi à révéler au monde la puissance de l’Esprit de Dieu qui nous unit. Nous pouvons trouver cela plus difficile à voir en ce moment, à cause de l’éloignement physique. Mais prenez juste un moment pour penser les uns aux autres. Pensez aux nombreux endroits où cet office est entendu. Pensez aux nombreux visages bien-aimés qui nous manquent alors que nous devons célébrer notre fête de cette façon.

La lecture de la première lettre de Paul aux Corinthiens nous montre combien l’idée d’unité était importante pour les premiers chrétiens. L’église de Corinthe était divisée et avait l’esprit de contradiction. Pour contrecarrer cette querelle, Paul fait appel non pas à l’unité éloignée du Père, indivisible en majesté et adoration, mais à l’unité du corps du Christ inspirée par l’Esprit « Il y a diversité de dons, mais le même Esprit ; diversité de services, mais le même Seigneur ; diversité d’actes, mais le même Dieu qui accomplit tout en tous… » (I Cor. 12:4-6) Nous avons plus que jamais besoin de nos différents dons. L’Esprit vous parle maintenant ; peut-être en vous révélant quelques-unes des possibilités nouvelles et passionnantes que nous pouvons explorer pendant l’exil de nos bâtiments. Paul exhorte les Corinthiens à se réjouir de leurs différences et à s’unir les uns aux autres dans l’inspiration et l’objectif. Paul croit que l’Église devrait ressembler davantage aux systèmes écologiques divers et interdépendants de la terre qu’à un ghetto homogène et autonome. Comme Paul, je suis convaincu qu’il n’y a pas de ghetto au paradis.

L’église française du Saint-Esprit porte bien son nom. Nous venons d’horizons différents et nous pouvons avoir de nombreuses langues maternelles différentes, et pourtant nous nous unissons. La Pentecôte nous rappelle que la diversité est la chose la plus difficile à vivre dans une société, mais c’est aussi la chose dans laquelle il est le plus dangereux de vivre. La seule façon de nous réjouir de nos différences au lieu de les transformer en une occasion de préjugés et de haine est de laisser l’Esprit agir dans nos cœurs par ses dons de bravoure, d’honnêteté et d’altruisme. L’œuvre de l’Esprit n’est jamais terminée, ni ici sur terre, ni dans le nouveau monde à venir. La diversité de Dieu est infinie. L’Esprit continuera de nous conduire dans de nouveaux territoires. Il n’y aura jamais un moment où nous dirons à Dieu (comme vous me le dites probablement parfois) « Tu te répètes ! » Bonne Pentecôte !

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.