Sermon – La Chandeleur (Candlemas)

Candlemas                            February 2, 2020

Malachi 3:1,-4 Hebrews 2:1,4-18 Luke 2:22-40

Major feasts of the church calendar have a far more ancient history than we might suppose. They are based on the holy days – or the sacred days – of the pagan calendars that pre-dated Christianity. Christmas takes place near the winter solstice. The Feast of John the Baptist takes place at the summer solstice. The date of Easter is based on the spring equinox, and the date of All Angels is based on the autumn equinox. The quarter days (that is, the days that lie half way between the equinoxes and the solstices) are also of liturgical significance. Today we are celebrating the quarter day between the winter solstice and the spring equinox. In the medieval period, this was the moment for the blessing of the seeds that would be sown in spring. It was when the first lambs were born: the very first taste of spring after the winter. In Rome this quarter day was celebrated with a procession named the Amburbale: a circuit of the city carrying lighted candles in honor of Juno Februata. It was a day dedicated to the Celtic goddess Brigid, during which the yuletide greens were finally removed from the house and burned. Today the general public has forgotten the origin of Candlemas. It has become known as “Groundhog Day” – the day when Punxsutawney Phil comes out of the ground to see if he can spot his shadow.

Candlemas in English, Feuermess in German, La Chandeleur in French. Why all this emphasis on fire and light? Here is a description of the festival by an Anglo-Saxon bishop writing in the eighth century: “We, on this day, bear our lights to church, and let them there be blessed. We go afterwards with the light amongst God’s houses and sing the hymns that are appointed. Though some of the men cannot sing, they can nevertheless bear the light in their hands. For on this day was Christ, the true light, borne into the temple, who redeemed us from darkness and brings us into eternal light.” Today, in many Roman Catholic regions, the candles blessed on this day are believed to possess marvelous powers: they are kept and lighted in times of storm or sickness. In Sicily, people light them in time of earthquake or when someone is dying.

At Candlemas we commemorate the day when Christ was carried into the temple by his mother to undergo the rite of purification. It is the day when the prophet Simeon sang “A light to lighten the Gentiles, and the glory of your People, Israel.” In the tradition of the Old Testament prophets, Malachi gives us a terrifying picture of the coming of the Messiah to the temple. He speaks of judgment and purification, and his coming is certainly something to be feared. “He is like a refiners fire, and like fuller’s soap.” The arrival of the Messiah will purge the temple of all evil, and eliminate corruption and sin. Malachi uses images of the forger’s fire and the clay that fullers use to cleanse wool of impurities. The earth-shattering and traumatic nature of the event requires the most graphic of imagery to convey how dramatic it will be.

The visit of God’s messiah to the temple which Malachi prophesied is recorded in Luke 2:22- 40. Instead of reading about a fierce prophet with fire in his eyes, we are presented with a little baby lying in his mother’s arms. The incident is completely unexpected, and it is recounted by Luke with some irony. It overturns everyone’s expectations. It is as far away from images of fire and acid as it is possible to imagine. Jesus is not welcomed by the high priests or the temple officials, but by and old man and an old woman who frequent the temple. How can we reconcile the prophecy of Malachi with the events recounted by Luke?

Our reading from Hebrews tells us that God’s Messiah is not some terrifying and superhuman prophet who will come to whip people into shape, whether they like it or not. He is someone of flesh and blood, just like us. And as someone of flesh and blood who shares our nature, he will also share our death. “He had to be made like his brethren in every respect, so that he might become a merciful and faithful high priest in the service of God to make expiation for the sins of the people.”

He has done this in order that our fear of judgment and death can be banished. He has overturned our expectations of judgment, because he has passed them himself. He purifies people not by threats, but by the power of love. I don’t want this to sound sentimental or trite. Love can be as painful and as traumatic as judgement. It cuts us to the quick. Love is a purifying fire that lays bare our deepest fears, our hopes and our desires, and throws a sharp light on our relationships with our family and our friends. Jesus refines and purifies us through the fires of his love. Through the power of his love, Jesus shared our temptations, our suffering, and even our death. Like Simeon and Anna, the two elderly worshippers in the Temple who took Jesus into their arms, we no longer need to fear death or judgement. Like Simeon and anna, for a brief moment during communion we can hold in our hands the little child that the prophets foretold. Candlemas reminds us that our long winter of judgement and fear is over. Spring is not so far away. Christ has entered the temple and kindled our hearts with the warmth of his love.

NJM

 

Le Chandeleur                                                                                       Dimanche 2 février 2020

Les fêtes religieuses majeures ont un passé bien plus ancien que l’on ne peut le penser. Elles sont basées sur le jours saints – ou les jours sacrés – du calendrier païen qui précède le christianisme. Noël est proche du solstice d’hiver. La fête de Jean le Baptiste est proche du solstice d’été. La date de pâques est basée sur l’équinoxe de printemps, et celle de la Toussaint sur l’équinoxe d’automne. Les jours de terme (c’est à dire les jours qui se trouvent entre les équinoxes et les solstices) ont aussi une signification liturgique. Aujourd’hui, nous célébrons le jour de terme entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps. Au moyen-âge, c’était le moment où l’on bénissait les graines que l’on planterait au printemps. C’était quand les premiers agneaux naissaient : le tout premier goût de printemps après l’hiver. À Rome, ce jour de terme était célébré par une procession appelée Amburbale : un circuit à travers la ville où l’on portait des bougies allumées en l’honneur de Juno Februata. C’était un jour dédié au dieu celte Brigit durant lequel les arbres de Noël étaient enfin retirés des maisons et brulés. Aujourd’hui le grand public aux États-Unis a oublié l’origine de la Chandeleur. Celle-ci y est maintenant connue sous le nom de “Groundhog Day” – le jour où Phil de Punxsutawney sort de son trou pour voir s’il peut apercevoir son ombre.

Candlemas en anglais, Feuermess en allemand, la chandeleur en français. Pourquoi insiste-t-on tant sur le feu et la lumière ? Voici une description du festival écrite au dix-huitième siècle par un Évêque anglo-saxon « En ce jour, nous portons nos lumières à l’église, et les y laissons afin d’être bénies. Nous allons ensuite avec la lumière au sein de la maison de Dieu et chantons les cantiques convenus. Bien que certains des hommes ne puissent chanter, ils peuvent néanmoins porter la lumière dans leurs mains. Car en ce jour fût Christ, la vraie lumière, porté au sein du temple, celui qui nous a racheté de l’obscurité et qui nous ramène vers la lumière éternelle. » Aujourd’hui. Dans beaucoup de régions catholiques, on croit que les bougies bénies en ce jour possèderaient des pouvoirs merveilleux : elles sont-gardées et allumées en temps de tempête ou de maladie. En Sicile, les gens les allument lors de tremblements de terre ou quand quelqu’un meurt.

À la chandeleur nous commémorons le jour où le Christ a été porté dans le temple par sa mère afin d’y procéder au rite de purification. C’est le jour où le prophète Siméon a chanté « Lumière pour éclairer les nations, en gloire d’Israël, ton peuple. » Dans la tradition des prophètes de l’Ancien Testament, Malachie nous dépeint un portait terrifiant de la venue du Messie au temple. Il parle de jugement et de purification, et sa venue est pour sûr quelque chose à craindre. « Car il sera semblable au brasier du fondeur, au savon de potasse des blanchisseurs. » L’arrivée du Messie purgera le temple de tout mal, et éliminera la corruption et le péché. Malachie utilise les images du brasier du fondeur et du savon de potasse que les blanchisseurs utilisaient afin de nettoyer les impuretés de la laine. La nature bouleversante et traumatisante de cet événement nécessite des images des plus graphiques afin de transmette à quel point celui-ci sera dramatique.

La venue du messie de Dieu au temple prophétisée par Malachie est mentionnée dans Luc 2:22-40. Au lieu d’y voir un prophète sauvage au regard enflammé, on nous y montre un petit enfant allongé dans les bras de sa mère. L’incident est complètement inattendu, et il est raconté par Luc avec une certaine dose d’ironie. Il renverse toutes les attentes. On ne pourrait pas imaginer être plus loin des images de feu et d’acide. Jésus n’est pas accueilli par le grand prêtre ou bien par les représentants du temple, mais par un vieil homme et une vieille femme qui fréquentent le temple. Comment pouvons-nous réconcilier la prophétie de Malachie avec les événements relatés dans Luc ?

Notre lecture de l’Epître aux hébreux nous dit que le Messie de Dieu n’est pas une sorte de prophète surhomme terrifiant qui viendra modeler ses gens à coups de fouet, que ça leur plaise ou non. Il est fait de chair et de sang, tout comme nous. Et comme toute personne faite de chair et de sang qui partage notre nature, il partagera aussi notre mort. « Voilà pourquoi il devait être rendu, à tout égards, semblable à ses frères afin de devenir un grand-prêtre plein de bonté et digne de confiance dans le domaine des relations de l’homme avec Dieu, en vue d’expier les péchés de son peuple. »

Il a fait cela afin que notre peur du jugement et de la mort puisse être bannie. Il a renversé nos attentes de jugement, parce qu’il en a fait l’expérience lui-même. Il purifie les gens, non pas par la force ou à l’aide de menaces, mais par le pouvoir de l’amour. Je ne veux-pas que cela ait l’air sentimental ou d’une grande platitude. L’amour peut être aussi douloureux et traumatisant que le jugement. Il est coupant et profond. L’amour est un feu purifiant qui dévoile nos peurs les plus profondes, nos espoirs et nos désirs, et lance une lumière aiguisée sur nos liens avec notre famille et nos amis. Jésus nous raffine et nous purifie à travers le feu de son amour. À travers le pouvoir de son amour, a partagé nos tentations, nos souffrances, et même notre mort. Comme Siméon et Anne, les deux fidèles âgés du temple qui ont pris Jésus dans leurs bras, nous n’avons plus peur de la mort et du jugement. Comme Siméon et Anne durant un bref moment pendant communion nous pouvons tenir dans nos mains le petit enfant que les prophètes ont annoncé. La chandeleur nous rappelle que notre long hiver de jugements et de peurs est fini. Le printemps n’est pas loin. Le Christ est rentré dans le temple et a allumé nos cœurs de la chaleur de son amour.

NJM Ver. Fr. FS

 

Posted in sermons.