Sermon – Huguenot Sunday

Second Sunday of Easter / Huguenot Sunday
April 19, 2020
Acts 2 :14, 22-32 I Peter 1:3-9 John 20:19-31

This April marks the four hundred and twenty second anniversary of the signing of an edict by King Henry IV of France granting French Protestants freedom from persecution. The Edict of Nantes was the first political act of its kind in Europe; allowing the subjects of the French king to follow a religion other than his own. We would normally be marking this occasion with a celebration of Huguenot Sunday – joined by the members of the Huguenot Society of America for a reception in the garden. Our party will have to wait for the time being; but there is no better time to think of the contributions of some of the Huguenots of the past who lived through many, many challenges, and to reflect on how their contributions might help us today.

Among the names of famous Huguenots of the past, scientists, doctors and philosophers feature strongly: at least four Nobel Prize winners (including the pioneer virologist Francis Peyton Rous), inventors of everything from the pressure cooker to steam turbines, and a philosopher (Pierre Bayle) who in the 1600’s dared to suggest that atheists could be just as moral as Christians. “It is no more strange for an atheist to live virtuously than it is strange for a Christian to live criminally. We see the latter sort of monster all the time, so why should we think the former is impossible?” Some of these famous names (like du Pont or Fontaine Maury – the founder of the science of oceanography and an ancestor of Herndon Werth) are commemorated in the family crests on the walls of our church.

It is no coincidence that Huguenots feature so highly in the list of famous scientists and inventors. Their experience of persecution and their education had taught them to take nothing for granted: to ask questions and to challenge the status-quo. In our gospel reading today we heard the story of a man who might be considered to be their patron saint: the disciple Thomas. Most of us can’t think of this follower of Jesus without associating him with his nickname: “doubting Thomas”. Some of the other disciples of Jesus had nicknames – like Peter the Stone or James and John, the Sons of Thunder. Unlike the other nicknames, the expression ‘Doubting Thomas’ never appears in the Bible. It gained common circulation only five hundred years later, when popular artistic representations showed him placing his hand in Jesus’ pierced side. In John’s gospel, when Jesus says to Thomas, “do not be unbelieving but believing,” he is not referring to Thomas’ skepticism about the creeds. The word ‘belief’ in John’s gospel is used1628 to refer to entering into a relationship with Jesus; trusting yourself to Jesus’ presence and finding yourself drawn to his love. It is about not taking someone else’s word for it, but actually seeing something yourself and understanding it for the first time: like the man born blind and Nicodemus, whom we hear about elsewhere in John’s gospel. Though I wouldn’t have done it myself, I admire Thomas’ willingness to speak up. He must have made the other disciples feel uncomfortable when he frankly admitted that he wanted to see the proof of Jesus’ resurrection with his own eyes. He couldn’t take their word for it.

Many of us are in the same boat. We think that it is better to remain silent in order to remain out of trouble. Thomas has no such scruples; even if it earns him a nasty nickname. He was the one that spoke out for people who couldn’t say what they thought, out of fear of being despised or made fun of. Like some of the heroes of our own time, he dared to speak where most of us would remain silent. Our world is full of those who think that someone else is going to stand up against injustice or discrimination. Someone else is going to stand up and speak for the abused or the voiceless. Someone else will risk articulating a better world when we emerge from this troubling period of isolation and transformation.

Thomas has a habit of bringing things out into the open. Earlier on in this Gospel, Jesus says to his disciples, “‘You know the way to the place where I am going.’ Thomas said to him, ‘Lord, we do not know where you are going. How can we know the way?’ Jesus said to him, ‘I am the way, and the truth, and the life.” Thomas knew that the Way of which Jesus spoke was simply to be in the presence of his Lord and his God. That is all he wanted. He asked for what Jesus told him he should ask for. And when he saw the risen Jesus, he knew he had come home.

We can take Thomas as our patron saint today too. We need to doubt what we might have hitherto taken for granted. Why does food supply depend on those who we pay so little and take for granted? Why do we feel obliged to participate in a grueling economic system that collapses the moment it is put on temporary hold? Why do we buy and buy and take such little thought for equality or the welfare of those whose labor we mindlessly consume? During these long days, we are being given an opportunity to re-examine what we might have missed. As we can see in this story, Jesus has a habit of passing through our walls of exclusion and our doors of isolation. And when he comes, he not only enables us to see with our own eyes what we have missed, but says to us, “Peace be with you!” Our Huguenot tradition doesn’t exist just to preserve the ashes of the past. We are here to pass on the fire. As our presiding bishop said on Easter Sunday, “Love can’t change the fact of death; but love can live through it.” May the fire of that Easter love keep you safe and bring you peace as we await the Day of Pentecost.NJM

Le deuxième Dimanche de Pâques / Le Dimanche des Huguenots Le 19 avril 2020

Ce mois d’avril marque le quatre cent vingt-deuxième anniversaire de la signature d’un Édit du roi Henri IV de France accordant aux protestants français la liberté de ne pas être persécutés. L’Édit de Nantes est le premier acte politique du genre en Europe ; permettant aux sujets du roi de France de suivre une religion autre que la sienne. Normalement, nous marquerions cette occasion par une célébration du dimanche des huguenots – rejoints par les membres de la société huguenote d’Amérique avec une réception dans le jardin. Notre fête devra attendre pour le moment ; mais il n’y a pas de meilleur moment pour penser aux contributions de certains huguenots du passé qui ont fait face à de nombreux défis et pour réfléchir à la façon dont leurs contributions pourraient nous aider aujourd’hui.

Parmi les noms des célèbres huguenots du passé, les scientifiques, les médecins et les philosophes figurent en bonne place : au moins quatre lauréats du prix Nobel (y compris le virologue pionnier Francis Peyton Rous), inventeurs de tout, de la cocotte-minute aux turbines à vapeur, et un philosophe (Pierre Bayle) qui, dans les années 1600, a osé suggérer que les athées pouvaient être aussi moraux que les chrétiens. « Il n’est pas plus étrange pour un athée de vivre vertueusement qu’il n’est étrange pour un chrétien de vivre criminellement. Nous voyons ce dernier type de monstre tout le temps, alors pourquoi devrions-nous penser que le premier est impossible ? » Certains de ces noms célèbres (comme du Pont ou Fontaine Maury – le fondateur de la science de l’océanographie et un ancêtre de Herndon Werth) sont commémorés parmi les armureries sur les murs de notre église.

Ce n’est pas un hasard si les huguenots figurent si haut dans la liste des scientifiques et inventeurs célèbres. Leur expérience de la persécution et leur éducation leur avaient appris à ne rien prendre pour acquis : à poser des questions et à contester le statu quo. Dans notre lecture de l’Évangile aujourd’hui, nous avons entendu l’histoire d’un homme qui pourrait être considéré comme leur Saint patron : le disciple Thomas. La plupart d’entre nous ne peuvent pas penser à ce disciple de Jésus sans l’associer à la phrase : « celui qui ne croit que ce qu’il voit ». Certains des autres disciples de Jésus avaient des surnoms – comme Pierre ‘Kephas’(le roc en araméen) ou Jacques et Jean, les Fils du Tonnerre. Contrairement aux autres surnoms, l’expression « Thomas, celui qui ne croit que ce qu’il voit » n’apparaît jamais dans la Bible. C’est devenu une expression commune seulement cinq cents ans plus tard, lorsque les représentations artistiques populaires l’ont montré plaçant sa main dans le flanc transpercé de Jésus. Dans l’Évangile de Jean, lorsque Jésus dit à Thomas, « ne sois pas incrédule, mais crois », il ne fait pas référence au scepticisme de Thomas sur les principes. Le mot « croyance » dans l’évangile de Jean est utilisé pour désigner l’entrée dans une relation avec Jésus ; faire confiance à la présence de Jésus et se sentir attiré par son amour. Il s’agit de ne pas accepter la parole de quelqu’un d’autre, mais de voir une chose et de la comprendre par vous-même pour la première fois : comme l’aveugle de naissance et Nicodème, dont nous entendons parler ailleurs dans l’évangile de Jean. Bien que je ne l’aurais pas fait moi-même, j’admire la volonté de Thomas de s’exprimer. Il a dû mettre les autres disciples mal à l’aise quand il a franchement admis qu’il voulait voir la preuve de la résurrection de Jésus de ses propres yeux. Il ne pouvait pas les croire sur parole.

Beaucoup d’entre nous sont dans le même bateau. Nous pensons qu’il vaut mieux garder le silence pour éviter les ennuis. Thomas n’a pas de tels scrupules ; même si cela lui a valu un vilain surnom. Il était celui qui parlait pour les gens qui ne pouvaient pas dire ce qu’ils pensaient, de peur d’être méprisés ou raillés. Comme certains des héros de notre époque, il a osé parler là où la plupart d’entre nous resteraient silencieux. Notre monde est plein de ceux qui pensent que quelqu’un d’autre va se lever contre l’injustice ou la discrimination. Quelqu’un d’autre va se lever et parler au nom des maltraités ou des sans-voix. Quelqu’un d’autre nous dira comment imaginer un monde meilleur lorsque nous sortirons de cette période troublante d’isolement et de transformation.

Thomas a l’habitude de dévoiler les choses au grand jour. Plus tôt dans cet Évangile, Jésus dit à ses disciples : « Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? » Jésus lui dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. » Thomas savait que le chemin dont Jésus parlait devait simplement être le fait d’être en présence de son Seigneur et de son Dieu. C’est tout ce qu’il voulait. Il a demandé ce que Jésus lui avait dit qu’il devait demander. Et quand il a vu Jésus ressuscité, il a su qu’il était revenu.

Nous pouvons aussi choisir Thomas comme notre Saint patron aujourd’hui. Nous devons douter de ce que nous aurions pu considérer jusqu’à présent comme acquis. Pourquoi l’approvisionnement alimentaire dépend-il de ceux que nous payons si peu et considérons comme acquis ? Pourquoi nous sentons-nous obligés de participer à un système économique exténuant qui s’effondre dès qu’il est suspendu temporairement ? Pourquoi achetons-nous et achetons encore et offrons-nous si peu de considération pour l’égalité ou le bien-être de ceux dont nous consommons le fruit du travail sans réfléchir ? Au cours de ces longues journées, nous avons la possibilité de réexaminer ce qui aurait pu nous échapper. Comme nous pouvons le voir dans cette histoire, Jésus a l’habitude de passer à travers nos murs d’exclusion et nos portes d’isolement. Et quand il vient, non seulement il nous permet de voir de nos propres yeux ce que nous avons manqué, mais il nous dit : « La paix soit avec vous ! » Notre tradition huguenote n’existe pas uniquement pour préserver les cendres du passé. Nous sommes ici pour transmettre le feu. Comme l’a dit notre évêque le dimanche de Pâques, « l’amour ne peut pas changer le fait de la mort ; mais l’amour peut lui survivre. » Que le feu de cet amour de Pâques vous protège et vous apporte la paix en attendant le jour de la Pentecôte.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.