Sermon – Huguenot Sunday

Huguenot Sunday

April 24, 2022

Acts 5 :27-32    Revelation 1 :4-8    John 20 :19-31

 

If we take Easter Day 1628 as the first communion service celebrated by the French Protestant community in New Amsterdam, we just celebrated our 394th Easter in this City. St. Esprit is only four years away from commemorating four centuries of Christian worship. In that time we have occupied ten buildings, passed through changes of country, a change of denominations, a revolution, a civil war, numerous terrorist attacks, blizzards, hurricanes, heat waves, and (of course) pandemics. The passage of so many years, affecting successive communities of ever-changing French-speaking immigrants makes us wonder how on earth we have managed to survive. What is the core identity of the little French Church of St. Esprit? Has its ‘mission statement’ changed to adapt to the changing times? Or has there been a consistent theme to our story that has held us together despite the changes and chances of the world in which we live? When the governing body of St. Esprit met together to define its mission at the turn of the last century, one of our members pointed out something obvious but often overlooked about our history. We have a common institutional memory of persecution by the authorities; something we remember today on the anniversary of the Promulgation of the Edict of Nantes. But in 1803, we chose to join the church of the colonial rulers – the Anglican or Episcopal Church, the church that had expelled non-conformists from England in the 1600’s. The tension between the poles of persecution and of power has defined the way in which we have announced the good news of the triumph of love over death over the past centuries.

 

Our Huguenot founders were profoundly acquainted with the beautiful translation of the Bible into French, overseen by Jean Calvin in 1546. The Bible was their mission statement. They brought their bibles with them from Europe to America, and some of those bibles are used in worship today. They knew today’s readings well. Those founders of our church would have sympathized with Peter as he stood before the religious authorities in Jerusalem who accused him of heresy. They would have read the vision of John the Divine with longing in their hearts for the triumphant return of Christ who promised delivery from persecution. They shared the experience of the apostles in John’s gospel who locked the doors of their meeting room to prevent the authorities from arresting them. Those are the very stories that have inspired, and continue to inspire the priests and lay people who have ministered at St. Esprit since 1628. During the pandemic we had an opportunity not only to use technology to reach out in new ways beyond our building to those hurting during those two years of isolation, but also to discover new things in the old technologies used by our forebears to tell their stories and to respond with compassion and love to those to whom they were called to minister. Here are two of those stories, separated by a period of over two hundred and fifty years of our history.

 

This September marks the three-hundredth anniversary of the death of a remarkable member of our Vestry who deserves to be better known. We commissioned an icon of him to mark this anniversary, and you can see it here in our sanctuary today. Elias Neau was a French Huguenot merchant and refugee in New York. He was captured by French pirates and sentenced to spend the rest of his life as a galley slave. After converting a fellow galley slave to Protestantism, he was held in solitary confinement in the Chateau d’If until his release in 1698. On his return to New York City, he founded the first school in America that was open to African American slaves. Our Vestry read his beautiful hymns and poems, and prayed for his release. They sent him a letter in which they expressed a longing to kiss Elias Neau’s hands that the chains of persecution had made holy.

 

Two hundred and fifty years later, Dr. Maynard, Rector of St. Esprit, received a plea from a fellow minister in Paris asking him to assist a Jewish family of his acquaintance who were about to be arrested and deported to the death camps. We would never have known of this incident had it not been for the descendants of that family who were sifting through some papers Jerusalem after the death of their father. To their astonishment, they discovered baptism records made out by Dr. Maynard for their family members, who had never been anything other than practicing Jews. After detective work in our archives, Fred our Office Manager established that Maynard had concocted these certificates in order to give those family members an identity that saved them from almost certain death at the hands of their Nazi persecutors. The records are now in the Yad Vashem memorial in Jerusalem.

 

Two small stories from a multitude of others in our history. But you will notice that these two moving stories have something in common. Neau and Maynard were immersed in the same bible stories. They were moved by the same Spirit, and reborn into the same waters of baptism. It isn’t surprising that our history has been consistent through those centuries. In the light of the resurrection of Christ, we preach the same message today as they did. As we prepare to celebrate our four hundredth anniversary in four years’ time, we will do well to remember what has held us together, and what will see us through the centuries to come. Christ’s resurrection is not an isolated incident in history. Through it, we live to proclaim the resurrection of those suffering and persecuted in our own times. It is only by standing firm on that foundation that our celebrations in 2028 can be faithful to the Good News lived out by those whose stories we hold to be so dear.

 

NJM

 

Le dimanche des Huguenots                                                                                le 24 avril 2022

 

Si nous considérons le jour de Pâques en 1628 comme le premier office de communion célébré par la communauté protestante française de la Nouvelle Amsterdam, nous venons de célébrer notre 394e Pâques dans cette ville. St. Esprit n’est qu’à quatre ans de la commémoration de quatre siècles de culte chrétien. Au cours de cette période, nous avons occupé dix bâtiments, traversé des changements de pays, de dénominations, une révolution, une guerre civile, de nombreuses attaques terroristes, des blizzards, des ouragans, des vagues de chaleur et (bien sûr) des pandémies. Le passage de tant d’années, affectant des communautés successives d’immigrants francophones en constante évolution, nous amène à nous demander comment nous avons même pu réussir à survivre. Quelle est l’identité fondamentale de la petite église française du Saint-Esprit ? Sa « déclaration de mission » a-t-elle changé pour s’adapter à l’évolution des temps ? Ou y a-t-il eu un thème constant dans notre histoire qui nous a maintenus ensemble malgré les changements et les aléas du monde dans lequel nous vivons ? Lorsque les membres en charge de St. Esprit se sont réunis pour définir sa mission au début du siècle dernier, l’un de nos membres a souligné une chose évidente mais souvent négligée de notre histoire. Nous avons une mémoire institutionnelle commune de la persécution par les autorités ; quelque chose que nous rappelons aujourd’hui à l’occasion de l’anniversaire de la promulgation de l’Édit de Nantes. Mais en 1803, nous avons choisi de rejoindre l’église des dirigeants coloniaux – l’église anglicane ou épiscopale, l’église qui avait expulsé les non-conformistes d’Angleterre dans les années 1600. La tension entre les pôles de la persécution et du pouvoir a défini la manière dont nous avons annoncé la bonne nouvelle du triomphe de l’amour sur la mort au cours des siècles passés.

 

Nos fondateurs huguenots connaissaient parfaitement la magnifique traduction de la Bible en français, supervisée par Jean Calvin en 1546. La Bible était leur mission. Ils ont apporté leurs bibles avec eux d’Europe en Amérique, et certaines de ces bibles sont utilisées dans le culte aujourd’hui. Ils connaissaient bien les lectures d’aujourd’hui. Les fondateurs de notre Église auraient sympathisé avec Pierre lorsqu’il s’est retrouvé devant les autorités religieuses de Jérusalem qui l’accusaient d’hérésie. Ils auraient lu la vision de Jean le visionnaire avec le désir ardent dans leurs cœurs du retour triomphant du Christ qui a promis la délivrance de la persécution. Ils ont partagé l’expérience des apôtres de l’évangile de Jean qui ont verrouillé les portes de leur salle de réunion pour empêcher les autorités de les arrêter. Ce sont ces mêmes histoires qui ont inspiré et continuent d’inspirer les prêtres et les laïcs qui exercent leur ministère à Saint-Esprit depuis 1628. Pendant la pandémie, nous avons eu l’occasion non seulement d’utiliser la technologie pour atteindre, au-delà de notre bâtiment, ceux qui ont souffert pendant ces deux années d’isolement, mais aussi de découvrir de nouvelles choses dans les anciennes technologies utilisées par nos ancêtres pour raconter leurs histoires et répondre avec compassion et amour à ceux qu’ils étaient appelés à servir. Voici deux de ces récits, séparés par une période de plus de deux cent cinquante ans de notre histoire.

 

Ce mois de septembre marque le trois centième anniversaire de la mort d’un membre remarquable de notre sacristie qui mérite d’être mieux connu. Nous avons commandé une icône à son effigie pour marquer cet anniversaire, et vous pouvez la voir aujourd’hui dans notre sanctuaire. Elias Neau était un marchand huguenot français et réfugié à New York. Il a été capturé par des pirates français et condamné à passer le reste de sa vie comme galérien. Après avoir converti un autre galérien au protestantisme, il a été maintenu en isolement au château d’If jusqu’à sa libération en 1698. À son retour à New York, il a fondé la première école d’Amérique ouverte aux esclaves afro-américains. Notre sacristie a lu ses magnifiques hymnes et poèmes, et a prié pour sa libération. Ils lui ont envoyé une lettre dans laquelle ils exprimaient leur désir de baiser les mains d’Elias Neau que les chaînes de la persécution avaient rendu saintes.

 

Deux cent cinquante ans plus tard, le Dr Maynard, recteur de Saint-Esprit, a reçu un appel d’un collègue pasteur à Paris lui demandant d’aider une famille juive de sa connaissance qui était sur le point d’être arrêtée et déportée dans les camps de la mort. Nous n’aurions jamais eu connaissance de cet incident si les descendants de cette famille n’avaient pas fouillé dans les papiers de Jérusalem après la mort de leur père. À leur grand étonnement, ils ont découvert des actes de baptême établis par le Dr Maynard pour les membres de leur famille, qui n’avaient jamais été que des Juifs pratiquants. Après un travail de détective dans nos archives, Fred, notre administrateur de paroisse, a établi que le Dr Maynard avait concocté ces certificats afin de donner à ces membres de la famille une identité qui les a sauvés d’une mort quasi certaine aux mains de leurs persécuteurs nazis. Ces documents se trouvent désormais au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem.

 

Deux petites histoires parmi une multitude d’autres dans notre histoire. Mais vous remarquerez que ces deux histoires émouvantes ont quelque chose en commun. Neau et Maynard ont été plongés dans les mêmes histoires bibliques. Ils ont été mus par le même Esprit, et sont nés à nouveau dans les mêmes eaux du baptême. Il n’est pas surprenant que notre histoire ait été cohérente à travers ces siècles. À la lumière de la résurrection du Christ, nous prêchons aujourd’hui le même message qu’eux. Alors que nous nous préparons à célébrer notre quatre centième anniversaire dans quatre ans, nous ferons bien de nous rappeler ce qui nous a unis et ce qui nous permettra de traverser les siècles à venir. La résurrection du Christ n’est pas un incident isolé dans l’histoire. Grâce à elle, nous vivons pour proclamer la résurrection de ceux qui souffrent et sont persécutés à notre époque. Ce n’est qu’en nous appuyant sur ce fondement que nos célébrations de 2028 pourront être fidèles à la Bonne Nouvelle vécue par ceux dont l’histoire nous est si chère.

 

NJM Ver. FR. FS

Posted in sermons.