Sermon – Huguenot Sunday

Easter IV / Huguenot Sunday
April 25, 2021
Acts 4 :5-12    I John 3 :16-21     John 10 :11-18

Several years ago, a previous member of the Vestry (who shall remain nameless) told me in no uncertain terms that “Nobody comes to St. Esprit for the architecture”. At first, I was a little taken aback by the remark – I’m quite fond of our sanctuary, even though it’s not the grandest of the ten buildings we have occupied in New York City since our first service on Easter Day 1628. But on reflection, I began to take her remark as a compliment. People have become members of our little flock over the centuries for many reasons: the most important of which we commemorate today. Whatever led them to cross our threshold or click on our YouTube channel, each person has been guided here by the Good Shepherd whom we heard about in our reading from John’s Gospel. The greatest treasure of a church is not its building, its endowment or its material resources, however grand they may be. The church’s greatest treasure is its people: and I’m not just talking about the people who are members of our church today. I’m talking about those whom the Good Shepherd has gathered into this little fold over the passing centuries. Their stories may lie forgotten or dormant for a time, but when the moment comes, they speak to us afresh about their encounters with Christ The Good Shepherd, and inspire us to reflect on how we want to tell our story today.

One of the distinctive features of our little sanctuary is the array of the shields of the founding members of the church on our walls. You can see three of them on the first page of today’s bulletin. As the years have gone by, I have discovered some of the stories behind those names and colorful shields; they have in a sense ‘come alive’. Today we are commemorating those families who were associated with the Labadist movement: the prayers they prayed, the hymns they sang, the stories they told. There is something enormously consoling about the fact that their own encounters with Christ are akin to the stories told by our members today: their flight from persecution, their sojourns in many countries and places before finding a home, their personal struggles, their joys, their moments of insight into God’s love and their spirit of thankfulness for their redemption and their incorporation into the body of Christ. Hearing those stories brings the words of our Gospel alive: “There will be one flock, one Shepherd.”

In contrast to this, the fragmented world in which we live sometimes seems bewildering in its diversity and confusion. Even in the middle of a pandemic that is affecting us all, the world seems splintered in its reactions and incapable of holding together a consistent narrative or planning a concerted response. Twenty first century secular life gives us the impression that all our certainties have disappeared. Everything has become relative and fragmented, and there is no firm ground on which we can all stand. People sometimes say to me, “I respect your faith, but it doesn’t matter what you believe as long as you are sincere.” It can seem to us as if the wolf has come in the night and scattered the sheep that were once part of one harmonious fold.

How are we called in our own time to respond to this predicament?  Firstly, let’s take heart from those stories of our brothers and sisters in the past. Even when times seemed dark and problems seemed insurmountable, the Good Shepherd led them to green pastures. Our Shepherd still lays down his life for his flock. God’s love for us is the same today as it has ever been. The Shepherd knows each one of us by name. Secondly, we are learning to listen afresh for the Shepherd’s voice. The pandemic has called into question some of the things that we took for granted. We are faced with the challenge of breathing new life and new hope into our Christian communities, and it is only by listening to the loving voice of our Shepherd who knows where the green pastures are to be found that we will find the nourishment and the strength that we need.

As we have heard, we are not the first Christians to face this exciting challenge. It has to be done anew in every generation, because our faith is never static or frozen. Neither is it fossilized in the past. God’s love transcends time and space, and John’s first letter tells us to live in this love. He tells us that love is the first and greatest of the commandments. How are we to do this? He tells us that we must abide in Christ; to imitate Christ, to become Christ for others. We do this here and now. We imitate those who welcomed the first refugees from the wars of religion in France, through tolerance, consolation, the offer of healing and a true and abiding friendship across our divisions; a friendship that we offer in the name of the one who came ‘that we all may be one.’

To conclude, I want to take you for a moment to the old Huguenot church in Spitalfields in the East End of London, which is now the Jamme-Masjid mosque of the Bangladeshi community. On the pediment of the building, the Huguenots placed a beautiful sundial which you can still see today. It is inscribed with a motto recalling an ode of Horace: Umbra Sumus. Yes, perhaps we are nothing but shadows. Just like the generations that preceded us, it can seem that we are here today and gone tomorrow. But if we are indeed shadows, in whose light do we stand? What sort of shadows are we casting onto the generations to come? This season reminds us that we are called to stand in the light that flowed from the empty tomb on Easter morning; the light that flows from the risen Christ, the Great Shepherd himself. Like those who went before us, may the Light of the World draw us to himself. May we, like them, leave prayers and songs and stories that speak of his love.

NJM

 

Le quatrième dimanche de Pâques | Le dimanche des huguenots                     le 25 avril 2021

Il y a plusieurs années, un ancien membre du consistoire de Saint-Esprit (dont je tairai le nom) m’a dit d’une façon assez franche « Personne ne vient à Saint-Esprit pour l’architecture. » Au premier abord, j’ai été un peu surpris par sa remarque – j’aime beaucoup notre sanctuaire, bien que ce ne soit pas le plus majestueux des dix bâtiments que nous avons occupés à New-York depuis notre premier office le jour de Pâques en 1628. Mais en y réfléchissant, j’ai commencé à accepter sa remarque comme un compliment. À travers les siècles, ceux qui sont devenus membres de notre petit troupeau l’ont fait pour bien des raisons : la plus importante étant celle que nous commémorons aujourd’hui. Quelles que soient les raisons qui ont menés ces personnes à croiser notre chemin ou à cliquer sur le lien vers notre chaine YouTube, chacune a été guidée ici par le Bon Berger dont nous avons entendu parler dans la lecture de l’Évangile de Jean. Le plus grand trésor d’une église n’est pas son bâtiment, son capital ou ses ressources matérielles, aussi majestueux qu’ils soient. Le plus grand trésor d’une église est les gens qui la forment : et je ne parle pas seulement de ceux qui en sont membres aujourd’hui. Je parle de ceux que le Bon Berger a réunis dans ce petit enclos au cours des siècles. Leurs histoires peuvent parfois rester dormantes ou oubliées pendant un temps, mais quand le moment arrive, elles nous parlent d’une façon nouvelle de leurs rencontres avec le Christ le Bon Berger, et elles nous inspirent à réfléchir sur la façon dont nous voulons raconter notre histoire aujourd’hui.

L’une des qualités distinctes de notre sanctuaire est la collection de boucliers des membres fondateurs de notre église qui se trouve sur nos murs. Vous pouvez voir trois d’entre eux sur la première page du bulletin d’aujourd’hui. Au cours des années, j’ai découvert certaines des histoires qui se cachent derrière ces noms et ces boucliers colorés ; ils ont d’une certaine façon ‘pris vie’. Aujourd’hui nous commémorons ces familles qui étaient associés avec le mouvement labadiste : les prières qu’ils récitaient, les cantiques qu’ils chantaient, les histoires qu’ils racontaient. Il y a quelque chose d’énormément réconfortant dans le fait que leur propre rencontre avec le Christ est semblable aux histoires que nos membres racontent aujourd’hui : leurs fuites face aux persécutions, leurs séjours dans différents endroits et pays avant de trouver un chez soi, leurs luttes personnelles, leurs joies, leurs moments de réalisation de l’amour de Dieu et leur esprit de gratitude quant à leur rédemption et leur intégration au corps du Christ. En entendant ces histoires, les paroles de notre Évangile prennent vie : « ils deviendront un seul troupeau avec un seul berger. »

Face à cela, le monde fragmenté dans lequel nous vivons semble parfois déconcertant de par sa diversité et sa confusion. Même au milieu d’une pandémie qui nous affecte tous, les réactions du monde semblent partir dans tous les sens, et celui-ci semble incapable de tenir un discours consistant ou bien même de proposer une réponse unique et réfléchie. La vie séculaire du 21e siècle nous donne l’impression que toutes nos certitudes ont disparu. Tout est devenu relatif et fragmenté, et il n’y a pas de terre ferme sur laquelle nous pouvons tous nous tenir debout. Les gens me disent parfois : « je respecte ta foi, mais ce à quoi tu crois n’a aucune importance du moment que tu es sincère. » On pourrait penser que le loup est venu dans la nuit et qu’il a dispersé les moutons qui faisaient partie avant d’un troupeau uni.

Comment sommes-nous appelés à répondre à ce problème de notre temps ? Premièrement, soyons encouragés par les histoires de nos frères et sœurs du passé. Même dans une époque qui semblait sombre et où les problèmes semblaient insurmontables, le Bon Berger les a menés vers une verte prairie. Notre Berger continue de mettre sa vie en jeu pour son troupeau. L’amour que Dieu qui nous porte aujourd’hui est le même qu’il l’a toujours été. Le Berger connait le nom de chacun d’entre nous. Deuxièmement, nous apprenons à entendre la voix du Berger d’une façon fraiche et nouvelle. La pandémie a mis en jeu certaines des choses que nous considérions comme acquises. Le nouveau défi auquel nous faisons face est d’insuffler une nouvelle vie et une nouvelle espérance dans nos communautés chrétiennes, et ce n’est qu’en entendant la voix aimante du Berger qui sait où se trouve la verte prairie que nous trouverons la nourriture et la force dont nous avons besoin.

Comme nous l’avons entendu, nous ne sommes pas les premiers chrétiens à faire face à ce grand défi. Il faut que cela soit fait d’une nouvelle façon à chaque génération, car notre foi n’est jamais statique ou figée. Elle n’est pas non plus fossilisée dans le passé. L’amour de Dieu transcende le temps et l’espace, et la première épitre de Jean nous dit de vivre dans cet amour. Il nous dit que l’amour est le premier et le plus grand des commandements. Comment devons-nous faire cela ? Il nous dit que nous devons vivre dans le Christ ; imiter le Christ, devenir le Christ pour les autres. Nous faisons cela ici et maintenant. Nous imitons ceux qui ont accueilli les premiers réfugiés qui fuyaient les guerres de religion en France, par la tolérance, la consolation, l’offre de guérison et une vraie amitié durable au-dessus de nos divisions ; une amitié que nous offrons au nom de celui qui est venu « pour que tous soient un. »

Pour conclure, je voudrais vous faire voyager un moment vers l’ancienne église huguenote à Spitafields au quartier Est de Londres, qui est maintenant la mosquée Jamme-Masjid de la communauté bangladaise. Sur le fronton du bâtiment, les Huguenots ont placé un magnifique cadran solaire que vous pouvez voir encore aujourd’hui. Dessus, il y est inscrit une devise rappelant une ode à Horace : Umbra Sumus. Oui, peut-être ne sommes-nous rien que des ombres. Tout comme les générations qui nous ont précédés, il peut sembler que nous sommes ici aujourd’hui et que nous ne le serons plus demain. Mais si nous sommes vraiment des ombres, dans la lumière de qui nous tenons-nous ? Quel type d’ombre jetons-nous sur les générations à venir ? Cette saison nous rappelle que nous sommes appelés à nous tenir dans la lumière qui a découlé de la tombe vide le matin de Pâques ; la lumière qui découle du Christ ressuscité, le bon berger lui-même. Comme ceux qui sont venus avant nous, que la lumière du monde nous rassemble vers lui. Que nous laissions, comme eux, des prières, des chants et des histoires qui parlent de cet amour.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.