Sermon – Epiphany V

Epiphany V
February 7, 2021
Isaiah 40:21-31 1 Corinthians 9:16-23 Mark 1:29-39

Just before I moved to the United States, I worked for a Bishop of London who was very kind, but noted for plain speaking. He came from the English county of Yorkshire – a part of the country where people have a reputation for never beating around the bush. I’ve a feeling that Londoners found his northern directness a little alarming. He once told me, “Any fool can be a popular assistant priest. But it takes skill to be a popular priest in charge of a parish! You sometimes have to say difficult things.” I suppose he was right. Assistant priests generally don’t have to bear the final responsibility for the fortunes of a church. I have to say that during the last year I’ve certainly had some sleepless nights on that score! But perhaps there is more to the Bishop’s assessment than meets the eye. He knew that many people become priests in part because they want to make people happy. Priests sometimes try to be self-effacing in order not to upset anyone. I’ve certainly been guilty of that! Even worse, some priests just want to be popular. If they’re not popular, they’re prone to feeling guilty or ashamed that they’re not making God’s love sufficiently clear to those to whom they are ministering. Tragically some ministers have a tendency to confuse their own popularity with God’s ‘popularity’ in the churches where they serve; to disastrous effect.

Paul doesn’t help matters when he says, “I became all things to all people in order to better preach the Gospel.” Many Christians (including ordained ministers) have taken this to mean that we should just become people-pleasers. When taken out of context by a minster of the gospel, his words become downright dangerous. Priests want to rescue people. They certainly don’t set out to upset them. They can be exploited by unscrupulous people, who see no problem in taking advantage of how society thinks that ministers ought to behave. If you don’t believe me, try wearing a priest’s collar in New York City for a day or two! Being all things to all people is emotionally hard work. It rarely achieves anything of lasting spiritual value if the only reason you are doing it is to keep people happy. You would be better off becoming a party organizer or a children’s entertainer.

How should we interpret this curious verse taken from Paul’s letter? Remember the context in which Paul is writing. He tells the Corinthians that he doesn’t need any of their money to support him. He certainly doesn’t want to be beholden to them for a salary. Sponsors (as we know all to well in America, the land of advertising and lobbying) often influence the messages of the people they sponsor. Paul refused to let the message of the Gospel be changed by anything; least of all by the influence of donors.

Secondly, Paul claims that the present structures of the world are passing away. He says that it doesn’t matter whether you are slave or free, Jew or Gentile, weak or strong. The Gospel won’t be tied down by money concerns, and neither will it be tied to a particular class or culture. Paul claims for himself the freedom to become all things to all people because race, culture and class don’t matter in heaven. They are as perishable as the clothes we wear or the food we eat. This is a far cry from being a people-pleaser. Paul effectively says, “By all means, act whatever part you act. The most important thing is for you to live the Gospel. Jesus has set us all free! Not only from our obsession with money, class, gender, race and culture, but from death itself. The only definition that matters is Child of God.”

So how do we become all things to all people? Surely nowadays this is called ‘cultural appropriation’? Isn’t it racially, politically, ethnically, gender and sexuality inappropriate to think we can pretend to be the ‘other’ in order to persuade them of something? If that’s what he means, I want none of it. But Paul isn’t saying this. Being all things to all people doesn’t mean agreeing with them all the time. Paul describes the experience as akin to becoming a slave. He enslaves himself to God in order to reach out God’s arms of love to as many as possible. He enslaves himself to others in order to continue the work of the Word made flesh in Jesus. He listens. Instead of trying to trap his ‘opponents’ he sets out to woo them with God’s love. Paul claims that this is not only God’s will, but it is also a way in which God blesses him with the riches of the Gospel.

In a world still divided by class, culture and race, we will do well to listen to Paul’s words. I once had a wonderful spiritual director who told me that all our struggles for equality are profoundly linked. Those struggles are about being recognized for who you are, and recognizing others in turn. They are about loving and being loved. God has given each one of us this burden and that gift. Paul’s words are a warning to the strong that they must never use their strength to intimidate others. They mustn’t use the power of their personalities or the popularity of their opinions to induce fear in those who listen to them. His words are also a warning to the weak – to those who confuse the good news of the Gospel with a general feeling of bonhomie. Christian love isn’t a bland absence of conflict. It is the presence of the risen Christ in our midst, who gives us the freedom to find our true selves.

NJM

Cinquième dimanche après l’Épiphanie
le 7 février 2020

Juste avant de venir aux États-Unis, je travaillais pour un évêque de Londres qui était très gentil, mais réputé pour son franc parler. Il venait du comté anglais du Yorkshire – une partie du pays où les gens ont la réputation de ne jamais tourner autour du pot. Je crois que les Londoniens trouvaient sa franchise nordique un peu alarmante. Il m’avait dit un jour : « N’importe quel imbécile peut être populaire en étant assistant du prêtre. Mais il faut du talent pour être populaire en étant prêtre responsable d’une paroisse ! Tu dois parfois dire des choses difficiles. » Je suppose qu’il avait raison. Les assistants des prêtres n’ont pas généralement à prendre la responsabilité entière de l’avenir d’une église. Je dois dire que l’année dernière, j’ai certainement passé des nuits blanches en y pensant ! Mais il y a peut-être plus à comprendre dans la remarque de l’évêque qu’il n’y paraît. Il savait que beaucoup de gens deviennent prêtres en partie parce qu’ils veulent rendre les gens heureux. Les prêtres essaient parfois de s’effacer pour ne déranger personne. J’ai certainement été coupable de ça ! Pire encore, certains prêtres veulent juste être populaires. S’ils ne sont pas populaires, ils ont tendance à se sentir coupables ou honteux de ne pas rendre suffisamment clair l’amour de Dieu à ceux qu’ils servent. Tragiquement, certains ministres ont tendance à confondre leur propre popularité avec la « popularité » de Dieu dans les églises où ils servent ; ce qui a un effet désastreux.

Paul n’aide pas les choses quand il dit : « Je suis devenu tout pour tout le monde afin de mieux prêcher l’Évangile. » De nombreux chrétiens (y compris certains qui sont ordonnés) ont pris cela comme signifiant que nous devrions simplement devenir des personnes qui plairont aux gens. Sorties de leur contexte par un ministre de l’Évangile, ses paroles deviennent carrément dangereuses. Les prêtres veulent sauver les gens. Ils ne veulent certainement pas les contrarier. Ils peuvent être exploités par des gens sans scrupule, qui ne voient aucun problème à profiter de la façon dont la société pense que les personnes ecclésiastiques devraient se comporter. Si vous ne me croyez pas, essayez de porter un col de prêtre à New York pendant un jour ou deux ! Être tout pour tout le monde est un travail émotionnellement difficile. Cela réalise rarement quoi que ce soit qui ait une valeur spirituelle durable si la seule raison pour laquelle vous le faites est de s’assurer que les gens soient contents. Vous feriez mieux de devenir un organisateur de fêtes ou un amuseur d’enfants.

Comment devons-nous interpréter ce curieux verset tiré de la lettre de Paul ? Souvenez-vous du contexte dans lequel Paul écrit. Il dit aux Corinthiens qu’il n’a pas besoin de leur argent pour le soutenir. Il ne veut certainement pas leur être redevable d’un salaire. Les sponsors (comme nous le savons tous très bien en Amérique, pays de la publicité et du lobbying) influencent souvent les messages des personnes qu’ils parrainent. Paul a refusé de laisser le message de l’Évangile être changé par quoi que ce soit ; surtout par l’influence des donateurs.

Deuxièmement, Paul affirme que les structures contemporaines du monde sont en train de disparaître. Il dit qu’il importe peu que vous soyez esclave ou libre, Juif ou Gentil, faible ou fort. L’Évangile ne sera pas lié à des problèmes d’argent, et il ne sera pas non plus lié à une classe ou à une culture particulière. Paul revendique pour lui-même la liberté de devenir tout pour tout le monde parce que la race, la culture et la classe sociale n’ont pas d’importance au ciel. Ils sont aussi périssables que les vêtements que nous portons ou la nourriture que nous mangeons. C’est loin d’être un plaisir pour les gens. Paul dit effectivement : « Par tous les moyens, agissez quel que soit le rôle que vous jouez. Le plus important est que vous viviez l’Évangile. Jésus nous a tous libérés ! Non seulement de notre obsession pour l’argent, la classe sociale, le sexe, la race et la culture, mais de la mort elle-même. La seule étiquette qui importe est celle d’enfant de Dieu.

Alors, comment pouvons-nous devenir tout pour tout le monde ? Sûrement de nos jours, cela s’appellerait de « l’appropriation culturelle » ? N’est-il pas inapproprié sur le plan racial, politique, ethnique, du genre et de la sexualité de penser que nous pouvons prétendre être « l’autre » pour les persuader de quelque chose ? Si c’est ce qu’il veut dire, je n’en veux rien. Mais Paul ne dit pas cela. Être tout pour tout le monde ne signifie pas être d’accord avec eux tout le temps. Paul décrit l’expérience comme être un esclave. Il s’asservit à Dieu afin d’étendre les bras de l’amour de Dieu au plus grand nombre. Il s’asservit aux autres pour continuer l’œuvre du Verbe fait chair en Jésus. Il écoute. Au lieu d’essayer de piéger ses ‘adversaires’, il entreprend de les courtiser avec l’amour de Dieu. Paul prétend que c’est non seulement la volonté de Dieu, mais c’est aussi une manière par laquelle Dieu le bénit des richesses de l’Évangile.

Dans un monde encore divisé par la classe sociale, la culture et la race, nous ferions bien d’écouter les paroles de Paul. J’ai eu un jour un merveilleux directeur spirituel qui m’a dit que toutes nos luttes pour l’égalité sont profondément liées. Ces luttes consistent à être reconnu pour qui vous êtes et à reconnaître les autres à leur tour. Il s’agit d’aimer et d’être aimé. Dieu nous a tous offert ce fardeau et ce don. Les paroles de Paul sont un avertissement aux plus forts. Ils ne doivent jamais utiliser leur force pour intimider les autres. Ils ne doivent pas utiliser le pouvoir de leur personnalité ou la popularité de leurs opinions pour semer la peur chez ceux qui les écoutent. Ses paroles sont aussi un avertissement pour les faibles – pour ceux qui confondent la Bonne Nouvelle de l’Évangile avec un sentiment général de bonhomie. L’amour chrétien n’est pas une fade absence de conflit. C’est la présence du Christ ressuscité au milieu de nous, qui nous donne la liberté de trouver notre vrai soi.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.