Sermon – Epiphany Last

Last Sunday of the Epiphany
February 27th 2022
Exodus 34:29-35  II Corinthians 3:12 – 4:2  Luke 9:28-36

Today is the last Sunday in the season of Epiphany; the season of light. It started six weeks ago in the light of a star and the visit of the Magi, and ends today with the light shining through the face of Jesus on the Mount of Transfiguration. At first reading, it looks as if the story is here simply to show us the divine splendor of Jesus, manifested to the disciples on the mountaintop. But of the three accounts we have of the transfiguration in the gospels of Matthew, Mark and Luke, Luke’s account is perhaps the most dramatic and the most filled with hidden meanings. In the course of just a few verses, how does Luke show us that the Transfiguration means that our exile from Eden is over, our home is in Jesus, that Jesus is also the new temple, that he is the new and final covenant that God makes with us, and the one in whom the history of the Hebrew people is fulfilled?

The first clue comes at the beginning of the reading. Luke mentions a period of eight days, placing the story in the context of the Jewish harvest festival: the Feast of Tabernacles or Sukkoth. It is held over eight days, during which the celebrants sleep and eat in little huts erected outside their houses, evoking their homeless wanderings after the Exodus from Egypt. Passages from the Torah are read, and on the eighth day, people return to sleep and eat in their houses – evoking their arrival in the Promised Land.  Luke later tells us that Peter wants to erect these little Sukkoth huts on the mountain side for Jesus, Moses and Elijah to use, but this suggestion is rejected. A new Exodus is about to begin – the exodus that Jesus, Moses and Elijah are speaking about when they talk of his upcoming ‘departure’ in Jerusalem. This doesn’t just refer to Jesus’ death: they are telling us that Jesus is about to lead people out from their slavery to sin and death, and to bring them to the new Promised Land to enjoy God’s presence forever.

Luke also tells us that Jesus and the three disciples go up the mountain ‘to pray’. Someone familiar with the Old Testament will remember other mountains where God’s presence was manifested in all its fiery glory: Mount Sinai where the law was given to Moses, and Mount Carmel where Elijah triumphs over prophets of Ba’al by calling down fire from heaven to light the sacrifice intended to produce rain after a period of drought. A third mountain is also hinted at: Mount Sion where Solomon’s Temple was built. During the dedication of the temple, after Solomon prays (like Jesus and his disciples on the mountaintop), fire comes down from heaven and the glory of the Lord fills the Temple.

The sleepy disciples remind us of the sleep of Abraham from which he awakes to see a fiery torch passing through his offerings, sealing the Covenant that God makes with him. In the Transfiguration, we have a new Covenant that God is making with us, through the life, death and resurrection of Jesus. The fiery cloud of glory reminds us of the cloud that led the Hebrews through the wilderness and the cloud that hovered over the Ark in the tabernacle of the Temple. So we can see that there is more to this story than meets the eye. Jesus is the new Exodus story, the new Moses, the new Elijah, summing up all the law and the prophets and descending from the mountain top to fulfil the requirements of the law for us.

The first thing that Jesus does on his descent is to heal a little boy who is possessed by a demon. It seems strange to follow the story of the Transfiguration by this passage, but the painting by Raphael on the front of your bulletins might make the connection clearer. Jesus hovers over the mountain top with Moses and Elijah, while the three dazzled disciples look on. At the bottom of the mountain, we see the other disciples, powerless to heal the possessed child held in his father’s arms. The man behind him throws up his arms in despair. But a disciple to the left in the red robe is pointing dramatically not to the boy, but to the transfigured Jesus, as if to tell the others “This is where our victory will come! Take heart, evil will be destroyed forever!” The practical lesson we learn from the Transfiguration is that Jesus’ healing powers and his compassion for the suffering are capable of bringing victory even to the saddest parts of our human lives.

In the Transfiguration of Christ, we not only see the whole of his ministry encapsulated in a moment of glory. We also see Christ’s human nature and his divine nature, equally visible and transparent to each other.  His human body doesn’t change. It will still be crucified on Good Friday. But here what is normally invisible to our eyes is made visible: the power of Christ not only to be transfigured himself, but also to transfigure other human beings who are made in the image of God. That is what we celebrate today. The radiance was always there: Jesus is the light of the World, the Word made flesh. The radiance of that light was not always as visible as it was on the mountain. Current events in Ukraine and elsewhere may make it hard for us to hold on to our human potential to be transfigured in the image of the glory of God. Perhaps that little picture of Raphael’s might help us to understand that however hard things may be, however much evil seems to triumph over good – even in the life of that small possessed child, we can always look up to Jesus and trust in his power and his grace making our transfiguration possible too.

NJM

 

Dernier Dimanche de l’Épiphanie                                                                             le 27 février 2022

Aujourd’hui est le dernier dimanche de la saison de l’Épiphanie, la saison de la lumière. Elle a commencé il y a six semaines avec la lumière d’une étoile et la visite des Mages, et se termine aujourd’hui avec la lumière qui brille sur le visage de Jésus sur le mont de la Transfiguration. À première lecture, il semble que le récit ne vise qu’à nous montrer la splendeur divine de Jésus, manifestée aux disciples au sommet de la montagne. Mais des trois récits de la transfiguration que nous avons dans les évangiles de Matthieu, Marc et Luc, celui de Luc est peut-être le plus dramatique et le plus chargé de significations cachées. En quelques versets seulement, comment est-ce que Luc nous montre que la Transfiguration signifie que notre exil de l’Eden est terminé, que notre foyer est en Jésus, que Jésus est aussi le nouveau temple, qu’il est l’alliance nouvelle et définitive que Dieu conclut avec nous, et celui en qui s’accomplit l’histoire du peuple hébreu ?

Le premier indice se trouve au début de la lecture. Luc mentionne une période de huit jours, plaçant le récit dans le contexte de la fête juive de la moisson : la fête des Tabernacles ou Sukkoth. Elle se déroule sur huit jours, pendant lesquels les célébrants dorment et mangent dans de petites cabanes érigées à l’extérieur de leur maison, évoquant leur errance sans abri après l’Exode d’Égypte. Des passages de la Torah sont lus, et le huitième jour, les gens retournent dormir et manger dans leurs maisons – évoquant leur arrivée en Terre promise.  Luc nous dit plus tard que Pierre veut ériger ces petites cabanes (Sukkoth) sur le flanc de la montagne pour que Jésus, Moïse et Élie puissent les utiliser, mais cette suggestion est rejetée. Un nouvel exode est sur le point de commencer – l’exode dont Jésus, Moïse et Élie parlent lorsqu’ils évoquent son prochain « départ » à Jérusalem. Il ne s’agit pas seulement de la mort de Jésus : ils nous disent que Jésus est sur le point de faire sortir les gens de leur esclavage du péché et de la mort, et de les amener à la nouvelle Terre promise pour qu’ils jouissent de la présence de Dieu pour toujours.

Luc nous dit également que Jésus et les trois disciples montent sur la montagne « pour prier ». Ceux qui sont les plus familiers avec l’Ancien Testament se souviendront d’autres montagnes où la présence de Dieu s’est manifestée dans toute sa gloire ardente : Le mont Sinaï, où la loi a été donnée à Moïse, et le mont Carmel, où Élie triomphe des prophètes de Baal en faisant descendre le feu du ciel pour allumer le sacrifice destiné à produire la pluie après une période de sécheresse. Une troisième montagne est également évoquée : le mont Sion où avait été construit le temple de Salomon. Lors de la dédicace du temple, après que Salomon a prié (comme Jésus et ses disciples au sommet de la montagne), le feu descend du ciel et la gloire du Seigneur remplit le temple.

Les disciples endormis nous rappellent le sommeil d’Abraham, qui se réveille pour voir une torche enflammée traverser ses offrandes, scellant ainsi l’alliance que Dieu conclut avec lui. Dans la Transfiguration, c’est une nouvelle alliance que Dieu conclut avec nous, par la vie, la mort et la résurrection de Jésus. La nuée ardente de gloire nous rappelle la nuée qui conduisait les Hébreux dans le désert et celle qui planait au-dessus de l’Arche dans le tabernacle du Temple. Nous pouvons donc constater que cette histoire est plus complexe qu’il n’y paraît. Jésus est le nouveau récit de l’Exode, le nouveau Moïse, le nouvel Elie, qui résume toute la loi et les prophètes et descend du sommet de la montagne pour accomplir pour nous les exigences de la loi.

La première chose que fait Jésus lors de sa descente est de guérir un petit garçon qui est possédé par un démon. Il semble étrange de faire suivre l’histoire de la Transfiguration par ce passage, mais le tableau de Raphaël qui figure au recto de vos bulletins pourrait rendre le lien plus clair. Jésus plane au-dessus du sommet de la montagne avec Moïse et Élie, sous le regard des trois disciples éblouis. Au pied de la montagne, nous voyons les autres disciples, impuissants à guérir l’enfant possédé tenu dans les bras de son père. L’homme derrière lui lève les bras en signe de désespoir. Mais un disciple à gauche, vêtu d’une robe rouge, montre du doigt, de façon spectaculaire, non pas l’enfant, mais Jésus transfiguré, comme s’il voulait dire aux autres : « C’est ici que nous vaincrons ! Prenez courage, le mal sera détruit à jamais ! » La leçon pratique que nous tirons de la Transfiguration est que le pouvoir de guérison de Jésus et sa compassion pour ceux qui souffrent sont capables d’apporter la victoire même dans les moments les plus tristes de nos vies humaines.

Dans la Transfiguration du Christ, nous ne voyons pas seulement l’ensemble de son ministère résumé en un moment de gloire. Nous voyons aussi la nature humaine du Christ et sa nature divine, également visibles et transparentes l’une envers l’autre. Son corps humain ne change pas. Il sera toujours crucifié le Vendredi saint. Mais ici, ce qui est normalement invisible à nos yeux est rendu visible : le pouvoir du Christ non seulement d’être transfiguré lui-même, mais aussi de transfigurer d’autres êtres humains qui sont faits à l’image de Dieu. C’est ce que nous célébrons aujourd’hui. Le rayonnement a toujours été là : Jésus est la lumière du monde, le Verbe fait chair. Le rayonnement de cette lumière n’a pas toujours été aussi visible qu’il l’était sur la montagne. Les événements actuels en Ukraine et ailleurs peuvent nous empêcher de nous accrocher à notre potentiel humain d’être transfigurés à l’image de la gloire de Dieu. Peut-être que cette petite image de Raphaël peut nous aider à comprendre que, même si les choses sont difficiles, même si le mal semble triompher du bien, même dans la vie de ce petit enfant possédé, nous pouvons toujours lever les yeux vers Jésus et faire confiance à sa puissance et à sa grâce qui rendent notre transfiguration possible.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.