Sermon – Epiphany II

Epiphany II
January 16, 2022
Isaiah 62:1-5 I Corinthians 12:1-11 John 2:1-11

Communication across different cultures has always been a challenge. That’s why one of the first gifts to be given to the church at Pentecost was the gift of tongues: the sudden ability to communicate in a language unknown and unlearned by the speaker. We shouldn’t confuse this with what is now called ‘speaking in tongues’; a practice common in charismatic churches in which the speaker calls out or sings in a language that is presumed to be non-human, that’s to say the language of angels or celestial beings. The task of interpreting biblical passages is perhaps akin to this first ability; the gift of understanding what the author of a biblical text was telling us in their own language, in their own time and in their own cultural context, which are often very far from our own! This is particularly the case with the letters of Paul. It has to be admitted that Paul’s arguments are sometimes difficult to follow. This is due to several problems. The Greek originals are not punctuated, so we don’t know where one sentence ends and another begins. Paul also uses the rhetorical tricks of his time – posing questions and arguing with his imagined opponents, exaggerating their points of view to make their position look ridiculous and appealing to authorities that we know nothing about. Added to this, Paul sometimes (like many preachers since) gets bogged down in his own metaphors and tends to lose track of the point he’s trying to make.

Our reading from his first letter to the Corinthian Christians is all about communication. How does God speak to us? How do we know when God is speaking? How does God speak through his servants to the Church? Paul answers this question by referring to something unexpected. He tells the Corinthians that they used to worship idols, and those idols couldn’t speak at all. He’s not just referring to the fact that idols were made of wood, stone or metal. He tells them those idols were unable to answer their petitioners’ prayers for guidance, or speak to their worshipers gathered in community. The idols were mute in every way, and their silence left their devotees in lonely isolation. In contrast, God in Christ through the Holy Spirit seems to communicate with and through the people too much! Christ, after all, was the Word made flesh, not an idol made flesh.

According to Paul, the Corinthian Christians had become carried away by all the ways in which God was speaking to them, and things had become a little chaotic during their public assemblies. In response to this, Paul tells them that though God speaks through the Holy Spirit in all sorts of ways and through all sorts of people, in the end, the message is entirely consistent. There are all sorts of gifts; many different ways to serve God and many different activities in the Church through which the voice of God can be heard. And every single one of those ways in which God communicates is intended to build up and nourish the community. Some gifts of the Spirit are given to us as individuals, like joy, peace, patience, kindness, gentleness or self-control. They may benefit the community as a whole, but their primary purpose is to set our hearts at peace with God and with one another. The spiritual gifts that Paul speaks about are different. They aren’t given to us as individuals to be hoarded or to be used to show off our spiritual prowess and make other people feel less ‘spiritually advanced’ or less important. They are given for the good of other people. They are given for the upbuilding of the Church. Later in the letter, Paul lists the ways in which those gifts relate to the roles of the members of the church. There are apostles, prophets, teachers, healers, helpers, administrators, linguists, counselors and gifted singers or intercessors. Some are gifted with those talents at birth, and others seem to be moved by miraculous abilities that come and go as God wills. But whatever they are, they are all there for one purpose only; to build us up in mutual love and service of God and our neighbor. After all, there is only one team.

Perhaps the pandemic has left some of us wondering how isolation has affected the way in which our gifts have been used for the building up of our community here at St. Esprit. Though certain of us have had to be more visible than others online, there has not been a moment when this little church has not felt the lack of the gifts that all of you bring when we can be together in person. God will always find a way to speak. And God will find a way to speak that will always be for the good of all of God’s people, not just the ones that happen to be more visible at any one time. The talents that God brought together in the Vestry and staff of the church during this pandemic could not have been dreamt up by humans alone. Your faithfulness in prayer and in online attendance is a gift of patience and kindness and solidarity that you have offered – and continue to offer – to one another. The time will come soon when other gifts will once again be crucial to our common life: hospitality, welcome, conviviality, full and visible participation in the liturgy of the church, arranging the flowers, cleaning the silver, ironing the linens. Paul’s powerful point is this: in God’s loving economy, every one of us is needed, none of us is without a gift to offer so that the profusion of God’s love can be showered on us all.

NJM

 

Le deuxième dimanche après l’Épiphanie                                                  le 16 janvier 2022

Communiquer entre différentes cultures a toujours été un défi. C’est pourquoi l’un des premiers dons qui a été offert à l’église à la Pentecôte est le don des langues : la capacité soudaine à communiquer dans une langue inconnue et non apprise par celui qui la parle. Nous ne devrions pas confondre cela avec ce que l’on appelle maintenant « parler en langues » ; une pratique courante dans les églises charismatiques où l’orateur lance des interpellations ou chante dans une langue présumée non humaine, c’est-à-dire la langue des anges ou des êtres célestes. La tâche d’interpréter des passages bibliques s’apparente peut-être à cette première capacité ; le don de comprendre ce que l’auteur d’un texte biblique nous disait dans sa propre langue, à son époque et dans son propre contexte culturel, souvent très éloigné du nôtre ! C’est particulièrement le cas des lettres de Paul. Il faut admettre que les arguments de Paul sont parfois difficiles à suivre. Cela résulte de plusieurs problèmes. Les originaux grecs ne sont pas ponctués, nous ne savons donc pas où se termine une phrase et où en commence une autre. Paul utilise également des figures rhétoriques de son temps – il pose des questions à, et discute avec ses adversaires imaginaires, en exagérant leurs points de vue pour ridiculiser leur position tout en faisant appel à des autorités dont nous ne savons rien. En plus de cela, Paul parfois (comme de nombreux prédicateurs depuis) ​​s’enlise dans ses propres métaphores et a tendance à perdre de vue le point qu’il essaie de soulever.

Notre lecture de sa première lettre aux chrétiens de Corinthe est entièrement dédiée à la communication. Comment Dieu nous parle-t-il ? Comment savons-nous quand Dieu parle ? Comment Dieu parle-t-il à travers ses serviteurs à l’Église ? Paul répond à cette question en se référant à quelque chose d’inattendu. Il dit aux Corinthiens qu’ils adoraient des idoles et que ces idoles ne pouvaient pas du tout parler. Il ne fait pas seulement référence au fait que les idoles étaient faites de bois, de pierre ou de métal. Il leur dit que ces idoles étaient incapables de répondre à ceux qui priaient pour obtenir des conseils ou de parler à leurs fidèles réunis en communauté. Les idoles étaient muettes à tous égards et leur silence laissait leurs dévots dans un isolement solitaire. En revanche, Dieu en Christ par le Saint-Esprit semble trop communiquer avec et à travers les gens ! Christ, après tout, était la Parole faite chair, pas une idole faite chair.

Selon Paul, les chrétiens de Corinthe s’étaient laissés emporter par toutes les manières dont Dieu leur parlait, et les choses étaient devenues un peu chaotiques lors de leurs assemblées publiques. En réponse à cela, Paul leur dit que bien que Dieu parle par le Saint-Esprit de toutes sortes de manières et à travers toutes sortes de personnes, à la fin, le message est entièrement cohérent. Il y a toutes sortes de dons ; de nombreuses façons différentes de servir Dieu et de nombreuses activités différentes dans l’Église à travers lesquelles la voix de Dieu peut être entendue. Et chacun de ces moyens par lesquels Dieu communique est destiné à édifier et à nourrir la communauté. Certains dons de l’Esprit nous sont offerts en tant qu’individus, comme la joie, la paix, la patience, la gentillesse, la douceur ou la maîtrise de soi. Ils peuvent profiter à la communauté dans son ensemble, mais leur objectif principal est de mettre nos cœurs en paix avec Dieu et les uns avec les autres. Les dons spirituels dont parle Paul sont différents. Ils ne nous sont pas offerts en tant qu’individus pour que nous les mettions de côté ou que nous les utilisions afin de démontrer nos prouesses spirituelles et de faire en sorte que les autres se sentent moins « spirituellement avancés » ou moins importants. Ils sont donnés pour le bien des autres. Ils sont donnés pour l’édification de l’Église. Plus loin dans la lettre, Paul énumère les façons dont ces dons se rapportent aux rôles des membres de l’église. Il y a des apôtres, des prophètes, des enseignants, des guérisseurs, des aides, des administrateurs, des linguistes, des conseillers et des chanteurs ou médiateurs doués. Certains reçoivent ces talents dès la naissance, et d’autres semblent être touchés par des capacités miraculeuses qui vont et viennent comme Dieu le veut. Mais quels que soient ces dons, ils sont tous là dans un seul but ; pour nous édifier dans l’amour mutuel et le service de Dieu et de notre prochain. Après tout, il n’y a qu’une seule équipe.

Peut-être que la pandémie a laissé certains d’entre nous se demander comment l’isolement a affecté la manière dont nos dons ont été utilisés pour l’édification de notre communauté ici à St. Esprit. Bien que certains d’entre nous aient dû être plus visibles que d’autres en ligne, il n’y a pas eu un moment où cette petite église n’a pas ressenti le manque des dons que vous apportez tous lorsque nous pouvons être ensemble en personne. Dieu trouvera toujours un moyen de parler. Et Dieu trouvera une façon de parler qui sera toujours pour le bien de tout le peuple de Dieu, pas seulement ceux qui se trouvent être plus visibles à un moment donné ou à un autre. Les talents que Dieu a réunis dans le consistoire et le personnel de l’église pendant cette pandémie n’auraient pas pu être imaginés seulement par des personnes humaines. Votre fidélité dans la prière et dans la participation en ligne est un don de patience, de gentillesse et de solidarité que vous vous êtes offert – et continuez de vous offrir – les uns aux autres. Le temps viendra bientôt où d’autres dons seront à nouveau cruciaux pour notre vie commune : l’hospitalité, l’accueil, la convivialité, la participation pleine et visible à la liturgie de l’église, l’arrangement des fleurs, le nettoyage de l’argenterie, le repassage du linge. Le point fort de Paul est le suivant : dans l’économie d’amour de Dieu, chacun de nous est nécessaire, aucun de nous n’est sans un don à offrir pour permettre que la profusion de l’amour de Dieu puisse être déversée sur nous tous.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.