Sermon – Épiphanie

Sunday after the Epiphany
January 9, 2022
Isaiah 60:1-6 Ephesians 3:1-12 Matthew 2:1-12

Last Wednesday evening, we looked at some of the background of the story of the arrival of the Magi to pay their respects to the Christ-Child. We discovered the significance of the kingdoms of Midian, Ephah and Sheba mentioned in our reading from Isaiah. Those countries were situated to the south east of Jerusalem, and were important trading posts for precious metals, gems, spices, incense, ebony and textiles traded from India and Africa through the Gulf of Aden to the top of the Red Sea. We also explored the evolution of artistic portrayals of the Magi, from the Catacombs in Rome to modern day Christmas cards. They were initially depicted as three identical beardless men wearing the same ordinary clothes, all of the same race. There was not a camel in sight (there are no camels mentioned in the Matthew account). They were later depicted as a young man, a middle-aged man and an old man, belonging to three races (black, white and Asiatic). They wore crowns and beautiful colorful robes. They were surrounded by a retinue of soldiers, servants and trumpeters, and arrived on noble horses (none of these details are mentioned in Matthew). The fascination with this mysterious incident has led to artists, poets and musicians adding more and more colorful details to it as time has gone by. So much so that we are convinced that the Bible tells us that they were kings and arrived with their gifts riding on camels!

These added details are not just fancy artistic conventions. They developed over time because Matthew’s story wasn’t read in isolation. It was related to passages like the one we heard read from the prophet Isaiah that actually mentions kings and camels. No passage of the Bible can be read in isolation. The book is a sustained poem in which every image relates to another. But what are the images in today’s story intended to stand for? Who are these foreigners, and why do they appear at all? The traditional answer to this question is quickly given. The wise men are not Jewish. They are gentiles who follow a celestial sign to find the baby born to be the King of the world. They are intended to stand for us. We too are the non-Jews who come to adore the baby in the manger. The wise men remind us of the claims of Christ to universality, and hence Christ’s claim over us. The incarnation gathers into its orbit all those who seek the truth that the star symbolizes.

What is more, their journey towards the light resembles ours. Their quest for God is preceded by a vision – perhaps just an idea or a dim premonition. They are filled with a longing for something that they can only guess at. They know that they must set out on a journey whose end is uncertain. Their quest incurs terrible risks, and demands persistence. Do they find what they were expecting? Perhaps not. Their visit to King Herod suggests that they were expecting the star to come to rest over a palace or a temple, and yet they are ultimately led to a squalid stable in a back street of a little-known village. Perhaps they were expecting the child to be born of a renowned or a powerful family, but instead they come face to face with a young Jewish woman and her carpenter husband. Their quest is rewarded by a fuller vision of the mystery that has called them out of their own country and their comfortable surroundings. Matthew tells us that they worship what they find, and offer him the best that they have. After their experience they are called back to their former lives, albeit “by a different way”.

The gifts that they bring give us some sort of clue about their expectations. Their astrological observations had led them to believe that they were setting out on a journey whose goal was to visit a baby born to be the King of the world. They chose the sort of gifts appropriate for someone who has everything. Their gold, frankincense and myrrh call to mind the jewelry or the expensive bottles of perfume advertised in the run up to Christmas. But instead of finding someone who has everything, their quest has led them to someone who seems to need everything. He doesn’t even have a house. Their gifts are a futile gesture, bought out of respect, but nevertheless offered humbly. That is why the Magi have been such an inspiration to poets and artists like Rilke and Botticelli. The Magi’s lives are transformed by the unexpected. They can offer only what they have brought. Nothing will be the same again.

In the end, the story can’t be explained. We come away with a powerful image: these wealthy and exotic Magi kneeling in a straw-filled stable, casting before a poor baby the sort of gifts appropriate for a King. But tradition has transformed those expensive little jujus into symbols of mystical power: the gold as tribute to the King of Kings, the frankincense offered to the High Priest and head of the Church, the myrrh given to the suffering servant who redeemed us through pain and death. The lesson is perhaps this. Nothing inappropriate or irrelevant can be offered to the baby in the manger. We have all set out on our own journeys with our own little bag of tricks. Our talents, our time, our experiences, our suffering and pain; all of these and more have to be laid down in the stable. We can offer only what we have already brought. It is only then that this vulnerable baby can turn what we dare to give into the signs of a new and beautiful world, where nothing is ever quite what it initially seems to be.

NJM

 

Le Dimanche après l’Épiphanie
le 9 janvier 2022

Mercredi soir dernier, nous avons retracé un peu le contexte de l’histoire de l’arrivée des mages qui étaient venus rendre hommage à l’enfant Christ. Nous avons découvert la signification des royaumes de Madian, Éfa et Saba mentionnés dans notre lecture d’Ésaïe. Ces pays étaient situés au sud-est de Jérusalem et étaient d’importants comptoirs commerciaux pour les métaux précieux, les pierres précieuses, les épices, l’encens, l’ébène et les textiles échangés depuis l’Inde et l’Afrique à travers le golfe d’Aden jusqu’au sommet de la mer Rouge. Nous avons également exploré l’évolution des représentations artistiques des mages, des catacombes de Rome aux cartes de Noël modernes. Ils étaient initialement représentés comme trois hommes imberbes identiques portant les mêmes vêtements ordinaires, tous de la même race. Il n’y avait pas de chameau en vue (il n’y a aucun chameau mentionné dans le récit de Matthieu). Ils ont ensuite été représentés comme trois hommes d’un âge différent, un jeune, un homme d’âge moyen et un vieil homme, appartenant à trois races (noir, blanc et asiatique). Ils portaient des couronnes et de belles robes colorées. Ils étaient entourés d’une suite de soldats, de serviteurs et de trompettes, et arrivaient sur de nobles chevaux (aucun de ces détails n’est mentionné dans Matthieu). La fascination pour cet évènement mystérieux a conduit des artistes, des poètes et des musiciens à y ajouter de plus en plus de détails colorés au fil du temps. A tel point que nous sommes convaincus que la Bible nous dit qu’ils étaient des rois et qu’ils sont arrivés avec leurs cadeaux à dos de chameau !

Ces détails ajoutés ne sont pas seulement des conventions artistiques fantaisistes. Ils se sont développés au fil du temps parce que l’histoire chez Matthieu n’a pas été lue de manière isolée. Ils sont liés à des passages comme celui que nous avons entendu du prophète Ésaïe qui mentionne en effet des rois et des chameaux. Aucun passage de la Bible ne peut être lu de façon isolée. Le livre est un poème soutenu dans lequel chaque image se rapporte à une autre. Mais que représentent les images de l’histoire d’aujourd’hui ? Qui sont ces étrangers et pourquoi apparaissent-ils ? La réponse traditionnelle à cette question est rapidement donnée. Les sages ne sont pas juifs. Ce sont des gentils qui suivent un signe céleste pour trouver le bébé qui est né pour être le roi du monde. Leur but est de nous représenter. Nous aussi, nous sommes les non-juifs qui viennent adorer le bébé dans la crèche. Les sages nous rappellent les prétentions du Christ à l’universalité, et donc la prétention du Christ sur nous. L’incarnation rassemble dans son orbite tous ceux qui cherchent la vérité que symbolise l’astre.

De plus, leur cheminement vers la lumière ressemble au nôtre. Leur quête de Dieu est précédée d’une vision – peut-être juste une idée ou une vague prémonition. Ils sont remplis d’un désir ardent de quelque chose qu’ils ne peuvent que deviner. Ils savent qu’ils doivent entreprendre un voyage dont la fin est incertaine. Leur quête comporte des risques terribles et demande de la persévérance. Trouvent-ils ce qu’ils attendaient ? Peut-être pas. Leur visite au roi Hérode suggère qu’ils s’attendaient à ce que l’étoile vienne se reposer au-dessus d’un palais ou d’un temple, et pourtant ils sont finalement conduits vers une étable misérable dans une ruelle d’un village peu connu. Peut-être s’attendaient-ils à ce que l’enfant naisse d’une famille renommée ou puissante, mais au lieu de cela, ils se retrouvent face à face avec une jeune femme juive et son mari menuisier. Leur quête est récompensée par une vision plus complète du mystère qui les a appelés hors de leur propre pays et de leur environnement confortable. Matthieu nous dit qu’ils adorent ce qu’ils trouvent et lui offrent le meilleur de ce qu’ils ont. Après leur expérience, ils sont rappelés à leurs vies antérieures, quoique « d’une manière différente ».

Les cadeaux qu’ils apportent nous donnent une sorte d’indice quant à leurs attentes. Leurs observations astrologiques les avaient amenés à croire qu’ils partaient pour un voyage dont le but était de rendre visite à un bébé qui est né pour être le roi du monde. Ils ont choisi le genre de cadeaux appropriés pour quelqu’un qui a tout. Leur or, leur encens et leur myrrhe rappellent les bijoux ou les flacons de parfum coûteux annoncés à l’approche de Noël. Mais au lieu de trouver quelqu’un qui a tout, leur quête les a conduits à quelqu’un qui semble avoir besoin de tout. Il n’a même pas de maison. Leurs cadeaux sont un geste futile, acheté par respect, mais néanmoins offert avec humilité. C’est pourquoi les mages ont été une telle inspiration pour des poètes et des artistes comme Rilke et Botticelli. La vie des mages est transformée par l’inattendu. Ils ne peuvent offrir que ce qu’ils ont apporté. Plus rien ne sera plus pareil.

Enfin, l’histoire ne s’explique pas. Nous nous retrouvons avec une image puissante : ces mages riches et exotiques agenouillés dans une étable remplie de paille, jetant devant un pauvre bébé le genre de cadeaux appropriés pour un roi. Mais la tradition a transformé ces petites amulettes chères en symboles du pouvoir mystique : l’or en hommage au Roi des Rois, l’encens offert au Grand Prêtre et chef de l’Église, la myrrhe donnée au serviteur souffrant qui nous a rachetés par la douleur et la mort. La leçon est peut-être celle-ci. Rien d’inapproprié ou de non pertinent ne peut être offert au bébé dans la crèche. Nous avons tous entrepris nos propres voyages avec nos petits sacs de tours de passe-passe. Nos talents, notre temps, nos expériences, nos souffrances et nos peines ; tous ces éléments et bien d’autres doivent être déposés dans l’étable. Nous ne pouvons offrir que ce que nous avons déjà emporté. Ce n’est qu’alors que ce bébé vulnérable peut transformer ce que nous osons donner en signe d’un monde nouveau et beau, où rien n’est jamais tout à fait ce qu’il semble être au départ.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.