Sermon – Easter V

EASTER V
May 15, 2022
Acts 11:1-18 Revelation 21:1-16 John 13:31-35

In both French and in English, someone who has a particular way of looking at the world is often said to have ‘an artist’s eye’. We tend to think that this is something that you’re born with rather than something that you can learn to acquire. Even though I have friends who are able to take beautiful photographs of things that I fail to notice or to paint or to draw in ways I could never hope to imitate, I’m not sure that the basic skills of looking at things like an artist are simply inherited and can’t be taught. There’s plenty of advice on line about how you can do this: “Look at your surroundings with the curiosity of a child!” “Focus in on color variations and how the light strikes objects differently!” “Think about the intersection of angles and lines!” “Practice!” Learning to see and interpret what we see was certainly a skill we had to hone during the pandemic, given the fact that we spent so much time in front of two-dimensional screens. How our brains process what we see has been the object of much scientific research in recent years. The way we understand and interpret the world around us depends almost entirely on our sensory perceptions like sight, sound, touch and smell. Sometimes those senses can be deceptive, as in the case of optical illusions or things that look delicious to eat but are in fact poisonous. In fact, learning to use our senses turns out to be just as important as experiencing them.

We have some good examples of this in today’s readings. Peter needed help to interpret his dream-induced vision of a sheet descending from the clouds, filled with unclean animals. Our reading from the Apocalypse is all about a new vision that needs an angel’s voice to interpret it: The word ‘see’ is repeated four times. John’s gospel is characterized by its emphasis on how we see, and the tricks that light and darkness play on our perception and understanding. The opening chapter makes his purpose clear: “The light shines in the darkness, and the darkness has not overcome it.” He tells us that Jesus has come to “Bear witness to the light.” His gospel is full of stories of those who can recognize Jesus as God’s Son, and those who fail to recognize him. Just as in an optical illusion, John is obsessed with those who claim they can see, but cannot see, and those who claim that they cannot see, and yet see. He is the one who tells us about doubting Thomas who will not believe unless he sees the risen Jesus for himself. Two weeks ago, we heard his story of the risen Jesus standing on a beach while the disciples were fishing: “Yet the disciples did not know that it was Jesus.” One of the most important lessons of John’s gospel is that we cannot take seeing for granted. Just as in the case of the artist, we need to be taught how to see. The way we see is often a matter of learned behavior and conscious or unconscious choice. When it comes to spiritual realities – or emotional realities for that matter – we can choose to see or not to see. Sometimes, particularly in the case of optical illusions or those ‘magic eye’ pictures, we need someone to tell us what we are supposed to be looking for before we are able to see it for ourselves. For those beloved members of our congregation who are participating online, how have you grown in the ways that you experience what you see?

Today’s gospel reading is yet another example of John’s obsession with seeing and not-seeing, and our need to be taught how to see. Why on earth does Jesus say that he has been ‘glorified’ precisely at the moment when Judas leaves the room in order to betray him? He says that he will be with the disciples only for a short time longer; the disciples will try to find him, but they will not be able to see where he has gone. In the first ten chapters of this gospel, Jesus performed a series of seven visible signs, and went on to teach his disciples how to interpret them. The greatest ‘sign’ in John’s gospel is the person of Jesus himself. The culmination of his gospel is the sign of the death and resurrection of the the Light of the World. His disciples first interpreted his death as a catastrophe. It seemed like the end. They needed to be taught how to see their own leader: the one who was put to death and then ‘glorified’ by God the Father who raised him from the dead. Jesus gives his disciples the key to understand this mystery when he tells them to love one another. It is only with the eyes of love that we will be able to see the glory of the crucifixion and the resurrection.

Learning to see and learning to love go hand in hand. If you look on the world or your neighbor with the eyes of love, you will be able to see the beauty in them. Like a person who learns to look at things with the eye of an artist, how do we learn to look at the world and at others with the eye of love? First, we recognize that our willingness to see is a matter of choice. When we trust God to open our eyes, God will enable us to see what we currently find invisible. Second, we can use the gifts that God has given us to see love at work in the world. The love of our friends and families, the beauty of nature, art, science, music and poetry all teach us to see with the eyes of love. Third, there are many other things that teach us to see the world as God sees it; prayer, the bible, our worship together. We learn to see through our struggles for justice and fairness in a world marred by war, selfishness and greed. Perhaps we value the opinion and counsel of one particular person who enables us to see things that we can’t see for ourselves. If we pray to learn how to see the world through the eyes of love, we will begin to understand that everything around us can point to the goodness and grace of God who never ceases to call us back to himself.

NJM

 

Le 5e Dimanche de Pâques                                                                                    le 15 mai 2022

En français comme en anglais, on dit souvent de quelqu’un qui a une façon particulière de regarder le monde qu’il a « un œil d’artiste ». Nous avons tendance à penser qu’il s’agit d’un don inné et non d’un don que l’on peut acquérir avec de l’apprentissage. Même si j’ai des amis qui sont capables de prendre de magnifiques photos de choses que je ne remarque pas ou de peindre ou de dessiner d’une manière que je ne pourrais jamais espérer imiter, je ne suis pas sûre que les compétences de base pour voir les choses comme un artiste soient simplement innées et qu’elles ne puissent pas être enseignées. Il y a beaucoup de conseils en ligne sur la façon de le faire : « Regardez votre environnement avec la curiosité d’un enfant ! » « Concentrez-vous sur les variations de couleurs et sur la façon dont la lumière frappe les objets différemment ! » « Pensez à l’intersection des angles et des lignes ! » « Entrainez-vous ! » Apprendre à voir et à interpréter ce que l’on voit était certainement une compétence que nous avons dû affiner pendant la pandémie, étant donné que nous avons passé tellement de temps devant des écrans bidimensionnels. La façon dont notre cerveau traite ce que nous voyons a fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques ces dernières années. La façon dont nous comprenons et interprétons le monde qui nous entoure dépend presque entièrement de nos perceptions sensorielles telles que la vue, l’ouïe, le toucher et l’odorat. Parfois, ces sens peuvent être trompeurs, comme dans le cas d’illusions d’optique ou de choses qui semblent délicieuses à manger mais qui sont en fait toxiques. En fait, apprendre à utiliser nos sens s’avère tout aussi important que d’en faire leur expérience.

Nous en avons quelques bons exemples dans les lectures d’aujourd’hui. Pierre avait besoin d’aide pour interpréter sa vision en rêve d’une feuille descendant des nuages, remplie d’animaux impurs. Notre lecture de l’Apocalypse porte sur une nouvelle vision qui nécessite la voix d’un ange pour l’interpréter : Le mot « voir » est répété quatre fois. L’évangile de Jean se caractérise par l’accent qu’il met sur la manière dont nous voyons, et sur les tours que la lumière et les ténèbres jouent sur notre perception et notre compréhension. Le chapitre d’ouverture précise son propos : « La lumière brille dans l’obscurité, et l’obscurité ne l’a pas arrêtée. » Il nous dit que Jésus est venu pour « rendre témoignage à la lumière ». Son évangile est rempli d’histoires de ceux qui peuvent reconnaître Jésus comme le Fils de Dieu, et de ceux qui ne le reconnaissent pas. Comme dans une illusion d’optique, Jean est obsédé par ceux qui prétendent voir, mais ne peuvent pas voir, et ceux qui prétendent ne pas voir, et pourtant voient. C’est lui qui nous parle de Thomas qui ne croit que ce qu’il voit. En effet, il ne croira pas tant qu’il n’aura pas vu Jésus ressuscité de ses propres yeux. Il y a deux semaines, nous avons entendu son récit sur Jésus ressuscité se tenant sur une plage pendant que les disciples pêchaient : « Pourtant, les disciples ne savaient pas que c’était Jésus. » L’une des leçons les plus importantes de l’évangile de Jean est que nous ne pouvons pas considérer que voir va de soi. Tout comme dans le cas de l’artiste, il faut nous apprendre à voir. La façon dont nous voyons est souvent une question de comportement appris et de choix conscient ou inconscient. Lorsqu’il s’agit de réalités spirituelles – ou de réalités émotionnelles, d’ailleurs – nous pouvons choisir de voir ou de ne pas voir. Parfois, notamment dans le cas d’illusions d’optique ou de ces images « magiques », nous avons besoin que quelqu’un nous dise ce que nous sommes censés chercher avant de pouvoir le voir par nous-mêmes. Pour les membres bien-aimés de notre congrégation qui participent en ligne, comment avez-vous évolué dans votre façon de vivre ce que vous voyez ?

La lecture de l’évangile d’aujourd’hui est un nouvel exemple de l’obsession de Jean sur le voir et le non-voir, et de notre besoin d’apprendre à voir. Mais pourquoi est-ce que Jésus dit-il qu’il a été « glorifié » précisément au moment où Judas quitte la pièce pour le trahir ? Il dit qu’il ne sera avec les disciples que pour peu de temps encore ; les disciples essaieront de le trouver, mais ils ne pourront pas voir où il est parti. Dans les dix premiers chapitres de cet évangile, Jésus a accompli une série de sept signes visibles, et a ensuite enseigné à ses disciples comment les interpréter. Le plus grand « signe » de l’évangile de Jean est la personne même de Jésus. Le point culminant de son évangile est le signe de la mort et de la résurrection de la Lumière du monde. Ses disciples ont d’abord interprété sa mort comme une catastrophe. Elle semblait être la fin. Il fallait leur apprendre à voir de leur propre chef : celui qui a été mis à mort, puis « glorifié » par Dieu le Père qui l’a ressuscité des morts. Jésus donne à ses disciples la clé pour comprendre ce mystère lorsqu’il leur dit de s’aimer les uns les autres. C’est seulement avec les yeux de l’amour que nous pourrons voir la gloire de la crucifixion et de la résurrection.

Apprendre à voir et apprendre à aimer vont de pair. Si vous regardez le monde ou votre prochain avec les yeux de l’amour, vous serez capable de voir la beauté en eux. Comme une personne qui apprend à regarder les choses avec l’œil d’un artiste, comment apprenons-nous à regarder le monde et les autres avec l’œil de l’amour ? Tout d’abord, nous reconnaissons que notre volonté de voir est une question de choix. Lorsque nous faisons confiance à Dieu pour ouvrir nos yeux, il nous permettra de voir ce que nous trouvons actuellement invisible. Deuxièmement, nous pouvons utiliser les dons que Dieu nous a accordés pour voir l’amour à l’œuvre dans le monde. L’amour de nos amis et de nos familles, la beauté de la nature, l’art, la science, la musique et la poésie nous apprennent tous à voir avec les yeux de l’amour. Troisièmement, il y a beaucoup d’autres choses qui nous apprennent à voir le monde comme Dieu le voit : la prière, la Bible, nos offices ensemble. Nous apprenons à voir à travers nos luttes pour la justice et l’équité dans un monde marqué par la guerre, l’égoïsme et la cupidité. Peut-être apprécions-nous l’opinion et les conseils d’une personne en particulier qui nous permet de voir des choses que nous ne pouvons pas voir par nous-mêmes. Si nous prions pour apprendre à voir le monde avec les yeux de l’amour, nous commencerons à comprendre que tout ce qui nous entoure peut indiquer la bonté et la grâce de Dieu qui ne cesse de nous rappeler à lui.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.