Sermon – Easter III

Third Sunday of Easter
April 18, 2021
Acts 3:12-19   I John 3:1-7  Luke 24:36-48

I have to admit that I’m not a big fan of magic shows. Cynthia was telling me about the tricks that her father performed for birthdays, and I admit that her stories won me over somewhat. She made me wonder what it was about those magic shows and magicians I used to dislike so much. I think I distrusted the smug expression on the faces of the magicians. The thing that irritated me most about them was that no matter how carefully I looked, I couldn’t see how they performed their magic tricks. I’m sure that I would have enjoyed it more if they were doing ‘real’ magic – like in Harry Potter. The cleverer the tricks are, the more I’m forced to admit that they have succeeded in totally deceiving me. When the lady is sawn in half, when a member of the audience is seemingly made to float in the air, when the rabbit appears from a handkerchief, I am still too irritated to enjoy the show.  People who like the magic tricks tell me that good magicians are those who are best at knowing how to distract your attention at the very second when they are doing the trick. I am so obsessed with the saw or the handkerchief that I always fail to notice the place where the deception is actually taking place.

What is true for magic tricks is also true for many other experiences in our lives. We can only understand what is happening in our lives when we know where to look. We can comprehend the meaning of our experiences only when we have established a little distance from them. I think that’s why we are hesitant to speak about what we might have learned from the experience of the pandemic, or how its effects will continue to impact our lives. We are often so trapped or frustrated by experiences like these that we fail to see what is really happening. This year, the readings assigned for the Easter Season take up this theme. They all focus on our ability – or inability – to see. Remember the most famous of these stories; the story of the Apostle Thomas? “Because you have seen, you believe,” says Jesus. “But blessed are they who have not seen and yet believe.” Very often in these stories, the disciples see, but they do not believe; or they think they see, and yet they are not actually seeing what is happening at all.

Our three readings today are perfect examples of this. In each one of these readings, the attention of those present is elsewhere. Something impedes them from seeing the operation of God’s power. In Luke’s gospel, the resurrected Christ appears to the apostles, but they are terrified because they think they have seen a ghost. Fear stops them from seeing the risen Christ. Sometimes, the very thing that we initially perceive as terrifying is precisely the experience through which we will come to find peace. The risen Christ says to the Apostles, “Fear not!” and to prove that he is just like them, he shares their meal. It took an act of familiarity – something that they had seen Jesus do with them often – for them to believe what they had only seen once: Jesus raised from the dead.

In the Book of Acts, it is incredulity and astonishment that blinds Peter’s hearers to the power of the risen Christ. Peter heals a lame man through the power of Jesus; that same Jesus who was arrested, beaten, put to a bloody death and laid in a tomb. It is an improbable story. How can a weak and broken person have the power to make another strong and whole? Such an idea runs counter to how we see the world. And yet Peter urges us to try that power for ourselves, so that we too can be healed.

John writes his letter to people who are in danger of being blinded to God’s grace by their state of mind. They are overcome by fear of death and punishment. They are blinded by sense of sin and crippled by guilt. John reassures them by speaking of what we currently are, and what we will be in future. He tells them that we are all blinded by the world in which we live; so much so that it is hard to see anything with clarity. We see only through the lens of punishment, guilt and death. But Christ gives us a glimpse of what we will look like, if only we learn to see.

So, what is it that blinds us to our resurrected and transformed selves? Are we blinded by fear? Are we blinded by a low opinion of ourselves? Do we think so little of ourselves that we are convinced that we can never really succeed or be truly loved? Are we so gripped by guilt over past sin or fear of punishment that we judge ourselves so harshly that we can’t see how beautiful we really are in the eyes of God? Our readings today ask us to look at these parts of our lives through new eyes. We must learn to see again. We have to learn where we are supposed to look.

John tells us to begin this looking by being witnesses to Christ’s transformation of the world. Jesus’ last commandment invited us to go out and make disciples of all nations. Contrary to the job of a magician, we are called to make visible that which is currently invisible. We are called to live as children of God and not as children of the world. And when we live as children of God, we become the lenses through which the improbable dawn of Easter morning can shine on a broken world.

NJM

 

Le 3e dimanche de Pâques                                                                                      le 18 avril 2021

Je dois admettre que je ne suis pas vraiment fan des spectacles de magie. Cynthia m’a raconté les tours de magie que son père faisait pendant les anniversaires et j’avoue que ça m’a plutôt touché. Elle m’a fait me demander ce qui me déplaisait tant dans ces spectacles et les magiciens. Je crois que je ne faisais pas confiance à l’expression satisfaite de leurs visages. La chose qui m’irritait le plus à leur égard était que je pouvais chercher autant que je le voulais, je ne comprenais pas comment il avait fait leur tour. Je suis sûr que ça m’aurait beaucoup plus plu si ça avait été de la ‘vraie’ magie – comme dans Harry Potter. Plus les tours sont inventifs, plus je dois admettre qu’ils ont réussi à complètement me bluffer. Quand la femme est coupée en deux, quand un membre du public semble se mettre à flotter dans les airs, quand un lapin apparait d’un mouchoir, je suis toujours trop irrité pour apprécier le spectacle. Ceux qui aiment les tours de magie me disent que les bons magiciens sont ceux qui savent le mieux attirer votre attention sur autre chose au moment même où ils font leur tour. Je suis tellement obsédé par la scie ou le mouchoir que je ne semble jamais réussir à voir l’endroit où se déroule la supercherie.

Ce qui est vrai pour la magie est aussi vrai pour beaucoup d’expériences dans nos vies. Nous ne pouvons seulement comprendre le sens de ce qu’il se passe dans nos vies quand nous savons où regarder. Nous pouvons comprendre le sens de nos expériences seulement quand nous avons pris un peu de recul. Je crois que c’est pour cela que nous hésitons à parler de ce que nous avons pu apprendre de notre expérience de la pandémie, ou comment ses effets continuerons d’avoir un impact sur nos vies. Nous sommes souvent si enfermés ou frustrés par ce type d’expériences que nous ne réussissons pas à voir ce qu’il se passe vraiment. Cette année, les lectures de la saison de Pâques tournent autour de ce thème. Elles se concentrent toutes sur notre capacité – ou incapacité – à voir. Souvenez-vous de la plus célèbre de ces histoires ; l’histoire de l’apôtre Thomas ? Jésus lui dit : « C’est parce que tu m’as vu que tu as cru », mais il continue par : « Heureuses sont les personnes qui n’ont pas vu et qui croient ! » Très souvent dans ces histoires, les disciples voient, mais ils ne croient pas ; ou bien ils pensent qu’ils voient, et pourtant ils ne voient pas vraiment ce qu’il se passe.

Nos trois lectures aujourd’hui sont de parfaits exemples de cela. Dans chacune de ces histoires, l’attention de ceux qui sont présents est ailleurs. Quelque chose les empêche de voir l’opération du pouvoir de Dieu. Dans l’Évangile de Luc, le Christ ressuscité apparait devant les apportes, mais ils sont terrifiés parce qu’ils pensent avoir affaire à un fantôme. La peur les empêche de voir le Christ ressuscité. Parfois, c’est exactement cette chose que nous percevons d’abord comme terrifiante qui est précisément l’expérience à travers de laquelle nous trouverons la paix. Le Christ ressuscité dit aux apôtres « n’ayez pas peur ! », et pour prouver qu’il est exactement comme eux, il partage leur repas. Il a suffi d’une action familière – quelque chose qu’ils avaient vu Jésus faire avec eux souvent – pour qu’ils croient ce qu’ils n’avaient vu qu’une fois : Jésus ressuscité.

Dans les Actes des Apôtres, c’est l’incrédulité et l’étonnement qui rend l’auditoire de Pierre aveugle au pouvoir du Christ ressuscité. Pierre guérit un boiteux par le pouvoir de Jésus ; ce même Jésus qui a été arrêté, battu, livré à une mort sanglante et mis au tombeau. C’est une histoire improbable. Comment est-ce qu’une personne faible et brisée peut avoir le pouvoir de rétablir une autre personne dans son intégralité ? Une idée comme celle-ci va à l’encontre de notre façon de concevoir le monde. Et pourtant, Pierre nous incite à essayer ce pouvoir par nous-mêmes, pour que nous puissions être guéris.

Jean adresse sa lettre aux gens qui risquent de ne pas voir la grâce de Dieu à cause de leur état d’esprit. Ils sont submergés par la peur de la mort et de la punition. Ils sont aveuglés par le sens du péché et handicapés par la culpabilité. Jean les rassure en parlant de ce que nous sommes actuellement, et ce que nous serons dans le futur. Il leur dit que nous sommes aveuglés par le monde dans lequel nous vivons ; à tel point qu’il est dur de voir quoi que ce soit avec clarté. Nous ne voyons qu’à travers la lentille de la punition, de la culpabilité et de la mort. Mais le Christ nous offre un aperçu de ce que à quoi nous allons ressembler, si enfin nous apprenons à voir.

Alors, qu’est-ce qui nous empêche de voir notre moi ressuscité et transformé ? Sommes-nous aveuglés par la peur ? Sommes-nous aveuglés par une mauvaise opinion de nous-mêmes ? Avons-nous une si piètre opinion de nous-même que nous sommes convaincus que nous ne pourrons jamais vraiment réussir ou être vraiment aimés ? Sommes-nous tellement obnubilés par la culpabilité à cause d’un péché passé ou de la peur de la punition que nous nous jugeons nous-mêmes d’une façon si dure que nous ne pouvons pas voir à quel point nous sommes beaux aux yeux de Dieu ? Nos lectures aujourd’hui nous demandent de regarder vers ces endroits de nos vies à travers ces nouveaux yeux. Nous devons apprendre à voir de nouveau. Nous devons apprendre à savoir où regarder.

Jean nous dit de commencer à regarder en étant les témoins de la transformation du monde par le Christ. Le dernier commandement de Jésus nous a invité à aller et faire des disciples de toutes les nations. Contrairement au travail du magicien, nous sommes appelés à rendre visible ce qui est actuellement invisible. Nous sommes appelés à vivre en tant qu’enfants de Dieu et non en tant qu’enfants du monde. Et lorsque nous vivons en tant qu’enfants de Dieu, nous devenons la lentille à travers laquelle l’improbable aube du matin de Pâques peut briller sur un monde brisé

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.