Sermon – Easter 2020

Easter Sunday                          April 12, 2020

Acts 10:34-43   Colossians 3:1-4  Matthew 28:1-10

Well, I have to say that this is one of the strangest Easter Days I have ever experienced. None of us could have predicted that this is the way our Lent would end! It is hard to believe that only a few weeks ago things were running along what we took to be ‘normal’ lines. The incredible weeks we have been living have filled us all with a mixture of emotions: gratitude for what we have, fear of what we might lose, nostalgia for what used to be, and regret for what cannot be. It continues to make us question our priorities and figure out what is important to us. If someone had told us back in December that we would be living like this, I’m not sure we would have believed them. And yet in the midst of our experience, Easter Day is still Easter Day. It can’t ever be cancelled or delayed, and we need to hear its story and embrace its hope more than ever.

The story of Jesus’ Resurrection faces us with a series of incredible events: it heralds a world which stupefies us with its sheer unthinkability.  The Gospel of Matthew presents us with an empty tomb.  The one whom we thought dead and buried is no longer to be found – the tomb is empty and we do not know where its occupant has gone.  After the Resurrection, Matthew tells us about all the people who claim to have seen Jesus face to face at the most unlikely moments and in the most surprising places. Just as we feel sometimes about our current situation, it all seems like a dream or some sort of fantasy.  The Resurrection story is not a strange dream or a fantasy.  It possesses the power to transform the way we live, and to transform our way of looking at the world.

When we look at the social, political and psychological details surrounding the story of Christ’s resurrection we can see that this is no escapist fantasy devised to entertain us or to distract us from the cares of the world.  The power struggles between the Roman and Jewish authorities have a timeless air of truth about them – politics and international affairs proceed along the same lines today.  Judas’ betrayal and the fickleness of the disciples are all too human to astonish or amaze us.  The details of Jesus’ suffering and death, and the poignant gesture of the women going together to Jesus’ tomb put us in mind of news stories we hear about the burials of those whom we have lost to this dreadful virus. All the tragedy and the absurdity of the human condition can be found in the story of Easter.

It is precisely these elements of the story which make it so believable.  There is an authentic mixture of the tragic and of the hopeful which accompanies it.  Suffering can be found here, but it is accompanied by a transforming power.  We have all probably known such experiences in our lives.  We believe that we will never stop mourning the death of someone we love; but then something happens which brings with it new hope and happiness when we remember the person we have lost.  The bitter-sweetness of Easter morning in the face of our current predicament reminds us of this truth. The story of Christ’s resurrection helps us to penetrate to the heart of our suffering; to face our own mortality and by so doing, find a reason for living.

But on Easter Day, of all days, I don’t want to deprive the story of its magical, miraculous and astonishing elements.  The most beautiful things in life such as compassion, hope, faith and love itself are not capable of being comprehended and analyzed by the human mind.  We ourselves are a collection of miraculous and astonishing things. We hope against hope. We give without counting the cost.  We love bravely and sometimes in the face of daunting odds. Being a truly good human being demands a streak of this sort of madness, and it would be a very sad world indeed if we were permitted to hope only for what is reasonable or feasible.

What do you think was going through the minds of the women as they made their way to the tomb on that first Easter morning?  On the face of it, their gesture seems futile – even a little mad.  They don’t know exactly what they are going to do when they arrive at the tomb, because they know perfectly well that they will not be able to move the heavy stone which blocks its entrance. When they arrive at the tomb they are greeted not by silence and death, but by an earthquake and a radiant angel.  When they leave the scene, they are filled with two emotions which often accompany each other in our own times of deep personal transformation:  fear and joy.  I think that they went to the tomb hoping against all hope that Jesus would be raised from the dead.  I think that they are inviting us on Easter morning to go to the places of death and despair in our own lives, carrying with us the same astonishing hope.  All our clumsy attempts at kindness, all our heartfelt longings to love and be loved are never in vain.  We can imitate the courage of these women.  We can set out like they did, knowing that if we are foolish enough to hope and to believe, we may well find our heart’s desire, and discover to our astonishment that what God gives us surpasses anything that we even dared to hope. So, inspired by those courageous women, I have no feeling of irony or embarrassment in wishing you all a happy and beautiful Easter Day.

NJM

Le jour de Pâques                                                                                                     le 12 avril 2020

Bon, je dois avouer que c’est l’un des plus étranges jours de Pâques de ma vie. Aucun de nous n’aurait pu prédire que notre Carême se finirait ainsi ! C’est dur de croire qu’il y a seulement quelques semaines les choses se déroulaient d’une façon que l’on considérait comme ‘normale’. Les semaines dures à croire que nous vivons nous ont rempli d’un mélange de nombreuses émotions différentes : la reconnaissance pour ce que nous avons, la peur pour ce que nous pourrions perdre, la nostalgie de ce qui était, et le regret pour ce qui ne peut pas être. Cette situation nous fait remettre en question nos priorités et nous force à comprendre ce qui est important pour nous. Si quelqu’un nous avait dit en décembre que nous vivrions comme cela, je ne suis pas sûr que nous les aurions crus. Et pourtant, au milieu de notre expérience, le jour de Pâques reste le jour de Pâques. Il ne pourra jamais être annulé ou repoussé, et nous avons besoin d’entendre cette histoire qui d’étreindre son espérance aujourd’hui plus que jamais.

L’histoire de la Résurrection de Jésus nous met face à des événements incroyables : elle proclame un monde stupéfiant de sa pure inconcevabilité. L’Évangile de Matthieu nous offre une tombe vide. Celui que l’on croyait mort et enterré a disparu – la tombe est vide et nous ne savons pas où est parti son occupant. Après la Résurrection, Matthieu nous parle de ceux qui prétendent avoir rencontré Jésus dans des moments des plus invraisemblables, et dans des endroits surprenants. Un peu comme ce que l’on peut ressentir parfois dans notre situation actuelle. L’histoire de la résurrection n’est pas un rêve étrange, ou une sorte de fantasme. Elle possède le pouvoir de transformer la façon dont nous vivons, et de transformer notre façon de voir le monde.

Quand on regarde les détails sociaux, politiques, et psychologiques qui entourent l’histoire de la Résurrection du Christ, on peut voir qu’il n’y a pas de fantasme d’évasion conçu pour nous divertir ou nous distraire des soucis du monde. Les luttes de pouvoir entre les romains et les autorités juives ont un air de vérité atemporelle – les affaires politiques et internationales suivent les mêmes directions de nos jours. La trahison de Judas et l’inconstance des disciples sont des traits bien trop humains pour nous stupéfier ou nous étonner. Les détails de la souffrance et de la mort de Jésus, et le maigre geste des femmes allant ensemble vers sa tombe nous rappellent les nouvelles que l’on entend sur les enterrements de ceux que nous avons perdus à cause de cet horrible virus. On peut trouver toute l’absurdité et la tragédie de la condition humaine dans l’histoire de Pâques.

C’est précisément ces éléments de l’histoire qui la rendent si crédible. Un authentique mélange du tragique et de l’optimisme l’accompagne. On peut y trouver la souffrance, mais elle est accompagnée d’un pouvoir de transformation. Nous avons tous probablement vécu ces expériences durant notre vie. On croit qu’on ne se remettra jamais de la mort d’un être aimé ; mais ensuite quelque chose arrive, et de nouvelles espérances, de nouvelles joies, accompagnent nos souvenirs de cette personne que nous avons perdue. Le mélange de douceur et d’amertume du matin de Pâques dans notre situation actuelle délicate nous rappelle cette vérité. L’histoire de la résurrection du Christ nous aide à pénétrer au cœur de notre souffrance ; à faire face à notre propre mortalité, et ainsi, à trouver une raison de vivre.

Mais le jour de Pâques, de tous les jours, je ne veux pas priver l’histoire de ses éléments magiques, miraculeux, et stupéfiants. Les plus belles choses de la vie, comme la compassion, l’espoir, la foi, et l’amour lui-même, ne sont pas capables d’être comprises et analysées par l’esprit humain. Nous sommes nous-mêmes une collection de choses miraculeuses et stupéfiantes. On espère contre tout espoir. On donne sans compter. On aime avec bravoure et parfois en dépit de probabilités intimidantes. Être un véritable être humain requiert une tendance à ce type de folies, et cela serait vraiment un triste monde si nos espoirs n’étaient que raisonnables et possibles.

À votre avis, à quoi pensaient les femmes en se dirigeant vers la tombe en ce matin de Pâques ? À première vue, leur action semble futile – même un peu folle. Elles ne savent pas exactement ce qu’elles vont faire quand elles arriveront devant la tombe, parce qu’elles savent pertinemment qu’elles ne pourront pas bouger la lourde pierre qui en bloque l’entrée. Quand elles arrivent devant la tombe, ce n’est pas le silence et la mort qui les accueille, mais un tremblement de terre, ainsi qu’un ange radieux. Et quand elles quittent ce lieu, elles sont remplies de deux émotions qui souvent s’accompagnent dans nos propres moments de profondes transformations personnelles : la peur et la joie. Je pense qu’elles sont allées vers la tombe en espérant, contre tout espérance, que Jésus serait revenu d’entre les morts. Je pense qu’elles nous invitent, au matin de Pâques, à visiter nos propres lieus de mort et de désespérance, et à y emporter avec nous les mêmes espérances stupéfiantes. Toutes nos tentatives maladroites de bonté, tous nos sincères espérances d’aimer et d’être aimé ne sont jamais vaines. Nous pouvons imiter le courage de ces femmes. Comme elles, nous pouvons prendre la route, sachant que si nous sommes assez bêtes pour espérer et croire, nous pourrions bien finir par trouver ce que notre cœur désire, et découvrir, à notre stupéfaction, que ce que Dieu nous donne surpasse tout ce que l’on peut même oser espérer. Alors, suivant l’inspiration de ces femmes courageuses, je ne ressens aucune ironie ou embarras en vous souhaitant à tous un joyeux et merveilleux jour de Pâques.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.