Sermon – Chandeleur

Feast of the Presentation
January 30, 2022
Malachi 3:1-4 Hebrews 2:14-18 Luke 2:22-40

It may not seem like it, but this coming Wednesday is the day when winter is officially half way over. We are almost mid-way between the winter solstice and the spring equinox. All through history, calendar days that correspond to significant positions of the sun or the moon have been imbued with special religious significance. In ancient Rome, this was the day when Persephone, (the goddess of vegetation) was abducted by Hades, the king of the underworld. People would mark the day by carrying lighted candles in the street and looking for the departed goddess. The pagan Celtic festival of Imbolc celebrated the buried life which was starting to stir – the seeds buried in the earth, the lambs in the womb of the ewes. It was also a day to predict the weather: “A la Chandeleur, l’hiver cesse ou reprend vigeur” (on Candlemas, winter ends, or gains in strength). Groundhog Day is the American version of this tradition – if the hibernating groundhog sees its shadow, we are in for another forty days of winter…. The evergreens that remained from the winter celebrations were taken down and burned in a festal bonfire with plenty to drink and pancakes to eat.

Early Christians were quick to take advantage of the significance of the day. It is forty days after the birth of Jesus, and as the first-born son, Jewish law required both him and his mother to make the necessary purification offerings in the temple. While the Holy Family is there, an elderly priest by the name of Simeon recognizes Jesus as the light that God has sent into the world. A new day has dawned: salvation will now be for all people, regardless of race or condition. The early Christians retained many aspects of the pagan celebration of the day. Because of Simeon’s reference to Jesus as the light of the world, people brought candles to church to be blessed. All the candles that were to be used in the church’s celebrations in the year to come were also consecrated in the service. Some Medieval cathedrals lit as many as three hundred candles on the day, and encouraged people to process with them around the streets of the town as symbols of the light that Jesus had brought into the world. That is why we are going to bless our own candles in today’s service.

There’s no better time of year than mid-winter to remind ourselves that Jesus broke the power of sin, and brought new light into the world. Some people exist in a twilight world where there is little hope and few beliefs or lasting values sustain them. We face dark times, with threats of war, the lingering effects of the pandemic, global poverty and climate change. In our own relationships we know that from time to time the light can grow dim, and the encroaching dark can seem hopeless and frightening. The things that encircle us threaten to overpower us, and we feel powerless ourselves to stop them.

Many artists have painted the scene of Mary, Jesus, Joseph, Simeon and Anna in the temple. The theme of a tiny, fragile and swaddled baby in solemn surroundings surrounded by priests, prophets, Mary and Joseph has obviously had a great appeal to painters and iconographers throughout the centuries. All of these paintings have one thing in common: a seemingly powerless infant being marveled over – and even worshiped by those who seem much more powerful than he. One of the most famous of these paintings is the presentation in the Temple by Rembrandt. Rembrandt painted this scene several times – in 1628 and again in 1631. In the earlier of these paintings which you can see on the front of our bulletins, Jesus lies almost inert on Simeon’s left arm while Mary, Joseph and Anna look on. The only detail that lets you know that the baby is the heart of the picture is the extraordinary light that proceeds from his halo.

This strange mixture of frailty and light calls to mind one of the things that we will be doing in a few moments’ time: blessing the candles that we will be using in the year to come. The light from those candles can seem as frail as the child in Simeon’s arms. It isn’t the all-consuming flame of which Malachi speaks: “Who can endure the day of his coming, and who can stand when he appears? For he is like a refiner’s fire and like fuller’s soap; he will sit as a refiner and purifier of silver.” The candles we light in church and in our homes remind us of this gentle flame that comes gradually, that appears frail and liable to be blown out at any moment by the wind. The contrary winds that we endure in our own lives, of war, pandemic, poverty and climate change threaten at every moment to blow out our hopes. But we shouldn’t be fooled. Sometimes the thing that appears most frail is the thing that turns out to be the strongest of all, as Paul says: “My strength is made perfect in your weakness.”

The light from a single little candle on a clear night can be seen from almost two miles away. If you had moderately powerful binoculars, you could see a candle flame ten miles away. Never underestimate the light that shines from within you. In the blessing I will use at the end of our service, we are reminded that we too are called to be lights to our sisters and brothers in the world. May the light of this Candlemas draw you closer to the light of the world, and warm your heart to serve those who feel that their own light is all too frail.

NJM

 

Présentation du Seigneur                                                                                 le 30 janvier 2022

On ne le dirait peut-être pas, mais mercredi prochain l’hiver sera officiellement à moitié terminé. Nous sommes aujourd’hui presque à mi-chemin entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps. Tout au long de l’histoire, les jours du calendrier qui correspondent à des positions significatives du soleil ou de la lune ont été imprégnés d’une signification religieuse particulière. Dans l’antiquité à Rome, c’était le jour où Perséphone, (la déesse de la végétation) était enlevée par Hadès, le roi des enfers. Les gens marquaient ce jour en portant des bougies allumées dans la rue et en cherchant la déesse disparue. La fête celtique païenne d’Imbolc célébrait la vie enfouie qui commençait à se réveiller – les graines enfouies dans la terre, les agneaux dans le ventre des brebis. C’était aussi un jour pour prédire le temps : “A la Chandeleur, l’hiver cesse ou reprend vigueur”. Le jour de la marmotte (Groundhog Day) est la version américaine de cette tradition : si la marmotte en hibernation aperçoit son ombre, nous sommes partis pour quarante jours d’hiver supplémentaires…. Les sapins qui restaient de la saison des fêtes étaient abattus et brûlés dans un feu de joie festif, avec beaucoup à boire, et des crêpes à manger.

Les premiers chrétiens n’ont pas tardé à tirer parti de la signification de ce jour. Quarante jours après la naissance de Jésus, et en tant que premier-né, la loi juive exigeait que sa mère et lui fassent les offrandes de purification nécessaires au Temple. Alors que la Sainte Famille est au Temple, un vieux prêtre du nom de Siméon reconnaît en Jésus la lumière que Dieu a envoyée dans le monde. Un jour nouveau s’est levé : le salut sera désormais pour tous les hommes, sans distinction de race ou de condition. Les premiers chrétiens ont conservé de nombreux aspects de la célébration païenne de ce jour. En raison de la référence de Siméon à Jésus comme étant la lumière du monde, les gens apportaient des bougies à l’église pour qu’elles soient bénies. Toutes les bougies qui devaient être utilisées dans les célébrations de l’église au cours de l’année à venir étaient également consacrées au cours du service. Certaines cathédrales médiévales allumaient jusqu’à trois cents bougies ce jour-là, et encourageaient les gens à se promener avec elles dans les rues de la ville pour symboliser la lumière que Jésus avait apportée au monde. C’est pourquoi nous allons bénir nos propres bougies au cours de l’office d’aujourd’hui.

Il n’y a pas de meilleur moment de l’année que le milieu de l’hiver pour nous rappeler que Jésus a brisé le pouvoir du péché et a apporté une nouvelle lumière dans le monde. Certaines personnes vivent dans un monde crépusculaire où il y a peu d’espérance et où peu de croyances ou de valeurs durables les soutiennent. Nous sommes confrontés à des temps sombres, avec des menaces de guerre, les effets persistants de la pandémie, la pauvreté mondiale et le changement climatique. Dans nos propres relations, nous savons que, de temps à autre, la lumière peut s’affaiblir et que l’obscurité qui s’installe peut sembler désespérante et effrayante. Les choses qui nous entourent menacent de nous dominer, et nous nous ressentons que nous n’avons aucune force pour les arrêter.

De nombreux artistes ont peint la scène de Marie, Jésus, Joseph, Siméon et Anne dans le temple. Le thème d’un bébé minuscule, fragile et emmailloté dans un cadre solennel, entouré de prêtres, de prophètes, de Marie et de Joseph, a manifestement exercé un grand attrait sur les peintres et les iconographes au fil des siècles. Toutes ces peintures ont un point commun : un bébé apparemment impuissant est émerveillé – et même adoré – par ceux qui semblent beaucoup plus puissants que lui. L’une des plus célèbres de ces peintures est la présentation au temple de Rembrandt. Rembrandt a peint cette scène plusieurs fois, en 1628 et en 1631. Dans le premier de ces tableaux, que vous pouvez voir en couverture de nos bulletins, Jésus est allongé, presque inerte, sur le bras gauche de Siméon, sous le regard de Marie, Joseph et Anne. Le seul détail qui permet de savoir que l’enfant est le cœur du tableau est l’extraordinaire lumière qui émane de son auréole.

Cet étrange mélange de fragilité et de lumière nous rappelle l’une des choses que nous allons faire dans quelques instants : bénir les bougies que nous utiliserons au cours de l’année à venir. La lumière de ces bougies peut sembler aussi fragile que l’enfant dans les bras de Siméon. Ce n’est pas la flamme dévorante dont parle Malachie : « Quelqu’un pourra-t-il survivre lorsqu’il arrivera ? Quelqu’un restera-t-il debout lorsqu’il apparaîtra ? Car il sera comme le feu qui affine le métal, comme le savon du blanchisseur. Il s’installera pour éliminer les déchets et enlever les impuretés comme on raffine de l’or et de l’argent. » Les cierges que nous allumons à l’église et dans nos maisons nous rappellent cette douce flamme qui vient progressivement, qui semble frêle et susceptible d’être soufflée à tout moment par le vent. Les vents contraires que nous subissons dans nos propres vies, de guerre, de pandémie, de pauvreté et de changement climatique menacent à chaque instant de souffler nos espérances. Mais nous ne devons pas être dupes. Parfois, la chose qui semble la plus fragile est celle qui s’avère être la plus forte de toutes, comme le dit Paul : « Ma puissance s’accomplit au sein de la faiblesse. »

Par une nuit claire, la lumière d’une seule petite bougie peut être vue à près de trois kilomètres de distance. Si vous aviez des jumelles de puissance moyenne, vous pourriez voir la flamme d’une bougie à 16 kilomètres de distance. Ne sous-estimez jamais la lumière qui brille en vous. Dans la bénédiction que j’utiliserai à la fin de notre service, il nous est rappelé que nous aussi sommes appelés à être des lumières pour nos sœurs et frères dans le monde. Puisse la lumière de cette Chandeleur vous rapprocher de la lumière du monde et réchauffer votre cœur pour servir ceux qui ont le sentiment que leur propre lumière est trop fragile.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.