Sermon – Bastille Day

Pentecost VII / Bastille
July 11, 2021
II Samuel 6:1-19 Ephesians 1:3-14 Mark 6:14-29

The Bible – a bit like the French, (as you may recall on the occasion of their national holiday) has a rather complex relationship with the concept of royalty. At times, the virtues of kings or queens are celebrated, and at times their faults lead the institution itself to be distrusted and despised. In our reading from the Hebrew scriptures, we heard of king David’s celebrations on the occasion of the installation of the Ark of the Covenant in his capital city, Jerusalem. In the New Testament reading from Mark’s gospel, we heard of king Herod and his grotesque birthday party that ended with the beheading of John the Baptist. Over the last few weeks, our readings from the Hebrew scriptures have described the struggle between the pro-monarchy and the anti-monarchy factions in the choice of a king to rule over the people. There were those who wanted to be ‘like other nations’ who had Pharaohs and emperors, and those who said that the only king that the Hebrews needed was God himself.

One interesting aspect of those readings has been the verses that the compilers of the church lectionary have chosen to leave out. We often get a story that seems very straightforward (like today), only to discover on reading a passage in its entirety that this simplification has favored a pro-monarchy version of the story and left out the parts of the narrative that give a much more nuanced picture. Today’s missing verses from II Samuel tell us that David put the ark on an ox-cart (instead of the Levites carrying it by its poles), and when the ox stumbled, God struck one of King David’s servants to death when he tried to stop it from falling to the ground on its way to Jerusalem. David was determined to transport the Ark of the Covenant into his political capital, but the death of Uzzah gave him pause.

Those who compiled the final version of these stories in the Hebrew Scriptures knew that the earthly monarchs of Israel would all eventually fail. The northern kingdom of Israel fell to the Assyrians, and the southern kingdom of Judah fell to the Babylonians within a hundred years of each other. The Jews would never have their own independent autonomous king again. The lesson we can draw from these nuanced stories in the two books of Samuel is clear. Claiming God and the Bible for your own program is unwise and dangerous: whether that program be monarchy, nationalism, secularism, democracy, freedom, liberty, equality and fraternity or any other system that human beings devise.

To understand the story a bit more deeply, we need to ask ourselves what the Ark of the Covenant stood for, and what it contained. Firstly, the Bible tells us that it was topped by two cherubim with their wings outstretched. The space between the outstretched wings was known as the Mercy Seat – the place where God spoke directly to Moses and Aaron. The Ark is a symbol of God’s immediate presence with God’s people: it isn’t a political tool that human beings can use with impunity. Where the Ark was, God was. David wanted it in his newly conquered capital, and set out to transport it there without the direct permission of God to do so.

Secondly, we all probably know that the Ark contained the two tablets of the Law; what we think of as the Ten Commandments. Once again, David sees it as a symbol of authority – a monarch’s authority to establish moral order in their kingdom. But the Ark isn’t a symbol of human morality either. The book of Hebrews in the New Testament tells us that the tables of the Law weren’t the only things that the Ark contained. It also contained a golden pot with manna inside it, and Aaron’s rod – the miraculous flowering branch that symbolized not just the authority of the Levitical priesthood, but God’s power to intervene and save his people.

We can now see that the Ark isn’t a political symbol. Neither is it a symbol of the moral requirements of the Law. Wherever the Hebrews took the Ark something miraculous happened. It is associated with abundant harvests enjoyed by a people living in peace with God and in peace with each other. People looked to the Ark to provide guidance, because it was the place where God appeared. Earthly rulers of the nations of every sort – from tyrannical kings to self-serving presidents – often use religious symbolism to bolster their power. That is as true of a secular society as it is true of a more overtly religious one. God’s authority lies in his provision for his people. No one should go hungry. All should be fed. No one should be enslaved. Each should receive their dignity as children of the one God who made them.

We cannot ‘force’ God to dwell with us and be limited by and subservient to the systems that we have devised for our own governance. God in Christ willingly comes to dwell with us. He comes to us not because of any initiative of our own, but because his love for us impels him to take on our flesh and blood in order to lead us back home. His majesty isn’t the majesty of an earthly king. It is a majesty born of humility and meekness. Mary becomes the new Ark of the Covenant. She isn’t a symbol of political or moral authority. The new Ark of the Covenant is the body of a young woman who said to the angel of the annunciation, “May what you have said be done to me.” By imitating her humility and her love, we ourselves can become Arks that carry the abundant blessings of God to a world in need.

NJM

 

Le septième Dimanche après la Pentecôte | Fête nationale                             le 11 juillet 2021

La Bible – un peu comme les Français, (comme vous vous en souvenez peut-être à l’occasion de leur fête nationale) a un rapport assez complexe avec la notion de royauté. Parfois, les vertus des rois ou des reines sont célébrées, et parfois leurs fautes conduisent à se méfier et à mépriser l’institution elle-même. Dans notre lecture des Écritures hébraïques, nous avons entendu parler de la célébration organisée par le roi David à l’occasion de l’installation de l’Arche d’Alliance dans sa capitale, Jérusalem. Dans la lecture du Nouveau Testament de l’Évangile de Marc, nous avons entendu parler du roi Hérode et de sa fête d’anniversaire grotesque qui s’est terminée par la décapitation de Jean-Baptiste. Au cours des dernières semaines, nos lectures des Écritures hébraïques ont décrit la lutte entre les factions pro-monarchie et anti-monarchie dans le choix d’un roi pour régner sur le peuple. Il y avait ceux qui voulaient être « comme les autres nations » qui avaient des pharaons et des empereurs, et ceux qui disaient que le seul roi dont les Hébreux avaient besoin était Dieu lui-même.

Un aspect intéressant de ces lectures sont les versets que les compilateurs du lectionnaire de l’Église ont choisi de laisser de côté. Nous obtenons souvent une histoire qui semble très simple (comme aujourd’hui), pour découvrir à la lecture d’un passage dans son intégralité que cette simplification a favorisé une version pro-monarchique de l’histoire et a laissé de côté les parties du récit qui démontrent une image beaucoup plus nuancée. Les versets manquants d’aujourd’hui du deuxième livre de Samuel nous disent que David a mis l’arche sur une charrette à bœufs (plutôt que les Lévites la portent par ses barres), et lorsque le bœuf a trébuché, Dieu a frappé à mort Ouza, l’un des serviteurs du roi David, lorsqu’il a essayé de retenir la chute de l’Arche sur le chemin de Jérusalem. David était déterminé à transporter l’Arche d’Alliance dans sa capitale politique, mais la mort d’Ouza l’a fait réfléchir.

Ceux qui ont compilé la version finale de ces histoires dans les Écritures hébraïques savaient que les monarques terrestres d’Israël finiraient tous par échouer. Le royaume du nord d’Israël est tombé aux mains des Assyriens, et le royaume du sud de Judée est tombé aux mains des Babyloniens à cent ans d’intervalle. Les Juifs n’auraient plus jamais leur propre roi autonome indépendant. La leçon que nous pouvons tirer de ces histoires nuancées dans les deux livres de Samuel est claire. Revendiquer Dieu et la Bible pour son propre programme est imprudent et dangereux : que ce programme soit la monarchie, le nationalisme, la laïcité, la démocratie, la liberté, l’égalité et la fraternité ou tout autre système conçu par les êtres humains.

Pour comprendre un peu plus l’histoire, nous devons nous demander ce que représentait l’Arche d’Alliance et ce qu’elle contenait. Premièrement, la Bible nous dit qu’elle était chevauchée par deux chérubins aux ailes déployées. L’espace entre les ailes déployées était connu comme le siège de la miséricorde – l’endroit où Dieu a parlé directement à Moïse et à Aaron. L’Arche est un symbole de la présence immédiate de Dieu auprès du peuple de Dieu : ce n’est pas un outil politique que les êtres humains peuvent utiliser en toute impunité. Là où était l’Arche, Dieu était. David l’a voulu dans sa capitale nouvellement conquise et a entrepris de l’y transporter sans la permission directe de Dieu de le faire.

Deuxièmement, nous savons tous probablement que l’Arche contenait les deux tablettes de la Loi ; ce que nous considérons comme les dix commandements. Une fois de plus, David le voit comme un symbole d’autorité – l’autorité d’un monarque pour établir l’ordre moral dans son royaume. Mais l’Arche n’est pas non plus un symbole de la moralité humaine. L’Épitre aux Hébreux dans le Nouveau Testament nous dit que les tables de la Loi n’étaient pas les seules choses que l’Arche contenait. Il contenait également un pot d’or avec à l’intérieur de la manne et le bâton d’Aaron – la branche fleurie miraculeuse qui symbolisait non seulement l’autorité de la prêtrise lévitique, mais le pouvoir de Dieu d’intervenir et de sauver son peuple.

Nous pouvons maintenant voir que l’Arche n’est pas un symbole politique. Ce n’est pas non plus un symbole des exigences morales de la Loi. Partout où les Hébreux ont emmené l’Arche, quelque chose de miraculeux s’est produit. Il est associé aux récoltes abondantes dont jouit un peuple vivant en paix avec Dieu et en paix les uns avec les autres. Les gens se tournaient vers l’Arche pour les guider, car c’était l’endroit où Dieu est apparu. Les dirigeants terrestres des nations de toutes sortes – des rois tyranniques aux présidents égoïstes – utilisent souvent le symbolisme religieux pour renforcer leur pouvoir. C’est aussi vrai d’une société laïque que c’est vrai d’une société plus ouvertement religieuse. L’autorité de Dieu réside dans sa mise à disposition pour son peuple. Personne ne devrait avoir faim. Tous devraient être nourris. Personne ne devrait être asservi. Chacun doit recevoir sa dignité d’enfant du Dieu unique qui l’a fait.

Nous ne pouvons pas « forcer » Dieu à habiter avec nous et être limités et soumis aux systèmes que nous avons conçus pour notre propre gouvernance. Dieu en Christ vient volontiers habiter avec nous. Il vient à nous non pas grâce à une initiative de notre part, mais parce que son amour pour nous le pousse à prendre notre chair et notre sang pour nous ramener chez nous. Sa majesté n’est pas la majesté d’un roi terrestre. C’est une majesté née de l’humilité et de la douceur. Marie devient la nouvelle Arche d’Alliance. Elle n’est pas un symbole d’autorité politique ou morale. La nouvelle Arche d’Alliance est le corps d’une jeune femme qui dit à l’ange de l’Annonciation : « que tout se passe pour moi selon ta parole. » En imitant son humilité et son amour, nous pouvons devenir nous-mêmes des arches qui portent les abondantes bénédictions de Dieu vers un monde dans le besoin.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.