Sermon – Baptism of Our Lord

Epiphany I Baptism of Our Lord

January 10, 2021

Genesis 1:1-5 Acts 19:1-7 Mark 1:4-11

As a parish priest, you rarely get to see what happens in other churches on a Sunday morning. I sometimes think that it would be interesting to see what happens in other parishes: to hear someone else preach or worship in a different language. But then I have a sneaky thought. If my Sunday mornings were free, would I regularly attend church at all? What would it be like to hang out in pajamas and read the paper, go for a hike or join a hobby club? Would my church-going just be an activity or a pastime like all of these? Of course, given the pandemic it’s possible to attend church in your pajamas at the moment, or do some other activity while YouTube plays in the background, but I’m happy you’re with us however you’re dressed and whatever else you might be doing! I mention this because there is actually a much more interesting side to this state of affairs. The pandemic has had a rather unexpected consequence. It is now possible for a parish priest to see what happens in many other churches in our diocese or around the world, thanks to the streaming and recording of their services. In fact, it is possible for all of us to see what’s happening elsewhere; and not only to see what’s happening, but to join in. Joris and I will be preaching for the French congregation at the American Cathedral in Paris in the next two weeks, and I hope to invite their priest to preach for us in the near future. A new and promising connection that perhaps would never have happened were it not for the pandemic. 

Of course, I can take a good guess about what might be going on in other Episcopal Churches. After all, we share the use of the Episcopal Book of Common Prayer, and the tradition is familiar to us. At St. Esprit, we use a different language than the vast majority of our Diocese, and sometimes the concerns of Anglophone churches in their own American context can seem a little distant to a Francophone congregation whose members are drawn from all over the world; even though we all live under the same government. But when I have followed the services in other churches in our diocese, I have been struck by how much we have in common. The danger, of course, lies in critically comparing what ‘they’ do to what ‘we’ do. I’m sure that is familiar to everyone: after all, when we could attend different churches in person it was always tempting to find the context, the size of the church and the way they conducted services very strange compared with what we are used to at St. Esprit. Are they doing the liturgy ‘right’? Are the hymns well chosen? Is the minister personable? Live-streaming and recording have added another layer to this critical observation. How is their sound system? Are the worship materials accessible? How is their camera work and lighting? The more technical things have become, the more we can sometimes find to criticize.

And that is a pity. Because if we look at things in this way, we have confused church with another hobby or pastime, and we’ve lost sight of the one thing that really matters. This is the unique opportunity of the pandemic, and perhaps one that will endure even when we can meet in person. We can learn to look with compassion on the worship of other churches and celebrate what we have in common. After all, we are all passing through the same pandemic. 

Today we remember the most important thing that holds us together. It is not our joint struggle to cope with Covid-19. It is not the fact that we are living in the same nation. We are not primarily held together by a nation, by political affiliation, the changing whims of fashion or our response to the hot news topic of the moment. Our baptism didn’t give us a new hobby or pastime. It didn’t introduce us to an interesting ‘club’. Our baptism engaged us in the great saving work of Christ, and puts us in a new relationship to God, to creation and to each other. 

We saw what those relationships can look like in practice when we renewed our promises today. We promised to meet regularly together, to resist evil, to live lives characterized by love, to serve Christ in each other and strive for justice and peace, respecting the dignity of every person. We promised to forgive each other when we make mistakes. Given the pandemic, the threat of climate change and the events of last week, these promises and ways of engaging with God, the environment and each other couldn’t be more urgent than in the times in which we are living. 

A final practical point, and perhaps one that will remind us in the coming week of the promises we made today. If you are participating in this service and living in New York City, we are connected in more ways than through the electrical pulsations that make the internet possible. The New York City drinking water supply system is the largest unfiltered water supply in the United States. We are all linked to the same bodies of water from which it’s drawn. We are all linked by the water pipes that bring that water to our apartments. I drink from the same water as you do. That is the water we use for baptisms. Each time you turn on your faucets this week, give thanks not only for the pure water we share, but remember also the shared promises of baptism that link us together, wherever we are.

NJM

Le baptême de notre Sauveur         le 10 janvier 2021

En tant que prêtre, vous avez rarement l’occasion de voir ce qu’il se passe dans d’autres églises le dimanche matin. Je pense parfois qu’il serait intéressant de voir ce qu’il s’y passe : entendre quelqu’un d’autre prêcher ou prier dans une autre langue. Mais ensuite, j’ai une pensée sournoise. Si mes dimanches matins étaient libres, est-ce que j’irais régulièrement à l’église ? Comment ça serait de passer du temps en pyjama à lire le journal, faire une randonnée ou rejoindre un club de loisirs ? Est-ce que mon assistance à l’église serait juste une activité ou un passe-temps comme tout cela ? Bien sûr, étant donné la pandémie, il est possible d’aller à l’église en pyjama pour le moment, ou de faire une autre activité pendant que YouTube joue en arrière-plan, mais je suis heureux que vous soyez avec nous quelle que soit votre tenue et quoi que vous fassiez ! Je le mentionne car il y a en fait un côté beaucoup plus intéressant à cet état de fait. La pandémie a eu une conséquence plutôt inattendue. Il est maintenant possible pour un prêtre de voir ce qu’il se passe dans de nombreuses autres églises de notre diocèse ou du monde entier, grâce à la diffusion et à l’enregistrement de leurs services. En fait, il est possible pour nous tous de voir ce qu’il se passe ailleurs ; et pas seulement pour voir ce qu’il se passe, mais aussi pour nous y joindre. Joris et moi prêcheront pour la congrégation française à la cathédrale américaine de Paris dans les deux prochaines semaines, et j’espère inviter leur prêtre à prêcher pour nous dans un proche avenir. Une connexion nouvelle et prometteuse qui ne se serait peut-être jamais produite sans la pandémie.

Bien sûr, je peux faire une bonne estimation de ce qu’il pourrait se passer dans d’autres Églises épiscopales. Après tout, nous partageons l’utilisation du livre épiscopal de la prière commune, et la tradition nous est familière. À Saint-Esprit, nous utilisons une langue différente de celle de la grande majorité de notre diocèse, et parfois les préoccupations des églises anglophones dans leur propre contexte américain peuvent sembler un peu lointaines à une congrégation francophone dont les membres sont issus du monde entier ; même si nous vivons tous sous le même gouvernement. Mais lorsque j’ai suivi les offices dans d’autres églises de notre diocèse, j’ai été frappé par tout ce que nous avons en commun. Le danger, bien sûr, réside dans la comparaison critique de ce qu ’« ils » font comparé à ce que « nous » faisons. Je suis sûr que cela est familier pour tout le monde : après tout, quand nous pouvions participer aux offices de différentes églises en personne, il était toujours tentant de trouver le contexte, la taille de l’église et la façon dont ils dirigeaient les services très étranges par rapport à ce à quoi nous sommes habitués à Saint-Esprit. Font-ils la liturgie « correctement » ? Les hymnes sont-ils bien choisis ? Le ministre est-il sympathique ? La diffusion en direct et l’enregistrement ont ajouté une autre couche à cette observation critique. Comment est leur système audio ? Le matériel du culte est-il accessible ? Comment fonctionnent leur caméra et leur éclairage ? Plus les choses sont devenues techniques, plus nous pouvons parfois trouver à critiquer.

Et c’est dommage. Parce que si nous regardons les choses de cette manière, nous avons confondu l’église avec un autre hobby ou un passe-temps, et nous avons perdu de vue la seule chose qui compte vraiment. C’est l’occasion unique de la pandémie, et peut-être une occasion qui perdurera même quand nous pourrons nous rencontrer en personne. Nous pouvons apprendre à regarder avec compassion le culte des autres églises et célébrer ce que nous avons en commun. Après tout, nous traversons tous la même pandémie.

Aujourd’hui, nous nous souvenons de la chose la plus importante qui nous unit. Ce n’est pas notre lutte commune pour faire face au Covid-19. Ce n’est pas le fait que nous vivons dans la même nation. Nous ne sommes pas principalement liés par une nation, par une affiliation politique, par les caprices changeants de la mode ou par notre réponse au sujet d’actualité brûlant du moment. Notre baptême ne nous a pas donné de nouveaux hobbies ou passe-temps. Cela ne nous a pas mis en relation avec un « club » intéressant. Notre baptême nous a engagés dans la grande œuvre salutaire du Christ et nous place dans une nouvelle relation avec Dieu, avec la création et les uns avec les autres.

Nous avons vu à quoi peuvent ressembler ces relations dans la pratique lorsque nous avons renouvelé nos promesses aujourd’hui. Nous avons promis de nous réunir régulièrement, de résister au mal, de vivre une vie caractérisée par l’amour, de servir le Christ les uns dans les autres et de lutter pour la justice et la paix, dans le respect de la dignité de chaque personne. Nous nous sommes promis de nous pardonner lorsque nous commettons des erreurs. Compte tenu de la pandémie, de la menace du changement climatique et des événements de la semaine dernière, ces promesses et ces façons d’engager avec Dieu, l’environnement et les uns avec les autres ne pourraient pas être plus urgentes qu’au temps que nous vivons.

Un dernier point pratique, et peut-être qui nous rappellera dans la semaine à venir les promesses que nous avons faites aujourd’hui. Si vous participez à ce service et vivez à New York, nous sommes connectés de plus de manières que par les signaux électriques qui rendent Internet possible. Le système d’approvisionnement en eau potable de la ville de New York est le plus grand approvisionnement en eau non filtrée des États-Unis. Nous sommes tous liés aux mêmes plans d’eau dont il est tiré. Nous sommes tous liés par les conduites d’eau qui amènent cette eau à nos appartements. Je bois de la même eau que vous. C’est l’eau que nous utilisons pour les baptêmes. Chaque fois que vous ouvrez vos robinets cette semaine, rendez grâces non seulement pour l’eau pure que nous partageons, mais rappelez-vous aussi des promesses partagées du baptême qui nous unissent, où que nous soyons.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.