Sermon – All Saints

All Saints
1 November 2020

Revelation 7: 9-17
1 John 3: 1-3
Matthew 5: 1-12

This year we are lucky in one thing at least: All Saints Day coincides with a Sunday, so we are able to celebrate it on the day assigned to it in the calendar. In the late twentieth century, something called ‘All Saints Sunday’ was introduced, acknowledging that it was such an important festival that it could be transferred to a Sunday: a day normally reserved only for Christ-centered celebrations. As the years have gone by, I have grown to like the feast of All Saints more and more. Perhaps this is because I have understood it better the longer I have been a minister; but maybe it’s just because I’m older. I have more and more people to remember with love and affection on this day. All Saints is a feast that conjures up many memories. We remember those whom we have loved and see no longer. We also commemorate the saints of the past; those who are part of the communal memory of all those who call themselves Christians.

But it is not intended to be a day when we simply launch into a roll call of past heroes. The Church has sometimes used it for that purpose, reading out lists of the Apostles, martyrs, the saints of the Middle Ages and the Reformation, the great missionaries of the nineteenth century and finishing up with the men and women of faith and conviction in the twentieth century. Today, we remember all these people as children of God; regardless of their status, their class, their nationality or their ethnicity. On All Saints Day, we see ourselves as members of a divine society that is unlimited by the constraints of time or place. Paul calls every single Christian a ‘saint’ in his letters, and so we might also remember the special people in our lives today; a friend, a teacher, a doctor, a mentor or a person who has helped us to better understand our kinship in a God of Love. I know that today some members of our beloved fellowship are very much alive in our memories: Rush, Marjorie, Herndon and Hugo among them.

Is it our service today simply an occasion to say ‘thank you’ to God for such people? I think this is a crucial part of the feast of All Saints, but it is by no means the only reason that we commemorate this day. I have already mentioned the fact that All Saints Day gives us a sense of our connection with the past and with each other. The Bible speaks of the Communion of Saints. In our communion service, we join our voices with those whom we remember who now rejoice to see God face to face. As we gather together at the altar, those things that separate us are laid aside; we are part of the eternal present from which God sees the world. We don’t yet know such closeness to God, and so we also remember the saints or the Christians of the past because they present us with a challenge. How do we bear witness in our own day to the God that they served? How do we bring the word of God to a world where greed, fear and violence seem to have the last word? Examples from the past may help us to better serve God in the present. But they also give us insights into how to draw closer to a God who can sometimes feel very distant indeed; especially in times of uncertainty or even times of outright persecution. How did the holy people of the past deal with their own dark circumstances and their own doubts and fears? How did they cope with suffering or persecution? What would they do in our current situation?

Halloween and All Saints Day are closely associated with each other. Sometimes the traditions of Halloween threaten to overshadow the beauty and the fragility of our memories of those whom we have loved and lost. But perhaps it is better to see it this way. Halloween evokes the dark side of our natures, and even saints have their dark side. Not all of them were likeable – in fact some of them were difficult, stubborn, arrogant or just plain strange. Halloween is an ambiguous celebration; just as ambiguous as some of those saints. There is a struggle between light and darkness, and sometimes that struggle takes place in deep and invisible places; in those places in ourselves that we least understand. The move from Halloween to All Saints Day reminds us that many a saint’s story has begun with darkness, despair or persecution. Those saints, just like us, have had to pass through those places in order to find God.

The Book of Common Prayer says that All Saints Day stands for “the unity of Christians of all ages, countries and races in Christ, and the perfection of that unity in heaven.” The pandemic has been an isolating experience for many of us. All Saints reminds us that we are never alone: neither in our despairs or in our joys. The saints who have gone before us are cheering us on. They can see the battle from above. Marjorie and Rush and the others we have loved and lost are telling us “Take courage! You’re not alone. Love has the final victory. Join with us in the victory song!”

Our community here at Saint Esprit is privileged to have had such people among us. We all have a story to tell, and All Saints Day reassures us that each one of those stories forms a part of the Great Story of the liberation of all humankind. One day we will come to a place where sorrow and mourning will be no more. In the meantime, we read Matthew’s Beatitudes and see in them echoes of our own frailty and uncertainty. But Jesus calls us blessed: blessed are those who mourn, for they have had something precious to lose. Blessed are those who dare to risk loss, only they can possibly know love. May your memories today bring you not only comfort, but also the strength to continue to bear witness to the triumph of our God of Love, whatever the future may bring.

NJM

La Toussaint
Dimanche 1er novembre 2020

Cette année, il y a au moins une chose pour laquelle nous pouvons nous considérer chanceux : la Toussaint tombe un dimanche ! Nous pouvons donc la célébrer le jour-même, en accord avec le calendrier. C’est à la fin du XXe siècle que le « Dimanche de la Toussaint » a été introduit, reconnaissant qu’il s’agissait d’une fête si importante qu’elle ne pouvait se dérouler qu’un dimanche : un jour normalement réservé uniquement aux célébrations qui tournent autour du Christ. Au fur et à mesure des années, j’ai appris à apprécier de plus en plus cette fête. Peut-être que c’est parce que je la comprends de mieux en mieux grâce à mes années de prêtrise ; ou peut-être que c’est juste parce que je suis plus vieux. Il y a de plus en plus de gens dont je me souviens avec amour et affection en ce jour. La Toussaint est principalement une fête qui nous rappelle énormément de souvenirs. Nous nous souvenons de ceux que nous avons aimés et ne voyons plus. Nous commémorons aussi les Saints du passé ; ceux qui font partie de la mémoire commune de tous ceux qui se considèrent Chrétiens.

Mais ce n’est pas censé être un jour où nous nous lançons simplement dans une lecture de listes des héros du passé. L’Église a parfois utilisé ce jour pour cela, pour lire la liste des Apôtres, des Martyrs, des Saints du Moyen-Âge et de la Réforme, des grands missionnaires du XIXe siècle, pour enfin finir avec les hommes et les femmes de la Foi et de la conviction du XXe siècle. Aujourd’hui, nous nous souvenons de tous ces gens comme les enfants de Dieu ; quels que soient leur statut, leur classe sociale, leur nationalité ou leur ethnicité. Le jour de la Toussaint, nous nous imaginons comme les membres d’une société divine qui ne connait aucune limite temporelle ou géographique. Paul appelle chaque Chrétien un ‘Saint’ dans ses lettres, donc nous pouvons aussi nous souvenir des gens spéciaux de notre vie ; un ami, un enseignant, un docteur, un conseiller ou une personne qui nous a aidé à mieux comprendre notre parenté avec un Dieu d’amour. Je sais qu’aujourd’hui, certains membres de notre bien-aimée fraternité sont bien vivants dans nos mémoires : Rush, Marjorie, Herndon et Hugo parmi eux.

Est-ce que notre office aujourd’hui est simplement une occasion d’adresser un ‘merci’ à Dieu pour ces gens ? Je pense que c’est une partie cruciale de la fête de la Toussaint, mais ce n’est en aucun cas la seule raison de commémorer ce jour. J’ai déjà mentionné le fait que le jour de la Toussaint nous aide à ressentir notre lien avec le passé et les autres. La Bible parle de la Communion des Saints. Dans notre office de la Sainte Communion, nous joignons nos voix à celles de ceux dont nous nous souvenons et qui maintenant se réjouissent de voir Dieu face à face. Alors que nous nous rassemblons devant l’Autel, ces choses qui nous séparent sont mises de côté ; nous faisons partie du présent éternel d’où Dieu voit le monde. Nous ne connaissons pas encore une telle proximité avec Dieu, alors nous nous souvenons aussi des Saints ou des Chrétiens du passé parce qu’ils nous offrent un défi. Comment pouvons-nous nous faire aujourd’hui les témoins du Dieu qu’ils servaient ? Comment pouvons-nous transmettre la parole de Dieu à un monde où l’avarice, la peur et la violence semblent avoir le dernier mot ? Les exemples du passé peuvent nous aider à mieux servir Dieu dans le présent. Mais ils nous offrent aussi un aperçu de la façon dont nous pouvons nous rapprocher d’un Dieu qui parfois semble en effet vraiment lointain ; surtout lors de moments d’incertitudes ou même purement et simplement de persécutions. Comment est-ce que les gens saints du passé supportaient leurs sombres circonstances et leurs doutes et leurs peurs ? Comment est-ce qu’ils surmontaient leurs souffrances ou leurs persécutions ? Que feraient-ils dans notre situation actuelle ?

Les fêtes d’Halloween et de la Toussaint sont souvent associées. Parfois, les traditions d’Halloween menacent d’éclipser la beauté et la fragilité des souvenirs de ceux que nous avons aimés et perdus. Mais peut-être qu’il vaut mieux voir les choses ainsi : Halloween est une célébration ambiguë ; toute aussi ambiguë que certains de ces Saints. Il y a une lutte entre la lumière et l’obscurité, et parfois cette lutte se déroule dans des endroits lointains et invisibles ; ces endroits en nous que nous comprenons le moins. Le passage d’Halloween à la Toussaint nous rappelle que beaucoup d’histoires de Saints ont commencé dans l’obscurité, la désespérance ou la persécution. Ces Saints, tout comme nous, ont dû traverser ces endroits afin de trouver Dieu.

Le Livre de la prière commune dit que la Toussaint représente « l’unité des chrétiens de tous âges, pays et races en Christ, et la perfection de cette unité dans le ciel ». La pandémie a été une expérience isolante pour beaucoup d’entre nous. Tous les Saints nous rappellent que nous ne sommes jamais seuls : ni dans notre désespérance, ni dans notre joie. Les Saints qui nous ont précédés nous encouragent. Ils peuvent voir le combat d’en haut. Marjorie et Rush et les autres que nous avons aimés et perdus nous disent : « Prenez courage ! Vous n’êtes pas seul. L’amour aura la victoire finale. Rejoignez avec nous le chant de la victoire ! »

Nous avons eu ici dans notre communauté à Saint-Esprit le privilège d’avoir ce type de personnes parmi nous. Nous avons tous une histoire à raconter, et le jour de la Toussaint nous rassure que chacune de ces histoires forme une partie de la grande histoire de la libération de l’humanité. Un jour nous irons dans un endroit où le chagrin et le deuil n’existeront plus. En attendant, nous lisons les béatitudes de Matthieu et nous y voyons des échos de notre propre fragilité et incertitude. Mais Jésus dit que nous sommes bénis : bénis ceux qui sont en deuil, car ils ont eu quelque chose de précieux à perdre. Bénis ceux qui osent risquer de perdre, seulement eux peuvent connaître l’amour. Que vos souvenirs aujourd’hui ne vous apportent non seulement le réconfort, mais aussi la force de continuer à témoigner du triomphe de notre Dieu d’amour, quoi que le futur apporte.

NJM V. FR. FS

Posted in sermons.