Sermon – AGM

Easter III
May 1, 2022
Acts 9:1-6 Revelation 5:11-14 John 21:1- 19

In nineteen ninety-eight, churches and organizations associated with the flight of French refugees during the wars of religion in the fifteen hundreds commemorated the four-hundredth anniversary of the promulgation of the Edict of Nantes. Before the Edict (and after its revocation by Louis XIV), thousands of French people fled their homeland to seek refuge in any country that would take them. St. Esprit and the Huguenot Society of America arranged a series of celebrations that welcomed visitors from all over the world. One of those visitors was Lady Monson, the President of the Huguenot Society of Great Britain and Northern Ireland. She wore a pendant in the shape of a Huguenot cross with its little dove hanging underneath it, and it was carved in an opalescent material. It looked quite old; as if it had been made in the seventeenth century by country craftsmen. When I asked her about it, she told me the following story. Several years ago, a friend of hers went on holiday to Tahiti. She was due to take a boat trip from the local port, but the sea was too rough for the fishermen to put their boats out to sea. When bad weather makes it impossible to fish, the fishermen carve the opalescent interiors of abalone shells into various shapes and designs. In the eighteen sixties, a young French woman came to Tahiti to work as a missionary. The woman was a French Huguenot and taught the fishermen how to carve abalone shells into Huguenot crosses.

At the time, her little story reminded me that we are linked to many other churches and organizations throughout the world. The symbol we have in our stained-glass window is one that is recognized by many people the world over, and reminds us today that we are not a small isolated congregation or society, but a small part of a worldwide family. We have all passed through those two years of pandemic together. During that time, the Huguenot cross in our window has been seen by so many people all over the world; thanks to our online services. On this Sunday of our Annual General Meeting, it is worth reminding ourselves as we slowly emerge from the pandemic of how we have used our freedom to worship and our ability to broadcast our services during that time. Now that the dust is settling, we can ask ourselves the following important questions: what will we make of the faith and the resources we enjoy and share? What did the pandemic teach us about togetherness? What is Jesus calling us to do now?

Our Gospel reading today gives us some clues. Just like Lady Monson’s pendant, it spoke to us of the life of simple fishermen – those fishermen who were disciples of Jesus. John tells us that they had been fishing all night, but had caught nothing. As the dawn began to break, they saw a figure standing on the shore, but did they failed to recognize that it was Jesus. It is only when Jesus calls to them and tells them where to find a catch of fish that they realize that their teacher and their Lord has come back to them.

Why doesn’t Jesus reveal himself more dramatically? It seems odd that the risen Christ’s first piece of advice on seeing his disciples was to give them some very mundane fishing tips. I have to confess to being a bit disappointed. The story begins with some boring dialogue: Simon Peter said, “I’m going fishing.” The other disciples said, “We’ll go with you.” The dawn breaks, and Jesus’s first words state the obvious, “It doesn’t look to me like you caught anything.” Why does Jesus concern himself with locating a shoal of fish rather than manifesting himself to his disciples by appearing to them in his post-resurrection glory?

This simple story is placed here by John for a reason. His Gospel has just recounted the thrilling events of the resurrection and the first appearances of Jesus to his disciples in the upper room where they were praying. John is now saying to us that our daily lives and our daily tasks are holy too – though they are not always suffused with the dazzling light of resurrection glory. Our so-called success isn’t measured by how well we can celebrate big occasions or pull off novelty programs. As we emerge from the pandemic in the year to come, my hope and prayer for our little church is that our ordinary day-to-day tasks will continue to speak to others of the glory of God. I know that many of us are tired. The pandemic began with a bang; almost overnight we had to close the church down for public worship. But it won’t end with a bang. We will be as gentle with others as the risen Jesus was with his disciples. Whether you chose to return in person or continue to join us online, your faithfulness is what makes St. Esprit the community that it is. We will continue to do faithfully what we have always done, even if that faithfulness is now accessible to many more people thanks to our presence online. Our full-scale receptions and in-person French lessons will resume in time. But wherever the next year takes us, I hope we won’t forget one of the most precious lessons the pandemic taught us. No task – however small or mundane – is incapable of being filled with the radiance of the risen Christ. All we need to do is to faithfully cast our (inter)nets, and let Jesus be responsible for the catch.

NJM

 

3e Dimanche de Pâques – AGM                                                                                 le 1er mai 2022

En mille neuf cent quatre-vingt-dix-huit, les églises et organisations dont l’histoire est liée à la fuite des réfugiés français pendant les guerres de religion des années quinze cents ont commémoré le quatre-centième anniversaire de la promulgation de l’édit de Nantes. Avant l’édit (et après sa révocation par Louis XIV), des milliers de Français ont fui leur pays pour trouver refuge dans n’importe quel pays qui voulait bien les accueillir. St. Esprit et la société huguenote d’Amérique ont organisé une série de célébrations qui ont accueilli des visiteurs du monde entier. L’un de ces visiteurs était Lady Monson, la présidente de la Société huguenote de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord. Elle portait un pendentif en forme de croix huguenote avec sa petite colombe suspendue en dessous sculpté dans un matériau opalescent. Ce pendentif avait l’air assez ancien, comme s’il avait été fabriqué au XVIIe siècle par des artisans de campagne. Lorsque je l’ai interrogée à ce sujet, elle m’a raconté l’histoire suivante. Il y a plusieurs années, une de ses amies est partie en vacances à Tahiti. Elle devait faire une excursion en bateau depuis le port local, mais la mer était trop agitée pour que les pêcheurs puissent mettre leurs bateaux en mer. Lorsque le mauvais temps empêche de pêcher, les pêcheurs sculptent l’intérieur opalescent des coquilles d’ormeau pour leur donner des formes et des motifs variés. Dans les années 1860, une jeune femme française est venue à Tahiti pour travailler comme missionnaire. Cette femme était une huguenote française et a appris aux pêcheurs à sculpter les coquilles d’ormeau en croix huguenote.

À l’époque, sa petite histoire m’a rappelé que nous sommes liés à de nombreuses autres églises et organisations dans le monde entier. Le symbole incrusté dans notre vitrail est reconnu par de nombreuses personnes dans le monde entier et nous rappelle aujourd’hui que nous ne sommes pas une petite congrégation ou société isolée, mais une petite partie d’une famille mondiale. Nous avons tous traversé ensemble ces deux années de pandémie. Pendant ce temps, la croix huguenote de notre vitrail a été vue par tant de personnes dans le monde entier, grâce à nos services en ligne. En ce dimanche d’assemblée générale annuelle, il est bon de se rappeler, alors que nous sortons lentement de la pandémie, comment nous avons utilisé notre liberté de culte et notre capacité à diffuser nos services pendant cette période. Maintenant que la poussière retombe, nous pouvons nous poser les questions importantes suivantes : que ferons-nous de la foi et des ressources dont nous jouissons et que nous partageons ? Qu’est-ce que la pandémie nous a appris sur la solidarité ? Qu’est-ce que Jésus nous appelle à faire maintenant ?

Notre lecture de l’Évangile d’aujourd’hui nous donne quelques indices. Tout comme le pendentif de Lady Monson, il nous parle de la vie de simples pêcheurs – ces pêcheurs qui étaient des disciples de Jésus. Jean nous raconte qu’ils avaient pêché toute la nuit, mais n’avaient rien attrapé. Alors que l’aube commençait à poindre, ils ont vu une silhouette se tenir sur le rivage, mais ils n’ont pas su reconnaître que c’était Jésus. Ce n’est que lorsque Jésus les appelle et leur indique où trouver une prise de poissons qu’ils réalisent que leur maître et leur Seigneur est revenu parmi eux.

Pourquoi Jésus ne se révèle-t-il pas de manière plus spectaculaire ? Il semble étrange que le premier conseil que le Christ ressuscité a donné à ses disciples en les voyant ait été des conseils de pêche très banals. Je dois avouer que je suis un peu déçu. L’histoire commence par un dialogue ennuyeux : Simon Pierre dit : « Je vais à la pêche. » Les autres disciples répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » L’aube se lève, et les premiers mots de Jésus sont évidents : ‘Il me semble que vous n’avez rien attrapé.’ Pourquoi Jésus se préoccupe-t-il de localiser un banc de poissons plutôt que de se manifester à ses disciples en leur apparaissant dans sa gloire post-résurrection ?

Cette simple histoire est placée ici par Jean pour une raison. Son Évangile vient de relater les événements palpitants de la résurrection et les premières apparitions de Jésus à ses disciples dans la chambre du haut où ils priaient. Jean nous dit maintenant que notre vie et nos tâches quotidiennes sont également saintes – même si elles ne sont pas toujours imprégnées de la lumière éblouissante de la gloire de la résurrection. Notre soi-disant succès ne se mesure pas à notre capacité à célébrer les grandes occasions ou à mettre en place des programmes novateurs. Alors que nous émergeons de la pandémie au cours de l’année à venir, mon espoir et ma prière pour notre petite église est que nos tâches quotidiennes ordinaires continuent à parler aux autres de la gloire de Dieu. Je sais que beaucoup d’entre nous sont fatigués. La pandémie a commencé avec fracas : du jour au lendemain, nous avons dû fermer l’église au culte public. Mais elle ne se terminera pas par un coup d’éclat. Nous serons aussi doux avec les autres que Jésus ressuscité l’a été avec ses disciples. Que vous ayez choisi de revenir en personne ou de continuer à nous rejoindre en ligne, c’est votre fidélité qui fait de St. Esprit la communauté qu’elle est. Nous continuerons à faire fidèlement ce que nous avons toujours fait, même si cette fidélité est désormais accessible à beaucoup plus de personnes grâce à notre présence en ligne. Nos grandes réceptions et nos cours de français en personne reprendront en temps voulu. Mais où que l’année prochaine nous mène, j’espère que nous n’oublierons pas l’une des leçons les plus précieuses que la pandémie nous a enseignées. Aucune tâche – aussi petite ou banale soit-elle – n’est incapable d’être remplie de l’éclat du Christ ressuscité. Tout ce que nous avons à faire, c’est de jeter fidèlement nos filets de connexion, et de laisser Jésus se charger de la prise.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.