Sermon – Afrique Fête

Pentecost IX / Afrique-fête
July 25, 2021
II Samuel 11:1-15 Ephesians 3:14-21 John 6:1-21

Though the time when Europeans and North Americans could be forgiven for knowing very little about Africa is now long past, there are still many who continue to believe that Africa is the name of one country, and not the name of a continent at all. If you have never been to Africa, Africa has certainly come to you. Anyone who owns a mobile phone is carrying a little bit of the Democratic Republic of the Congo in their pocket; the country is the primary exporter of coltan, a metal used to manufacture tantalum capacitors for computers. From oil and copper to coffee, olives and textiles, African exports (which we often take for granted) make up a vital sector of the global economy. None of us can afford to think of another continent as ‘over there’; our lives are all profoundly enmeshed with each other.

Africa is in fact one of the most diverse continents on earth, containing snow-clad mountains, dry deserts and lush tropical jungles. In fact, the continent comprises over sixty countries. Those countries have a combined total of over forty official languages and contain hundreds of tribal groups. Many in our congregation are aware of that diversity, and some of our African members speak at least four different languages. That is why Francophonie is so important in Africa – it helps a diverse people to communicate with each other. If you are lucky enough to visit a country in Africa or to have lived there, one of the first things that strikes you after the warmth of your welcome is how open and diverse those countries turn out to be. St. Esprit is fortunate to reflect some of the beauty of that diversity in its membership. Through our support of the diocese of Goma in Eastern Congo, the line between our life at St. Esprit and the lives of our sisters and brothers seven thousand miles away has been erased. The pandemic that we have all been living through has impacted everyone; our brothers and sisters in the Congo and other African countries perhaps more severely because of a lack of access to vaccines and healthcare. The death of our beloved brother and mission partner, Bishop Desiré of Goma this time last year is still a heavy blow.

The bible is no stranger to the themes I have mentioned. Juda and Israel are located on a major trade route that brought to their doors the political, social and economic lives of people in Asia, Africa and Europe. The Bible begins in the book of Genesis by stating that we are all children of God and descend from the same ancestor. In our reading from the book of Ephesians, Paul speaks of our belonging to each other. That city was just as diverse as the City of New York today. It too was at the crossroads of three continents and the little church community there contained those who were Jewish by birth, and those who were Gentiles. Paul was determined to remind the members of that church that no matter what blood-line they belonged to, they were all now one in the only blood-line that matters: the blood-line flowing from Christ’s loving death on the cross. To Paul there was no two-tier system, with the Jewish Christians receiving more honor than the pagan Christians. He wrote: “I bow my knees before the Father, from whom every family in heaven and on earth takes its name.” (Eph. 3:14) There are no second-class citizens in the Kingdom of God. We are redeemed by the blood of the same Savior, who loves us all equally.

But there is more to this theme than a simple recognition of our common humanity and our respective human rights. If that were the case, we would be doing no more and no less than many of the other secular organizations dedicated to the same purposes. Paul reminds us that this is not just a moral or social imperative. We are bound to each other because we were created by a God of Love. Look how many times Paul mentions love in this central passage of his letter! Our diversity is a source of strength, not a cause of division. It is something that we cherish, because God created us in that way. At Saint Esprit, we are very fortunate in having such occasions as these to celebrate. We are here with thankful hearts to praise the God who created us just as we are. God could have chosen to make us all the same, but he didn’t. Unless we learn to love each other and depend on each other, we cannot fully share the riches to be found in God. That was the substance of Paul’s prayer for the Ephesians: “I pray that you may have the power to comprehend, with all the saints, what is the breadth and length and height and depth, and to know the love of Christ…. so that you may be filled with all the fullness of God.” (Ephesians 3:18-19)

During the pandemic, we have been deprived of one of the most important ways of beginning to comprehend the depth of God’s love for us through the celebration together of the Eucharist. This is something that only the Church can do. It is a far cry from secular programs of diversity awareness or racism training. It is the primary way in which we share in our common identity as God’s children; each of us joining together in offering back to God what God has so generously given to us. Through it, we are renewed, and all of creation with us is bound together in love. Without each other, we cannot be ourselves. Like you, I long for the day when we can see each other’s faces again on occasions like this, and recognize in each other our common longing to be filled with all the fullness of God.

NJM

Le 9e Dimanche après la Pentecôte | Afrique Fête                                          le 25 juillet 2021

Bien que l’époque où l’on pouvait pardonner aux Européens et aux Nord-Américains d’en savoir très peu sur l’Afrique soit maintenant révolue, nombreux sont ceux qui continuent de croire que l’Afrique est le nom d’un pays et non celui d’un continent. Si vous n’êtes jamais allé en Afrique, l’Afrique est certainement venue vers vous. Quiconque possède un téléphone portable a un peu de République Démocratique du Congo dans sa poche ; le pays est le premier exportateur de coltan, un métal utilisé pour fabriquer des condensateurs tantales utilisés dans les ordinateurs. Du pétrole et du cuivre au café, aux olives et aux textiles, les exportations africaines (que nous considérons souvent comme acquises) constituent un secteur vital de l’économie mondiale. Aucun de nous ne peut se permettre de considérer un autre continent comme « là-bas » ; nos vies sont toutes profondément liées les unes aux autres.

L’Afrique est en réalité l’un des continents les plus divers de la planète, comprenant des montagnes enneigées, des déserts secs et des jungles tropicales luxuriantes. En effet, le continent comprend plus de soixante pays. Il existe plus de quarante langues officielles dans ces pays et des centaines de groupes tribaux y habitent. Beaucoup dans notre congrégation sont conscients de cette diversité, et certains de nos membres africains parlent au moins quatre langues. C’est pourquoi la francophonie est si importante en Afrique – elle aide les communautés diverses à communiquer les unes avec les autres. Si vous avez la chance de visiter un pays d’Afrique ou d’y avoir vécu, l’une des premières choses qui vous frappe après la chaleur de l’accueil que vous y recevez est l’ouverture et la diversité de ces pays. St. Esprit a la chance de refléter une partie de la beauté de cette diversité en ses membres. Grâce à notre soutien offert au Diocèse de Goma dans l’Est du Congo, la frontière entre notre vie à Saint-Esprit et la vie de nos sœurs et frères à plus de onze mille kilomètres de nous a été effacée. La pandémie que nous avons tous traversée a eu un impact sur tout le monde ; peut-être plus sévèrement sur nos frères et sœurs du Congo et d’autres pays africains en raison du manque d’accès aux vaccins et aux soins de santé. La mort de notre frère bien-aimé et partenaire de mission, l’évêque Désiré de Goma à la même époque l’année dernière reste un grand choc.

La Bible n’est pas étrangère aux thèmes que j’ai mentionnés. La Judée et Israël étaient situés sur une route commerciale majeure qui a mené à leurs portes la vie politique, sociale et économique des peuples d’Asie, d’Afrique et d’Europe. La Bible commence dans le livre de la Genèse en déclarant que nous sommes tous des enfants de Dieu et que nous descendons du même ancêtre. Dans notre lecture de l’Épitre aux Ephésiens, Paul parle de notre appartenance les uns aux autres. Cette ville était aussi diversifiée que la ville de New-York aujourd’hui. Elle était aussi au carrefour de trois continents et la petite communauté ecclésiale là-bas comprenait des Juifs et des Gentils. Paul était déterminé à rappeler aux membres de cette église que, quelle que soit la lignée à laquelle ils appartenaient, ils faisaient désormais tous partie de la seule lignée qui compte : la lignée qui découle de la mort aimante du Christ sur la croix. Pour Paul, il n’y avait pas de système à deux vitesses où les chrétiens juifs recevaient plus d’honneur que les chrétiens païens. Il a écrit : « C’est pourquoi je me mets à genoux devant Dieu, le Père, dont dépendent toutes les générations dans les cieux et sur la terre. » (Eph. 3:14) Il n’y a pas de citoyens de seconde classe dans le Royaume de Dieu. Nous sommes rachetés par le sang du même Sauveur, qui nous aime tous autant.

Mais il y a plus à découvrir dans ce thème qu’une simple reconnaissance de notre humanité commune et de nos droits humains respectifs. Si tel était le cas, nous ne ferions ni plus ni moins que beaucoup d’autres organisations laïques dédiées aux mêmes objectifs. Paul nous rappelle qu’il ne s’agit pas seulement d’un impératif moral ou social. Nous sommes liés les uns aux autres parce que nous avons été créés par un Dieu d’Amour. Regardez combien de fois Paul mentionne l’amour dans ce passage central de son épitre ! Notre diversité est une source de force et non une cause de divisions. C’est quelque chose que nous chérissons, parce que Dieu nous a créés de cette façon. A Saint-Esprit, nous avons énormément de chance de devoir célébrer de telles occasions. Nous et nos cœurs reconnaissants sommes présents pour louer le Dieu qui nous a créés tels que nous sommes. Dieu aurait pu choisir de nous faire tous pareils, mais il ne l’a pas fait. Si nous n’apprenons pas à nous aimer les uns les autres et à dépendre les uns des autres, nous ne pourrons pas partager pleinement les richesses qui se trouvent en Dieu. Telle était la substance de la prière de Paul pour les Ephésiens : « ainsi vous aurez la force de comprendre, avec tous ceux qui appartiennent à Dieu, combien l’amour du Christ est large et long, haut et profond. Et vous connaîtrez alors son amour… et vous serez ainsi comblés de toute la plénitude de Dieu. » (Ephésiens 3:18-19)

Pendant la pandémie, nous avons été privés de l’un des moyens les plus importants de commencer à comprendre la profondeur de l’amour que Dieu nous porte à travers la célébration de l’Eucharistie ensemble. C’est quelque chose que seule l’Église peut faire. On est loin des programmes laïques de sensibilisation à la diversité ou au racisme. C’est la principale manière dont nous partageons notre identité commune en tant qu’enfants de Dieu ; chacun de nous s’unissant pour offrir en retour à Dieu ce que Dieu nous a si généreusement donné. Nous sommes renouvelés par celle-ci, et toute la création avec nous est liée dans l’amour. Sans l’autre, nous ne pouvons pas être nous-mêmes. Comme vous, j’aspire au jour où nous pourrons à nouveau nous revoir lors d’occasions comme celle-ci, et reconnaître l’un en l’autre notre désir commun d’être rempli de toute la plénitude de Dieu.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.