Sermon – Afrique Fête

Pentecost 8 / Afrique fête
July 31, 2022
Hosea 11:1-11 Colossians 3:1-11 Luke 12:13-21

Our Afrique Fête is one of my favorite Sundays of the year. It’s not just the conviviality of the occasion, and our celebration of, and support for the members of our church with deep connections to Africa that moves me. This Sunday also reminds me that we are part of a family that extends well beyond our own front doors, stretching across the Atlantic Ocean to our partners and friends in Africa and beyond. This is especially true this year as all the bishops of the Anglican Communion are meeting in England where the Archbishop of Canterbury’s first speech to the assembled bishops was in French. The bishops will also address the legacy of the age of European colonialism and empire building, and the lingering repercussions of that age for the thirty-eight provinces of the Anglican Communion.

Israel and Judah lived at the crossroads of two parts of the ancient world that built and lost successive empires: Egypt and Mesopotamia. Hosea speaks of those empires in the reading we heard from that prophet. God tells him that the cruel empires of Egypt and Assyria will no longer oppress and exploit the children of Israel. They will return from exile, led back home by the loving voice of God himself. This passage, dating from about 730 BC reminds us that empires of every age have seen themselves as civilizing forces, and yet all too often they have plundered the countries that they have invaded and exploited and hoarded their resources for themselves.

Jesus tells his disciples a parable about the selfish hoarding of resources in Luke chapter twelve. It is the only one of his parables in which God has a speaking role. In this parable, God says to the rich man: “Fool! This night your soul is required of you; and the things you have prepared, whose will they be?” God’s sudden intervention is all the more striking because up to this point in the story we have only heard from the rich man. We do not hear from his wife, his sons, the people who work in his fields or his neighbors. Just like the leaders of many empires, the rich man is in a closed little world of his own. He carries on conversations with himself: “What shall I do, for I have nowhere to store my crops?” He even has a conversation with his own soul: “Soul, you have ample goods laid up for many years; take your ease, eat, drink, be merry.” The man’s wealth has given him a sense of complete security. He is the beginning and end of his own world. He can write his own story just as he pleases. In a few lines, Jesus gives us a picture of an egocentric businessman who has no time for anyone or anything else. He believes himself to be the master of his own destiny; until God breaks into the story and brings the foolish man’s plans to nothing.

This week, we had the privilege of speaking to the Rev Dr Kahwa Njojo, Rector of the Anglican University in Butembo, Democratic Republic of the Congo. He told us of the scarcity of those things that in this country we take for granted: a reliable electrical grid, a dependable internet connection, basic medical supplies and a good education for the priests that are in such short supply in that part of the world. At St. Esprit we are fortunate to count among our brothers and sisters those who know something about those conditions. They have enabled us to put our own abundance in perspective, and to think of the ways in which we can share God’s love with each other. The parable Jesus told is not about abundance in itself. The rich man’s greed arises from a perception of scarcity; a perception which is driven by anxiety and fear. Our fear can blind us to the abundance of what we have. The rich fool’s money was given to him – you remember that he became rich because of a good harvest. Things might have been very different had God sent a drought. Everything we have, we have been given by a generous and loving God. We are stewards, not lords. The comfortable and the rich sometimes need reminding that they cannot live in a world of their own. Viewed in this way, wealth gives you the illusion that you have sole control over your own life. The illusion lies in the idea that we can possess money or houses or celebrity. It therefore comes as a shock to us to know that it is God who writes our story, and not us. We can possess nothing – God possesses us. Death makes nonsense of any other possession. Our only real security comes from trusting God, and this applies to every one of us.

Finally, Jesus’ parable reminds us that we must be generous with what we have. God’s question at the end of the parable makes this clear: “The things you have prepared, whose will they be?” We have an opportunity to answer that question for ourselves in the here and now. The way to real life, in all its fullness, lies in giving things away and not hoarding them for a future over which we have no control. After communion, we will sing a new song, taken from Guillaume’s Togolese hymnal. It is a song about sharing and love, about generosity and conviviality. Our reception in the garden after this service is indeed a part of our worship. It is the way in which we show each other that our songs and our praises are not just words. They become visible in how we live with one another and how we feed one another. God’s solemn pronouncement to the rich fool reminds us that if we trust God to write our story, it will be characterized by the same tenderness and love that we heard God express to those scattered children of Israel who were exiled by the forces of empire. Just like them, he will call all of us home one day. Until that day, we have a foretaste of what is to come when we share and do not hoard those things that God has generously given to us.

NJM

 

Le 8e Dimanche après la Pentecôte | Afrique Fête                                          le 31 juillet 2022

Afrique Fête est l’un de mes dimanches préférés de l’année. Ce qui me touche, ce n’est pas seulement la convivialité de l’occasion, et la célébration des membres de notre église ayant des liens profonds avec l’Afrique, ainsi que le soutien que nous leur montrons. Ce dimanche me rappelle également que nous faisons partie d’une famille qui s’étend bien au-delà de nos propres portes, de l’autre côté de l’océan Atlantique, jusqu’à nos partenaires et amis en Afrique et au-delà. C’est d’autant plus vrai cette année alors que tous les évêques de la Communion anglicane se réunissent en Angleterre, où le premier discours de l’archevêque de Canterbury devant les évêques réunis était en français. Les évêques se pencheront également sur l’héritage de l’ère du colonialisme européen et de la construction d’empires, ainsi que sur les répercussions persistantes de cette époque sur les trente-huit provinces de la Communion anglicane.

Les peuples d’Israël et de Judée vivaient au carrefour de deux parties du monde antique qui ont construit et perdu des empires successifs : l’Égypte et la Mésopotamie. Osée parle de ces empires dans la lecture que nous avons entendue de ce prophète. Dieu lui dit que les empires cruels d’Égypte et d’Assyrie ne vont plus opprimer et exploiter les enfants d’Israël. Ils reviendront de l’exil, ramenés chez eux par la voix aimante de Dieu lui-même. Ce passage, qui date d’environ 730 avant JC, nous rappelle que les empires de toutes les époques se sont considérés comme des forces civilisatrices et que, pourtant, ils ont trop souvent pillé les pays qu’ils ont envahis, exploités et accaparé leurs ressources pour eux-mêmes.

Au chapitre 12 de l’évangile de Luc, Jésus raconte à ses disciples une parabole sur l’accaparement égoïste des ressources. C’est la seule de ses paraboles dans laquelle Dieu a un rôle parlant. Dans cette parabole, Dieu dit à l’homme riche : « Insensé ! Cette nuit même tu devras rendre ta vie. Et alors, pour qui sera tout ce que tu as accumulé ? » L’intervention soudaine de Dieu est d’autant plus frappante que, jusqu’à ce point du récit, nous n’avons entendu que l’homme riche. Nous n’avons pas entendu sa femme, ses fils, les gens qui travaillent dans ses champs ou ses voisins. Tout comme les dirigeants de nombreux empires, l’homme riche vit dans un petit monde fermé qui lui est propre. Il a des conversations avec lui-même : « Que vais-je faire ? Je n’ai pas de place où amasser toutes mes récoltes. » Il a même une conversation avec sa propre âme : « Mon cher, tu as des biens en abondance pour de nombreuses années ; repose-toi, mange, bois et jouis de la vie. » La richesse de cet homme lui a donné un sentiment de sécurité totale. Il est le début et la fin de son propre monde. Il peut écrire sa propre histoire comme il l’entend. En quelques lignes, Jésus nous donne l’image d’un homme d’affaires égocentrique qui n’a de temps pour personne ni pour rien d’autre. Il se croit maître de son destin, jusqu’à ce que Dieu s’immisce dans l’histoire et réduise à néant les plans de cet homme insensé.

Cette semaine, nous avons eu le privilège de nous entretenir avec le Révérend Docteur Kahwa Njojo, recteur de l’université anglicane de Butembo, en République démocratique du Congo. Il nous a parlé de la rareté de ces choses que nous considérons comme acquises dans ce pays : un réseau électrique fiable, une connexion Internet fiable, des fournitures médicales de base et une bonne éducation pour les prêtres qui sont si rares dans cette partie du monde. À Saint-Esprit, nous avons la chance de compter parmi nos frères et sœurs ceux qui connaissent ces conditions. Ils nous ont permis de relativiser notre propre abondance et de réfléchir à la manière dont nous pouvons partager l’amour de Dieu les uns avec les autres. La parabole racontée par Jésus ne concerne pas l’abondance en soi. L’avidité de l’homme riche découle d’une perception de pénurie, une perception qui est motivée par l’anxiété et la peur. Notre peur peut nous rendre aveugles à l’abondance de ce que nous avons. L’argent du riche fou lui a été donné – vous vous souvenez qu’il est devenu riche grâce à une bonne récolte. Les choses auraient pu être très différentes si Dieu avait envoyé une sécheresse. Tout ce que nous avons, nous l’avons reçu d’un Dieu généreux et aimant. Nous sommes des intendants, pas des seigneurs. Il faut parfois rappeler aux riches et aux nantis qu’ils ne peuvent pas vivre dans un monde qui leur est propre. Vue sous cet angle, la richesse vous donne l’illusion que vous êtes le seul maître de votre vie. Cette illusion réside dans l’idée que nous pouvons posséder de l’argent, une maison ou une célébrité. Nous sommes donc choqués de savoir que c’est Dieu qui écrit notre histoire, et non nous. Nous ne pouvons rien posséder – c’est Dieu qui nous possède. La mort rend absurde toute autre possession. Notre seule véritable sécurité vient de la confiance en Dieu, et cela vaut pour chacun d’entre nous.

Enfin, la parabole de Jésus nous rappelle que nous devons être généreux avec ce que nous avons. La question de Dieu à la fin de la parabole l’indique clairement : « Les choses que tu as préparées, à qui appartiendront-elles ? » Nous avons l’occasion de répondre à cette question pour nous-mêmes, ici et maintenant. Le chemin de la vraie vie, dans toute sa plénitude, consiste à donner les choses et non à les amasser pour un avenir sur lequel nous n’avons aucun contrôle. Après la communion, nous chanterons un nouveau chant, tiré du recueil de cantiques togolais de Guillaume. C’est un chant sur le partage et l’amour, sur la générosité et la convivialité. Notre réception dans le jardin après ce service fait en effet partie de notre culte. C’est la manière dont nous nous montrons les uns aux autres que nos chants et nos louanges ne sont pas que des mots. Ils deviennent visibles dans la manière dont nous vivons les uns avec les autres et dont nous nous nourrissons les uns les autres. La déclaration solennelle de Dieu au riche fou nous rappelle que si nous faisons confiance à Dieu pour écrire notre histoire, celle-ci sera caractérisée par la même tendresse et le même amour que nous avons entendu Dieu exprimer aux enfants d’Israël dispersés et exilés par les forces de l’empire. Tout comme eux, il nous rappellera tous à la maison un jour. En attendant ce jour, nous avons un avant-goût de ce qui nous attend lorsque nous partageons et ne thésaurisons pas les choses que Dieu nous a généreusement données.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.