Sermon – Advent IV

Advent IV
December 19, 2021
Micah 5:2-5a, Hebrews 10:5-10, Luke 1:39-45

The book of the prophet Micah is the sixth out of twelve books of the Hebrew Scriptures that are usually referred to as ‘the minor prophets.’ The ‘major prophets’ are all names we recognize immediately: Isaiah, Jeremiah and Ezekiel, but most of us would be hard-pressed to name all twelve of these ‘minor prophets.’ Perhaps it’s rather a shame that they are referred to by this name, because there is nothing minor about their messages. Take our reading from Micah for example. It’s chosen for today because of its mention of the minor village of Bethlehem as the birthplace of the Messiah, the one who will lead the people in ways of peace. But there is far more to Micah than these little references. He lived in dangerous times, at the end of the 700’s BC. The Assyrians to the north were once again on the rise. In Micah’s lifetime, they conquered the northern kingdom of Israel and turned its capital into ruins. They marched south – right through the minor village where Micah lived – terrorizing the local population and eventually forcing the kingdom of Judah to pay a huge annual tribute to the king of Assyria. Micha’s prophecies were the fruit of such dangerous times: refugees flooded south into his country. Families were rent apart by political and religious differences. Why had God punished them in this way? Would they be more successful with a different God? Should they form political alliances with surrounding nations in an attempt to protect themselves against another Assyrian invasion?

Micah’s voice speaks to these conflicts. But instead of offering a human solution based on earthly power, economic programs or social activism, this minor prophet focuses on a minor village and what would have seemed like a minor fool’s hope. He tells the people that God will not forget them. God will send the Messiah to them as a little baby, born in the ancient shepherd’s village of the family of David. The end of the people’s misfortune will not be the work of human hands. It will be God’s work, and the glory will belong to God alone.

And this is where the messages of the ‘minor’ prophet Micah and of Mary, the ‘minor’ mother of Jesus merge. It isn’t just the mention of the village of Bethlehem that makes this story so appropriate for the last Sunday in Advent. When we read Micah and Mary’s song in Luke together, something powerful emerges. However dire our circumstances: political or personal – the solution lies not in our own strength, but in the very place of vulnerability where we are least likely to look. Hope and restoration are not the fruit of bombastic speeches by politicians, business leaders or priests. They spring from the hidden places; the places we hitherto thought of as ‘minor’. A chance encounter, a quiet prayer, the meeting of two pregnant kinswomen in the hills of Judah, unremarked by the great powers of the world.

Mary the mother of Jesus is the embodiment of this kind of hope. She said Yes to God. She responded in faith to the astounding news that she was to bear a child who was destined to be the savior of the nations. We too should listen for God’s message and respond with openness and faith, just as she did. Secondly, she bore Christ into the world. In this way, she is the archetypal Christian. Of course, her role was unique because she literally bore Christ in her body. Though we can’t do that physically like Mary, nevertheless we called to bear Christ into the world. You and I are charged to do that for our friends and our families, and to carry Christ’s presence from our places of worship into the neighborhoods where we live and work. Thirdly, Mary suffered. She watched her own son die, and received him in her arms when he was taken down from the cross. We suffer too, and the suffering of the “Most blessed of all women” as our Gospel calls her, has the power to comfort us in our own sufferings. If it was part of God’s plan that she of all women should suffer, our sufferings too will one day make sense to us as we try to communicate God’s love for the world that he made.

Today’s readings concentrate on a fourth aspect of the Virgin Mary that is sometimes neglected. Tradition recounts that when Mary visited her kinswoman Elizabeth in the hill country of Judah, wherever she walked the birds began to sing and the earth was covered with flowers. Elizabeth’s baby, John the Baptist, leapt for joy in his mother’s womb at the approach of Mary. Mary’s story reminds us that God has always been connected with fruitfulness springing up in unexpected places. God’s encounter with Mary is full of fecundity, fertility, and the generation of life. Like Mary, we are called to be co-creators with God in the wonderful story of the redemption of the world. In her song, Mary, just like Micah, ascribes the power and the victory to God alone. Mary isn’t some interfering do-gooder, ready to set the world to rights through her own strength. She sings of justice and fairness, of the plight of the poor and the humble. It is in them that she sees God at work. That gives us hope too. However ‘minor’ we feel ourselves to be, hope is be born in each one of us. Each of us bears Christ within us. This Christmas, it is our turn to deliver that message of hope and deliverance to our own generation.

NJM

 

Le quatrième Dimanche de l’Avent                                                           le 19 décembre 2021

Le livre du prophète Michée est le sixième des douze livres des Écritures hébraïques auxquels on réfère parfois comme ceux des « petits prophètes ». Les ‘grand prophètes’ ont tous des noms que nous reconnaissons immédiatement : Ésaïe, Jérémie et Ézéchiel, mais la plupart d’entre-nous auraient du mal à nommer ces douze ‘petits prophètes’. C’est plutôt dommage qu’on leur attribue ce nom, parce que leurs messages n’ont rien de petit. Prenez par exemple notre lecture du livre de Michée. Nous le lisons aujourd’hui parce qu’il mentionne le petit village de Bethléem comme étant le lieu de naissance du Messie, celui qui dirigera les hommes dans les voies de la paix. Mais il y a bien plus chez Michée que ces petites références. Il a vécu dans une période dangereuse, à la fin du 8e siècle avant notre ère (750BC à 700BC). Les assyriens au nord progressaient encore un fois. Du vécu de Michée, ils avaient conquis le royaume du nord d’Israël et transformé sa capitale en ruines. Ils avançaient vers le sud – en traversant le village où Michée vivait ; ils avaient terrorisé la population locale et les avaient éventuellement forcés à payer un tribu annuel énorme au roi d’Assyrie. Les prophéties de Michée étaient le fruit de cette période dangereuse : son pays au sud avait été inondé par les réfugiés. Les familles avaient été déchirées par les différences politiques et religieuses. Pourquoi est-ce que Dieu les avait punis de cette façon ? Auraient-ils connu plus de succès avec un Dieu différent ? Devraient-ils former des alliances politiques avec les nations environnantes afin de tenter de se protéger d’une autre invasion assyrienne ?

La voix de Michée parle de ces conflits. Mais au lieu d’offrir une solution humaine basée sur les pouvoirs terrestres, les programmes économiques et l’activisme sociale, ce petit prophète se concentre sur un petit village et sur quelque chose qui aurait semblé être une petite désillusion. Il dit au gens que Dieu ne les oubliera pas. Dieu enverra le Messie sous la forme d’un petit bébé, né dans l’ancien petit village de bergers de la famille de David. La fin du malheur humain ne sera pas l’œuvre de la main humaine. Ce sera l’œuvre de Dieu, et la gloire appartiendra à Dieu seulement.

Et c’est ici que les messages du ‘petit’ prophète Michée et de Marie, la ‘petite’ mère de Jésus se rejoignent. Il ne s’agit pas simplement de la mention du village de Bethléem qui rend l’histoire appropriée lors du dernier dimanche de l’Avent. Lorsque nous lisons Michée et le chant de Marie dans l’Évangile de Luc ensembles, quelque chose de fort émerge. Aussi désespérées que soient nos conséquences : politiques ou personnelles – la solution ne se trouve pas dans notre propre force, mais dans un endroit de vulnérabilité où il y a le moins de chances que nous la cherchions. L’espérance et le rétablissement ne sont pas les fruits de discours grandiloquents par des politiciens, des dirigeants d’entreprises ou des prêtres. Ils émergent d’endroits cachés ; les endroits que nous voyions jusqu’à présent comme ‘petits’. Une rencontre fortuite, une prière en silence, la rencontre de deux parentes enceintes sur les collines de Judée, jamais remarquées par les pouvoirs de ce monde.

Marie la mère de Jésus est l’incarnation de ce genre d’espérance. Elle a dit oui à Dieu. Elle a répondu avec foi à la nouvelle étonnante qu’elle allait porter un enfant qui était destiné à être le sauveur des nations. Nous aussi devons écouter le message de Dieu et répondre avec ouverture et foi, tout comme elle l’a fait. Deuxièmement, elle a porté le Christ dans le monde. En ce sens, elle est l’archétype du chrétien. Bien sûr, son rôle était unique car elle portait littéralement le Christ dans son corps. Bien que nous ne puissions pas faire cela physiquement comme Marie, nous sommes néanmoins appelés à porter le Christ dans le monde. Vous et moi sommes chargés de faire cela pour nos amis et nos familles, et de porter la présence du Christ de nos lieux de culte vers les endroits où nous vivons et travaillons. Troisièmement, Marie a souffert. Elle a vu son propre fils mourir et l’a reçu dans ses bras lorsqu’il a été descendu de la croix. Nous aussi, nous souffrons, et la souffrance de la « plus bénie de toutes les femmes », comme l’appelle notre Évangile, a le pouvoir de nous consoler dans nos propres souffrances. Si de toutes les femmes, la souffrance de Marie faisait partie du plan de Dieu, nos souffrances aussi auront un jour un sens pour nous alors que nous essayons de communiquer l’amour de Dieu pour le monde qu’il a créé.

Les lectures d’aujourd’hui se concentrent sur un quatrième aspect de la Vierge Marie qui est parfois négligé. La tradition raconte que lorsque Marie a rendu visite à sa parente Elizabeth dans la région montagneuse de Juda, partout où elle marchait, les oiseaux s’étaient mis à chanter et la terre s’était couverte de fleurs. Le bébé d’Elisabeth, Jean-Baptiste, avait bondi de joie dans le ventre de sa mère à l’approche de Marie. L’histoire de Marie nous rappelle que Dieu a toujours été lié à la fécondité surgissant dans des endroits inattendus. La rencontre de Dieu avec Marie est pleine de fécondité, de fertilité et de génération de vie. Comme Marie, nous sommes appelés à être cocréateurs avec Dieu dans la merveilleuse histoire de la rédemption du monde. Dans son chant, Marie, tout comme Michée, attribue le pouvoir et la victoire à Dieu seul. Mary n’est pas une âme charitable qui s’immisce, prête à rétablir le monde par sa propre force. Elle chante la justice et l’équité, le sort des pauvres et des humbles. C’est en eux qu’elle voit Dieu à l’œuvre. Cela nous donne aussi de l’espoir. Aussi « petits » que nous nous sentions, l’espérance naît en chacun de nous. Chacun de nous porte le Christ en nous. Ce Noël, c’est à notre tour de transmettre ce message d’espérance et de délivrance à notre propre génération.

NJM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.