Sermon – Advent II

Advent II
December 6, 2020
Isaiah 40:1-11, II Peter 3:8-18, Mark 1:1-8

Sheep farming is a lot harder than people imagine. You can pretty much leave goats to themselves. They are very hardy, they can eat almost anything and they don’t take as much personal attention as sheep. In Israel and Judah, goats were raised for their milk and their meat. The hair of a goat is very coarse, and doesn’t spin so softly as the coat of a sheep (unless the goat is an Angora or a Mohair). Sheep are a bit more fussy. They were introduced into Palestine in about 8,500 BC, and were considered somewhat of a luxury. The shepherds looked after the sheep carefully; led them to the best seasonal pastures, prevented diseases, protected them from the worst of the weather and helped them through lambing time. The shepherds often had to put their own safety second; working in extremely difficult conditions to do their job. Shepherds of all times and places will tell you that they do this willingly because they are so connected to the sheep and to the land, and shepherds in the time of Isaiah were no exception.

It was our reading from the Book of Isaiah that made me think of The Shepherd’s Life. The reading has a very reassuring opening. “Comfort, comfort my people, says your God. Speak tenderly to Jerusalem, and cry to her that her warfare is ended.” The Old Testament Prophets aren’t often so reassuring. They sometimes seem to be more at home delivering dire warnings of judgment, condemnation and looming disaster issued by a vengeful God. But in this passage, God is coming to bring comfort and joy to His people. The season of Advent helps us think about the comfort and joy that we are about to celebrate at Christmas. This year, when the news seems full of the pandemic, racial inequality, economic uncertainty and the destabilizing effects of climate change, it is good to be reminded that this is a time when we prepare our hearts to receive the warm and comforting presence of the Prince of Peace himself.

Every prophet in the Hebrew Scriptures tells us that the longed-for Messiah will bring peace and comfort to Israel. Yet they also spoke of God as a fierce judge. He was not to be found seated with the people in the courtroom, but on high, separated from the proceedings by a huge psychological and physical distance. When God ‘appears’ in the Old Testament, it is mostly on the heights of the mountains, in storms and thunder, or in the mysterious Holy of Holies in the Temple. But now, Isaiah promises us that God will return not as a judge but as a shepherd, ready to feed and protect his flock. “He will feed his flock like a shepherd, he will gather the lambs in his arms, he will carry them in his bosom and gently lead those that are with young.” One of the shepherd’s most important tasks is to keep the flock together – to find the lost and to tend to the lame, the sick and the vulnerable. The comfort that a good shepherd brings to the sheep is the comfort that God gives to us. God promises to reassure us in the very places where we are most in distress.

When we experience difficulties in our own lives because of bereavement, the pandemic, depression, the loss of our home or our job, the sad ending of a personal relationship or the onset of an unexpected illness – our anguish can be soothed by the presence of a friend with whom we can share our difficulties. Perhaps the pandemic has thrown this need into sharp relief. We long to be protected. We yearn to find someone or something that can help us to carry the lonely and terrible weight of our problems; whatever they are. We long to be understood. The comfort that Isaiah speaks of is all about having someone on whom we can rely who can be with us; someone who understands us with compassion and shares our world.

This is the task of a fellow-traveler or a companion – the friend, the counselor, the advisor. It is a sacred responsibility, and it is sometimes hard to carry out. It is sometimes difficult to reassure someone in the midst of his or her problems. Perhaps we speak where we should be silent, or remain silent where we should speak out. Sometimes we are torn like Isaiah between a message of warning and a message of comfort, and we don’t know which one to express. “A voice says ‘Cry!’ And I said, ‘What shall I cry?'” (Isaiah 40:6) It may be that we find ourselves comforting others when we feel most in need of comfort for ourselves.

But we can draw strength from the fact that the season of Christmas is precisely about having someone with us with whom we can share our sorrows and our joys. God has promised that he will never leave us alone to our anguish and distress. He is not a distant God whose presence is felt only as judgment or displeasure. He is to be experienced in the voice of the trusted and comforting counselor and friend. Just as he used Isaiah to proclaim his message of comfort to Israel, He is using you to be the voice of comfort to someone else. You don’t need to rely on your own strength to do this. Jesus is already there, ready to put in motion the wonderful gifts that you were created to share.

Most of all, as Christ comes to us at Christmas, we see that in comforting another person, we are only doing what Christ has done for us. Advent opens our eyes to the fact that God has come to be with us, to share our lives and to be the tender shepherd of his people. He has come to show us how to comfort those in distress, and to restore hope and joy to those who believed that such hope and joy were beyond their reach.

NJM

 

Le deuxième dimanche de l’Avent – 6 décembre 2020

L’élevage de moutons est beaucoup plus difficile qu’on ne l’imagine. Vous pouvez à peu près laisser les chèvres entre elles. Elles sont très robustes, elles peuvent manger à peu près tout et n’attirent pas autant d’attention sur elles que les moutons. En Israël et en Judée, les chèvres ont été élevées pour leur lait et leur viande. Le poil d’une chèvre est très grossier et ne se file pas aussi bien que le pelage d’un mouton (sauf si la chèvre est une angora ou une mohair). Les moutons sont un peu plus exigeants. Ils ont été introduits en Palestine vers 8.500 av. J.C., et étaient considérés comme un luxe. Les bergers ont soigné leurs moutons avec soin ; ils les ont conduits vers les meilleurs pâturages selon les saisons, les ont gardés en bonne santé, les ont protégés des pires conditions météorologiques et les ont aidés à traverser la période d’agnelage. Les bergers devaient souvent mettre leur propre sécurité au second plan ; travaillant dans des conditions extrêmement difficiles pour faire leur travail. Les bergers de tous les temps et de tous les lieux vous diront qu’ils font cela volontairement parce qu’ils sont intrinsèquement liés aux brebis et à la terre, et les bergers du temps d’Isaïe n’étaient pas une exception.

C’est notre lecture d’Isaïe qui m’a fait penser à ce livre. La première phrase de la lecture est très rassurante : « Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, criez-lui que sa période de combat est terminée. » Les prophètes de l’Ancien Testament ne sont pas très souvent rassurants. Il semble parfois qu’ils se sentent plus à l’aise quand ils délivrent des avertissements désespérés de jugements, de condamnations et de désastres imminents délivrés par un Dieu courroucé. Mais dans ce passage, Dieu vient apporter du réconfort et de la joie à Son peuple. La saison de l’Avent est censée nous aider à penser au réconfort et à la joie que nous sommes sur le point de célébrer à Noël. Cette année, alors que les nouvelles ne font que répéter des histoires sur la pandémie, les iniquités raciales, l’incertitude économique et les effets déroutants du réchauffement climatique, il est bon de nous rappeler que c’est une période pendant laquelle nous préparons nos cœurs à recevoir la présence chaleureuse et réconfortante du Prince de la Paix en personne.

Tous les prophètes des Écritures hébraïques nous disent que le Messie si longtemps attendu apportera la paix et le réconfort à Israël. Pourtant, ils parlent aussi de Dieu comme d’un juge féroce. Il ne se trouvait pas assis avec les gens dans la salle d’audience, mais en hauteur, séparé du procès par une énorme distance psychologique et physique. Lorsque Dieu ‘apparaît’ dans l’Ancien Testament, c’est surtout du haut des montagnes, dans la tempête et le tonnerre, ou dans le mystérieux Saint des Saints dans le temple. Mais maintenant, Ésaïe nous promet que Dieu va revenir non comme un juge mais comme un berger, prêt à nourrir et protéger son troupeau. « Pareil à un berger, il s’occupera de son troupeau, il prendra les agneaux dans ses bras et les portera contre sa poitrine ; il conduira les brebis qui allaitent. » L’une des tâches les plus importantes du berger est de garder son troupeau uni – retrouver ceux qui se sont perdus et de s’occuper des boiteux, des malades et des vulnérables. Le réconfort que le berger apporte aux moutons est le réconfort que Dieu nous offre. Dieu promet de nous rassurer à l’endroit même où nous sommes le plus en détresse.

Lorsque nous faisons face à des difficultés dans nos vies à cause du deuil, de la pandémie, de la dépression, de la perte de notre foyer ou de notre travail, de la fin d’une relation personnelle ou le début d’une maladie inattendue – notre angoisse peut être apaisée par la présence d’un ami avec qui nous pouvons partager nos difficultés. Peut-être que la pandémie n’a fait qu’aiguiser ce besoin. Nous désirons être protégés. Nous avons très envie de trouver quelqu’un ou quelque chose qui peut nous aider à porter le poids terrible et solitaire de nos problèmes ; quels qu’ils soient. Nous désirons être compris. Le réconfort dont Ésaïe parle traite d’avoir une personne sur qui nous pouvons compter et qui est capable d’être avec nous et de partager notre monde. Quelqu’un qui nous comprend avec compassion et qui partage notre monde.

C’est la tâche d’une personne qui nous accompagne dans notre voyage ou d’un compagnon – l’ami, le conseiller, le mentor. C’est une responsabilité sacrée, et elle est parfois dure à mener à bien. Il est parfois difficile de rassurer quelqu’un au beau milieu de ses problèmes. Peut-être que nous parlons quand nous devrions nous taire, ou nous restons silencieux quand nous devrions prendre la parole. Parfois nous sommes déchirés comme Ésaïe entre un message d’avertissement et un message de réconfort, et nous ne savons pas lequel exprimer. « Une voix a dit : « Proclame un message ! » Et j’ai répondu : « Que dois-je proclamer ? » (Ésaïe 40 :6) Il est possible que nous nous trouvions à réconforter les autres lorsque nous sommes ceux qui ont le plus besoin de réconfort.

Mais nous pouvons trouver de la force dans le fait que la saison de Noël traite précisément d’avoir quelqu’un avec nous avec qui nous pouvons partager notre chagrin et nos joies. Dieu a promis qu’il ne nous laissera jamais seuls face à notre angoisse et notre détresse. Il n’est pas un Dieu distant dont la présence est ressentie seulement comme un jugement ou un mécontentement. On doit faire Son expérience dans la voix du conseiller et de l’ami rassurant et fidèle. Tout comme il a utilisé Ésaïe afin de proclamer son message de réconfort à Israël, Il vous utilise afin d’être la voix du réconfort pour quelqu’un d’autre. Vous n’avez pas besoin de vous appuyer sur vos propres forces pour le faire. Jésus est déjà là, prêt à mettre en œuvre le don magnifique que vous avez été créé pour partager.

Par-dessus tout, alors que le Christ vient vers nous à Noël, nous voyons qu’en réconfortant une autre personne, nous ne faisons que faire ce que le Christ a fait pour nous. L’Avent ouvre nos yeux au fait que Dieu est venu pour être parmi nous, pour partager nos vies et être le tendre berger de son peuple. Il est venu nous montrer comment réconforter ceux qui sont en détresse, et pour restaurer l’espérance et la joie en ceux qui croyaient que cette espérance et cette joie étaient au-delà de leur portée.

NJM VF F.S.

Posted in sermons.