Sermon – Advent I

Advent I

November 28, 2021

Jeremiah 33:14-16 I Thessalonians 3:9-13 Luke 21:25-36

 

There are several Sundays in the Christian calendar that look forward to Jesus’ return. They begin around All Saints Day on the first of November, and continue through the season of Advent, which begins today. For those who relish instability and a climate of fear – or at least for those who are fascinated by them – and for those who find these passages useful material for scaring people into the kingdom of God, these are among the most important passages of the Bible. Now, I don’t want to diminish the urgency of these passages because they certainly stress for us the necessity to be fully alive and to live as if today was in fact our last day on the planet. As those who have been diagnosed with terminal illnesses will often tell you; there is nothing like a reminder of your mortality and the time you have left on earth to inspire you to lead your life to the full. But that is not the only note struck by the end-time passages of the Bible. They are also about mutual support, justice and hope. The season of Advent in the four Sundays before Christmas is a season in which hope is central to our life together, and a season in which we recognize that hope is not a solitary endeavor. It is a common vision for a world where suffering and pain will be no more, and where our support and love for each other will be more than enough to overcome even the most difficult of times.

 

The readings for Advent abound in references to dramatic events prophesied for the future. We are told that those events are, by their very nature, unpredictable. Were we well-prepared for the onset of a pandemic almost two years ago? How well-prepared are we, practically speaking, to face the next unpredictable crisis? The weeks leading up to the celebration of Christmas force us to ask an important question: how do we live with the uncertainty of the future? How do we cope with feelings of helplessness in the face of what we cannot predict? Our lives are circumscribed by events that are unpredictable; illness and death being the two most obvious of them. But there are many other things that lead to our lives being subject to chance. We are at the whim of our employers and work colleagues, our spouses and families, and the authorities that govern us and control our movements. Advent, which is the season of hope and expectation, imposes a discipline on us which requires us to ask ourselves how we deal with uncertainty in our lives.

 

Here are a few pointers which might help us. One of the ways in which we attempt to deal with crisis is to buy things that we think that we think we will need. You only need to remember the panic-buying of lavatory rolls a year ago last March to be reminded of this. According to his friends, Socrates, who himself lived in unstable times, rarely purchased anything. One day a friend saw him in the market place surveying the items spread out on the tables in the market in Athens. When his friend asked him why he showed so much interest, he replied; “I am fascinated by what I can do without.” This story goes counter to the grain of the commercial society in which we live. We are constantly bombarded by advertisements that attempt to convince us that we need something, the prior existence of which we were blissfully unaware. It is not just religious leaders that whip up fear of disaster. The marketeers in our secular society do the same thing. We keep uncertainty at bay by creating a temporary need that can be instantly met. Our possessions lull us into a false sense of permanence and security, which is just as illusory and superficial as the advertisements that led us to acquire them in the first place. Advent asks us what we can do without, so that we can learn to focus on the things that really matter.

 

Secondly, in the face of the challenges of the pandemic, we need to renew our hope. We need to be inspired by a vision of how we would like things to be –a world of peace and economic justice, a world free of hatred and discrimination, a world where the environment is no longer despoiled for human gain. Hope is all too often stifled by fear. Our hopes are stunted by the techniques we use to hide ourselves from that fear. We shelter ourselves through addictions to alcohol, to drugs, or even to plain old routine – anything to maintain the status quo. Hope is not a comfortable emotion, because it forces us to change the way things are.

 

Finally, faced with the uncertainty of the future and the immanence of Christ’s return, Paul writes these words to Christians in Thessalonica: “May the Lord make you increase and abound in love to one another and to all, as we do to you, so that he may establish your hearts blameless in holiness before our God and Father, at the coming of our Lord Jesus with the saints.” He longs to see the Thessalonians face to face. Hope is not a solitary enterprise. We can’t hope without each other. As we gradually re-open the church to in-person worship and see each other’s’ faces again, our hope is restored. We are called to be witnesses to love in the midst of the trials of life. It is hard to love in the face of uncertainty. But love is often the only certainty we can hold onto. It is the only thing that cannot be destroyed and which will never pass away. As Christmas approaches, we remind ourselves of what lies at the heart of this season – the longing and shared hope for the rebirth of Love into a world that has been darkened by doubt and fear.

 

NJM

 

Le premier Dimanche de l’Avent                                                                  le 28 novembre 2021

 

Il y a plusieurs dimanches dans le calendrier chrétien dont le thème est l’espérance du retour de Jésus. Cela commence autour de la Toussaint le premier novembre, et ça se poursuit avec les autres dimanches tout au long de la saison de l’Avent qui commence aujourd’hui. Pour ceux qui aiment l’instabilité et un climat de peur – ou du moins pour ceux qui sont fascinés par ceux-ci – et pour ceux qui trouvent ces passages utiles pour effrayer les gens vers le royaume de Dieu, ce sont certains des passages les plus importants de la Bible. Maintenant, je ne veux pas minimiser l’urgence de ces passages car ils soulignent certainement pour nous la nécessité d’être pleinement vivants et de vivre comme si aujourd’hui était en fait notre dernier jour sur terre. Comme vous le diront souvent ceux qui ont reçu un diagnostic d’une maladie incurable ; rien de tel qu’un rappel de votre mortalité et du temps qu’il vous reste sur terre pour vous inspirer à vivre pleinement votre vie. Mais ce n’est pas la seule corde sensible touchée par les passages de la fin des temps de la Bible. Il s’agit aussi d’entraide, de justice et d’espoir. Le temps de l’Avent des quatre dimanches avant Noël est un temps où l’espérance est au cœur de notre vie ensemble, et un temps où nous reconnaissons que l’espérance n’est pas une entreprise solitaire. C’est une vision commune d’un monde où la souffrance et la douleur ne seront plus, et où notre soutien et notre amour les uns pour les autres seront plus que suffisants pour surmonter même les moments les plus difficiles.

 

Les lectures de l’Avent regorgent de références à des événements dramatiques prophétisés pour l’avenir. On nous dit que ces événements sont, de par leur nature même, imprévisibles. Étions-nous bien préparés au début de la pandémie il y a près de deux ans ? Dans quelle mesure sommes-nous bien préparés, en pratique, pour faire face à la prochaine crise imprévisible ? Les semaines qui précèdent la célébration de Noël nous obligent à nous poser une question importante : comment vivre avec l’incertitude de l’avenir ? Comment faire face aux sentiments d’impuissance face à ce que nous ne pouvons pas prévoir ? Nos vies sont circonscrites par des événements imprévisibles ; la maladie et la mort étant les deux plus évidentes d’entre elles. Mais il y a beaucoup d’autres choses qui font que nos vies sont soumises au hasard. Nous sommes au gré de nos employeurs et de nos collègues de travail, de nos conjoints et de nos familles, et des autorités qui nous gouvernent et contrôlent nos déplacements. L’Avent, qui est la saison de l’espérance et de l’attente, nous impose une discipline qui nous oblige à nous demander comment nous gérons l’incertitude dans notre vie.

 

Voici quelques indications qui pourraient nous aider. L’une des façons dont nous essayons de gérer la crise est d’acheter des choses dont nous pensons avoir besoin. Il suffit de se souvenir de l’achat dans la panique de rouleaux de papier toilette il y a un an en mars dernier pour se remettre ce fait en tête. Selon ses amis, Socrate, qui vivait lui-même à une époque instable, achetait rarement quoi que ce soit. Un jour, un ami l’a vu sur la place du marché en train d’examiner les articles étalés sur les tables du marché d’Athènes. Lorsque son ami lui a demandé pourquoi il leur montrait tant d’intérêt, il a répondu ; « Je suis fasciné par ce dont je peux me passer. » Cette histoire va à contre-courant de la société commerciale dans laquelle nous vivons. Nous sommes constamment bombardés de publicités qui tentent de nous convaincre que nous avons besoin de quelque chose dont nous ignorions parfaitement l’existence avant cela. Ce ne sont pas seulement les chefs religieux qui attisent la peur du désastre. Les professionnels du marketing de notre société laïque font la même chose. Nous maintenons l’incertitude à distance en créant un besoin temporaire qui peut être immédiatement satisfait. Nos biens nous bercent dans un faux sentiment de permanence et de sécurité ; un sentiment qui est tout aussi illusoire et superficiel que les publicités qui nous ont conduits à les acquérir en premier lieu. L’Avent nous demande de quoi nous pouvons nous passer, afin que nous puissions apprendre à nous concentrer sur les choses qui comptent vraiment.

 

Deuxièmement, face aux défis de la pandémie, nous devons renouveler notre espérance. Nous devons être inspirés par une vision de la façon dont nous aimerions que les choses soient – un monde de paix et de justice économique, un monde sans haine et discrimination, un monde où l’environnement n’est plus dépouillé pour le gain humain. L’espérance est trop souvent étouffée par la peur. Nos espoirs sont freinés par les techniques que nous utilisons pour nous cacher de cette peur. Nous trouvons refuge dans les dépendances à l’alcool, à la drogue ou même aux vieilles routines – tout pour maintenir le statu quo. L’espérance n’est pas une émotion confortable, car elle nous oblige à changer la façon dont les choses sont.

 

Enfin, face à l’incertitude de l’avenir et à l’immanence du retour du Christ, Paul écrit ces paroles aux chrétiens de Thessalonique : « Que le Seigneur fasse croître de plus en plus l’amour que vous avez les uns pour les autres et envers tous les humains, à l’exemple de l’amour que nous avons pour vous. Qu’il fortifie vos cœurs, pour que vous apparteniez pleinement à Dieu notre Père, en étant irréprochables quand notre Seigneur Jésus viendra avec tous ceux qui lui appartiennent ! » Il a hâte de voir les Thessaloniciens face à face. L’espérance n’est pas une entreprise solitaire. Nous ne pouvons pas espérer les uns sans les autres. Alors que nous rouvrons progressivement l’église au culte en personne et que nous nous reverrons les uns les autres, notre espérance est restaurée. Nous sommes appelés à être témoins de l’amour au milieu des épreuves de la vie. Il est difficile d’aimer face à l’incertitude. Mais l’amour est souvent la seule certitude à laquelle nous pouvons nous accrocher. C’est la seule chose qui ne peut pas être détruite et qui ne passera jamais. À l’approche de Noël, nous nous souvenons de ce qui se trouve au cœur de cette saison : le désir ardent et l’espérance partagée de la renaissance de l’Amour dans un monde assombri par le doute et la peur.

Ver. Fr. FS

Posted in sermons.