Pentecost XXI – Sermon by Lynnaia Main

Pentecost XXI
A recipe for Saint Esprit’s essential workers

We have all appreciated our essential workers in this pandemic: grocery cashiers, delivery people, governors and mayors, teachers, factory workers, subway and bus conductors, health workers. Whether in charge or just doing their jobs, their sacrifice, dedication, humility and truth-telling have awed people worldwide. And they have responded – applauding, singing, bell-ringing, sign-making, donating.

Saint Esprit has its essential workers, too. Each of us has lived our own version of crazy since March. As one of your wardens, I want to give a special thank you to our team that saw us through the dark early days: Nigel+, Fred, Joris, Cynthia, Aya, Wendy and JB. We give thanks to God for their sacrifice. Some of us have been less visible on YouTube but just as visible to God and faithful to Saint Esprit: our members, students, visitors and Vestry. Some have been ill with COVID-19. Some have been liberated into the arms of Jesus. And some have been staying home, voluntarily or involuntarily. We may be at high risk for COVID, or we’ve lost our job, or our work or school has moved online. I’m in this “at home” category. My work offices are closed, I’m Zooming day and night from my living room. My work clothes languish and my leggings are getting a workout.

Whether our “essential work” has been out and about, on screen or off, we surely understand that same feeling of exile as the Israelites who Moses guided across the desert. We may find ourselves crying out in distress, like Moses in today’s Psalm: “How long, oh Lord?” What did we do wrong? Why did God let this happen to us?

Exiled we may be, but off duty we are not. Whether stuck at home or stuck at Saint Esprit, we are not, actually, stuck. We are not waiting around for God to deliver us from this thing. Even when we’re sick of wearing our pajamas all day long, have called all our friends and family, walked all over our local neighborhood, watched every single Saint Esprit Youtube video and climbed our apartment stairs a million times. No, even then, we are not stuck.

As Christians, we are called to be ever active in this world, sharing the Gospel no matter our condition, access or state of being. God gives us a recipe for doing this in today’s lessons: take the examples of three role models, stir in a Christian call to action and add a dash of encouragement.

Let’s start with the first ingredient, our three role models. In our Old Testament and Psalm, Moses is God’s chosen one, faithfully walking with God and leading the Israelites through the desert to the promised land. In our Epistle, Paul and his fellow missionaries write to their converts in Thessalonica to encourage them, long after the missionaries had left their work of listening, teaching and serving. And finally, in our Gospel, Jesus is teaching the Pharisees.

Now, let’s stir in our call to action. It is clearest in Matthew: Jesus says, “‘You shall love the Lord your God with all your heart, and with all your soul, and with all your mind.’…and….‘You shall love your neighbor as yourself’ (Matt 22: 37-40).” Note that there are no strings attached. Jesus does not say “when the authorities allow you” or “if you are feeling strong and healthy” or “since you can travel” or “while you are at church” or “if it’s a sunny day, go out and love your neighbor, but if it’s snowing, you can stay inside, turn on the television and eat some bon bons”. No, his message is more consistent than the weather. As Paul writes elsewhere, “Be prepared in season and out of season” (2 Timothy 4:2). There’s a little flavor in this call to action. Paul exhorts us to be gentle, “like a nurse tenderly caring for her own children” (1 Thess 2:7).

Finally, God’s recipe calls for a dash of encouragement. Our leaders suffer hardship and persecution, even unto death on the cross. Moses despairs over the longsuffering people. Paul recounts great opposition, deceit and trickery. Jesus will be persecuted by the Pharisees. None of them met a “good end”. But God gave them the promised land and leaves us with a glimpse. We are not called to succeed or arrive for God, we are simply called to love God and our neighbor, faithfully.

Here is an example of how this faithfulness can bear fruit. I have been learning how people of faith bear witness to God’s love and action in the public square. Some of these people were involved in dreaming of a new table around which all people could gather to discuss and resolve the most pressing issues and conflicts facing our world. They drew up plans in a Charter that birthed the United Nations, 75 years ago this weekend. Thanks to some recent archival research, we discovered that Episcopalians were not only there for the founding of the UN, but also among the dreamers who envisioned this global table. Among them was Eleanor Roosevelt – Episcopalian, First Lady of the United States and the first woman on the U.S. delegation to the UN. She chaired the drafting committee of the Universal Declaration of Human Rights of 1948, a foundational document which, along with subsequent international legal instruments, lays the groundwork for protecting the human rights of all people: men, women, children, people of color, refugees and migrants, LGBTQI people, people living under repressive regimes and more.

But we know that this early faithful action to protect human rights is not finished in our time. Racism, xenophobia, homophobia, overconsumption, corruption and many other evils threaten people in our era just as much as the enslavement that the Israelites endured and the harsh rulers that tormented Jesus, Paul and the disciples. How easily that fruit can be lost without our caring action in Christ’s name, the mysterious work of the Holy Spirit and God’s blessing.

We are all essential workers. Our call to Christian action and to share the Gospel is now. Let us work hard, and strive to be gentle. No pandemic, no upheaval, no loss of position, no change of government should stop us. God has shared the recipe and turned on the oven. The Holy Spirit is the yeast helping us to rise. We are serving up the gospel Good News from a brand new cookbook. Our table is set, the guests are here and Jesus invites us to eat. Let’s give thanks for God’s manna and share this dishy Good News. Amen.

LRM

 

Le 21ème dimanche après la Pentecôte
Le 25 octobre 2020

Une recette pour les travailleurs essentiels de Saint-Esprit

Nous sommes tous reconnaissants pour nos travailleurs essentiels pendant cette pandémie : les caissiers de supermarchés, les livreurs, les gouverneurs et les maires, les enseignants, les ouvriers d’usine, les conducteurs de métros et de bus, les membres des services de santé. Qu’ils soient en charge ou simplement en train de faire leur travail, leur sacrifice, leur dévouement, leur humilité et leur honnêteté ont impressionné les gens du monde entier. Et ils ont répondu – en applaudissant, en chantant, en faisant resonner des cloches, en faisant des affiches, des dons.

Saint-Esprit a aussi ses travailleurs essentiels. Chacun de nous a vécu sa propre version de la folie depuis mars. En tant que l’un de vos gardiens, je tiens à remercier tout particulièrement notre équipe qui nous ont guidés à travers des débuts sombres : Nigel +, Fred, Joris, Cynthia, Aya, Wendy et JB. Nous rendons grâce à Dieu pour leur sacrifice. Certains d’entre nous ont été moins visibles sur YouTube mais tout aussi visibles par Dieu et fidèles à Saint-Esprit : nos membres, nos étudiants, nos visiteurs et notre consistoire. Certains ont été malades du COVID-19. Certains ont été libérés dans les bras de Jésus. Et certains sont restés chez eux, volontairement ou involontairement. Nous pouvons être des personnes à risque élevé, ou nous avons perdu notre emploi, ou notre travail ou école se sont installés en ligne. Je suis dans cette catégorie « chez moi ». Mes bureaux sont fermés, je suis sur Zoom jour et nuit depuis mon salon. Mes vêtements de travail languissent et mes leggings font de l’exercice.

Que notre « travail essentiel » ait été en déplacement, sur un écran ou dehors, nous comprenons sûrement ce même sentiment d’exil ressenti par les Israélites que Moïse a guidés à travers le désert. Nous pouvons nous surprendre à crier de détresse, comme Moïse dans le psaume d’aujourd’hui : « Eternel ! Jusqu’à quand ? » Qu’avons-nous fait de mal ? Pourquoi Dieu a-t-il laissé cela nous arriver ?

Nous sommes peut-être exilés, mais nous ne sommes pas au repos. Que ce soit coincés à la maison ou coincés à Saint-Esprit, nous ne sommes pas, en fait, coincés. Nous n’attendons pas que Dieu nous délivre de cette chose. Même lorsque nous en avons marre de porter notre pyjama toute la journée, que nous avons appelé tous nos amis et notre famille, que nous avons parcouru notre quartier de fond en comble, que nous avons regardé chaque vidéo de Saint-Esprit sur YouTube et monté les escaliers de notre appartement un million de fois. Non, même là, nous ne sommes pas coincés.

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à être toujours actifs dans ce monde, à partager l’Évangile peu importe notre condition, nos accès ou notre état d’être. Dieu nous donne une recette pour faire cela dans les leçons d’aujourd’hui : prenez l’exemple des trois modèles, incorporez l’appel chrétien à l’action et saupoudrez un peu d’encouragement.

Commençons par le premier ingrédient, nos trois modèles. Dans notre Ancien Testament et Psaume, Moïse est l’élu de Dieu, marchant fidèlement avec Dieu et conduisant les Israélites à travers le désert vers la terre promise. Dans notre épître, Paul et ses compagnons missionnaires écrivent à leurs convertis à Thessalonique pour les encourager, longtemps après que les missionnaires aient abandonné leur travail d’écoute, d’enseignement et de service. Et enfin, dans notre Évangile, Jésus enseigne aux pharisiens.

Maintenant, passons à notre appel à l’action. C’est plus clair dans Matthieu : Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. » … Et…. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Matt 22:37-40). » Notez qu’il n’y a aucune condition attachée. Jésus ne dit pas « quand les autorités vous le permettent » ou « si vous vous sentez fort et en bonne santé » ou « puisque vous pouvez voyager » ou « pendant que vous êtes à l’église » ou « si c’est une journée ensoleillée, sortez et aimez votre prochain, mais s’il neige, vous pouvez rester à l’intérieur, allumer la télévision et manger des bonbons ». Non, son message est plus cohérent que la météo. Comme Paul l’écrit ailleurs, « insiste en toute occasion, qu’elle soit favorable ou non » (2 Timothée 4:2). Il y a un peu de saveur dans cet appel à l’action. Paul nous exhorte à être doux, « comme une mère qui prend soin des enfants qu’elle nourrit. » (1 Th 2:7).

Enfin, la recette de Dieu demande une pincée d’encouragements. Nos dirigeants souffrent de difficultés et de persécutions, même jusqu’à la mort sur la croix. Moïse se désespère des éprouvés. Paul décrit des grandes oppositions, tromperies et supercheries. Jésus sera persécuté par les pharisiens. Aucun d’entre eux n’a connu une « bonne fin ». Mais Dieu leur a donné la terre promise et nous laisse un aperçu. Nous ne sommes pas appelés à réussir ou à parvenir pour Dieu, nous sommes simplement appelés à aimer Dieu et notre prochain, fidèlement.

Voici un exemple de la manière dont cette fidélité peut porter ses fruits. Je suis en train d’apprendre comment les croyants témoignaient de l’amour et de l’action de Dieu sur la place publique. Certaines de ces avaient un rêve, celui d’une nouvelle table autour de laquelle tout le monde pourrait se réunir pour discuter et résoudre les problèmes et conflits les plus urgents auxquels notre monde est confronté. Ils ont élaboré des plans dans une charte qui a donné naissance aux Nations Unies il y a 75 ans ce week-end. Grâce à de récentes recherches dans les archives, nous avons découvert que les épiscopaliens n’étaient pas seulement là pour la fondation de l’ONU, mais faisaient aussi partie de ces rêveurs qui ont imaginé cette table mondiale. Parmi eux se trouvait Eléonore Roosevelt – épiscopalienne, première dame des États-Unis et première femme de la délégation américaine à l’ONU. Elle a présidé le comité de rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, un document fondamental qui, avec les instruments juridiques internationaux ultérieurs, pose les bases de la protection des droits humains de tous : les hommes, les femmes, les enfants, les personnes de couleur, les réfugiés et les migrants, les personnes LGBTQI, les personnes vivant sous des régimes répressifs, et plus encore.

Mais nous savons que cette première action fidèle pour protéger les droits de l’homme n’est pas terminée à notre époque. Le racisme, la xénophobie, l’homophobie, la surconsommation, la corruption et bien d’autres maux menacent les gens de notre époque tout autant que l’esclavage enduré par les Israélites, et les dirigeants durs qui ont tourmenté Jésus, Paul et les disciples. Avec quelle facilité ce fruit peut-il être perdu sans notre action bienveillante au nom du Christ, l’œuvre mystérieuse du Saint-Esprit et la bénédiction de Dieu.

Nous sommes tous des travailleurs essentiels. Notre appel à l’action chrétienne et à partager l’Évangile est maintenant. Travaillons dur et efforçons-nous d’être doux. Aucune pandémie, aucun bouleversement, aucune perte de position, aucun changement de gouvernement ne doit nous arrêter. Dieu a partagé la recette et a allumé le four. Le Saint-Esprit est la levure qui nous aide à nous lever. Nous servons la Bonne Nouvelle de l’Évangile à partir d’un tout nouveau livre de cuisine. Notre table est préparée, les invités sont là et Jésus nous invite à manger. Rendons grâce pour la manne de Dieu et partageons cette Bonne Nouvelle appétissante. Amen.

LRM Ver. Fr. FS

Posted in sermons.